Aller au contenu

Aller au sommaire

La Bible transforme des vies

La Bible transforme des vies

COMMENT une jeune femme engagée dans une brillante carrière et qui ne s’intéressait pas du tout aux questions religieuses a-​t-​elle trouvé le vrai sens de la vie ? Pourquoi un jeune catholique a-​t-​il changé de mode de vie ? qu’a-​t-​il découvert au sujet de la mort ? Et pourquoi un jeune homme déçu par la vie est-​il devenu ministre chrétien ? qu’a-​t-​il appris sur Dieu ? Laissons-​leur la parole.

“ Pendant des années, je me suis demandé pourquoi on existe. ” — ROSALIND JOHN.

  • ANNÉE DE NAISSANCE : 1963
  • PAYS : ANGLETERRE
  • ANCIENNEMENT : SE CONSACRAIT À UNE CARRIÈRE PRESTIGIEUSE

PARCOURS :

Sixième d’une famille de neuf enfants, je suis née à Croydon, dans le sud de Londres. Mes parents étaient originaires de l’île de Saint-Vincent, dans les Caraïbes. Maman assistait aux offices d’une Église méthodiste. Tout ce qui avait rapport à Dieu ne m’intéressait pas, mais j’avais une soif de connaissance insatiable. Je passais souvent les vacances scolaires à lire, au bord du lac de la région, les nombreux livres que j’empruntais à la bibliothèque.

Quelques années après avoir quitté l’école, j’ai voulu venir en aide aux personnes vulnérables. J’ai commencé à travailler pour les sans-abri et ceux qui souffrent de handicaps physiques ou de difficultés d’apprentissage. Ensuite, j’ai étudié les sciences de la santé à l’université. Une fois diplômée, j’ai occupé une succession de postes étonnamment prestigieux et mon mode de vie est devenu de plus en plus luxueux. Conseillère indépendante en gestion d’entreprise et chercheuse en sciences sociales, j’avais besoin en tout et pour tout de mon ordinateur portable et d’un accès à Internet pour travailler. Je partais régulièrement à l’étranger pour une quinzaine de jours, je logeais dans mon hôtel favori, j’appréciais les paysages magnifiques et j’allais au spa ou en salle de gym pour garder la forme. Je pensais que je profitais pleinement de la vie. Mais je n’ai jamais cessé de me préoccuper des opprimés.

COMMENT LA BIBLE A CHANGÉ MA VIE :

Pendant des années, je me suis demandé pourquoi on existe et quel est le but de la vie. Mais je n’ai jamais cherché les réponses dans la Bible. Un jour, en 1999, ma petite sœur Margaret, qui était devenue Témoin de Jéhovah, est venue me voir avec une amie. Cette amie, Témoin elle aussi, s’est intéressée personnellement à moi et j’ai accepté d’étudier la Bible avec elle. Évidemment, mes progrès ont été très lents parce que ma carrière et mes activités occupaient presque tout mon temps.

Pendant l’été 2002, j’ai déménagé et me suis installée dans le sud-ouest de l’Angleterre. J’y ai suivi des cours de troisième cycle universitaire pour obtenir un doctorat en sciences sociales. Dans le même temps, j’ai commencé à  aller plus régulièrement à la Salle du Royaume avec mon jeune fils. Même si les hautes études me passionnaient, c’est mon étude de la Bible qui m’a aidée à mieux comprendre les problèmes de la vie et leur solution. Je me suis rendu compte que Matthieu 6:24 disait vrai : on ne peut pas servir deux maîtres à la fois. C’est ou Dieu ou la richesse. Je devais maintenant décider quelle serait ma priorité.

L’année précédente, je m’étais souvent jointe à un groupe de Témoins qui étudiaient le livre Y a-t-il un Créateur qui se soucie de vous ? * J’avais acquis la conviction que seul notre Créateur, Jéhovah, possède la solution à tous les problèmes que connaît l’humanité. Et maintenant, à l’université, on m’enseignait que le sens de la vie était sans relation avec la croyance en un Créateur ! Ça m’a révoltée. Au bout de deux mois, j’ai quitté l’université et j’ai décidé de consacrer davantage de temps à des objectifs spirituels.

Le passage de la Bible qui m’a incitée à changer de mode de vie a été Proverbes 3:5, 6 : “ Mets ta confiance en Jéhovah de tout ton cœur et ne t’appuie pas sur ton intelligence. Dans toutes tes voies tiens compte de lui, et lui, il rendra droits tes sentiers. ” Apprendre à connaître notre Dieu d’amour était beaucoup plus satisfaisant que les richesses et le prestige qu’aurait pu me procurer un doctorat. Plus j’approfondissais ce que Jéhovah a prévu pour la terre et le rôle que Jésus a joué en donnant sa vie en sacrifice pour nous, plus j’avais envie de vouer ma vie à mon Créateur. Je me suis fait baptiser en avril 2003. Ensuite, j’ai simplifié ma vie petit à petit.

CE QUE CELA M’A APPORTÉ :

Mon amitié avec Dieu n’a pas de prix. Le connaître m’apporte la paix intérieure et la joie. Je trouve beaucoup de plaisir à me réunir avec d’autres adorateurs de Jéhovah.

Ma soif de connaissance est assouvie par ce que j’apprends dans la Bible et aux réunions chrétiennes. J’aime parler de ma foi aux autres. C’est devenu ma carrière, une carrière qui me permet d’aider vraiment les gens à améliorer leur vie dès à présent et à avoir l’espérance merveilleuse de vivre dans un monde nouveau. Depuis juin 2008, je suis évangélisatrice à plein temps, et je suis plus heureuse et plus satisfaite que jamais. J’ai découvert le vrai sens de la vie, et j’en suis très reconnaissante à Jéhovah.

 “ La mort de mon ami m’a ébranlé. ” — ROMAN IRNESBERGER.

  • ANNÉE DE NAISSANCE : 1973
  • PAYS : AUTRICHE
  • ANCIENNEMENT : JOUEUR

PARCOURS :

J’ai grandi dans la petite ville de Braunau, située dans une région riche où la criminalité était rare. Ma famille, catholique, m’a élevé dans cette religion.

Alors que j’étais très jeune, un évènement m’a marqué. Un jour de 1984 — j’avais 11 ans —, je jouais au foot avec un de mes meilleurs amis. L’après-midi  même, il a été tué dans un accident de voiture. La mort de mon ami m’a terriblement ébranlé. Pendant des années, je me suis demandé ce qu’on devient quand on meurt.

Une fois mes études terminées, j’ai travaillé comme électricien. Je me suis passionné pour le jeu ; je misais de fortes sommes, sans toutefois avoir de problèmes d’argent. Je faisais aussi beaucoup de sport et je me suis mis à aimer le heavy metal et le rock punk. Ma vie se résumait à aller de boîte de nuit en boîte de nuit, de fête en fête. Je recherchais les plaisirs à tout prix, je menais une vie immorale, mais je ressentais un grand vide intérieur.

COMMENT LA BIBLE A CHANGÉ MA VIE :

En 1995, un Témoin âgé a frappé chez moi et m’a proposé un livre qui contenait la réponse de la Bible à la question “ Que se passe-​t-​il quand on meurt ? ” Comme le décès tragique de mon ami me tourmentait toujours, je l’ai accepté. J’ai lu le chapitre sur la mort, ainsi que tout le reste !

Ce livre m’a apporté la réponse à mes questions sur la mort. Mais j’y ai également appris bien d’autres choses ! Ayant été élevé dans le catholicisme, ma foi était avant tout centrée sur Jésus. Cependant, en étudiant attentivement la Bible, j’ai tissé des liens étroits avec le Père de Jésus, Jéhovah. J’ai été émerveillé d’apprendre que Jéhovah n’est pas un Dieu mystérieux et distant : il se fait clairement connaître à ceux qui le recherchent (Matthieu 7:7-11). J’ai découvert qu’il éprouve des sentiments et qu’il tient toujours parole. Cela m’a poussé à m’intéresser profondément aux prophéties bibliques et à examiner comment elles se sont accomplies. Ce que j’ai appris a renforcé ma foi en Dieu.

Je n’ai pas tardé à me rendre compte que les Témoins de Jéhovah étaient les seuls que je connaissais à vouloir sincèrement aider les gens à comprendre la Bible. Je relevais les passages bibliques cités dans leurs publications pour les vérifier dans ma Bible catholique. Plus je creusais, plus j’avais le sentiment d’avoir trouvé la vérité.

Mon étude de la Bible m’a appris que Jéhovah voulait que je vive selon ses normes. En lisant Éphésiens 4:22-24, j’ai compris que je devais me débarrasser de ma “ vieille personnalité ” façonnée par ma “ conduite passée ” et “ revêtir la personnalité nouvelle qui a été créée selon la volonté de Dieu ”. J’ai donc abandonné mon mode de vie immoral et l’habitude de jouer, habitude qui encourage le matérialisme et l’avidité (1 Corinthiens 6:9, 10). Je savais que, pour réaliser ces changements, je devais arrêter de fréquenter mes anciens amis et m’en faire de nouveaux qui partageraient mes valeurs.

Il n’a pas été facile de changer ! Mais j’ai persévéré : je me suis mis à assister aux réunions des Témoins à la Salle du Royaume et à me faire des amis dans la congrégation. J’ai aussi continué d’étudier personnellement la Bible avec sérieux. Cela m’a amené à revoir mes goûts musicaux et mes objectifs, et à soigner mon apparence. En 1995, je me suis fait baptiser Témoin de Jéhovah.

CE QUE CELA M’A APPORTÉ :

Aujourd’hui, je porte un regard équilibré sur l’argent et les biens matériels. Alors qu’avant je sortais  facilement de mes gonds, je veille désormais à me maîtriser. Et l’avenir ne m’angoisse plus !

C’est un honneur pour moi que d’adorer Jéhovah aux côtés de ses autres adorateurs du monde entier. Parmi eux, je connais des personnes qui restent fidèles à Dieu malgré leurs difficultés. Je suis si heureux de consacrer maintenant mon temps et mon énergie, non pas à essayer de satisfaire mes propres désirs, mais à adorer Jéhovah et à faire du bien aux autres !

 “ Ma vie a enfin un but. ” — IAN KING.

  • ANNÉE DE NAISSANCE : 1963
  • PAYS : ANGLETERRE
  • ANCIENNEMENT : DÉÇU PAR LA VIE

PARCOURS :

Je suis né en Angleterre. Quand j’avais sept-huit ans, ma famille s’est installée en Australie sur la Côte d’Or, un lieu touristique du Queensland. Nous n’étions pas riches, mais nous n’avons jamais manqué de rien.

Malgré tout, je n’étais pas heureux. La vie me décevait de plus en plus. Mon père était alcoolique. Je n’avais pas beaucoup d’affection pour lui, en grande partie à cause de son vice et de la façon dont il traitait ma mère. Ce n’est que plus tard, quand j’ai appris ce qu’il avait vécu dans l’armée en Malaisie, que j’ai compris son comportement.

Au lycée, j’ai commencé à boire, moi aussi. À 16 ans, j’ai quitté l’école et je me suis engagé dans la marine. J’ai goûté à la drogue et je suis devenu accro à la cigarette. Je me soûlais de plus en plus souvent ; au départ le week-end et ensuite tous les jours.

À la fin de mon adolescence, je me suis mis à douter de l’existence de Dieu. Je me disais : “ Si Dieu existe vraiment, pourquoi laisse-​t-​il les gens souffrir et mourir ? ” Dans des poèmes que j’écrivais, je l’accusais même d’être responsable de toute la méchanceté du monde.

J’ai quitté la marine à 23 ans. Après cela, j’ai occupé plusieurs emplois et j’ai vécu à l’étranger pendant un an, mais rien ne venait à bout de mon désespoir. Je n’avais aucun objectif, aucun projet. Rien ne me faisait envie : avoir une maison, un emploi stable, une belle carrière, tout cela me semblait inutile. Mon seul “ réconfort ”, c’étaient l’alcool et la musique.

Je me souviens exactement du jour où le besoin de trouver un but à la vie a surgi en moi. J’étais en Pologne. Je visitais le camp de concentration tristement célèbre d’Auschwitz. J’avais lu des livres sur les atrocités commises dans ses murs. Mais quand je m’y suis trouvé et que j’ai vu l’immensité de ce camp, j’ai été profondément touché. Je ne parvenais pas à saisir comment des humains  pouvaient être si cruels entre eux. Je me rappelle avoir marché dans le camp les larmes aux yeux en me demandant : “ Pourquoi ? ”

COMMENT LA BIBLE A CHANGÉ MA VIE :

En 1993, de retour en Australie, je me suis mis à lire la Bible à la recherche de réponses. Peu de temps après, deux Témoins de Jéhovah ont frappé à ma porte et m’ont invité à un congrès qui se tenait dans un stade des alentours. J’ai décidé d’y aller.

J’avais été dans ce stade quelques mois plus tôt pour voir un match, mais l’ambiance de cette assemblée était complètement différente. Les Témoins étaient polis et bien habillés, et leurs enfants se tenaient correctement. Au moment de la pause de midi, quel étonnement ! Des centaines de Témoins ont pris leur repas sur la pelouse, mais lorsqu’ils sont retournés à leurs sièges, il n’y avait aucun détritus sur le terrain ! Et surtout, ces gens semblaient heureux et en paix — exactement ce que je recherchais. Je ne me souviens d’aucun des discours prononcés ce jour-​là, mais la conduite des Témoins m’a fait forte impression.

Ce soir-​là, j’ai pensé à mon cousin qui avait lu la Bible et analysé différentes religions. Des années auparavant, il m’avait expliqué que d’après Jésus on pourrait reconnaître la vraie religion à ses fruits, ses œuvres (Matthieu 7:15-20). Il fallait au moins que je cherche à comprendre ce qui rend les Témoins si différents. Pour la première fois de ma vie, j’ai ressenti un peu d’optimisme et d’espoir.

La semaine suivante, les deux femmes qui m’avaient invité à cette assemblée sont revenues. Elles m’ont proposé d’étudier la Bible et j’ai accepté. J’ai aussi commencé à assister aux réunions chrétiennes avec elles.

En étudiant la Bible, mon opinion sur Dieu a complètement changé. J’ai appris qu’il n’est pas la cause de la méchanceté et des souffrances et qu’il est lui-​même peiné quand les gens agissent mal (Genèse 6:6 ; Psaume 78:40, 41). J’ai pris la résolution de faire tout mon possible pour ne jamais attrister Jéhovah. Je voulais réjouir son cœur (Proverbes 27:11). J’ai arrêté de boire, de fumer et de me conduire de façon immorale. En mars 1994, je me suis fait baptiser Témoin de Jéhovah.

CE QUE CELA M’A APPORTÉ :

Je suis vraiment heureux. Je ne me tourne plus vers l’alcool pour trouver la solution à mes problèmes. J’ai plutôt appris à jeter mon fardeau sur Jéhovah. — Psaume 55:22.

Je suis marié depuis dix ans avec une jolie Témoin, Karen ; j’ai une merveilleuse belle-fille, Nella. Tous les trois, nous aimons passer beaucoup de temps dans le ministère chrétien ; nous aidons les gens à apprendre la vérité sur Dieu. Ma vie a enfin un but.

^ § 11 Publié par les Témoins de Jéhovah.