Aller au contenu

Aller au sommaire

Agis en accord avec la prière bienveillante de Jésus

Agis en accord avec la prière bienveillante de Jésus

« Père, [...] glorifie ton fils, pour que ton fils te glorifie » (JEAN 17:1).

1, 2. Après avoir célébré la Pâque 33, qu’a inauguré Jésus avec ses apôtres fidèles ?

LA SOIRÉE du 14 Nisan 33 de n. è. est bien avancée. Jésus et ses compagnons viennent de célébrer la Pâque, qui leur a rappelé que Dieu a délivré leurs ancêtres de l’esclavage en Égypte. Mais ses fidèles disciples bénéficieraient d’une délivrance bien plus grande, « une délivrance éternelle ». Le lendemain *, leur Conducteur exempt de péché sera exécuté par ses ennemis. Mais cet acte haineux se révélera une bénédiction. Le sang versé de Jésus fournira le fondement grâce auquel l’humanité sera délivrée du péché et de la mort (Héb. 9:12-14).

2 Afin qu’aucun de nous n’oublie cette disposition pleine d’amour, Jésus a institué une célébration annuelle qui remplacerait la Pâque. Comment ? Il a rompu un pain sans levain et le passant à chacun de ses 11 apôtres fidèles, il a dit : « Ceci représente mon corps qui va être donné pour vous. Continuez à faire ceci en souvenir de moi. » Ensuite, leur passant une coupe de vin rouge, il a dit : « Cette coupe représente la nouvelle alliance grâce à mon sang, qui va être répandu pour vous » (Luc 22:19, 20).

3. a) Quel grand changement a suivi la mort de Jésus ? b) Quelles questions devrions-nous nous poser en rapport avec la prière de Jésus consignée en Jean chapitre 17 ?

3 L’alliance de la Loi, que Dieu avait conclue avec l’Israël naturel, touchait à sa fin. Elle serait remplacée par une alliance entre Jéhovah et les disciples oints de Jésus. Jésus se souciait profondément du bien-être de cette nation spirituelle nouvellement née. L’Israël selon la chair était irrémédiablement  divisé sur les plans religieux et social, ce qui couvrait d’opprobre le saint nom de Dieu (Jean 7:45-49 ; Actes 23:6-9). Jésus désirait que ses disciples restent quant à eux parfaitement unis afin d’œuvrer en harmonie pour rendre gloire au nom de Dieu. Que fait-il alors ? Il prononce la plus belle prière qu’un humain aura jamais l’honneur de lire (Jean 17:1-26 ; voir illustration du titre). Des siècles plus tard, nous sommes en mesure de répondre à la question : « Dieu a-t-il exaucé la prière de Jésus ? » Nous devrions par ailleurs nous examiner et nous demander : « Est-ce que j’agis en accord avec cette prière ? »

LES PRIORITÉS DE JÉSUS

4, 5. a) Qu’apprenons-nous des premières paroles de Jésus ? b) Comment Jéhovah a-t-il exaucé la requête de Jésus au sujet de son avenir ?

4 Jésus parle à ses disciples jusque tard dans la nuit et leur transmet une précieuse connaissance venant de Dieu. Puis, levant les yeux au ciel, il fait cette prière : « Père, l’heure est venue ; glorifie ton fils, pour que ton fils te glorifie, selon que tu lui as donné pouvoir sur toute chair, pour que, en ce qui concerne tout le groupe que tu lui as donné, il leur donne la vie éternelle. [...] Je t’ai glorifié sur la terre, ayant achevé l’œuvre que tu m’as donnée à faire. Et maintenant toi, Père, glorifie-moi auprès de toi-même de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde soit » (Jean 17:1-5).

5 Note, d’après ses premières paroles, quelles sont les priorités de Jésus. D’abord, c’est la glorification de son Père céleste, conformément à la première requête de son modèle de prière : « Père, que ton nom soit sanctifié » (Luc 11:2). Ensuite, il pense à ses disciples : que son Père « leur donne la vie éternelle ». Enfin, il fait une demande personnelle : « Père, glorifie-moi auprès de toi-même de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde soit. » Jéhovah exaucera son Fils fidèle au-delà de ce qu’il demande en lui donnant « un nom plus excellent que » celui de tous les anges (Héb. 1:4).

« CONNAÎTRE LE SEUL VRAI DIEU »

6. Que devaient faire les apôtres pour obtenir la vie éternelle, et comment savons-nous qu’ils l’ont fait ?

6 Jésus parle également de ce que nous, humains pécheurs, devons faire pour recevoir le don immérité de la vie éternelle (lire Jean 17:3). Nous devons continuer d’apprendre à connaître Dieu et Christ. Par exemple, apprenons tout ce que nous pouvons sur Jéhovah et son Fils. Tout aussi important, découvrons la joie qui découle de la mise en pratique de ce que nous apprenons sur Dieu. Les apôtres fidèles avaient déjà ces habitudes salvatrices puisque Jésus poursuit : « Les paroles que tu m’as données, je les leur ai données, et ils les ont reçues » (Jean 17:8). Mais pour obtenir la vie éternelle, ils devaient continuer de méditer sur les paroles de Dieu et les mettre en pratique au quotidien. S’y sont-ils appliqués jusqu’à la fin de leur vie terrestre ? Absolument. En effet, le nom personnel de chacun d’eux est écrit de façon indélébile sur les 12 pierres de fondement de la Nouvelle Jérusalem (Rév. 21:14).

7. Que signifie « connaître » Dieu, et pourquoi est-ce si important ?

7 Selon des spécialistes du grec, l’expression traduite par « apprennent à [...] connaître » peut aussi être rendue par « devraient continuer de connaître ». Les deux versions sont complémentaires, chacune a son importance. De plus, à Jean 17:3, la Bible avec notes et références propose cette traduction : « le fait qu’ils te connaissent ». L’expression  « apprendre à connaître » désigne donc un processus continu qui mène à la condition privilégiée de celui qui « connaît » Dieu. Mais connaître le plus grand Personnage de l’univers, c’est plus qu’avoir une idée claire de ses qualités et de son dessein. C’est nouer un lien d’amour étroit avec lui et avec ceux qui croient en lui. « Celui qui n’aime pas, explique la Bible, n’a pas appris à connaître Dieu » (1 Jean 4:8). Connaître Dieu, c’est aussi lui obéir (lire 1 Jean 2:3-5). Quel honneur de faire partie de ceux qui connaissent Jéhovah ! Mais, comme Judas Iscariote, nous pourrions rompre cette précieuse relation. Alors entretenons-la de toutes nos forces et nous pourrons recevoir le don immérité de la vie éternelle (Mat. 24:13).

« À CAUSE DE TON NOM »

8, 9. Quelle était la préoccupation première de Jésus durant son ministère, et quelle tradition religieuse a-t-il dû rejeter ?

8 Après avoir lu la prière rapportée en Jean 17, qui doutera du profond amour de Jésus, non seulement pour ses apôtres alors à ses côtés, mais aussi pour ses futurs disciples ? (Jean 17:20). Comprenons toutefois que notre salut n’est pas la préoccupation première de Jésus. Du début à la fin de son ministère, il a surtout travaillé à la sanctification et à la glorification du nom de son Père. Quand, dans la synagogue de Nazareth, il a révélé sa mission, il a lu dans le rouleau d’Isaïe : « L’esprit de Jéhovah est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer de bonnes nouvelles aux pauvres. » Nul doute qu’en lisant ce passage, Jésus a clairement prononcé le nom de Dieu (Luc 4:16-21).

9 Selon la tradition juive, longtemps avant que Jésus ne vienne sur terre, les chefs religieux décourageaient l’usage du nom de Dieu. Nous pouvons être sûrs que Jésus a fermement rejeté cette pratique contraire aux Écritures. Il a dit à ses adversaires : « Je suis venu au nom de mon Père, mais vous ne me recevez pas ; si un autre arrivait en son propre nom, celui-là vous le recevriez »  (Jean 5:43). Quelques jours avant sa mort, il a exprimé ce qui lui tenait le plus à cœur par cette prière : « Père, glorifie ton nom » (Jean 12:28). Logiquement donc, son souci pour le nom de son Père transparaît tout au long de la prière qui fait l’objet de notre étude.

10, 11. a) Comment Jésus a-t-il fait connaître le nom de son Père ? b) Quel but les disciples de Jésus visent-ils ?

10 « J’ai manifesté ton nom aux hommes que tu m’as donnés du milieu du monde, dit encore Jésus. Ils étaient à toi, et tu me les as donnés, et ils ont observé ta parole. En outre, je ne suis plus dans le monde, mais eux sont dans le monde et moi je viens vers toi. Père saint, veille sur eux à cause de ton nom que tu m’as donné, afin qu’ils soient un comme nous le sommes » (Jean 17:6, 11).

11 Jésus n’a pas fait connaître le nom de son Père à ses disciples en se contentant de le prononcer. Il leur a également enseigné ce que ce nom représente, autrement dit les qualités impressionnantes de Dieu et la façon dont il traite les humains (Ex. 34:5-7). Depuis sa glorieuse position céleste, il continue d’aider ses disciples à faire connaître le nom de Jéhovah dans le monde entier. Dans quel but ? Celui de rassembler toujours plus de disciples avant la fin de l’actuel système de choses mauvais. Quel nom merveilleux Jéhovah se fera-t-il alors, tandis qu’il délivrera ses témoins fidèles ! (Ézék. 36:23).

« QUE LE MONDE CROIE »

12. Pour mener à bien notre œuvre salvatrice, trois choses sont indispensables. Lesquelles ?

12 Sur terre, Jésus a tout fait pour aider ses disciples à surmonter leurs faiblesses. Si ces derniers voulaient achever l’œuvre commencée par Jésus, ils le devaient absolument. « Comme tu m’as envoyé dans le monde, a-t-il prié, moi aussi je les ai envoyés dans le monde. » Pour mener à bien cette œuvre qui sauve des vies, trois choses leur seraient indispensables. Premièrement, ils ne devraient pas faire partie du monde impur de Satan. Deuxièmement, ils devraient être sanctifiés, ou rendus saints, en appliquant personnellement la vérité de la Parole de Dieu. Troisièmement, et Jésus supplie plusieurs fois à ce sujet, ils devraient être unis par un lien d’amour semblable à celui qui l’unit à son Père. Chacun de nous devrait donc se demander sérieusement : « Est-ce que j’agis en accord avec ces trois requêtes ? » Jésus était confiant : Si ses disciples observaient ces choses, « le monde croi[rait] que [Jéhovah l’avait] envoyé » (lire Jean 17:15-21).

Se soumettant à l’action de l’esprit saint, les chrétiens du Ier siècle restaient unis (voir paragraphe 13).

13. Comment la prière de Jésus a-t-elle été exaucée au Ier siècle ?

13 Une étude des Actes d’apôtres, le livre biblique qui suit les quatre Évangiles, prouve que Jésus a été exaucé. Songe aux facteurs de discorde qui existaient parmi les premiers chrétiens : Les uns étaient d’origine juive, d’autres d’origine gentile ; il y avait des pauvres, des riches, des esclaves et des propriétaires d’esclaves. Pourtant, tous ont tissé des liens si étroits qu’ils ont été comparés aux différentes parties d’un corps humain, dont Jésus serait la tête (Éph. 4:15, 16). Un véritable miracle, dans le monde satanique si divisé ! C’est à Jéhovah, qui a rendu cela possible par l’action de son puissant esprit saint, qu’en revient tout le mérite (1 Cor. 3:5-7).

Les adorateurs de Dieu du monde entier sont unis (voir paragraphe 14).

14. Comment la prière de Jésus a-t-elle été exaucée aux temps modernes ?

14 Malheureusement, cette unité miraculeuse a disparu à la mort des apôtres. Comme prédit, une grande  apostasie s’est répandue et les sectes divisées de la chrétienté sont apparues (Actes 20:29, 30). Mais en 1919, Jésus a libéré ses disciples oints de l’emprise de la fausse religion et les a unis par « un lien d’union parfait » (Col. 3:14). Quel effet leur prédication a-t-elle eu ? Plus de sept millions d’« autres brebis » venant « de toutes nations et tribus et peuples et langues » se sont associées aux oints de Dieu pour former un seul troupeau (Jean 10:16 ; Rév. 7:9). Quelle réponse spectaculaire à cette prière de Jésus : « Que le monde sache que c’est toi [Jéhovah] qui m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé » (Jean 17:23).

UNE CONCLUSION TOUCHANTE

15. Quelle requête particulière Jésus a-t-il faite en faveur de ses disciples oints ?

15 Plus tôt dans la soirée, Jésus a donné de la gloire, ou de l’honneur, à ses apôtres en faisant avec eux une alliance pour qu’ils règnent avec lui dans son Royaume (Luc 22:28-30 ; Jean 17:22). En faveur de tous ceux qui seraient oints de l’esprit, il fait donc cette prière : « Père, quant à ce que tu m’as donné, je désire que là où je suis, ils soient eux aussi avec moi, afin qu’ils voient ma gloire que tu m’as donnée, parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde » (Jean 17:24). Plutôt que d’envier les oints, les autres brebis de Jésus se réjouissent pour eux, preuve supplémentaire de l’unité qui règne parmi les vrais chrétiens aujourd’hui.

16, 17. a) Quelle détermination Jésus exprime-t-il à la fin de sa prière ? b) Quelle devrait être notre détermination ?

16 Oui, Jéhovah a un peuple uni qui le connaît vraiment. Mais, sous l’influence de leurs chefs religieux, la majorité des gens de ce monde préfèrent nier cette évidence. Les contemporains de Jésus avaient la même attitude. C’est pourquoi Jésus termine par ces paroles touchantes : « Père juste, le monde, en effet, n’a pas appris à te connaître, mais moi j’ai appris à te connaître, et ceux-ci ont su que c’est toi qui m’as envoyé. Et je leur ai fait connaître ton nom et je le ferai connaître, afin que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux et moi en union avec eux » (Jean 17:25, 26).

17 Qui niera que Jésus a agi en accord avec sa prière ? Étant le Chef de la congrégation, il continue de nous aider à faire connaître le nom et le dessein de son Père. Continuons donc de nous soumettre à sa direction en prêchant et en faisant des disciples avec zèle, comme il nous l’a ordonné (Mat. 28:19, 20 ; Actes 10:42). Préservons également de toutes nos forces notre précieuse unité. Nous agirons alors en accord avec la prière de Jésus, à la gloire du nom de Jéhovah et pour notre bonheur éternel.

^ § 1 Nous sommes toujours le 14 Nisan.