Aller au contenu

Aller au sommaire

« Travaille comme un esclave pour Jéhovah »

« Travaille comme un esclave pour Jéhovah »

« Vaquez à vos occupations sans flâner. [...] Travaillez comme des esclaves pour Jéhovah » (ROM. 12:11).

1. Compare l’idée qu’on se fait généralement de l’esclavage avec l’esclavage dont parle Romains 12:11.

L’ESCLAVAGE chrétien est très différent de l’idée qu’on se fait généralement de l’esclavage. Ce mot est souvent synonyme de domination cruelle, d’oppression et d’injustices. Toutefois, la Parole inspirée de Dieu parle d’un esclavage volontaire sous l’autorité d’un Maître bienveillant. En fait, quand l’apôtre Paul a exhorté les chrétiens du Ier siècle à « travaille[r] comme des esclaves pour Jéhovah », il les encourageait à offrir à Dieu un service sacré motivé par l’amour (Rom. 12:11). En quoi consiste cet esclavage ? Comment échapper à l’esclavage de Satan et de son monde ? Enfin, comment Jéhovah récompense-t-il ceux qui le servent fidèlement comme des esclaves ?

« J’AIME VRAIMENT MON MAÎTRE »

2. a) Qu’est-ce qui pouvait pousser un esclave israélite à renoncer à la liberté ? b) Qu’évoquait d’important le perçage de l’oreille ?

2 La loi que Jéhovah avait donnée aux Israélites révèle à quel genre d’esclavage il veut que nous nous soumettions. Elle exigeait que, la septième année de sa servitude, un esclave hébreu soit affranchi (Ex. 21:2). Cependant, elle comportait une clause étonnante : L’esclave qui aimait vraiment son maître pouvait, s’il le souhaitait, rester à son service. Le maître devait alors l’amener près de la porte, ou du montant de la porte, et lui percer l’oreille avec un poinçon (Ex. 21:5, 6). Si l’oreille était concernée par ce rituel, ce n’est pas par hasard. En hébreu, la notion d’obéissance s’exprime par un terme qui signifie fondamentalement entendre ou écouter. Ainsi, l’esclave volontaire désirait continuer à servir son maître avec obéissance. Cet exemple nous éclaire sur ce que suppose l’offrande de soi : une obéissance volontaire motivée par l’amour pour Jéhovah.

3. Quel est le fondement de l’offrande de soi à Dieu ?

 3 Quand nous nous sommes présentés au baptême chrétien, nous avions au préalable décidé de servir Jéhovah, d’être ses esclaves. Notre désir de lui obéir et de faire sa volonté nous a poussés à lui vouer notre vie. Personne ne nous y a forcés. Même un jeune qui se fait baptiser ne le fait qu’après s’être personnellement voué à Jéhovah, pas juste pour plaire à ses parents. Le fondement de l’offrande de soi chrétienne est l’amour pour le Maître céleste, Jéhovah. Or l’apôtre Jean a écrit : « Voici ce que signifie l’amour de Dieu : que nous observions ses commandements » (1 Jean 5:3).

LIBRES BIEN QU’ESCLAVES

4. Comment devient-on « esclav[e] de la justice » ?

4 Comme nous sommes reconnaissants à Jéhovah de nous permettre d’être ses esclaves ! Grâce à la foi dans le sacrifice rédempteur du Christ, nous nous dégageons du joug du péché. Nous restons imparfaits, mais nous nous plaçons volontairement sous l’autorité de Jéhovah et de Jésus. C’est ce que Paul a clairement expliqué dans une de ses lettres divinement inspirées : « Estimez-vous comme bien morts par rapport au péché, mais vivants par rapport à Dieu par Christ Jésus. » Il dit un peu plus loin : « Ne savez-vous pas que si vous continuez à vous présenter à quelqu’un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui-là parce que vous lui obéissez, soit du péché pour la mort, soit de l’obéissance pour la justice ? Mais grâces soient rendues à Dieu : vous étiez les esclaves du péché, mais vous avez obéi de cœur à la forme d’enseignement à laquelle vous avez été livrés. Oui, puisque vous avez été libérés du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice » (Rom. 6:11, 16-18). L’apôtre emploie ici l’expression « obéir de cœur ». Ainsi, l’offrande de notre personne à Jéhovah fait de nous des « esclaves de la justice ».

5. Quel combat intérieur devons-nous tous mener, et pourquoi ?

5 Pour vivre en accord avec notre vœu, nous devons néanmoins surmonter des obstacles. Nous avons deux combats à mener. Le premier a donné bien du fil à retordre à Paul. « Je prends en effet plaisir à la loi de Dieu selon l’homme que je suis intérieurement, a-t-il écrit, mais je vois dans mes membres une autre loi qui fait la guerre contre la loi de mon intelligence et qui m’emmène captif vers la loi du péché qui est dans mes membres » (Rom. 7:22, 23). Nous avons, nous aussi, hérité de l’imperfection. Nous devons donc constamment combattre nos tendances charnelles. L’apôtre Pierre nous dit : « Soyez comme des hommes libres, et pourtant possédant votre liberté, non pas comme un voile pour couvrir la méchanceté, mais comme des esclaves de Dieu » (1 Pierre 2:16).

6, 7. Comment Satan rend-il son monde attrayant ?

6 Le second combat, nous le livrons contre ce monde sous influence démoniaque. Son chef, Satan, dirige ses projectiles sur nous, espérant briser notre fidélité envers Jéhovah et Jésus. Il cherche à nous asservir par des tentations visant à nous faire céder à son influence corruptrice (lire Éphésiens 6:11, 12). Une de ses manœuvres consiste à rendre son monde attrayant, séduisant. « Si quelqu’un aime le monde, prévient l’apôtre Jean, l’amour du Père n’est pas en lui ; parce que tout ce qui est dans le monde — le désir de la chair et le désir des yeux et l’orgueilleux étalage de ses moyens d’existence — ne vient pas du Père, mais vient du monde » (1 Jean 2:15, 16).

7 De nos jours, rares sont les humains qui ne rêvent pas de prospérité matérielle. Satan veut nous convaincre que l’argent fait le bonheur. Hypermarchés  et complexes commerciaux abondent. La publicité vante un mode de vie centré sur les biens et les loisirs. Les agences de voyage invitent à partir vers des destinations exotiques, séjours lors desquels on est généralement plongé dans l’ambiance du monde. Autour de nous, tout nous dit d’« améliorer » notre condition, mais c’est toujours d’après les critères du monde.

8, 9. Quel risque est bien réel, et pourquoi ?

8 Parlant des membres de la congrégation chrétienne du Ier siècle qui avaient adopté une mentalité charnelle, Pierre a averti : « Ils estiment plaisir la vie voluptueuse pendant la journée. Ce sont des taches et des tares, des hommes qui se livrent avec délices à leurs enseignements trompeurs tout en faisant bonne chère avec vous. Car ils prononcent des paroles orgueilleuses et vaines ; par les désirs de la chair et par des mœurs déréglées ils séduisent ceux qui échappent à peine aux gens dont la conduite est marquée par l’erreur. Alors qu’ils leur promettent la liberté, eux-mêmes se trouvent esclaves de la corruption. Car qui est vaincu par un autre est asservi par celui-là » (2 Pierre 2:13, 18, 19).

9 Celui qui satisfait « le désir [de ses] yeux » ne devient pas libre. Il devient plutôt esclave du maître invisible de ce monde, Satan le Diable (1 Jean 5:19). Le risque de devenir esclave du matérialisme est bien réel, et c’est un esclavage dont il est difficile de se dégager.

UNE CARRIÈRE SATISFAISANTE

10, 11. Qui sont aujourd’hui les cibles privilégiées de Satan, et pourquoi la question des études peut-elle leur causer des difficultés ?

10 Comme il l’a fait en Éden, Satan s’attaque aujourd’hui aux inexpérimentés. Les jeunes sont des cibles de choix. Il enrage quand l’un d’eux, et à vrai dire qui que ce soit, se constitue esclave de Jéhovah. L’ennemi de Jéhovah veut que tous ceux qui se vouent à leur Maître céleste renoncent à leur attachement et à leur fidélité.

11 Revenons à l’esclave qui accepte d’avoir l’oreille percée. Sur le moment, il a peut-être un peu mal. Mais cette douleur passée, il ne reste que la marque permanente de sa servitude. Pour un jeune, il peut être difficile, voire douloureux, de ne pas faire les mêmes choix que ses camarades. Satan répand l’idée selon laquelle faire carrière dans son monde procure la satisfaction. Mais le chrétien doit se souvenir qu’il lui faut remédier à sa pauvreté spirituelle. « Heureux ceux qui sont conscients de leur pauvreté spirituelle », a dit Jésus (Mat. 5:3). Le chrétien  baptisé vit pour la volonté de Dieu, pas celle de Satan. Son plaisir est dans la loi de Jéhovah, et il la médite jour et nuit (lire Psaume 1:1-3). Aujourd’hui toutefois, bien des cursus scolaires laissent peu de temps pour méditer et remédier à sa pauvreté spirituelle.

12. Face à quel choix de nombreux jeunes se trouvent-ils ?

12 Un maître non chrétien pouvait compliquer la vie d’un esclave chrétien. Dans sa première lettre aux Corinthiens, Paul demande : « As-tu été appelé alors que tu étais un esclave ? » Puis il conseille : « Ne t’en soucie pas ; mais si tu peux aussi devenir libre, saisis plutôt l’occasion » (1 Cor. 7:21). La liberté était préférable à l’esclavage. À notre époque, dans de nombreux pays la scolarité est obligatoire jusqu’à un certain âge. Puis il faut faire un choix. Des études qui mènent un jeune à faire carrière dans ce monde réduisent généralement sa liberté de devenir serviteur à plein temps (lire 1 Corinthiens 7:23).

Pour quel maître veux-tu travailler comme un esclave ?

« SUPÉRIEUR » : DE QUEL POINT DE VUE ?

13. Quelle est l’instruction la plus bénéfique aux serviteurs de Jéhovah ?

13 Paul a écrit aux chrétiens de Colosses : « Soyez sur vos gardes : il se peut qu’il y ait quelqu’un qui vous entraînera comme sa proie au moyen de la philosophie et d’une vaine tromperie selon la tradition des hommes, selon les choses élémentaires du monde et non selon Christ » (Col. 2:8). La pensée du monde, que prônent de nombreux intellectuels, est imprégnée « de la philosophie et d’une vaine tromperie selon la tradition des hommes ». L’enseignement supérieur, influencé par cette pensée, produit souvent des diplômés ayant peu ou pas de compétences pratiques. Résultat, ils ne sont pas préparés aux réalités de la vie. Les serviteurs de Jéhovah optent quant à eux pour un enseignement donnant des aptitudes qui leur permettront de mener une vie simple à son service. Ils prennent au sérieux ce conseil de Paul à Timothée : « Oui, c’est un moyen de grand gain que cet attachement à Dieu, si l’on sait se suffire à soi-même. Ainsi, ayant nourriture et vêtement, nous nous contenterons de ces choses » (1 Tim. 6:6, 8). Plutôt que de courir après les diplômes, les vrais chrétiens cherchent à obtenir des « lettres de recommandation » en étant aussi actifs que possible dans le ministère (lire 2 Corinthiens 3:1-3).

14. Selon Philippiens 3:8, comment Paul considérait-il l’honneur d’être esclave de Dieu et de Christ ?

14 Parlons de l’apôtre Paul. Il a été instruit aux pieds de Gamaliel, un  enseignant de la loi juive. L’instruction qu’il a reçue est comparable à celle que dispensent les universités modernes. Mais comment Paul la considérait-il à côté de l’honneur d’être esclave de Dieu et de Christ ? Il a écrit : « Je considère [...] que toutes choses sont une perte à cause de la valeur éminente de la connaissance de Christ Jésus mon Seigneur. » Il a ajouté : « À cause de lui, j’ai accepté la perte de toutes choses et je les considère comme un tas de déchets, afin de gagner Christ » (Phil. 3:8). Ce jugement de valeur aide les jeunes chrétiens et les parents qui craignent Dieu à faire de bons choix concernant les études (voir illustrations).

L’INSTRUCTION LA PLUS ÉLEVÉE

15, 16. Quelle instruction l’organisation de Jéhovah dispense-t-elle, et sur quoi est-elle centrée ?

15 Quel esprit règne dans la plupart des établissements d’enseignement supérieur ? Ne sont-ils pas parfois des foyers d’agitation politique et sociale ? L’immoralité sexuelle et l’alcoolisme n’y sont-ils pas monnaie courante ? Que dire du crédit accordé à la théorie de l’évolution ? (Éph. 2:2). À l’opposé, l’organisation de Jéhovah dispense, dans le cadre sain et paisible de la congrégation chrétienne, la plus élevée des instructions. Chaque semaine, nous avons tous la possibilité de tirer profit de l’École du ministère théocratique. Il existe par ailleurs des cours à l’intention des frères célibataires pionniers (École biblique pour frères célibataires) et des couples pionniers (École biblique pour couples chrétiens). Cette instruction théocratique nous apprend à obéir à Jéhovah, notre Maître céleste.

16 En creusant dans l’Index des publications des Témoins de Jéhovah ou dans le CD-ROM Watchtower Library, nous pouvons trouver de précieux trésors spirituels. Le culte de Jéhovah est au centre de cette grande œuvre d’instruction. Elle nous enseigne comment aider nos semblables à se réconcilier avec Dieu (2 Cor. 5:20). À leur tour, ceux-ci deviennent ensuite capables d’enseigner leur prochain (2 Tim. 2:2).

LA RÉCOMPENSE DE L’ESCLAVE

17. Quelles récompenses se procure-t-on à choisir la meilleure des instructions ?

17 Dans sa parabole des talents, Jésus parle de deux esclaves fidèles qui méritent des félicitations et qui prennent part à la joie de leur maître en recevant davantage de responsabilités (lire Matthieu 25:21, 23). Aujourd’hui, opter pour la meilleure des instructions apporte joie et récompenses. Michael était un excellent élève. Ses professeurs ont donc organisé un entretien avec lui pour examiner ses possibilités d’entrer à l’université. À leur grande surprise, le jeune homme a préféré suivre une formation professionnelle courte qui lui a rapidement permis de subvenir à ses besoins tout en étant pionnier permanent. A-t-il le sentiment d’être passé à côté de quelque chose ? Donnons-lui la parole : « L’instruction théocratique que j’ai reçue en tant que pionnier (et que je reçois maintenant en tant qu’ancien dans la congrégation) est inestimable. Les bienfaits que j’en retire et les joies qui découlent de mes attributions de service l’emportent largement sur l’argent que j’aurais pu gagner. Je suis vraiment heureux de ne pas avoir opté pour de longues études. »

18. Qu’est-ce qui te pousse à opter pour l’instruction la plus élevée ?

18 La plus élevée des instructions nous enseigne la volonté de Jéhovah et nous apprend à travailler pour lui comme des esclaves. Elle nous donne la perspective d’être « libéré[s] de l’esclavage de la corruption » et d’obtenir, à terme, « la liberté glorieuse des enfants de Dieu » (Rom. 8:21). Par-dessus tout, elle nous enseigne la meilleure façon de montrer que nous aimons vraiment notre Maître céleste, Jéhovah (Ex. 21:5).