Aller au contenu

LES JEUNES S’INTERROGENT

Suis-je quelqu’un de « résilient » ?

Es-​tu résilient ? Rencontres-​tu une épreuve comme :

  • la perte d’un être cher ?

  • une maladie chronique ?

  • une catastrophe naturelle ?

Les chercheurs disent que ce ne sont pas seulement les grandes difficultés qui réclament de la résilience. Même le stress de tous les jours peut nuire à la santé. Alors, que tes problèmes soient graves ou pas, c’est important que tu développes de la résilience.

 La résilience : qu’est-​ce que c’est ?

La résilience, c’est une capacité à faire face aux changements et aux drames. Une personne résiliente n’est pas immunisée contre les épreuves. Par contre, elle arrive à s’en remettre. Elle en sort sans doute marquée, mais plus forte.

Tout comme certains arbres se courbent sous la tempête puis se redressent, tu peux te relever après une épreuve.

 Pourquoi te faut-​il de la résilience ?

  • Parce que personne n’échappe aux épreuves. La Bible dit : « Les hommes rapides ne gagnent pas toujours la course, [...] ceux qui ont la connaissance ne réussissent pas toujours, parce que temps difficiles et évènements imprévus les surprennent tous » (Ecclésiaste 9:11). La leçon : même les bons souffrent et, généralement, ce n’est pas par leur propre faute.

  • Parce que la résilience te protège. Un conseiller d’orientation observe : « C’est incroyable, le nombre d’élèves qui craquent dans mon bureau à cause d’une mauvaise note ou d’un commentaire négatif posté sur un média social *. » Même pour ce genre de questions apparemment sans grande importance, une faible capacité à faire face peut entraîner, dit-​il, « une foule de troubles affectifs et mentaux ».

  • Parce que la résilience t’est utile aujourd’hui et continuera de l’être quand tu seras adulte. À propos des déceptions de la vie, le professeur Richard Lerner écrit : « Avoir une vie d’adulte réussie et productive, c’est notamment vite se remettre de ce genre de mésaventures, se fixer de nouveaux objectifs ou essayer de trouver d’autres chemins permettant d’atteindre son objectif *. »

 Comment peux-​tu développer de la résilience ?

  • Relativise tes problèmes. Apprends à faire la différence entre un problème majeur et un incident mineur. La Bible dit : « Le stupide montre immédiatement son agacement ; l’homme astucieux, lui, ne tient pas compte de l’insulte » (Proverbes 12:16). Tu n’es pas obligé de te laisser miner par la moindre difficulté.

    « À l’école, certains élèves faisaient tout un drame de pas grand-chose. Ensuite, sur les médias sociaux, leurs amis faisaient des commentaires qui abondaient dans leur sens, ce qui entretenait leur colère. Du coup, ça ne leur apprenait pas à relativiser les choses » (Joanne).

  • Apprends des autres. Un proverbe de la Bible déclare : « Comme le fer aiguise le fer, ainsi un homme aide son ami à progresser » (Proverbes 27:17). Nous pouvons apprendre de précieuses leçons de personnes qui ont déjà résisté à des tempêtes de la vie.

    « En parlant avec certains, tu te rendras compte qu’ils ont traversé beaucoup d’épreuves pénibles. Mais maintenant, ils vont bien. Parle avec eux pour découvrir ce qu’ils ont fait, ou n’ont pas fait, pour surmonter ces épreuves » (Julia).

  • Sois patient. La Bible dit : « Le juste peut tomber sept fois, mais il se relèvera » (Proverbes 24:16). Accepter une situation pénible, ça prend du temps. Alors, ne sois pas étonné s’il y a des jours où tu ne vas pas bien. L’important, c’est que tu ‘te relèves’.

    « Pour se remettre d’une épreuve, il faut que le cœur guérisse. C’est tout un processus, donc ça prend du temps. J’ai découvert qu’à chaque pas qu’on fait sur le chemin de la guérison, ça devient un peu plus facile et on se sent un petit peu mieux » (Andrea).

  • Cultive la reconnaissance. La Bible dit : « Montrez-​vous reconnaissants » (Colossiens 3:15). Quelle que soit la gravité de tes épreuves, il y a toujours des choses pour lesquelles tu peux être reconnaissant, ou heureux. Réfléchis à trois choses qui font que ta vie vaut la peine d’être vécue.

    « Quand on traverse une épreuve, c’est dur de ne pas se dire : “Pourquoi moi ?” En grande partie, la résilience, c’est ne pas ressasser ses problèmes, mais décider d’être positif et d’être heureux de ce qu’on a et de ce qu’on peut faire » (Samantha).

  • Fais le choix du contentement. L’apôtre Paul a dit : « J’ai appris à me contenter de ce que j’ai quelle que soit ma situation » (Philippiens 4:11, note). Paul ne choisissait pas ses épreuves. Mais ce qu’il choisissait, c’était la manière d’y réagir. Il était résolu à s’accommoder de n’importe quelle situation.

    « Une des choses que j’ai apprises sur moi, c’est que, face à une difficulté, ma première réaction n’est pas toujours la meilleure. Mon but, c’est d’apprendre à avoir un point de vue positif sur n’importe quelle situation. Je m’en porterai mieux, et mon entourage aussi » (Matthew).

  • Prie. La Bible dit : « Jette ton fardeau sur Jéhovah, et il te soutiendra. Il ne permettra jamais que le juste tombe » (Psaume 55:22). La prière, ce n’est pas une béquille psychologique ; c’est un moyen de communiquer avec ton Créateur, qui ‘se soucie de toi’ (1 Pierre 5:7).

    « Je ne suis pas obligé de me débattre tout seul. En parlant très franchement à Jéhovah de mes problèmes, puis en le remerciant pour ce qui m’arrive de bon, je me concentre sur les bienfaits qu’il m’accorde. Du coup, mes émotions négatives disparaissent. C’est tellement important, la prière ! » (Carlos).

^ § 16 T. Kersting, Disconnected: How to Reconnect Our Digitally Distracted Kids, CreateSpace Independent Publishing Platform, 2016.

^ § 17 The Good Teen: Rescuing Adolescence from the Myths of the Storm and Stress Years, Three Rivers Press, 2007.