Aller au contenu

Aller au sommaire

Réfléchis au genre de personne qu’il te faut être

Réfléchis au genre de personne qu’il te faut être

« Quel genre d’hommes il vous faut être en actes de sainte conduite et en actions marquées par l’attachement à Dieu ! » (2 PIERRE 3:11).

1, 2. Quel genre de personnes nous faut-il être pour obtenir l’approbation divine ?

EN GÉNÉRAL, l’être humain se soucie de ce que les autres pensent de lui. Mais étant chrétiens, ne devrions-nous pas nous soucier davantage de ce que Jéhovah pense de nous ? Il est en effet le plus grand Personnage de l’univers, et « la source de la vie » est auprès de lui (Ps. 36:9).

2 Insistant sur le « genre d’hommes » qu’« il [n]ous faut être » du point de vue de Jéhovah, l’apôtre Pierre nous recommande d’avoir des « actes de sainte conduite » et des « actions marquées par l’attachement à Dieu » (lire 2 Pierre 3:11). Si nous voulons obtenir l’approbation divine, nos « actes de [...] conduite » doivent être saints, c’est-à-dire purs, sur les plans moral, mental et spirituel. De plus, il nous faut accomplir avec révérence et fidélité des « actions marquées par l’attachement à Dieu ». Par conséquent, quand nous cherchons l’approbation de Jéhovah, ce qui compte, c’est non seulement notre conduite mais aussi notre personne intérieure. Comme il « examine le cœur », Jéhovah sait si notre conduite est sainte et si nous lui sommes exclusivement attachés (1 Chron. 29:17).

3. À quelles questions allons-nous répondre au sujet de nos relations avec Dieu ?

3 Satan le Diable ne veut pas que nous cherchions l’approbation de Dieu. Il fait même le maximum pour que nous cessions toute relation avec Jéhovah. Il n’hésite pas à recourir au mensonge et à la tromperie pour nous détourner du Dieu que nous adorons et nous attirer dans ses filets (Jean 8:44 ; 2 Cor. 11:13-15). C’est pourquoi chacun de nous devrait se demander : « Comment Satan trompe-t-il les humains ? Comment protéger mes relations avec Jéhovah ? »

 COMMENT SATAN TROMPE-T-IL LES HUMAINS ?

4. Pour tenter de détruire nos relations avec Dieu, à quoi le Diable s’attaque-t-il, et pourquoi ?

4 « Chacun est éprouvé en se laissant entraîner et séduire par son propre désir, écrit le disciple Jacques. Puis le désir, quand il a été fécondé, donne naissance au péché ; à son tour, le péché, quand il a été accompli, enfante la mort » (Jacq. 1:14, 15). Pour tenter de briser notre attachement à Dieu, Satan prend pour cible la source de nos désirs : notre cœur.

5, 6. a) De quelles façons Satan cherche-t-il à nous atteindre ? b) Par quelles tactiques de séduction Satan cherche-t-il à corrompre les désirs de notre cœur, et avec quelle habileté ?

5 Par quels moyens Satan attaque-t-il notre cœur ? « Le monde entier se trouve au pouvoir du méchant », déclare la Bible (1 Jean 5:19). Parmi les armes de Satan figurent « les choses qui sont dans le monde » (lire 1 Jean 2:15, 16). Depuis des milliers d’années, le Diable façonne habilement notre environnement. S’agissant du monde dans lequel nous vivons, nous devons nous prémunir contre ses tactiques sournoises (Jean 17:15).

6 Satan utilise des méthodes visant à corrompre les désirs du cœur. Il essaie de nous séduire par trois choses que l’apôtre Jean nous révèle : 1) « le désir de la chair », 2) « le désir des yeux » et 3) « l’orgueilleux étalage [des] [...] moyens d’existence ». Il s’en est servi pour tenter Jésus dans le désert. Ayant des années de pratique, il manie ces pièges avec habileté et adapte ses manœuvres aux penchants de chacun. Avant d’examiner les mesures à prendre pour nous protéger, voyons comment il a recouru à la séduction, efficacement avec Ève, sans succès avec le Fils de Dieu.

« LE DÉSIR DE LA CHAIR »

« Le désir de la chair » a causé la perte d’Ève (voir paragraphe 7).

7. Comment Satan a-t-il utilisé le « désir de la chair » avec Ève ?

7 Pour entretenir son organisme, l’humain doit combler un besoin fondamental : se nourrir. Le Créateur a conçu la terre pour qu’elle produise de la nourriture en abondance. Satan fait parfois appel à notre désir naturel de manger pour essayer de nous empêcher de faire la volonté de Dieu. Voyons comment il a employé cette tactique avec Ève (lire Genèse 3:1-6). Satan a dit à Ève que, si elle mangeait du fruit de « l’arbre de la connaissance du bon et du mauvais », elle ne mourrait pas et que le jour où elle en mangerait elle serait comme Dieu (Gen. 2:9). Il insinuait qu’elle n’était pas obligée d’obéir à Dieu pour vivre. Quel mensonge éhonté ! L’idée étant semée dans son esprit, deux possibilités s’offraient à la femme : soit la rejeter, soit s’attarder dessus et laisser croître son désir de manger le fruit. Bien qu’ayant à sa disposition tous les autres arbres, elle a  choisi de s’attarder sur les propos de Satan concernant l’arbre au milieu du jardin. Elle « prit donc de son fruit et en mangea ». Voilà comment Satan a suscité en elle le désir d’une chose interdite par son Créateur.

Jésus n’a permis à rien de lui faire perdre de vue ses priorités (voir paragraphe 8).

8. Comment Satan a-t-il fait appel au « désir de la chair » dans le cas de Jésus, et pourquoi sa tentation a-t-elle échoué ?

8 Satan a adopté la même tactique dans le désert pour tenter Jésus. Alors que Jésus jeûnait depuis 40 jours et 40 nuits, Satan a fait appel à son désir de manger en ces termes : « Si tu es un fils de Dieu, dis à cette pierre qu’elle devienne un pain » (Luc 4:1-3). Deux possibilités s’offraient à Jésus : soit se servir de ses pouvoirs pour satisfaire son besoin de nourriture, soit ne pas s’en servir. Il savait qu’il ne devait pas s’en servir à des fins égoïstes. Bien qu’ayant faim, il n’a pas laissé ce besoin primer sur ses relations avec Jéhovah et a répondu : « Il est écrit : “L’homme ne doit pas vivre de pain seul mais de tout ce qui sort de la bouche de Jéhovah” » (Luc 4:4, note).

« LE DÉSIR DES YEUX »

9. Que suggère l’expression « le désir des yeux », et comment Satan a-t-il fait appel à ce désir avec Ève ?

9 Jean cite également comme moyen de séduction « le désir des yeux ». Cette expression suggère qu’on peut commencer à désirer une chose simplement en la regardant. Dans le cas d’Ève, Satan a fait appel à ce désir en disant : « Vos yeux ne manqueront pas de s’ouvrir. » Plus Ève regardait le fruit défendu, plus il lui faisait envie. Elle a vu que l’arbre « était quelque chose d’enviable pour les yeux ».

10. Avec Jésus, de quelle façon Satan a-t-il fait appel au « désir des yeux », et comment Jésus a-t-il réagi ?

10 Et dans le cas de Jésus ? Satan « lui montra en un instant tous les royaumes de la terre habitée ; et [...] lui dit : “Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces royaumes” » (Luc 4:5, 6). Jésus n’a sans doute pas vu littéralement tous les royaumes en un instant, mais Satan a dû penser qu’une vision de leur gloire exercerait une certaine séduction sur lui. Sans le moindre scrupule, il lui a dit : « Si tu fais un acte d’adoration devant moi, cela sera tout à toi » (Luc 4:7). En aucun cas Jésus ne voulait devenir le genre de personne que Satan espérait. Sa réponse ne s’est pas fait attendre : « Il est écrit : “C’est Jéhovah ton Dieu que tu dois adorer, et c’est à lui seul que tu dois offrir un service sacré” » (Luc 4:8).

« L’ORGUEILLEUX ÉTALAGE DES MOYENS D’EXISTENCE »

11. Comment Satan a-t-il séduit Ève ?

11 Parmi les choses qui sont dans le monde, Jean mentionne « l’orgueilleux étalage [des] [...] moyens d’existence ».  Quand Adam et Ève étaient les seuls humains sur terre, ils ne pouvaient évidemment pas faire « l’orgueilleux étalage de [leurs] moyens d’existence ». Ils n’en ont pas moins manifesté de l’orgueil. Quand il a tenté Ève, le Diable a insinué que Dieu la privait de quelque chose d’exceptionnel. Il lui a dit que le jour même où elle mangerait de « l’arbre de la connaissance du bon et du mauvais », elle « ser[ait] comme Dieu, connaissant le bon et le mauvais » (Gen. 2:17 ; 3:5). Il sous-entendait qu’Ève pouvait se passer de la direction de Jéhovah. L’orgueil a visiblement été un des facteurs ayant poussé Ève à croire ce mensonge. Elle a mangé du fruit défendu, pensant qu’elle ne mourrait pas vraiment. Elle se trompait lourdement !

12. De quelle autre manière Satan a-t-il essayé de tenter Jésus, et comment Jésus a-t-il réagi ?

12 Contrairement à Ève, Jésus nous a laissé un exemple d’humilité admirable ! Satan a essayé de le tenter d’une autre manière. Mais Jésus a repoussé ne serait-ce que l’idée d’accomplir un acte spectaculaire qui aurait mis Dieu à l’épreuve — et aurait été un acte d’orgueil ! Il a répondu tout net : « Il est dit : “Tu ne dois pas mettre Jéhovah ton Dieu à l’épreuve” » (lire Luc 4:9-12).

COMMENT PROTÉGER NOS RELATIONS AVEC JÉHOVAH ?

13, 14. Explique comment Satan se sert de certains moyens de séduction aujourd’hui.

13 Aujourd’hui, Satan recourt aux mêmes moyens de séduction qu’avec Ève et Jésus. Flattant le « désir de la chair », il se sert de son monde pour encourager l’immoralité et les excès de table et de boisson. Par la pornographie, notamment sur Internet, il peut capter l’attention d’un imprudent et se servir du « désir des yeux ». De plus, le matérialisme et les rêves de pouvoir et de célébrité sont des sources de tentations redoutables pour l’être arrogant ou enclin à « l’orgueilleux étalage de ses moyens d’existence ».

Quels principes bibliques devraient te venir à l’esprit dans de telles situations ? (voir paragraphes 13, 14).

14 « Les choses qui sont dans le monde » sont comparables aux appâts du pêcheur. Elles attirent, mais à chacune d’elles est fixé un « hameçon ». Satan se sert de ce que les gens considèrent comme des besoins quotidiens normaux pour leur donner envie de faire ce qui est contraire aux lois de Dieu. Ces tentations subtiles sont pensées pour influencer nos désirs et corrompre  notre cœur. Leur but est de nous faire croire que satisfaire nos besoins et améliorer notre confort passe avant l’accomplissement de la volonté de Dieu. Ces moyens de séduction ont-ils de l’effet sur nous ?

15. À l’exemple de Jésus, comment résister aux tentations de Satan ?

15 Si Ève a cédé aux tentations de Satan, Jésus y a résisté. Chacune de ses réponses était une citation des Écritures, qu’il introduisait par « il est écrit » ou « il est dit ». Comme lui, étudions la Bible assidûment ; ainsi nous la connaîtrons bien et serons capables de nous souvenir de versets qui nous aideront à garder les idées claires face à la tentation (Ps. 1:1, 2). Souvenons-nous de personnages bibliques fidèles et nous parviendrons à les imiter (Rom. 15:4). Révérons sincèrement Jéhovah, aimons ce qu’il aime, détestons ce qu’il déteste et nous serons protégés (Ps. 97:10).

16, 17. Quel effet notre « raison » a-t-elle sur le genre de personnes que nous sommes ?

16 L’apôtre Paul nous encourage à nous servir de notre « raison » pour devenir le genre de personnes que façonne la pensée de Jéhovah plutôt que celle du monde (Rom. 12:1, 2). Insistant sur la nécessité d’être rigoureusement maître des choses sur lesquelles nos pensées s’arrêtent, Paul a déclaré : « Nous renversons des raisonnements et toute chose altière qui se dresse contre la connaissance de Dieu ; et nous faisons toute pensée captive pour l’amener à obéir au Christ » (2 Cor. 10:5). Nos pensées ayant un puissant effet sur le genre de personnes que nous sommes, « continu[ons] à considérer » les choses qui bâtissent (Phil. 4:8).

17 N’espérons pas être saints si nous nourrissons notre esprit de pensées et de désirs inconvenants. Il nous faut aimer Jéhovah « d’un cœur pur » (1 Tim. 1:5). Mais le cœur étant traître, nous ne nous rendons peut-être pas compte à quel point « les choses qui sont dans le monde » nous influencent (Jér. 17:9). C’est pourquoi, mettons-nous sans cesse à l’épreuve pour voir si nous sommes dans la foi et éprouvons sans cesse ce que nous sommes nous-mêmes en nous examinant honnêtement à la lumière de notre étude de la Bible (2 Cor. 13:5).

18, 19. Pourquoi nous attacher à devenir le genre de personnes que Jéhovah veut que nous soyons ?

18 Par ailleurs, afin de résister aux « choses qui sont dans le monde », n’oublions pas ces paroles inspirées à Jean : « Le monde est en train de passer, et son désir aussi, mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure pour toujours » (1 Jean 2:17). Le système de Satan semble permanent. Un jour pourtant, il disparaîtra. Rien de ce qu’il offre n’est permanent. Souvenons-nous-en, et les tactiques du Diable auront peu de chances de marcher avec nous.

19 L’apôtre Pierre nous exhorte à être le genre de personnes que Dieu approuve, tout en « attendant et [en] gardant constamment à l’esprit la présence du jour de Jéhovah, à cause duquel les cieux étant en feu seront dissous et les éléments devenus brûlants fondront ! » (2 Pierre 3:12). Ce jour est à présent très proche. Jéhovah détruira alors tous les éléments du monde de Satan. D’ici là, le Diable continuera à utiliser les « choses qui sont dans le monde » pour nous tenter, comme il l’a fait avec Ève et Jésus. N’imitons pas Ève, qui a cherché à satisfaire ses désirs. Cela reviendrait à reconnaître Satan pour dieu. Imitons plutôt Jésus, ne mordons pas à l’hameçon, aussi attrayant que semble l’appât. Attachons-nous tous à devenir le genre de personnes que Jéhovah veut que nous soyons !