Évangile selon Jean 12​:​1-50

12  Six jours avant la Pâque, Jésus arriva à Béthanie, où était Lazare+ que Jésus avait ressuscité*.  On lui offrit donc là un repas*. Marthe les servait+, et Lazare était l’un de ceux qui prenaient le repas* avec lui.  Alors Marie prit une livre* d’huile parfumée très coûteuse, un nard* authentique. Elle la versa sur les pieds de Jésus et lui essuya les pieds avec ses cheveux. La maison se remplit de l’odeur de l’huile parfumée+.  Mais Judas Iscariote+, l’un des disciples de Jésus, celui qui allait le trahir, dit :  « Pourquoi cette huile parfumée n’a-​t-​elle pas été vendue 300 deniers* et cet argent donné aux pauvres ? »  Cependant il dit cela, non parce qu’il se souciait des pauvres, mais parce que c’était un voleur : il avait la caisse et volait l’argent qu’on y mettait.  Alors Jésus dit : « Laisse-​la tranquille, pour qu’elle respecte cette coutume en vue du jour de mon enterrement+.  En effet, les pauvres, vous les aurez toujours avec vous+, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours+. »  Pendant ce temps, une grande foule de Juifs apprit qu’il était là, et elle vint, non seulement à cause de Jésus, mais aussi pour voir Lazare, qu’il avait ressuscité+. 10  Alors les prêtres en chef complotèrent de tuer aussi Lazare, 11  puisque c’était à cause de lui que beaucoup de Juifs allaient là-bas et avaient foi en Jésus+. 12  Le lendemain, la grande foule qui était venue à la fête apprit que Jésus venait à Jérusalem. 13  Elle prit donc des feuilles de palmiers, sortit à sa rencontre et se mit à crier : « Ô Dieu, sauve-​le, s’il te plaît ! Béni est celui qui vient au nom de Jéhovah*+, oui le roi d’Israël+ ! » 14  Alors Jésus trouva un ânon et s’assit dessus+, comme c’est écrit : 15  « N’aie pas peur, fille de Sion. Regarde ! Ton roi vient, assis sur le petit d’une ânesse+. » 16  Sur le moment, ses disciples ne comprirent pas ces choses, mais quand Jésus fut glorifié+, ils se rappelèrent qu’elles étaient écrites à son sujet et qu’on les avait faites pour lui+. 17  Or la foule qui avait été avec lui lorsqu’il avait appelé Lazare hors de la tombe*+ et l’avait ressuscité continuait à témoigner de ce qu’elle avait vu+. 18  Voilà aussi pourquoi la foule allait à sa rencontre : parce qu’elle avait appris qu’il avait accompli ce miracle. 19  Les pharisiens se dirent donc entre eux : « Vous voyez bien que vous n’arrivez absolument à rien. Regardez ! Le monde entier l’a suivi+. » 20  Or il y avait quelques Grecs parmi ceux qui étaient venus pour adorer pendant la fête. 21  Ceux-ci vinrent voir Philippe+, qui était de Bethsaïde de Galilée, et ils se mirent à lui demander : « Seigneur*, nous voulons voir Jésus. » 22  Philippe alla le dire à André. André et Philippe allèrent le dire à Jésus. 23  Mais Jésus leur répondit : « L’heure est venue pour que le Fils de l’homme soit glorifié+. 24  Oui, je vous le dis, c’est la vérité : si un grain de blé ne tombe pas à terre et ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt+, alors il produit beaucoup de grains. 25  Celui qui est très attaché à sa vie la détruit, mais celui qui hait sa vie+ dans ce monde la préservera pour la vie éternelle+. 26  Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive, et là où je suis, là aussi sera mon serviteur+. Si quelqu’un veut me servir, le Père l’honorera. 27  Maintenant je suis troublé+, et que devrais-​je dire ? Père, sauve-​moi de cette heure+. Toutefois, c’est pour cela que je suis venu jusqu’à cette heure. 28  Père, glorifie ton nom. » Alors une voix+ vint du ciel : « Je l’ai glorifié et je le glorifierai de nouveau+. » 29  La foule qui était là entendit la voix et se mit à dire : « Il y a eu un coup de tonnerre. » D’autres disaient : « Un ange lui a parlé. » 30  Jésus répondit : « Ce n’est pas pour moi qu’il y a eu cette voix, mais c’est pour vous. 31  Maintenant a lieu un jugement de ce monde ; maintenant le chef de ce monde+ sera jeté dehors+. 32  Et moi pourtant, si je suis élevé de la terre+, j’attirerai toutes sortes d’hommes vers moi. » 33  En réalité, il disait cela pour indiquer de quel genre de mort il allait mourir+. 34  Alors la foule lui répondit : « Nous avons appris dans la Loi* que le Christ demeure pour toujours+. Comment se fait-​il que tu dises que le Fils de l’homme doit être élevé+ ? Qui est ce Fils de l’homme ? » 35  Jésus leur dit donc : « La lumière sera parmi vous pour un peu de temps encore. Marchez pendant que vous avez encore la lumière, pour que les ténèbres ne vous dominent pas ; celui qui marche dans les ténèbres ne sait pas où il va+. 36  Pendant que vous avez la lumière, exercez la foi en la lumière, pour que vous deveniez des fils de lumière+. » Jésus dit ces choses, puis il s’en alla et se cacha d’eux. 37  Bien qu’il ait accompli tant de miracles devant eux, ils n’avaient pas foi en lui. 38  Ainsi put s’accomplir la parole du prophète Isaïe, qui a dit : « Jéhovah*, qui a eu foi dans ce qu’il a entendu de nous*+ ? Et le bras de Jéhovah*, à qui a-​t-​il été révélé+ ? » 39  La raison pour laquelle ils ne pouvaient pas croire, c’est qu’Isaïe a dit aussi : 40  « Il a aveuglé leurs yeux et il a endurci leur cœur, pour qu’ils ne voient pas de leurs yeux, et ne comprennent pas avec leur cœur, et ne reviennent pas à moi pour que je les guérisse+. » 41  Isaïe a dit ces choses parce qu’il a vu sa gloire, et il a parlé de lui+. 42  Cependant, même parmi les chefs, beaucoup eurent vraiment foi en lui+ ; mais ils ne l’avouaient pas à cause des pharisiens, pour ne pas être expulsés de la synagogue+ ; 43  car ils aimaient la gloire des hommes encore plus que la gloire de Dieu+. 44  Cependant, Jésus cria : « Tout homme qui a foi en moi a foi non seulement en moi, mais aussi en celui qui m’a envoyé+ ; 45  et tout homme qui me voit voit aussi celui qui m’a envoyé+. 46  Je suis venu comme une lumière dans le monde+, afin que tout homme qui a foi en moi ne demeure pas dans les ténèbres+. 47  Mais si quelqu’un entend mes paroles et n’y obéit pas, moi je ne le juge pas ; car je suis venu, non pas pour juger le monde, mais pour sauver le monde+. 48  Celui qui me repousse et ne reçoit pas mes paroles est jugé par quelqu’un. La parole que j’ai dite, c’est elle qui le jugera au dernier jour. 49  Car je n’ai pas parlé de ma propre initiative, mais le Père qui m’a envoyé, c’est lui qui m’a donné un commandement à propos de ce que je devais dire et de la manière de le dire+. 50  Et je sais que son commandement signifie la vie éternelle+. Donc, tout ce que je dis, je le dis comme le Père me l’a dit+. »

Notes

Litt. « relevé d’entre les morts ».
C.-à-d. un repas du soir.
Ou « étaient étendus à table ».
C.-à-d. une livre romaine, qui correspond à env. 327 g. Voir app. B14.
Ou « tombe de souvenir ».
Ou « monsieur ». Ici, simple appellation de politesse.
Désigne apparemment l’ensemble des Écritures hébraïques.
Ou « dans notre déclaration ».

Notes d'étude

Documents multimédias

Ânon
Ânon

L’âne est un animal aux sabots durs de la famille du cheval, dont il se distingue par sa taille plus petite, sa crinière plus courte, ses oreilles plus longues et les crins de sa queue moins longs, avec une touffe seulement à la deuxième moitié. Bien que la stupidité et l’entêtement de l’âne soient proverbiaux, on pense en réalité qu’il est plus intelligent que le cheval, et c’est généralement une bête patiente. Les hommes comme les femmes, et même les Israélites de haut rang, montaient des ânes (Jos 15:18 ; Jg 5:10 ; 10:3, 4 ; 12:14 ; 1S 25:42). Lorsqu’il alla se faire oindre, Salomon, fils de David, monta sur la mule de son père, progéniture hybride d’un âne et d’une jument (1R 1:33-40). Il était donc tout à fait approprié que Jésus, celui qui est plus grand que Salomon, accomplisse la prophétie de Za 9:9 en montant non pas un cheval, mais un ânon.