Aller au contenu

Aller à la table des matières

Pourquoi nous devons être saints

Pourquoi nous devons être saints

« Vous devez vous montrer saints » (LÉV. 11:45).

1. Que peut nous apporter le livre du Lévitique ?

LE Lévitique parle plus souvent de sainteté que tout autre livre de la Bible. Puisque cette qualité est exigée de chaque authentique adorateur de Jéhovah, comprendre et reconnaître la valeur de ce livre nous aidera à nous montrer saints.

2. Quelles sont quelques caractéristiques du Lévitique ?

2 Le Lévitique, écrit par le prophète Moïse, fait partie de « toute [l’]Écriture » utile pour enseigner (2 Tim. 3:16). Le nom Jéhovah y apparaît en moyenne dix fois par chapitre. En saisissant le sens de ce livre, nous trouverons la force de nous abstenir de tout ce qui jetterait l’opprobre sur le nom divin (Lév. 22:32). L’emploi fréquent, dans ses pages, de l’expression « Je suis Jéhovah » devrait nous rappeler qu’il faut obéir à Dieu. Grâce à cet article et à celui qui suit, découvrons quelques trésors du Lévitique, un don de Dieu qui nous aide à pratiquer le culte saint.

LA SAINTETÉ : UNE EXIGENCE

3, 4. Que préfigurait le lavage d’Aaron et de ses fils ? (voir illustration du titre).

3 (Lire Lévitique 8:5, 6.) Jéhovah a nommé Aaron grand prêtre d’Israël et ses fils allaient être prêtres pour cette nation. Aaron représentait Jésus Christ, et ses fils, les disciples  oints de Jésus. Mais la purification physique — ou « lavage » — d’Aaron annonçait-​elle que Jésus serait soumis à une purification ? Non, parce que Jésus serait sans péché et « sans tache » ; il n’aurait donc pas besoin d’être purifié (Héb. 7:26 ; 9:14). Toutefois, cette propreté d’Aaron préfigurait la condition pure et juste de Jésus. Mais alors, que représentait le lavage des fils d’Aaron ?

4 Le lavage des fils d’Aaron préfigurait la purification des humains choisis pour être membres de la prêtrise céleste. Le baptême des oints a-​t-​il un lien avec le lavage des fils d’Aaron ? Non. Le baptême ne lave pas des péchés ; il signifie plutôt que le baptisé s’est voué à Jéhovah Dieu de façon inconditionnelle. Le lavage symbolique des oints s’accomplit « par le moyen de la parole », ce qui requiert de leur part qu’ils appliquent sans réserve dans leur vie les enseignements de Christ (Éph. 5:25-27). Ils sont ainsi sanctifiés et purifiés. Qu’en est-​il des « autres brebis » ? (Jean 10:16).

5. Pourquoi peut-​on dire que les autres brebis sont purifiées par le moyen de la Parole de Dieu ?

5 Les fils d’Aaron ne représentaient pas la « grande foule » des autres brebis de Jésus (Rév. 7:9). Ces baptisés sont-​ils donc eux aussi sanctifiés et purifiés par le moyen de la Parole de Dieu ? Oui ! Quand les humains qui ont l’espérance terrestre lisent ce que la Bible dit concernant l’importance et le pouvoir du sang versé de Jésus, ils y ajoutent foi et offrent à Dieu « un service sacré jour et nuit » (Rév. 7:13-15). L’effet de la purification continuelle des oints et des autres brebis se voit parce qu’ils gardent une « belle conduite » (1 Pierre 2:12). Jéhovah doit vraiment prendre plaisir à observer la pureté et l’unité des oints et des autres brebis, qui écoutent et suivent fidèlement leur Berger, Jésus.

6. Quel examen personnel nous sera bénéfique ?

6 La propreté requise des prêtres d’Israël a une grande signification pour les serviteurs de Jéhovah aujourd’hui. Ceux qui étudient la Bible avec nous remarquent souvent la propreté de nos lieux de culte et nos tenues propres et soignées. Mais la propreté de la prêtrise nous enseigne aussi que toute personne qui monte à la montagne élevée du culte de Jéhovah doit avoir « le cœur pur » (lire Psaume 24:3, 4 ; Is. 2:2, 3). Nous devons rendre à Dieu un service sacré avec un esprit et un cœur purs, et en étant propres physiquement. Cela nous oblige à nous examiner souvent, après quoi certains d’entre nous devront opérer d’importants changements pour être saints (2 Cor. 13:5). Par exemple, un baptisé qui regarde délibérément de la pornographie devrait se demander : « Est-​ce que je me montre saint ? » Ensuite, il devrait chercher de l’aide pour abandonner cette pratique répugnante (Jacq. 5:14).

MONTRONS-​NOUS SAINTS EN ÉTANT OBÉISSANTS

7. En accord avec Lévitique 8:22-24, quel exemple Jésus a-​t-​il laissé ?

7 Lors de l’installation de la prêtrise d’Israël, le sang d’un bélier a été appliqué sur l’oreille, le pouce et le gros orteil droits d’Aaron et de ses fils (lire Lévitique 8:22-24). Cet emploi du sang signifiait qu’avec obéissance, les prêtres feraient de leur mieux pour s’acquitter de leurs fonctions. À cet égard, le Grand Prêtre Jésus a laissé un exemple parfait aux oints et aux autres brebis. Son oreille a été attentive à la direction divine. Ses mains ont servi à accomplir la volonté de Jéhovah et ses pieds n’ont jamais dévié du chemin de la sainteté (Jean 4:31-34).

8. Que doivent faire tous les adorateurs de Jéhovah ?

 8 Les chrétiens oints et les autres brebis de Jésus doivent, comme leur Grand Prêtre, marcher sur la voie de l’intégrité. Tous les adorateurs de Jéhovah doivent suivre avec obéissance les directives contenues dans sa Parole, ce qui leur évitera d’attrister son esprit (Éph. 4:30). Ils doivent « faire des sentiers droits pour [leurs] pieds » (Héb. 12:13).

9. a) Qu’ont exprimé trois frères ayant coopéré étroitement avec des membres du Collège central ? b) Comment les déclarations de ces frères peuvent-​elles t’aider à rester saint ?

9 Prête attention aux témoignages francs de trois frères ayant l’espérance terrestre qui ont coopéré de près avec des membres du Collège central pendant des dizaines d’années, ou qui continuent à le faire. L’un d’eux a déclaré : « C’était bien sûr une attribution de service extraordinaire. Mais cette étroite coopération m’a parfois révélé que, tout oints qu’ils sont, ces frères sont imparfaits. Pourtant, l’un de mes objectifs au fil des années a été d’obéir à ceux qui nous dirigent. » Le deuxième frère a dit : « Des versets comme 2 Corinthiens 10:5, sur l’“obéi[ssance] au Christ”, m’ont aidé à être obéissant et à coopérer avec ceux qui nous dirigent ; à leur obéir du fond du cœur. » Le troisième frère a dit quant à lui : « Aimer ce que Jéhovah aime et détester ce qu’il déteste, mais aussi constamment chercher sa direction et faire ce qui lui plaît, c’est notamment obéir à son organisation et à ceux dont il se sert pour mener à bien son dessein concernant la terre. » Ce frère avait appris que Nathan Knorr, qui est devenu membre du Collège central, avait, contrairement à d’autres, accepté volontiers des enseignements de l’article « La naissance de la nation », paru en 1925 dans La Tour de Garde. Cette obéissance l’avait fortement impressionné. Réfléchir aux déclarations de ces trois hommes peut t’inciter à être obéissant, donc à te montrer saint.

UNE SAINTE OBÉISSANCE À LA LOI DE DIEU SUR LE SANG

10. Pourquoi est-​il important d’obéir à la loi de Dieu sur le sang ?

10 Lire Lévitique 17:10. Jéhovah avait interdit aux Israélites de manger « n’importe quelle sorte de sang ». S’abstenir du sang, qu’il soit animal ou humain, est également une exigence chrétienne (Actes 15:28, 29). Nous tremblons à la seule idée que Jéhovah « tourn[e] [s]a face contre » nous et nous « retranch[e] » de sa congrégation. Nous l’aimons et voulons lui obéir. Même lorsque notre vie est en danger, nous sommes déterminés à ne pas céder aux supplications et aux exigences de ceux qui ne le connaissent pas et ne se soucient pas de lui obéir. Évidemment, nous savons que notre position à l’égard du sang peut nous valoir des moqueries, mais nous décidons d’obéir à Dieu (Jude 17, 18). Quel point de vue sur la question nous rendra « fermement résolu[s] » à ne pas manger de sang ni accepter une transfusion ? (Deut. 12:23).

11. Pourquoi pouvons-​nous dire que la célébration annuelle du jour des Propitiations n’était pas un simple rituel ?

11 L’emploi que le grand prêtre de l’Israël antique faisait d’un sang animal le jour annuel des Propitiations nous permet de comprendre le point de vue de Jéhovah sur le sang. Le sang était réservé à un usage particulier. Il servait à faire propitiation pour les péchés de ceux qui recherchaient le pardon de Jéhovah. Il fallait faire l’aspersion du sang du taureau et du bouc vers et devant le couvercle de l’arche de l’alliance (Lév. 16:14, 15, 19). Grâce à ce rituel, Jéhovah  pouvait pardonner les péchés des Israélites. De plus, Jéhovah avait décrété que, si un homme tuait un animal pour se nourrir, il devait en verser le sang et le couvrir de poussière, « car l’âme de toute sorte de chair est son sang » (Lév. 17:11-14). Ces pratiques étaient-​elles des rituels sans importance ? Non. L’emploi du sang le jour des Propitiations et l’ordre de verser le sang à terre sont conformes à la loi relative au sang que Jéhovah avait donnée précédemment à Noé et à ses descendants (Gen. 9:3-6). Jéhovah Dieu avait interdit à ses serviteurs de consommer du sang pour entretenir leur vie. Qu’est-​ce que cela signifie pour les chrétiens ?

12. Quel lien la lettre de Paul aux chrétiens Hébreux fait-​elle entre le sang et le pardon ?

12 Parlant aux chrétiens Hébreux du pouvoir purificateur du sang, Paul a écrit : « Presque toutes choses sont purifiées avec du sang — selon la Loi —, et il n’y a pas de pardon sans que du sang soit répandu » (Héb. 9:22). Il a également expliqué que, bien qu’ayant une certaine valeur, les sacrifices d’animaux ne faisaient que rappeler aux Israélites qu’ils étaient pécheurs et qu’ils avaient besoin d’autre chose pour enlever complètement les péchés. En effet, la Loi était « une ombre des bonnes choses à venir, mais non la substance même des choses » (Héb. 10:1-4). Alors comment le pardon des péchés deviendrait-​il possible ?

13. Qu’éprouves-​tu quand tu penses que Jésus a offert la valeur de son sang à Jéhovah ?

13 Lire Éphésiens 1:7. La mort sacrificielle de Jésus Christ, qui s’est volontiers « livré lui-​même pour [nous] », veut dire beaucoup pour tous ceux qui l’aiment et aiment son Père (Gal. 2:20). Néanmoins, c’est ce qu’il a fait après sa mort et sa résurrection qui nous a réellement libérés, qui a rendu possible le pardon de nos péchés. Il a accompli ce que préfigurait la Loi mosaïque le jour des Propitiations. Ce jour-​là, le grand prêtre prenait du sang des animaux sacrifiés et entrait dans le Très-Saint du tabernacle (ce qui se ferait par la suite  dans le Très-Saint du temple de Salomon) et le présentait à Dieu, comme s’il se trouvait en sa présence (Lév. 16:11-15). De manière semblable, Jésus est entré dans le ciel même avec la valeur de son sang humain et l’a présentée à Jéhovah (Héb. 9:6, 7, 11-14, 24-28). Parce que nous exerçons la foi dans le sang de Jésus, nos péchés sont pardonnés et notre conscience, purifiée. Quel bonheur !

14, 15. Pourquoi est-​il important de comprendre la loi divine relative au sang et d’y obéir ?

14 Comprends-​tu mieux à présent pourquoi Jéhovah nous interdit de manger « n’importe quelle sorte de sang » ? (Lév. 17:10). Saisis-​tu les raisons pour lesquelles le sang est sacré à ses yeux ? Il considère que, fondamentalement, le sang équivaut à la vie (Gen. 9:4). Ne penses-​tu pas que nous devrions accepter son point de vue sur le sang et obéir à l’ordre de s’en abstenir ? Le seul moyen d’être en paix avec Jéhovah est d’avoir foi dans le sacrifice rédempteur de Jésus et de comprendre que, pour notre Créateur, le sang a une signification particulière (Col. 1:19, 20).

15 La question du sang peut se poser subitement à n’importe lequel d’entre nous. Ou bien un membre de notre famille ou un ami peut du jour au lendemain avoir à décider s’il acceptera ou non une transfusion. Dans ces situations critiques, il faudra aussi prendre des décisions en rapport avec les fractions sanguines et des techniques médicales. Par conséquent, il est très important de faire des recherches et de se préparer à faire face à une urgence. Associée à la prière, une telle préparation nous aidera à prendre fermement position et à ne pas transiger avec notre conscience. Nous ne voulons certainement pas attrister le cœur de Jéhovah en acceptant ce que sa Parole condamne ! Beaucoup de membres du corps médical et d’autres partisans de la transfusion encouragent le don de sang dans l’espoir de sauver des vies. Toutefois, le peuple saint de Jéhovah considère que le Créateur a le droit de dire quel usage faire du sang. Pour Dieu, « n’importe quelle sorte de sang » est sacrée. Soyons déterminés à obéir à sa loi relative au sang. Par notre sainte conduite, nous lui prouvons que nous attachons beaucoup de prix au pouvoir salvateur du sang de Jésus, l’unique sang qui rend possible le pardon des péchés et la vie éternelle (Jean 3:16).

Es-​tu déterminé à obéir à la loi de Jéhovah relative au sang ? (voir paragraphes 14, 15).

POURQUOI JÉHOVAH NOUS DEMANDE D’ÊTRE SAINTS

16. Pourquoi le peuple de Jéhovah doit-​il être saint ?

16 Aux Israélites qu’il délivrait de l’esclavage en Égypte, Jéhovah a dit : « Je suis Jéhovah qui vous fais monter du pays d’Égypte pour me montrer Dieu pour vous ; vous devez vous montrer saints, car je suis saint » (Lév. 11:45). La sainteté était requise du peuple d’Israël parce que Jéhovah est saint. Étant Témoins de Jéhovah, nous devons nous aussi être saints. Le livre du Lévitique ne laisse aucun doute à ce sujet.

17. Comment considères-​tu à présent le livre biblique du Lévitique ?

17 Cette étude de quelques extraits du Lévitique nous a certainement été bénéfique. Elle a très probablement augmenté ton estime pour ce livre des Écritures. Méditer sur certains enseignements précieux qu’il renferme t’a sans aucun doute aidé à mieux comprendre pourquoi nous devons être saints. Ceci dit, quels trésors recèle encore cette portion de la Parole inspirée de Dieu ? Que pouvons-​nous y découvrir d’autre au sujet du saint service pour Jéhovah ? Nous le verrons dans l’article qui suit.