Évangile selon Luc 3​:​1-38

3  Dans la 15année du règne de Tibère César, alors que Ponce Pilate était gouverneur de Judée, qu’Hérode*+ gouvernait* la Galilée, que son frère Philippe gouvernait la région d’Iturée et de Trachonitide, et que Lysanias gouvernait l’Abilène,  à l’époque du prêtre en chef Anne et de Caïphe+, Jean fils de Zacharie reçut un message de Dieu+ dans le désert+.  Jean se rendit alors dans toute la région des environs du Jourdain. Il prêchait un baptême qui symbolisait le repentir pour le pardon des péchés+,  comme c’est écrit dans le livre du prophète Isaïe : « La voix de quelqu’un crie dans le désert : “Préparez le chemin de Jéhovah* ! Rendez droites ses routes+ !  Toutes les vallées devront être comblées, et toutes les montagnes et toutes les collines devront être nivelées. Les chemins sinueux devront devenir droits et les chemins accidentés devront devenir plats.  Et tous les humains* verront le salut* de Dieu+.” »  Alors il se mit à dire aux foules qui venaient vers lui pour se faire baptiser : « Fils de vipères, qui vous a conseillé de fuir la colère qui vient+ ?  Produisez des fruits qui conviennent au repentir*. Et ne commencez pas à vous dire : “Notre père, c’est Abraham.” Car je vous dis que Dieu peut donner des enfants à Abraham au moyen de ces pierres.  En effet, la hache se trouve déjà à la racine des arbres. Tout arbre qui ne produit pas de beaux fruits sera coupé et jeté au feu+. » 10  Et les foules lui demandaient : « Alors que devons-​nous faire ? » 11  Il leur répondit : « Que celui qui a deux vêtements* partage avec celui qui n’en a pas. Et que celui qui a quelque chose à manger en fasse autant+. » 12  Même des collecteurs d’impôts vinrent pour se faire baptiser+. Ils lui demandèrent : « Enseignant, que devons-​nous faire ? » 13  Il leur répondit : « N’exigez* pas plus que le taux de l’impôt+. » 14  Des soldats aussi lui demandaient : « Que devons-​nous faire ? » Et il leur dit : « Ne dépouillez* personne, et n’accusez personne faussement+, mais contentez-​vous de votre salaire*. » 15  Or le peuple était dans l’attente, et tous raisonnaient dans leur cœur à propos de Jean : « Ne serait-​ce pas le Christ+ ? » 16  Jean répondit en leur disant à tous : « Moi, je vous baptise avec de l’eau, mais celui qui est plus fort que moi vient — je ne suis pas digne de dénouer les lanières de ses sandales+. Il vous baptisera avec de l’esprit saint et avec du feu+. 17  Sa pelle à vanner est dans sa main, et il nettoiera complètement son aire de battage. Il mettra son blé à l’abri, mais la bale*, il la brûlera par un feu qu’il est impossible d’éteindre. » 18  Il faisait aussi beaucoup d’autres recommandations et continuait d’annoncer une bonne nouvelle au peuple. 19  Mais il fit des reproches à Hérode, qui gouvernait* la Galilée, au sujet d’Hérodiade, la femme de son frère, et au sujet de toutes les mauvaises actions qu’il avait commises. 20  Alors à toutes ces mauvaises actions, Hérode ajouta encore celle-ci : il enferma Jean en prison+. 21  Or, quand tout le peuple eut été baptisé, Jésus aussi fut baptisé+. Pendant qu’il priait, le ciel s’ouvrit+ 22  et l’esprit saint descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe. Et une voix venant du ciel dit : « Tu es mon Fils, le bien-aimé ; tu as mon approbation+. » 23  Quand Jésus+ commença son ministère, il avait environ 30 ans+. Il était, à ce que les gens croyaient,fils de Joseph+,fils d’Héli, 24  fils de Matath,fils de Lévi,fils de Melki,fils de Janaï,fils de Joseph, 25  fils de Matatias,fils d’Amos,fils de Nahum,fils d’Esli,fils de Nagaï, 26  fils de Maath,fils de Matatias,fils de Séméïn,fils de Jossek,fils de Joda, 27  fils de Joanân,fils de Ressa,fils de Zorobabel+,fils de Shéaltiel+,fils de Néri, 28  fils de Melki,fils d’Adi,fils de Kossam,fils d’Elmadam,fils d’Èr, 29  fils de Jésus,fils d’Éliézèr,fils de Jorim,fils de Matath,fils de Lévi, 30  fils de Siméon,fils de Judas,fils de Joseph,fils de Jonam,fils d’Éliakim, 31  fils de Méléa,fils de Ména,fils de Matata,fils de Nathan+,fils de David+, 32  fils de Jessé+,fils d’Obed+,fils de Boaz+,fils de Salmôn+,fils de Nashôn+, 33  fils d’Aminadab,fils d’Arni,fils de Hèzrôn,fils de Pérez+,fils de Juda+, 34  fils de Jacob+,fils d’Isaac+,fils d’Abraham+,fils de Téra+,fils de Naor+, 35  fils de Seroug+,fils de Réou+,fils de Pélèg+,fils d’Ébèr+,fils de Shéla+, 36  fils de Caïnan,fils d’Arpakshad+,fils de Sem+,fils de Noé+,fils de Lamek+, 37  fils de Mathusalem+,fils d’Hénoch,fils de Jared+,fils de Maalaléel+,fils de Caïnan+, 38  fils d’Énosh+,fils de Seth+,fils d’Adam+,fils de Dieu.

Notes

C.-à-d. Hérode Antipas. Voir lexique.
Ou « était tétrarque de ».
Litt. « toute chair ».
Ou « moyen de salut ». Voir lexique (Salut).
Ou « montrez votre repentir par des actes ».
Ou « un vêtement de rechange ».
Ou « percevez ».
Ou « brutalisez ».
Ou « ration de vivres ».
Litt. « le tétrarque de ».

Notes d'étude

Documents multimédias

Tibère
Tibère

Tibère est né en 42 av. n. è. Il est devenu le deuxième empereur de Rome en 14 de n. è. et il a vécu jusqu’en mars 37 de n. è. Il était empereur tout le temps qu’a duré le ministère de Jésus. Tibère était donc le César en fonction lorsque Jésus a dit, en rapport avec la pièce servant à payer l’impôt : « Rendez les choses de César à César » (Mc 12:14-17 ; Mt 22:17-21 ; Lc 20:22-25).

Pièce frappée par Hérode Antipas
Pièce frappée par Hérode Antipas

Ces photos montrent les deux côtés d’une pièce en alliage de cuivre ; elle a été fabriquée à l’époque où Jésus accomplissait son ministère. C’est Hérode Antipas qui en a commandé la fabrication ; il était alors tétrarque, ou gouverneur, de la Galilée et de la Pérée. Jésus passait semble-​t-​il par la Pérée, le territoire d’Hérode, pour se rendre à Jérusalem quand des pharisiens lui ont dit qu’Hérode voulait le tuer. Dans sa réponse, Jésus a appelé Hérode « ce renard » (voir note d’étude sur Lc 13:32). Étant donné que la plupart des sujets d’Hérode étaient Juifs, les pièces qu’il a frappées portaient des symboles comme une branche de palmier (1) et une couronne de feuilles (2), des images qui ne risquaient pas de choquer les Juifs.

Désert
Désert

Les mots des langues originales traduits par « désert » dans la Bible (l’hébreu midhbar et le grec érêmos) désignent généralement une région non cultivée et très peu habitée ; il s’agit souvent de steppes de broussailles et d’herbe, et parfois même de pâturages. Ces mots peuvent aussi se rapporter à des régions arides qu’on peut réellement qualifier de « désertiques ». Dans les Évangiles, le terme « désert » désigne généralement le désert de Judée. C’est dans ce désert que Jean a vécu et prêché, et que Jésus a été tenté par le Diable (Mc 1:12).

Sandales
Sandales

À l’époque biblique, les sandales étaient faites de semelles en cuir, en bois ou en fibres végétales, qu’on attachait aux pieds par des lanières en cuir. Les sandales avaient une valeur symbolique dans certaines transactions ; elles étaient aussi utilisées pour illustrer une idée. Par exemple, sous la Loi, quand un homme refusait de contracter un mariage léviratique avec une veuve, celle-ci lui retirait une sandale ; puis, pour faire honte à cet homme, le nom de sa famille devenait : « La maison de celui à qui on a enlevé la sandale » (Dt 25:9, 10). Pour officialiser le transfert d’un bien ou d’un droit de rachat, on tendait à l’autre sa sandale (Ru 4:7). Dénouer les lanières des sandales de quelqu’un ou lui porter ses sandales était considéré comme une tâche ingrate, qui était souvent accomplie par un esclave. Jean le Baptiseur a mentionné cette pratique pour illustrer le fait qu’il était inférieur au Christ.

Outils de battage
Outils de battage

Deux des reproductions de traîneaux à battre (1) que l’on voit ici sont posées à l’envers, révélant les cailloux tranchants enfoncés dessous (Is 41:15). Comme l’illustre la deuxième photo (2), le cultivateur étendait les gerbes de céréales sur l’aire de battage, montait sur le traîneau, qui était tiré par un animal, comme un taureau, et passait sur les céréales. Les sabots de l’animal et les cailloux placés sous le traîneau tranchaient et broyaient les tiges, ce qui libérait les grains. Ensuite, le cultivateur utilisait une fourche (ou une pelle) à vanner (3) pour lancer en l’air les épis battus. Le vent emportait alors la bale, tandis que les grains, plus lourds, retombaient au sol. Dans la Bible, le battage est employé à juste titre pour illustrer la manière dont Jéhovah vaincra et mettra en pièces ses ennemis (Jr 51:33 ; Mi 4:12, 13). Jean le Baptiseur a pris l’exemple du battage pour montrer que les justes seraient séparés des méchants.