Aller au contenu

Aller au sommaire

Cherche à comprendre les besoins pratiques, affectifs et spirituels de tes frères et sœurs.

Peux-​tu aider dans ta congrégation ?

Peux-​tu aider dans ta congrégation ?

AVANT de monter au ciel, Jésus a dit à ses disciples : « Vous serez mes témoins [...] jusque dans la région la plus lointaine de la terre » (Actes 1:8). Comment les premiers chrétiens pourraient-​ils accomplir cette mission ?

Martin Goodman, professeur à l’université d’Oxford, observe qu’« au début de l’Empire romain, le sens de la mission distinguait les chrétiens des autres groupes religieux, dont les juifs ». Pour effectuer son ministère, Jésus s’était beaucoup déplacé. Les vrais chrétiens, qui suivaient son exemple, ont certainement compris que pour répandre « la bonne nouvelle du royaume de Dieu », il faudrait rechercher les personnes qui désiraient connaître la vérité biblique (Luc 4:43). C’est une des raisons pour lesquelles la congrégation chrétienne du Ier siècle comptait des « apôtres », terme qui signifie littéralement « envoyés » (Marc 3:14). Jésus a ordonné à ses disciples : « Allez donc et faites des disciples de gens d’entre toutes les nations » (Mat. 28:18-20).

Aujourd’hui, bien qu’aucun des 12 apôtres de Jésus ne soit avec nous sur terre, beaucoup de serviteurs de Jéhovah manifestent l’esprit missionnaire. À l’invitation d’élargir leur activité de prédication, ils répondent : « Me voici ! Envoie-​moi » (Is. 6:8). Certains, comme des milliers de diplômés de l’École de Guiléad, se sont installés dans des pays lointains. D’autres, tout en restant dans leur pays, ont changé de région. Beaucoup ont appris une nouvelle langue pour rejoindre une congrégation ou un groupe s’occupant des locuteurs de cette langue. Ceux qui se rendent là où il y a un besoin particulier ou apprennent une nouvelle langue n’avaient peut-être  pas une situation idéale, et le changement n’a sans doute pas été facile. Il leur a fallu de l’abnégation pour manifester leur amour pour Jéhovah et leur prochain. Ayant calculé la dépense, ils ont donné d’eux-​mêmes pour aider (Luc 14:28-30). Les frères et sœurs qui prennent de telles dispositions répondent à un besoin réel.

Cependant, les situations varient. Tous les Témoins ne sont pas en mesure de partir là où il y a besoin de renfort ou de se mettre à une nouvelle langue. Aussi, pouvons-​nous manifester l’esprit missionnaire dans notre propre congrégation ?

SOIS MISSIONNAIRE DANS TA CONGRÉGATION

Profite de ta situation présente pour répondre à un besoin réel.

Même si les chrétiens du Ier siècle avaient un esprit missionnaire évident, la plupart n’ont probablement pas changé de région. Malgré tout, l’exhortation donnée à Timothée valait pour eux, et vaut pour tous les serviteurs de Dieu : « Fais l’œuvre d’un évangélisateur, accomplis pleinement ton ministère » (2 Tim. 4:5). L’ordre de prêcher le Royaume et de faire des disciples concerne tous les chrétiens, où qu’ils vivent. En outre, de nombreux aspects de l’activité missionnaire peuvent s’appliquer dans notre congrégation.

Un missionnaire à l’étranger doit s’adapter à un nouveau contexte. Sous bien des rapports, sa nouvelle affectation est très différente de ce qu’il a connu. Qu’en est-​il de nous, si nous ne pouvons pas partir là où il y a besoin de renfort ? Devons-​nous estimer tout savoir du territoire de notre congrégation ? Ou pouvons-​nous nous efforcer d’employer des méthodes de prédication innovantes ? Par exemple, en 1940, les frères ont été encouragés à prévoir chaque semaine un jour pour la prédication dans la rue. Peux-​tu participer à cette forme d’activité ? Et que dirais-​tu d’utiliser le présentoir mobile ? La question importante est celle-ci : As-​tu personnellement envisagé de telles méthodes de prédication, qui sont peut-être nouvelles pour toi ?

Encourage les autres à « faire l’œuvre d’un évangélisateur ».

Un état d’esprit positif nous aidera à avoir du zèle et de l’enthousiasme pour la prédication. Parmi ceux qui s’offrent pour aller là où il y a besoin de renfort ou aider dans un territoire de langue étrangère, bon nombre sont des proclamateurs très qualifiés. Ils peuvent ainsi être une bénédiction pour beaucoup, par exemple en prenant la tête de l’activité de prédication. Souvent, les missionnaires sont aussi à la tête des activités de la congrégation jusqu’à ce que des frères locaux soient qualifiés. Si tu  es un frère, aspires-​tu à plus de responsabilités, afin de servir tes compagnons dans la congrégation ? (1 Tim. 3:1).

DEVIENS « UNE AIDE QUI FORTIFIE »

Fournis une aide pratique.

Nous pouvons non seulement prêcher avec zèle et nous rendre disponibles pour assumer des responsabilités dans la congrégation, mais aussi apporter notre aide dans d’autres domaines. Tous, jeunes ou moins jeunes, hommes ou femmes, peuvent devenir « une aide qui fortifie » pour des compagnons dans le besoin (Col. 4:11).

Afin de secourir nos compagnons, nous devons bien les connaître. La Bible nous exhorte à nous « considér[er] [...] les uns les autres » à nos réunions (Héb. 10:24). Ces paroles laissent entendre que, sans toutefois nous mêler de leurs affaires, nous devons chercher à connaître et à comprendre nos frères et sœurs ainsi que leurs besoins. Ces besoins peuvent être pratiques, affectifs ou spirituels. Aider nos compagnons n’est pas la responsabilité uniquement des anciens et des assistants ministériels. C’est vrai, il y a des situations où l’aide d’un de ces frères est particulièrement indiquée (Gal. 6:1). Cependant, chacun de nous peut soutenir des frères et sœurs âgés, ou des familles entières, qui rencontrent des problèmes.

Apporte un soutien affectif à ceux qui luttent contre les inquiétudes de la vie.

Par exemple, quand des ennuis financiers l’ont obligé à vendre son affaire, sa maison et beaucoup de biens familiaux, Salvatore s’est demandé comment sa famille allait s’en sortir. Une autre famille de la congrégation a remarqué la situation. Elle les a soutenus financièrement, a aidé Salvatore et sa femme à trouver un travail, et a consacré de nombreuses soirées à écouter et à encourager toute la famille. Il s’est forgé une amitié, qui dure depuis longtemps. Malgré l’inquiétude réelle du début, les deux familles gardent aujourd’hui de bons souvenirs des moments passés ensemble.

Pour les vrais chrétiens, la religion n’est pas une chose à garder pour soi. À l’exemple de Jésus, nous devons faire connaître à tous les merveilleuses promesses bibliques. Que nous soyons ou pas en mesure de changer de région, nous pouvons faire notre maximum pour pratiquer envers tous ce qui est bon. Et nul doute que nous pouvons le faire dans notre congrégation actuelle (Gal. 6:10). Nous éprouverons la joie de donner et nous « continue[rons] à porter du fruit en toute œuvre bonne » (Col. 1:10 ; Actes 20:35).