Aller au contenu

Aller au sommaire

 EN COUVERTURE | LES SOUFFRANCES ET LA MORT DE JÉSUS : POURQUOI ?

Est-​ce vraiment arrivé ?

Est-​ce vraiment arrivé ?

Au printemps 33 de notre ère, Jésus le Nazaréen est exécuté. Après avoir été faussement accusé de sédition et sauvagement battu, il est cloué à un poteau. Il meurt dans d’atroces souffrances. Mais Dieu le ramène à la vie, et 40 jours plus tard, Jésus monte au ciel.

Nous pouvons lire ce récit incroyable dans les quatre Évangiles, qui se trouvent dans les Écritures grecques chrétiennes, communément appelées Nouveau Testament. Ces évènements se sont-​ils vraiment produits ? Cette question est particulièrement importante, car, s’ils n’ont pas eu lieu, la foi chrétienne est inutile, et l’espérance de la vie éternelle dans le Paradis n’est rien de plus qu’un beau rêve (1 Corinthiens 15:14). Inversement, s’ils se sont produits, un avenir radieux attend l’humanité, avenir que vous pouvez connaître. Alors, les évènements rapportés dans les Évangiles sont-​ils réels ou imaginaires ?

CE QUE MONTRENT LES FAITS

Les Évangiles se distinguent des légendes fantaisistes par leur exactitude et leur souci du détail. Par exemple, ils contiennent de nombreux noms de lieux bien réels, dont beaucoup peuvent encore être visités. Ils parlent de personnages dont l’existence est attestée par des historiens profanes (Luc 3:1, 2, 23).

 Jésus lui-​même est mentionné par des auteurs profanes des Ier et IIsiècles *. La description que font les Évangiles de la façon dont Jésus a été mis à mort concorde avec ce que l’on sait des méthodes d’exécution pratiquées par les Romains. Les évènements sont relatés de façon factuelle et honnête — des disciples de Jésus étant même présentés dans certains passages sous un jour défavorable (Matthieu 26:56 ; Luc 22:24-26 ; Jean 18:10, 11). Tous ces éléments montrent avec force que les rédacteurs des Évangiles ont raconté la vie de Jésus avec honnêteté et fidélité.

QU’EN EST-​IL DE LA RÉSURRECTION DE JÉSUS ?

Alors que l’existence de Jésus est généralement admise, certains remettent en cause sa résurrection. Même ses apôtres n’y ont pas cru au début (Luc 24:11). Toute trace de doute a cependant disparu après qu’eux-​mêmes et d’autres disciples ont vu à différentes reprises Jésus ressuscité. D’ailleurs, en une certaine occasion, il est apparu à plus de 500 personnes (1 Corinthiens 15:6).

Malgré le risque d’être arrêtés et tués, les disciples ont courageusement proclamé la résurrection de Jésus à tous — y compris à ceux qui l’avaient fait mettre à mort (Actes 4:1-3, 10, 19, 20 ; 5:27-32). Les disciples auraient-​ils été si nombreux à faire preuve d’un tel courage s’ils avaient eu le moindre doute sur la résurrection de Jésus ? En fait, c’est la réalité même de cette résurrection qui a permis au christianisme d’avoir une telle influence sur le monde d’hier et d’aujourd’hui.

Le récit que font les Évangiles de la mort et de la résurrection de Jésus porte le sceau de l’authenticité et de l’historicité. Une lecture attentive des Évangiles vous convaincra que ces évènements se sont vraiment produits. De plus, votre conviction se renforcera en comprenant pourquoi ils ont eu lieu. C’est ce qu’expliquera l’article suivant.

^ § 7 Tacite, né vers 55, a écrit que « ce nom [chrétiens] leur vient de Christ, qui, sous Tibère, fut livré au supplice par le procurateur Pontius Pilatus » (Annales, livre XV, trad. d’après Burnouf de H. Bornecque, Paris, Garnier-Flammarion, 1965, p. 439). Suétone (Ier siècle), l’historien juif Josèphe (Ier siècle) et Pline le Jeune, gouverneur de Bithynie (début du IIsiècle), ont eux aussi parlé de Jésus.