Aller au contenu

Aller à la table des matières

 DE L’AIDE POUR LES FAMILLES | LES JEUNES

Comment faire face aux changements

Comment faire face aux changements

LE DÉFI

  • Ta famille doit s’installer ailleurs à cause du travail de ton père.

  • Ton meilleur ami déménage dans une autre région.

  • Ton grand frère quitte la maison pour se marier.

Comment peux-tu t’adapter à de tels changements ?

Un arbre capable de plier sous le vent résistera mieux à une tempête. Comme cet arbre, tu peux apprendre à « plier » sous les changements que tu maîtrises peu ou pas du tout. Mais avant de voir comment y parvenir, il y a certaines choses que tu dois savoir à propos des changements.

CE QUE TU DOIS SAVOIR

Les changements sont inévitables. La Bible énonce une vérité fondamentale au sujet des humains : « Temps et évènement imprévu leur arrivent à tous » (Ecclésiaste 9:11). Tôt ou tard, tu te heurteras à la réalité de ces paroles. Bien sûr, tout évènement imprévu n’est pas forcément mauvais. Et certains changements qui semblent mauvais au départ peuvent finalement se révéler avantageux. Cependant, la plupart des gens se sentent bien dans la routine, alors que le moindre changement — bon ou mauvais — les déstabilise.

Les changements peuvent être vraiment stressants pour les adolescents. Pour quelle raison ? « Tu es déjà soumis à des changements à l’intérieur de toi, explique Alex *. Les changements venant de l’extérieur ne font qu’augmenter ton stress. »

Citons une autre raison : Quand les adultes se retrouvent face à un changement, ils peuvent puiser dans leur vécu et se rappeler comment ils ont déjà surmonté une situation similaire. Les jeunes, eux, n’ont pas autant d’expérience.

Tu peux apprendre à t’adapter. La résilience est la capacité à se remettre d’un malheur ou à s’adapter aux changements. Une personne résiliente est capable non seulement de supporter une situation nouvelle, mais aussi de voir un avantage derrière ce qui semble être un obstacle. Les adolescents qui sont résilients ont moins tendance à se réfugier dans l’alcool ou la drogue quand ils se sentent dépassés.

 CE QUE TU PEUX FAIRE

Accepte la réalité. Tu aimerais sans doute être totalement maître de ta vie, mais ce n’est tout simplement pas possible. Tes amis déménageront et se marieront ; tes frères et sœurs grandiront et quitteront la maison ; tu seras peut-être obligé de partir vivre ailleurs avec ta famille et de laisser derrière toi tes amis et tout ce qui t’est familier. Il vaut mieux accepter la réalité plutôt que de laisser des pensées négatives te submerger. (Principe biblique : Ecclésiaste 7:10.)

Regarde devant. Se focaliser sur le passé, c’est comme conduire sur l’autoroute les yeux fixés sur le rétroviseur. Y jeter un coup d’œil de temps en temps est utile, mais il vaut mieux rester concentré sur la route. Il en va de même quand tu te retrouves face à des changements. Essaie de garder les yeux fixés sur l’avenir (Proverbes 4:25). Par exemple, quel objectif peux-tu te donner pour le prochain mois, ou pour les six prochains mois ?

Concentre-toi sur le positif. « La résilience est une question d’état d’esprit, dit Laura. Réfléchis aux aspects positifs de ta situation. » Peux-tu citer au moins un avantage que ta nouvelle situation t’apporte ? (Principe biblique : Ecclésiaste 6:9.)

Lorsque Victoria, une jeune femme, était adolescente, ses amis ont tous déménagé. Elle se rappelle : « Je me sentais tellement seule ; j’aurais aimé que tout reste comme avant. Mais avec le recul, je sais que c’est à ce moment-là que j’ai commencé à mûrir. J’ai compris que les changements sont nécessaires pour mûrir. C’est aussi à ce moment-là que j’ai remarqué qu’autour de moi, il y avait beaucoup de personnes qui pouvaient devenir mes amis. » (Principe biblique : Proverbes 27:10.)

Se concentrer sur le passé, c’est comme conduire sur l’autoroute les yeux fixés sur le rétroviseur.

Fais du bien autour de toi. La Bible dit : « Ay[ez] l’œil non pas uniquement sur vos propres affaires, par intérêt personnel, mais aussi, par intérêt personnel, sur celles des autres » (Philippiens 2:4). Un bon remède contre tes difficultés est d’aider les autres face à leurs difficultés. Anna, 17 ans, explique : « En grandissant, je me suis rendu compte qu’aider ceux qui traversent des situations semblables aux miennes — ou pires — me faisait beaucoup de bien ! »

^ § 11 Certains prénoms ont été changés.