Évangile selon Jean 8​:​12-59

8  12  De nouveau, Jésus leur parla, disant : « Je suis la lumière du monde+. Celui qui me suit ne marchera absolument pas dans les ténèbres, mais possédera la lumière+ de la vie. » 13  Les pharisiens lui dirent alors : « Tu témoignes à ton propre sujet ; ton témoignage n’est pas vrai. » 14  Jésus leur répondit : « Même si moi je témoigne à mon propre sujet, mon témoignage est vrai, parce que je sais d’où je suis venu et où je vais+. Mais vous, vous ne savez pas d’où je suis venu ni où je vais. 15  Vous jugez selon la chair*+ ; moi, je ne juge personne. 16  Et même s’il m’arrive de juger, mon jugement est véridique, parce que je ne suis pas seul, mais le Père qui m’a envoyé est avec moi+. 17  De plus, dans votre Loi il est écrit : “Le témoignage de deux hommes est vrai+.” 18  C’est moi qui témoigne à mon propre sujet, et le Père qui m’a envoyé témoigne à mon sujet+. » 19  Alors ils lui dirent : « Où est ton Père ? » Jésus répondit : « Vous ne connaissez ni moi ni mon Père+. Si vous me connaissiez vraiment, vous connaîtriez aussi mon Père+. » 20  Il prononça ces paroles à l’endroit appelé le Trésor+ pendant qu’il enseignait dans le Temple. Mais personne ne s’empara de lui*, parce que son heure n’était pas encore venue+. 21  Il leur dit donc de nouveau : « Je m’en vais, et vous me chercherez, et pourtant vous mourrez dans votre péché+. Là où moi je vais, vous ne pouvez pas venir+. » 22  Alors les Juifs se mirent à dire : « Il ne va tout de même pas se tuer ? Car il dit : “Là où moi je vais, vous ne pouvez pas venir.” » 23  Il leur dit encore : « Vous, vous êtes des régions d’en bas ; moi, je suis des régions d’en haut+. Vous, vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde. 24  C’est pourquoi je vous ai dit : “Vous mourrez dans vos péchés.” Car si vous ne croyez pas que je suis celui que j’affirme être*, vous mourrez dans vos péchés. » 25  Ils se mirent donc à lui dire : « Qui es-​tu ? » Jésus leur répondit : « Pourquoi est-​ce que je vous parle, après tout ? 26  J’ai beaucoup de choses à dire à votre sujet et à juger. En effet, celui qui m’a envoyé est véridique, et les choses mêmes que j’ai entendues de lui, moi je les dis dans le monde+. » 27  Ils ne comprirent pas qu’il leur parlait du Père. 28  Alors Jésus dit : « Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme+, alors vous saurez que je suis celui que j’affirme être*+, et que je ne fais rien de ma propre initiative+, mais que, comme le Père m’a enseigné, moi je dis ces choses. 29  Et celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas abandonné à moi-​même, parce que moi je fais toujours les choses qui lui plaisent+. » 30  Comme il disait ces choses, beaucoup eurent foi en lui. 31  Alors Jésus dit encore aux Juifs qui l’avaient cru : « Si vous restez attachés à mes paroles, vous êtes vraiment mes disciples, 32  et vous connaîtrez la vérité+, et la vérité vous libérera+. » 33  Ils lui répondirent : « Nous sommes la descendance* d’Abraham et nous n’avons jamais été esclaves de personne. Comment se fait-​il que tu dises : “Vous deviendrez libres” ? » 34  Jésus leur répondit : « Oui, je vous le dis, c’est la vérité : tout homme qui pratique le péché est esclave du péché+. 35  D’autre part, l’esclave ne demeure pas dans la famille pour toujours ; le fils, lui, y demeure pour toujours. 36  Si donc le Fils vous libère, vous serez réellement libres. 37  Je sais que vous êtes la descendance d’Abraham. Mais vous cherchez à me tuer, parce que ma parole ne fait pas de progrès chez vous. 38  Je dis les choses que j’ai vues pendant que j’étais avec mon Père+, mais vous, vous faites les choses que vous avez entendues de votre père. » 39  Ils lui répondirent : « Notre père, c’est Abraham. » Jésus leur dit : « Si vous étiez les enfants d’Abraham+, vous feriez les œuvres d’Abraham. 40  Mais maintenant vous cherchez à me tuer, moi un homme qui vous ai dit la vérité que j’ai entendue de Dieu+. Abraham n’a pas fait cela. 41  Vous faites les œuvres de votre père. » Ils lui dirent : « Nous ne sommes pas nés d’un acte immoral ; nous avons un seul Père, Dieu. » 42  Jésus leur dit : « Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez+, car je suis venu de Dieu et je suis ici. Je ne suis pas venu de ma propre initiative, mais c’est lui qui m’a envoyé+. 43  Pourquoi ne comprenez-​vous pas ce que je dis ? Parce que vous ne pouvez pas écouter* ma parole. 44  Vous venez, vous, de votre père le Diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père+. Celui-là a été un meurtrier quand il a commencé+, et il n’a pas tenu bon dans la vérité, parce que la vérité n’est pas en lui. Quand il ment, il parle selon sa propre tendance, parce que c’est un menteur et le père du mensonge+. 45  Mais moi, parce que je vous dis la vérité, vous ne me croyez pas. 46  Qui de vous peut me déclarer coupable de péché+ ? Si je dis la vérité, pourquoi ne me croyez-​vous pas ? 47  Celui qui est de Dieu écoute les paroles de Dieu+. C’est pourquoi vous, vous n’écoutez pas, parce que vous n’êtes pas de Dieu+. » 48  Les Juifs lui répondirent : « N’avons-​nous pas raison de dire : “Tu es un Samaritain+ et tu as en toi un démon+” ? » 49  Jésus répondit : « Je n’ai pas de démon en moi, mais j’honore mon Père, et vous, vous me déshonorez. 50  Mais moi je ne cherche pas de gloire pour moi+ ; il y en a un qui cherche et qui juge. 51  Oui, je vous le dis, c’est la vérité : si quelqu’un obéit à ma parole, il ne verra pas la mort, non jamais+. » 52  Les Juifs lui dirent : « Maintenant nous savons que tu as en toi un démon. Abraham est mort, les prophètes aussi, mais toi, tu dis : “Si quelqu’un obéit à ma parole, il ne connaîtra pas la mort, non jamais.” 53  Tu n’es tout de même pas plus grand que notre père Abraham, qui est mort ? Les prophètes aussi sont morts. Qui prétends-​tu être ? » 54  Jésus répondit : « Si je me glorifie moi-​même, ma gloire n’est rien. C’est mon Père qui me glorifie+, lui dont vous dites qu’il est votre Dieu. 55  Pourtant vous ne le connaissez pas+, mais moi je le connais. Et si je disais que je ne le connais pas, je serais comme vous, un menteur. Mais je le connais vraiment et j’obéis à sa parole. 56  Abraham votre père s’est beaucoup réjoui à l’idée de voir mon jour, et il l’a vu et s’est réjoui+. » 57  Alors les Juifs lui dirent : « Tu n’as pas encore 50 ans, et cependant tu as vu Abraham ? » 58  Jésus leur dit : « Oui, je vous le dis, c’est la vérité : avant qu’Abraham vienne à l’existence, j’ai été+. » 59  Alors ils ramassèrent des pierres pour les jeter sur lui ; mais Jésus se cacha et sortit du Temple.

Notes

Ou « selon des critères humains », « d’après l’apparence ».
Ou « l’arrêta ».
Litt. « ne croyez pas que je suis ».
Litt. « saurez que je suis ».
Litt. « semence ».
Ou « accepter ».

Notes d'étude

la lumière du monde : La métaphore que Jésus a utilisée pour parler de lui-​même a peut-être rappelé à ses auditeurs les quatre porte-lampes géants qui se trouvaient dans la cour des Femmes et qu’on allumait lors de la fête des Huttes (ou : des Tabernacles, des Cabanes) (Jean 7:2 ; voir app. B11). La lumière émise par ces porte-lampes illuminait les environs sur une grande distance. Par ailleurs, l’expression « lumière du monde » fait écho à des passages d’Isaïe annonçant qu’une « grande lumière » serait vue par ‘ceux qui habiteraient dans le pays de l’ombre profonde’ et que celui qui est appelé le « serviteur » de Jéhovah serait une « lumière des nations » (Is 9:1, 2 ; 42:1, 6 ; 49:6). Dans le Sermon sur la montagne, Jésus a employé la même métaphore quand il a dit à ses disciples : « Vous êtes la lumière du monde » (Mt 5:14). L’expression « lumière du monde » (où le mot grec kosmos désigne les humains dans leur ensemble) s’accorde bien avec les paroles d’Isaïe qui disent que le Messie serait une « lumière des nations ». Enfin, en Ac 13:46, 47, Paul et Barnabé montrent que ces paroles prophétiques d’Is 49:6 constituent un commandement pour tous les disciples de Christ : ils doivent continuer d’être une lumière pour les nations. Tant le ministère de Jésus que celui de ses disciples éclaireraient les gens spirituellement et les libéreraient des enseignements de la fausse religion.

le Père : Ici, certains manuscrits portent « celui », mais la formulation retenue dans le corps du texte trouve de solides appuis dans les manuscrits anciens.

troncs du trésor : Des sources juives anciennes disent que ces boîtes à offrandes, ou réceptacles, avaient une forme de trompette ou de cor, et qu’elles avaient, semble-​t-​il, une petite ouverture sur le dessus. Les gens y déposaient de l’argent destiné à différents usages sacrés. Le mot grec employé ici apparaît aussi en Jean 8:20, où il est rendu par « trésor ». Le trésor était apparemment situé dans la zone appelée la cour des Femmes (voir note d’étude sur Mt 27:6 et app. B11). Selon des sources rabbiniques, les 13 troncs du trésor étaient disposés le long des murs de cette cour. On pense que, dans l’enceinte du Temple, il y avait aussi une salle où l’on apportait l’argent des troncs.

à l’endroit appelé le trésor : Ou « près des troncs du trésor », « près des troncs à offrandes ». Le mot grec employé ici figure aussi en Mc 12:41, 43 et en Lc 21:1, où il a été rendu par « troncs du trésor ». Apparemment, ce terme désigne ici la partie du Temple qui était située dans la cour des Femmes et où se trouvaient les 13 troncs du trésor (voir app. B11). On pense que, dans l’enceinte du Temple, il y avait aussi une salle où l’on apportait l’argent des troncs, mais il est peu probable que ce verset parle de cet endroit-​là (voir note d’étude sur Mc 12:41).

acte sexuel immoral : Cette expression traduit le grec pornéïa, mot de sens large qui désigne toutes les relations sexuelles contraires aux lois de Dieu. En font partie l’adultère, la prostitution, les relations sexuelles entre personnes non mariées, l’homosexualité et la bestialité (voir lexique).

un acte immoral : Ou « un acte sexuel immoral ». Grec pornéïa (voir note d’étude sur Mt 5:32 et lexique à « acte sexuel immoral »).

Nous ne sommes pas nés d’un acte immoral : Ou « nous ne sommes pas des enfants illégitimes ». Les Juifs affirmaient être des enfants légitimes de Dieu et d’Abraham, et donc des héritiers des promesses qui avaient été faites à Abraham.

quand il a commencé : Ou « dès le commencement », c’est-à-dire dès que le Diable a commencé à prendre le chemin du meurtre, du mensonge et de la calomnie contre Dieu (1J 3:8, note).

un certain Samaritain : Généralement, les Juifs méprisaient les Samaritains et refusaient toute relation avec eux (Jean 4:9). Certains Juifs utilisaient même le terme « Samaritain » comme une expression de mépris (Jean 8:48). Selon la Mishna, un rabbin a dit que celui qui mange le pain des Samaritains est semblable à celui qui mange du porc (Cheviit 8:10). Beaucoup de Juifs ne croyaient pas au témoignage des Samaritains ni n’acceptaient de service de leur part. Connaissant le mépris que les Juifs avaient pour les Samaritains, Jésus a utilisé l’exemple qu’on appelle souvent « la parabole du bon Samaritain » pour faire passer un message puissant.

un Samaritain : Ici, les Juifs utilisent le terme « Samaritain » comme une expression de mépris (voir note d’étude sur Lc 10:33 et lexique à « Samaritains »).

il l’a vu : C.-à-d. avec les yeux de la foi (Hé 11:13 ; 1P 1:11).

tu as vu Abraham ? : Quelques manuscrits portent « Abraham t’a vu ? ». Mais la formulation retenue dans le corps du texte trouve de solides appuis dans des manuscrits anciens qui font autorité.

je suis celui-ci : Litt. « moi, je suis ». Grec égô éïmi. Certains pensent que cette expression est une allusion au rendu d’Ex 3:14 dans la Septante et ils s’en servent pour identifier Jésus à Dieu. Toutefois, la version grecque d’Ex 3:14 utilise une formulation différente (égô éïmi ho ôn, « Je suis celui qui est » ou « Je suis celui qui existe ») de celle qu’on trouve en Jean 4:26. Par ailleurs, l’expression égô éïmi est employée dans la Septante pour traduire des paroles d’Abraham, d’Éliézèr, de Jacob, de David et d’autres encore (Gn 23:4 ; 24:34 ; 30:2 ; 1Ch 21:17). Dans les Écritures grecques chrétiennes, l’expression égô éïmi n’est pas utilisée uniquement pour rendre les paroles de Jésus. Les mêmes mots se retrouvent en Jean 9:9, qui rapporte les propos d’un homme que Jésus avait guéri ; ils veulent simplement dire : « C’est moi. » Ces mots sont aussi utilisés par l’ange Gabriel, ainsi que par Pierre, Paul et d’autres (Lc 1:19 ; Ac 10:21 ; 22:3). À l’évidence, leurs déclarations ne sont pas des allusions à Ex 3:14. Enfin, en comparant trois récits parallèles des Évangiles synoptiques, on comprend que l’expression égô éïmi, qui se trouve en Mc 13:6 et en Lc 21:8 (où Jésus dit littéralement : « Moi, je suis »), est une forme abrégée de l’expression plus complète qui se trouve en Mt 24:5 et qui se traduit par « je suis le Christ ».

j’ai été : Les Juifs qui s’opposaient à Jésus voulaient le lapider parce qu’il aurait dit avoir « vu Abraham », alors que, pour reprendre leurs paroles, il n’avait « pas encore 50 ans » (Jean 8:57). Dans sa réponse, Jésus parle de son existence préhumaine en tant qu’esprit puissant au ciel avant la naissance d’Abraham. Certains prétendent que ce verset permet d’identifier Jésus à Dieu. Ils soutiennent que l’expression grecque égô éïmi employée ici (traduite par « je suis » dans certaines Bibles) est une allusion à la traduction d’Ex 3:14 dans la Septante et que ces deux versets devraient être traduits de la même façon (voir note d’étude sur Jean 4:26). Toutefois, dans ce contexte, l’action exprimée par le verbe grec éïmi avait commencé « avant qu’Abraham vienne à l’existence » et elle était toujours en cours. C’est donc à juste titre que l’expression grecque égô éïmi n’est pas traduite par « je suis ». D’ailleurs, plusieurs traductions, aussi bien anciennes que modernes, utilisent des tournures au passé. De plus, en Jean 14:9, la même forme du verbe grec éïmi est utilisée pour rendre ces paroles de Jésus : « Philippe, malgré tout le temps que j’ai passé [ou : où j’ai été] avec vous, tu ne me connais toujours pas ? » La plupart des traductions, dont certaines en français, utilisent une tournure similaire en Jean 14:9, ce qui montre que, selon le contexte, il n’y a pas d’objection grammaticale à traduire éïmi par « ai été » (voici des versets où un verbe grec au présent est traduit par un verbe au passé composé : Lc 2:48 ; 13:7). Enfin, le raisonnement de Jésus rapporté en Jean 8:54, 55 montre qu’il ne se présentait pas comme étant la même personne que son Père.

ramassèrent des pierres pour les jeter sur lui : Environ deux mois plus tard, les Juifs ont à nouveau essayé de tuer Jésus dans le Temple (Jean 10:31). Étant donné que le Temple était toujours en travaux, certains pensent que les Juifs ont ramassé des pierres sur le chantier.

Documents multimédias