Évangile selon Jean 10​:​1-42

10  « Oui, je vous le dis, c’est la vérité : Celui qui n’entre pas dans l’enclos des brebis par la porte, mais qui l’escalade à un autre endroit, celui-là est un voleur et un pillard+.  Mais celui qui entre par la porte est le berger des brebis+.  Le portier lui ouvre+, et les brebis écoutent sa voix+. Ses brebis à lui, il les appelle par leur nom et il les mène dehors.  Quand il a fait sortir toutes ses brebis, il marche devant elles, et elles le suivent, parce qu’elles connaissent sa voix.  En aucun cas elles ne suivront un inconnu, mais elles le fuiront, parce qu’elles ne connaissent pas la voix des inconnus. »  Jésus leur donna cette comparaison, mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait.  Jésus dit donc de nouveau : « Oui, je vous le dis, c’est la vérité : je suis la porte pour les brebis+.  Tous ceux qui sont venus à ma place sont des voleurs et des pillards ; mais les brebis ne les ont pas écoutés.  Je suis la porte ; celui qui entre par moi sera sauvé, et il entrera et sortira et trouvera des pâturages+. 10  Le voleur ne vient que pour voler et tuer et détruire+. Moi, je suis venu pour que les brebis aient la vie et l’aient en abondance. 11  Je suis l’excellent berger+ ; l’excellent berger donne sa vie pour les brebis+. 12  Le salarié, qui n’est pas un berger et à qui les brebis n’appartiennent pas, voit venir le loup, abandonne les brebis et s’enfuit — et le loup les enlève et les disperse — 13  parce que c’est un salarié et qu’il ne se soucie pas des brebis. 14  Je suis l’excellent berger. Je connais mes brebis et mes brebis me connaissent+, 15  comme le Père me connaît et que je connais le Père+ ; et je donne ma vie* pour les brebis+. 16  « Et j’ai d’autres brebis, qui ne sont pas de cet enclos+ ; celles-là aussi, il faut que je les fasse entrer, et elles écouteront ma voix : elles deviendront un seul troupeau, et il y aura un seul berger+. 17  C’est pourquoi le Père m’aime+, parce que je donne ma vie+, afin que je puisse la recevoir de nouveau. 18  Aucun homme ne me l’enlève, mais je la donne de ma propre initiative. J’ai pouvoir de la donner, et j’ai pouvoir de la recevoir de nouveau+. Voilà le commandement que j’ai reçu de mon Père. » 19  Un désaccord survint de nouveau parmi les Juifs+ à cause de ces paroles. 20  Beaucoup d’entre eux disaient : « Il a en lui un démon et il est fou. Pourquoi l’écoutez-​vous ? » 21  D’autres disaient : « Ce ne sont pas là les paroles d’un homme possédé par un démon. Un démon ne peut tout de même pas ouvrir les yeux des aveugles ! » 22  Il y eut à ce moment-​là à Jérusalem la fête de l’Inauguration*. C’était l’hiver, 23  et Jésus marchait dans le Temple, sous le portique* de Salomon+. 24  Alors les Juifs l’encerclèrent et se mirent à lui dire : « Combien de temps vas-​tu nous laisser dans l’incertitude ? Si tu es le Christ, dis-​le-​nous clairement. » 25  Jésus leur répondit : « Je vous l’ai dit, et pourtant vous ne croyez pas. Les œuvres que je fais au nom de mon Père, ce sont elles qui témoignent à mon sujet+. 26  Mais vous, vous ne croyez pas, parce que vous n’êtes pas mes brebis+. 27  Mes brebis écoutent ma voix, et je les connais, et elles me suivent+. 28  Je leur donne la vie éternelle+, et elles ne seront jamais détruites, et personne ne les arrachera de ma main+. 29  Ce que mon Père m’a donné est plus précieux que toutes les autres choses. Et personne ne peut arracher les brebis de la main du Père+. 30  Moi et le Père, nous sommes un*+. » 31  Une fois de plus, les Juifs ramassèrent des pierres pour le lapider. 32  Alors Jésus leur dit : « Je vous ai montré beaucoup de belles œuvres de la part du Père. Pour laquelle de ces œuvres me lapidez-​vous ? » 33  Les Juifs lui répondirent : « Nous te lapidons, non pas pour une belle œuvre, mais pour blasphème*+ ; car toi, bien qu’étant un homme, tu te fais dieu. » 34  Jésus leur répondit : « N’est-​il pas écrit dans votre Loi* : “J’ai dit : ‘Vous êtes des dieux*+’” ? 35  Ainsi, il a appelé “dieux+” ceux que la parole de Dieu a condamnés (or le passage des Écritures ne peut pas être annulé). 36  Mais moi, le Père m’a sanctifié*, et il m’a envoyé dans le monde. Alors, comment pouvez-​vous me dire à moi : “Tu blasphèmes”, parce que j’ai dit : “Je suis le Fils de Dieu+” ? 37  Si je ne fais pas les œuvres de mon Père, ne me croyez pas. 38  Mais si je les fais, même si vous ne me croyez pas, croyez les œuvres+, afin que vous compreniez et que vous continuiez de comprendre que le Père est en union avec moi et que je suis en union avec le Père+. » 39  Ils essayèrent donc une nouvelle fois de s’emparer de lui, mais il leur échappa. 40  Et il partit de nouveau de l’autre côté du Jourdain, à l’endroit où Jean baptisait au début+, et il resta là. 41  Et beaucoup de gens vinrent le voir ; et ils disaient : « Jean n’a accompli aucun miracle, mais toutes les choses que Jean a dites au sujet de cet homme étaient vraies+. » 42  Et là, beaucoup eurent foi en lui.

Notes

Ou « âme ».
Voir lexique. Ou « fête de la Dédicace ».
Ou « en union ».
Désigne apparemment l’ensemble des Écritures hébraïques.
Ou « de condition divine ».

Notes d'étude

Documents multimédias

Loup
Loup

En Israël, les loups (Canis lupus) chassent essentiellement la nuit (Hab 1:8). Ces animaux sont féroces, voraces, intrépides et avides ; souvent, ils tuent plus de moutons qu’ils ne peuvent en manger ou en emporter. Dans la Bible, il n’est pas rare que les animaux et leurs spécificités servent, dans le langage figuré, à illustrer des qualités ou des défauts. Par exemple, dans la prophétie qu’il a prononcée sur son lit de mort, Jacob a assimilé la tribu de Benjamin à un guerrier qui combat comme un loup (Gn 49:27). Mais la plupart du temps, le loup sert à illustrer des défauts comme la férocité, l’avidité, l’agressivité et la ruse. Parmi ceux que la Bible compare à des loups figurent les faux prophètes (Mt 7:15), ceux qui s’opposent avec agressivité au ministère chrétien (Mt 10:16 ; Lc 10:3) et les faux enseignants qui, de l’intérieur, mettent en danger l’assemblée chrétienne (Ac 20:29, 30). Les bergers étaient bien conscients du danger que représentaient les loups. Jésus a parlé d’un « salarié » qui « voit venir le loup, abandonne les brebis et s’enfuit ». Contrairement au salarié, qui « ne se soucie pas des brebis », « l’excellent berger [Jésus] donne sa vie pour les brebis » (Jean 10:11-13).