Évangile selon Jean 18​:​1-40

18  Après avoir dit ces choses, Jésus sortit avec ses disciples pour aller de l’autre côté de la vallée du Cédron+, où il y avait un jardin, et lui et ses disciples y entrèrent+.  Or Judas, celui qui allait le livrer+, connaissait aussi cet endroit, parce que Jésus s’y était souvent réuni avec ses disciples.  Judas amena donc un détachement de soldats et les agents envoyés par les prêtres en chef et les pharisiens, et il vint là avec des torches, des lampes et des armes+.  Alors Jésus, sachant toutes les choses qui allaient lui arriver, s’avança et leur demanda : « Qui cherchez-​vous ? »  Ils lui répondirent : « Jésus le Nazaréen+. » Il leur dit : « C’est moi. » Or Judas, celui qui était en train de le trahir, se tenait aussi avec eux+.  Cependant, lorsque Jésus leur dit : « C’est moi », ils reculèrent et tombèrent par terre+.  Il leur demanda donc de nouveau : « Qui cherchez-​vous ? » Ils répondirent : « Jésus le Nazaréen. »  Jésus dit : « Je vous ai dit que c’est moi. Donc, si c’est moi que vous cherchez, laissez ces hommes partir. »  C’était pour que s’accomplisse ce qu’il avait dit : « Je n’ai pas perdu un seul de ceux que tu m’as donnés+. » 10  Alors Simon Pierre, qui avait une épée, la tira, frappa le serviteur du grand prêtre et ainsi lui coupa l’oreille droite+. Ce serviteur s’appelait Malkus. 11  Cependant Jésus dit à Pierre : « Remets l’épée dans son fourreau+. Ne dois-​je pas boire la coupe que le Père m’a donnée+ ? » 12  Alors les soldats et le commandant et les agents des Juifs arrêtèrent Jésus et l’attachèrent. 13  Ils l’emmenèrent d’abord chez Anne, car c’était le beau-père de Caïphe+, lequel était grand prêtre cette année-​là+. 14  Or Caïphe était celui qui avait fait comprendre aux Juifs qu’il était dans leur intérêt qu’un seul homme meure pour le peuple+. 15  Simon Pierre, ainsi qu’un autre disciple, suivait Jésus+. Cet autre disciple était connu du grand prêtre, et il entra avec Jésus dans la cour du grand prêtre, 16  mais Pierre se tenait dehors, près de la porte*. L’autre disciple donc, qui était connu du grand prêtre, sortit et parla à la servante qui gardait la porte et fit entrer Pierre. 17  La servante dit alors à Pierre : « Tu n’es tout de même pas, toi aussi, un des disciples de cet homme ? » Il dit : « Non, je ne suis pas l’un d’eux+. » 18  Or les serviteurs et les agents se tenaient autour d’un feu de charbon de bois qu’ils avaient allumé parce qu’il faisait froid, et ils se réchauffaient. Pierre aussi se tenait avec eux et se réchauffait. 19  Alors le prêtre en chef interrogea Jésus sur ses disciples et sur son enseignement. 20  Jésus lui répondit : « J’ai parlé au monde publiquement. J’ai toujours enseigné dans les synagogues et dans le Temple+, où tous les Juifs se réunissent, et je n’ai rien dit en secret. 21  Pourquoi m’interroges-​tu ? Interroge ceux qui ont entendu ce que je leur ai dit. Ceux-là savent bien ce que j’ai dit. » 22  Après que Jésus eut dit ces choses, un des agents qui se tenait là lui donna une gifle+ et lui dit : « Est-​ce ainsi que tu réponds au prêtre en chef ? » 23  Jésus lui répondit : « Si j’ai dit quelque chose de faux, témoigne pour dire ce qui est faux ; mais si ce que j’ai dit est vrai, pourquoi me frappes-​tu ? » 24  Alors Anne l’envoya lié au grand prêtre Caïphe+. 25  Or Simon Pierre se tenait là et se réchauffait. Alors ils lui dirent : « Tu n’es tout de même pas, toi aussi, un de ses disciples ? » Il le nia en disant : « Non, je ne suis pas l’un d’eux+. » 26  Un des serviteurs du grand prêtre, qui était un parent de l’homme à qui Pierre avait coupé l’oreille+, dit : « C’est bien toi que j’ai vu dans le jardin avec lui ? » 27  Cependant, Pierre le nia de nouveau, et aussitôt un coq chanta+. 28  Puis Jésus fut conduit de chez Caïphe au palais du gouverneur+. C’était tôt le matin. Mais les Juifs eux-​mêmes n’entrèrent pas dans le palais du gouverneur, pour ne pas se rendre impurs+ et pouvoir ainsi manger le repas de la Pâque. 29  Pilate sortit donc dehors vers eux et dit : « De quoi accusez-​vous cet homme ? » 30  Ils lui répondirent : « Si cet homme n’était pas un malfaiteur*, nous ne te l’aurions pas livré. » 31  Pilate leur dit donc : « Prenez-​le vous-​mêmes et jugez-​le d’après votre loi+. » Les Juifs lui dirent : « Il ne nous est pas permis de tuer quelqu’un+. » 32  C’était afin que s’accomplisse la parole que Jésus avait dite pour indiquer de quel genre de mort il allait mourir+. 33  Alors Pilate entra de nouveau dans le palais du gouverneur ; il fit venir Jésus et lui dit : « Es-​tu le Roi des Juifs+ ? » 34  Jésus répondit : « Pourquoi me demandes-​tu cela ? Cela vient-​il de toi, ou est-​ce ce qu’on t’a dit à mon sujet ? » 35  Pilate répondit : « Est-​ce que je suis un Juif, moi ? Ta propre nation et les prêtres en chef t’ont livré à moi. Qu’as-​tu fait ? » 36  Jésus répondit+ : « Mon royaume ne fait pas partie de ce monde+. Si mon royaume faisait partie de ce monde, mes serviteurs auraient combattu pour que je ne sois pas livré aux Juifs+. Mais voilà, mon royaume n’est pas d’ici. » 37  Pilate lui dit donc : « Alors, tu es roi ? » Jésus répondit : « C’est toi qui dis que je suis roi+. C’est pour ceci que je suis né, et c’est pour ceci que je suis venu dans le monde : pour rendre témoignage à la vérité+. Tous ceux qui sont du côté de la vérité écoutent ma voix+. » 38  Pilate lui dit : « Qu’est-​ce que la vérité ? » Après avoir dit cela, il sortit de nouveau vers les Juifs et leur dit : « Je ne trouve en lui aucune raison de le condamner+. 39  D’autre part, c’est la coutume chez vous que je relâche un homme à la Pâque+. Alors voulez-​vous que je relâche le Roi des Juifs ? » 40  Ils crièrent de nouveau : « Pas celui-là, mais Barabbas ! » Or Barabbas était un malfaiteur*+.

Notes

Ou « entrée ».
Ou « criminel ».
Ou « voleur ».

Notes d'étude

vallée du Cédron : Ou « torrent d’hiver du Cédron ». La vallée du Cédron, qui n’est mentionnée qu’ici dans les Écritures grecques chrétiennes, sépare Jérusalem du mont des Oliviers. Elle s’étend du N au S en bordant le côté E de la ville. La vallée du Cédron était généralement sèche, même en hiver, sauf lorsque les pluies étaient particulièrement abondantes. Le mot grec khéïmarros, traduit ici par « vallée », signifie littéralement « un torrent d’hiver », autrement dit un cours d’eau qui coule à flots en raison des abondantes pluies hivernales. Ce mot grec est employé plus de 80 fois dans la Septante pour rendre le mot hébreu naḥal (vallée), qui est utilisé dans les Écritures hébraïques quand il est question de la vallée du Cédron (2S 15:23 ; 1R 2:37). Ces mots hébreu et grec pour « vallée » peuvent tous les deux désigner un cours d’eau ou un torrent (Dt 10:7 ; Jb 6:15 ; Is 66:12 ; Éz 47:5). Mais la plupart du temps, ils se rapportent à une vallée creusée par un torrent d’hiver, dans laquelle un cours d’eau s’écoule lors des pluies hivernales (Nb 34:5 ; Jos 13:9 ; 17:9 ; 1S 17:40 ; 1R 15:13 ; 2Ch 33:14 ; Né 2:15 ; Ct 6:11). Ces deux mots sont souvent traduits par « oued » (voir lexique à « oued »).

un détachement de soldats : L’utilisation du mot grec spéïra ici suggère qu’il est question de soldats romains. Des quatre évangélistes, seul Jean mentionne la présence de soldats romains lors de l’arrestation de Jésus (Jean 18:12).

frappa le serviteur du grand prêtre : Cet incident est rapporté par les quatre évangélistes, et leurs récits se complètent (Mt 26:51 ; Mc 14:47 ; Lc 22:50). Seul Luc, le « médecin bien-aimé » (Col 4:14), précise que Jésus « toucha l’oreille du serviteur et le guérit » (Lc 22:51). Jean est le seul évangéliste à écrire que c’est Simon Pierre qui a utilisé l’épée et que le serviteur qui a eu l’oreille coupée s’appelait Malkus. À l’évidence, le disciple « connu du grand prêtre » et de ceux qui habitaient sous son toit, c’était Jean (Jean 18:15, 16) ; il est donc logique que son Évangile donne le nom de l’homme blessé. Le fait que Jean connaissait ceux qui habitaient sous le toit du grand prêtre est confirmé par Jean 18:26, où l’apôtre explique que le serviteur qui a accusé Pierre d’être un disciple de Jésus était un « parent de l’homme à qui Pierre avait coupé l’oreille ».

boire la coupe : Dans la Bible, le mot « coupe » est souvent utilisé dans un sens figuré pour parler de la volonté de Dieu pour une personne ; on dit aussi qu’une « portion » est attribuée à quelqu’un (Ps 16:5 ; 23:5). « Boire la coupe » signifie ici se soumettre à la volonté de Dieu. Dans le cas présent, la « coupe » représentait non seulement les souffrances et la mort de Jésus, accusé à tort de blasphème, mais aussi sa résurrection pour la vie immortelle au ciel.

fais que cette coupe passe loin : Dans la Bible, le mot « coupe » est souvent utilisé dans un sens figuré pour parler de la volonté de Dieu pour une personne ; on dit aussi qu’une « portion » est attribuée à quelqu’un (voir note d’étude sur Mt 20:22). Jésus était sans nul doute très préoccupé à l’idée que son exécution pour blasphème et sédition puisse salir la réputation de Dieu, ce qui l’a poussé à prier pour que cette « coupe » passe loin de lui.

boire la coupe : Dans la Bible, le mot « coupe » est souvent utilisé dans un sens figuré pour parler de la volonté de Dieu pour une personne ; on dit aussi qu’une « portion » est attribuée à quelqu’un (Ps 16:5 ; 23:5). « Boire la coupe » signifie ici se soumettre à la volonté de Dieu. Dans le cas de Jésus, la « coupe » représentait ses souffrances et sa mort sous la fausse accusation de blasphème, ainsi que sa résurrection pour la vie immortelle au ciel (voir notes d’étude sur Mt 20:22 ; 26:39).

les Juifs : Dans l’Évangile de Jean, ce terme a des sens différents en fonction du contexte. Il peut désigner les Juifs en général, ceux qui habitaient en Judée ou ceux qui habitaient à Jérusalem et dans ses environs. Mais il peut aussi avoir un sens plus restreint et désigner les Juifs qui étaient farouchement attachés aux traditions humaines ajoutées à la Loi mosaïque, traditions souvent contraires à l’esprit de cette Loi (Mt 15:3-6). Parmi ces « Juifs », les plus éminents étaient les autorités juives (ou chefs religieux juifs) qui détestaient Jésus. Dans ce verset et dans d’autres occurrences du terme « Juifs » en Jean chapitre 7, le contexte indique qu’il est question des autorités juives, ou chefs religieux juifs (Jean 7:13, 15, 35a ; voir lexique à « Juif »).

commandant : Le terme grec khiliarkhos (chiliarque) signifie littéralement « chef d’un millier », c’est-à-dire d’un millier de soldats. Il désigne un chef militaire romain appelé « tribun ». Chaque légion romaine comptait six tribuns. Cependant, la légion n’était pas répartie sous six commandements distincts. En fait, chaque tribun dirigeait l’ensemble de la légion deux mois par an (un sixième de l’année) au total. Ces commandants étaient investis d’une grande autorité ; ils pouvaient par exemple nommer des centurions et les affecter à un poste. Le terme grec khiliarkhos peut aussi désigner de façon plus large un officier supérieur de l’armée. Lors de l’arrestation de Jésus, un commandant romain accompagnait les soldats.

des Juifs : Cette expression désigne apparemment les autorités juives, ou chefs religieux juifs (voir note d’étude sur Jean 7:1).

prêtre en chef Anne et [...] Caïphe : Luc situe le début du ministère de Jean le Baptiseur à l’époque où la prêtrise juive était dominée par ces deux hommes puissants. Anne a été établi grand prêtre en 6 ou 7 de n. è. par Quirinius, gouverneur romain de Syrie, et il a occupé cette fonction jusqu’en 15 de n. è. Même si Anne a été destitué par les Romains et ne portait plus le titre officiel de grand prêtre, il a manifestement continué d’exercer un pouvoir considérable en qualité de grand prêtre honoraire : il restait le membre le plus influent de la hiérarchie juive. Cinq de ses fils ont occupé la fonction de grand prêtre, et Caïphe, son gendre, a été grand prêtre d’environ 18 de n. è. à environ 36 de n. è. C’est pourquoi, même si la fonction de grand prêtre était remplie par Caïphe en 29 de n. è., Anne pouvait à juste titre être qualifié de « prêtre en chef » en raison de sa position éminente (Jean 18:13, 24 ; Ac 4:6).

Ils l’emmenèrent d’abord chez Anne : Seul Jean précise qu’on a emmené Jésus chez Anne, qui avait été établi grand prêtre en 6 ou 7 de n. è. par Quirinius, gouverneur romain de Syrie. Anne avait occupé cette fonction jusqu’en 15 de n. è. environ. Même s’il avait été destitué par les Romains et ne portait plus le titre officiel de grand prêtre, il a semble-​t-​il continué d’exercer un pouvoir considérable en qualité de grand prêtre honoraire : il restait le membre le plus influent de la hiérarchie juive. Cinq de ses fils ont occupé la fonction de grand prêtre, et Caïphe, son gendre, a été grand prêtre d’environ 18 de n. è. à environ 36 de n. è., période qui englobe cette année-​là, c’est-à-dire 33 de n. è., l’année marquante où Jésus a été exécuté (voir note d’étude sur Lc 3:2).

celui que Jésus aimait : C.-à-d. celui que Jésus aimait tout particulièrement. C’est le premier des cinq endroits dans cet Évangile où il est question d’un certain disciple « que Jésus [ou : « qu’il »] aimait » ou « pour qui Jésus avait de l’affection » (Jean 13:23 ; 19:26 ; 20:2 ; 21:7, 20). On pense généralement que ce disciple est l’apôtre Jean, fils de Zébédée et frère de Jacques (Mt 4:21 ; Mc 1:19 ; Lc 5:10). Une des raisons qui appuient cette conclusion, c’est que l’apôtre Jean n’est jamais mentionné explicitement dans cet Évangile, à part dans l’expression « les fils de Zébédée » en Jean 21:2. On trouve un autre indice en Jean 21:20-24, où l’expression « le disciple que Jésus aimait » est employée pour parler du rédacteur de cet Évangile. Enfin, Jésus a dit à Pierre au sujet de ce disciple : « Si je veux qu’il reste jusqu’à ce que je vienne, en quoi cela te concerne-​t-​il ? » Ces paroles laissaient entendre que ce disciple vivrait bien plus longtemps que Pierre et les autres apôtres, ce qui a été le cas de l’apôtre Jean (voir notes d’étude sur le titre de Jean et sur Jean 1:6 ; 21:20).

le disciple qu’il aimait : C.-à-d. celui que Jésus aimait tout particulièrement. C’est le deuxième des cinq endroits dans cet Évangile où il est question d’un certain disciple « que Jésus [ou : « qu’il »] aimait » ou « pour qui Jésus avait de l’affection » (Jean 13:23 ; 19:26 ; 20:2 ; 21:7, 20). On pense généralement que ce disciple est l’apôtre Jean (voir note d’étude sur Jean 13:23).

l’autre disciple, celui pour qui Jésus avait de l’affection : C.-à-d. celui pour qui Jésus avait une affection toute particulière. C’est le troisième des cinq endroits dans cet Évangile où il est question d’un certain disciple « que Jésus [ou : « qu’il »] aimait » ou « pour qui Jésus avait de l’affection » (Jean 13:23 ; 19:26 ; 20:2 ; 21:7, 20). On pense généralement que ce disciple est l’apôtre Jean (voir notes d’étude sur Jean 13:23 ; 18:15). Dans les quatre autres occurrences, c’est le verbe grec agapaô qui est utilisé. Ce verset emploie un synonyme, le mot grec philéô, qui est souvent rendu dans cette traduction par « avoir de l’affection pour » (Mt 10:37 ; Jean 11:3, 36 ; 16:27 ; 21:15-17 ; 1Co 16:22 ; Tt 3:15 ; Ré 3:19 ; voir notes d’étude sur Jean 5:20 ; 16:27 ; 21:15).

le disciple que Jésus aimait : C.-à-d. celui que Jésus aimait tout particulièrement. C’est le quatrième des cinq endroits dans cet Évangile où il est question d’un certain disciple « que Jésus [ou : « qu’il »] aimait » ou « pour qui Jésus avait de l’affection » (Jean 13:23 ; 19:26 ; 20:2 ; 21:7, 20). On pense généralement que ce disciple est l’apôtre Jean, fils de Zébédée et frère de Jacques (Mt 4:21 ; Mc 1:19 ; Lc 5:10 ; Jean 21:2 ; les raisons qui appuient cette conclusion sont présentées dans les notes d’étude sur Jean 13:23 ; 21:20).

le disciple que Jésus aimait : C.-à-d. celui que Jésus aimait tout particulièrement. C’est le dernier des cinq endroits dans cet Évangile où il est question d’un certain disciple « que Jésus [ou : « qu’il »] aimait » ou « pour qui Jésus avait de l’affection » (Jean 13:23 ; 19:26 ; 20:2 ; 21:7, 20). On pense généralement que ce disciple est l’apôtre Jean, fils de Zébédée et frère de Jacques (Mt 4:21 ; Mc 1:19 ; Lc 5:10 ; Jean 21:2). Comme le montre le passage de Jean 21:20-24, le « disciple que Jésus aimait » était aussi le « disciple [...] qui a écrit ces choses », c’est-à-dire le rédacteur de l’Évangile de Jean (voir notes d’étude sur le titre de Jean ; 1:6 ; 13:23).

un autre disciple : Expression qui désigne apparemment l’apôtre Jean. Le recours à cette expression correspondrait bien au style caractéristique de Jean, qui ne parle jamais de lui par son nom dans son Évangile (voir notes d’étude sur Jean 13:23 ; 19:26 ; 20:2 ; 21:7 ; 21:20). De plus, après la résurrection de Jésus, on retrouve Jean et Pierre associés dans un même récit, en Jean 20:2-8. La Bible n’explique pas comment Jean, un Galiléen, pouvait être connu du grand prêtre. Quoi qu’il en soit, comme il connaissait ceux qui habitaient sous le toit du grand prêtre, la servante qui gardait la porte l’a laissé entrer dans la cour, et il a pu également faire entrer Pierre (Jean 18:16).

charbon de bois : Forme de carbone noir, cassant et poreux, généralement le résidu de bois partiellement brûlé. Dans les temps anciens, on fabriquait le charbon en recouvrant de terre un tas de bois qu’on faisait brûler lentement pendant plusieurs jours avec juste assez d’air pour la combustion des gaz. On obtenait ainsi une forme de carbone relativement pure. Ce procédé prenait beaucoup de temps et exigeait une surveillance attentive, mais le charbon de bois était un combustible très apprécié quand on désirait produire une chaleur intense et constante, sans fumée. Pour se chauffer, on se servait de charbon de bois dans un foyer ouvert ou dans un brasero (Is 47:14, note ; Jr 36:22). Il était également idéal pour cuire les aliments, car il dégageait une chaleur constante, sans flamme ni fumée (Jean 21:9).

Ils l’emmenèrent d’abord chez Anne : Seul Jean précise qu’on a emmené Jésus chez Anne, qui avait été établi grand prêtre en 6 ou 7 de n. è. par Quirinius, gouverneur romain de Syrie. Anne avait occupé cette fonction jusqu’en 15 de n. è. environ. Même s’il avait été destitué par les Romains et ne portait plus le titre officiel de grand prêtre, il a semble-​t-​il continué d’exercer un pouvoir considérable en qualité de grand prêtre honoraire : il restait le membre le plus influent de la hiérarchie juive. Cinq de ses fils ont occupé la fonction de grand prêtre, et Caïphe, son gendre, a été grand prêtre d’environ 18 de n. è. à environ 36 de n. è., période qui englobe cette année-​là, c’est-à-dire 33 de n. è., l’année marquante où Jésus a été exécuté (voir note d’étude sur Lc 3:2).

le prêtre en chef : C.-à-d. Anne (voir notes d’étude sur Jean 18:13 ; Ac 4:6).

au grand prêtre Caïphe : Voir app. B12 pour savoir où se trouvait peut-être la maison de Caïphe.

un coq chanta : Les quatre Évangiles mentionnent cette information, mais seul Marc fournit un détail supplémentaire : le coq a chanté une deuxième fois (Mt 26:34, 74, 75 ; Mc 14:30 ; Lc 22:34, 60, 61 ; Jean 13:38 ; 18:27). La Mishna affirme qu’à l’époque de Jésus, on élevait des coqs à Jérusalem, ce qui confirme la véracité du récit biblique. Ce coq a sans doute chanté quelque temps avant l’aube (voir note d’étude sur Mc 13:35).

un coq chanta : Voir note d’étude sur Mc 14:72.

palais du gouverneur : Le mot grec praïtôrion (du latin prætorium) désigne la résidence officielle des gouverneurs romains. À Jérusalem, le gouverneur résidait probablement dans le palais construit par Hérode le Grand, situé dans l’angle NO de la ville haute, qui se trouve dans la partie S de Jérusalem (voir app. B12 pour connaître l’emplacement du palais). Pilate ne séjournait à Jérusalem qu’en certaines occasions, par exemple lors des fêtes, où il y avait des risques d’émeute. Son lieu de résidence habituel se trouvait à Césarée.

palais du gouverneur : Voir note d’étude sur Mt 27:27.

tôt le matin : C’est-à-dire le matin du 14 nisan, le jour du procès et de la mort de Jésus. La Pâque a commencé la veille au soir, et, comme le montrent les autres Évangiles, Jésus et ses apôtres ont mangé le repas de la Pâque ce soir-​là (Mt 26:18-20 ; Mc 14:14-17 ; Lc 22:15). Par conséquent, dans ce verset, le repas de la Pâque doit désigner le repas du 15 nisan, le premier jour de la fête des Pains sans levain. À l’époque de Jésus, on réunissait parfois sous le nom de Pâque à la fois la Pâque proprement dite (14 nisan) et la fête des Pains sans levain (15-21 nisan) (Lc 22:1).

Es-​tu le roi des Juifs ? : Dans l’Empire romain, aucun roi ne pouvait régner sans le consentement de César. C’est peut-être pour cette raison que Pilate a concentré son interrogatoire sur la question de la royauté de Jésus.

Es-​tu le Roi des Juifs ? : Voir note d’étude sur Mt 27:11.

Mon royaume ne fait pas partie de ce monde : Jésus ne répond pas directement à la question de Pilate « Qu’as-​tu fait ? » (Jean 18:35). Il se focalise plutôt sur sa première question : « Es-​tu le Roi des Juifs ? » (Jean 18:33). Dans sa courte réponse, Jésus mentionne à trois reprises le royaume dont il sera le Roi. En disant que son royaume « ne fait pas partie de ce monde », Jésus établit clairement que le Royaume n’est pas d’origine humaine. Cela concorde avec des déclarations faites auparavant, où il était question du « royaume des cieux » et du « royaume de Dieu » (Mt 3:2 ; Mc 1:15). Jésus a aussi affirmé que ses disciples ne faisaient « pas partie du monde », c’est-à-dire de la société humaine injuste éloignée de Dieu et de ses serviteurs (Jean 17:14, 16). Ce qu’il a dit à Pierre plus tôt ce soir-​là montrait que ses disciples ne devaient pas se battre pour le défendre, comme le feraient les partisans d’un roi humain (Mt 26:51, 52 ; Jean 18:11).

Tu l’as dit toi-​même : Cette expression idiomatique juive est utilisée ici pour affirmer que celui qui pose la question dit vrai. Jésus disait en quelque sorte : « C’est toi qui l’as dit, et ce que tu dis est vrai. » La réponse de Jésus soulignait probablement que, par ses paroles, Judas reconnaissait que c’était lui qui allait trahir Jésus. Judas a certainement quitté la pièce un peu après cela, avant que Jésus institue le Repas du Seigneur, comme le montre le récit de Jean 13:21-30. Dans le récit de Matthieu, Judas apparaîtra de nouveau en Mt 26:47, dans le jardin de Gethsémani, accompagné d’une foule.

Tu l’as dit toi-​même : Jésus n’essayait pas d’esquiver la question de Caïphe, car il reconnaissait que le grand prêtre avait autorité pour lui faire jurer de dire la vérité (Mt 26:63). Il semble que Jésus ait employé une expression idiomatique juive qu’on utilisait pour affirmer que la déclaration de son interlocuteur était vraie. Cette interprétation est confirmée par le récit parallèle de Marc, qui rend la réponse de Jésus ainsi : « Je le suis » (Mc 14:62 ; voir notes d’étude sur Mt 26:25 ; 27:11).

C’est toi qui dis que je suis roi : Par ces mots, Jésus confirme qu’il est roi (Mt 27:11 ; cf. notes d’étude sur Mt 26:25, 64). Mais la royauté de Jésus est différente de ce que Pilate imagine, car le royaume de Jésus « ne fait pas partie de ce monde » et ne constitue donc pas une menace pour Rome (Jean 18:33-36).

rendre témoignage à : Dans les Écritures grecques chrétiennes, le verbe grec marturéô (souvent traduit par « rendre témoignage » ou « témoigner ») et les mots marturia et martus (généralement traduits par « témoignage » ou « témoin ») ont un sens large. Fondamentalement, ces termes emportent l’idée d’attester la véracité de faits dont on a été témoin ou dont on a personnellement connaissance. Mais ils peuvent aussi exprimer l’idée de « déclarer », « confirmer », « dire du bien de ». On peut dire que Jésus a rendu témoignage à la vérité non seulement parce qu’il a certifié l’authenticité des vérités dont il était convaincu et les a proclamées, mais aussi parce qu’il a montré par sa vie que les promesses et les paroles prophétiques de son Père étaient vraies (2Co 1:20). Le projet de Dieu concernant le Royaume et son Chef messianique avait été annoncé dans le détail. La vie terrestre de Jésus dans son intégralité, qui a abouti à sa mort sacrificielle, a réalisé toutes les prophéties le concernant, y compris les ‘ombres’, ou modèles, contenues dans l’alliance de la Loi (Col 2:16, 17 ; Hé 10:1). Ainsi, par ses paroles et ses actions, Jésus a ‘rendu témoignage à la vérité’.

la vérité : Jésus parlait non pas de vérité en général, mais de « la vérité » sur les projets de Dieu. Un élément essentiel du projet de Dieu est que Jésus, le « fils de David », occupe les fonctions de Grand Prêtre et de Dirigeant du royaume de Dieu (Mt 1:1). Jésus a expliqué qu’une des raisons principales de sa venue dans le monde des humains, de sa vie sur terre et de son ministère était de proclamer la vérité sur ce royaume. Les anges ont proclamé un message semblable avant et juste après la naissance de Jésus à Bethléem de Judée, la ville natale de David (Lc 1:32, 33 ; 2:10-14).

Qu’est-​ce que la vérité ? : Selon toute apparence, dans sa question, Pilate parle de vérité en général, et non de « la vérité » dont Jésus venait de parler (Jean 18:37). Si cette question avait été sincère, Jésus y aurait sans aucun doute répondu. Mais il est probable que, dans la bouche de Pilate, c’était une question rhétorique, posée sur un ton sceptique ou moqueur ; c’est comme s’il avait dit : « La vérité ? C’est quoi, la vérité ? Ça n’existe pas ! » D’ailleurs, sans attendre de réponse, Pilate est sorti vers les Juifs.

c’est la coutume chez vous que je relâche un homme : La coutume de relâcher un prisonnier est aussi mentionnée en Mt 27:15 et en Mc 15:6. Apparemment, elle avait une origine juive puisque Pilate a dit aux Juifs : « C’est la coutume chez vous. » Même si cette tradition n’a ni fondement ni précédent dans les Écritures hébraïques, il semble qu’à l’époque de Jésus, elle était déjà établie chez les Juifs. Elle ne devait pas sembler étrange aux Romains, car il existe des preuves qu’ils relâchaient des prisonniers pour faire plaisir aux foules.

Documents multimédias

La vallée du Cédron
La vallée du Cédron

La vallée du Cédron (Naḥal Qidron) sépare Jérusalem du mont des Oliviers et elle s’étend grosso modo du N au S en bordant le côté E de la ville. La vallée prend naissance un peu au N des murailles de Jérusalem. Au départ, elle est large et peu profonde, puis elle se rétrécit et se creuse. En face de l’extrémité S de l’ancien emplacement du Temple, elle fait environ 120 m de large et 30 m de profondeur ; mais, à l’époque de Jésus, elle était manifestement plus profonde. La vallée se prolonge à travers le désert de Judée jusqu’à la mer Morte. C’est cette vallée que Jésus a traversée pour se rendre au jardin de Gethsémani après avoir institué le Repas du Seigneur, le 14 nisan 33 de n. è. (Jean 18:1).

1. Vallée du Cédron

2. Mont du Temple

3. Mont des Oliviers (la partie filmée est couverte de tombes)

Le plus ancien fragment connu des Écritures grecques chrétiennes
Le plus ancien fragment connu des Écritures grecques chrétiennes

Sur cette photo sont présentés le recto et le verso du papyrus Rylands 457 (P52), un fragment d’une très ancienne copie de l’Évangile de Jean. Ce papyrus est conservé à la bibliothèque universitaire John Rylands, à Manchester (Angleterre), qui en a fait l’acquisition en Égypte en 1920. Il contient des portions de Jean 18:31-33 sur un côté et de Jean 18:37, 38 sur l’autre. Le fait qu’il soit écrit des deux côtés montre clairement qu’il vient d’un codex. Le fragment mesure 9 cm sur 6 cm. De nombreux spécialistes considèrent qu’il s’agit du plus ancien manuscrit grec disponible des Écritures grecques chrétiennes et pensent qu’il date de la première moitié du 2siècle de n. è. L’Évangile de Jean a été rédigé vers 98 de n. è. ; il n’y a donc vraisemblablement que quelques décennies qui séparent l’original de la copie. Le texte de ce fragment est très proche de celui de manuscrits grecs postérieurs plus complets qui servent de référence aux traductions modernes des Écritures grecques chrétiennes.