Aller au contenu

Aller à la table des matières

 Approchez-​vous de Dieu

« Tu languiras »

« Tu languiras »

IL EST douloureux de voir un être aimé souffrir et mourir. Naturellement, nous pleurons une telle perte. Cependant, il est réconfortant de savoir que notre Créateur, Jéhovah Dieu, comprend notre chagrin. Mieux encore, il désire ardemment utiliser sa toute-puissance pour rendre la vie aux morts. Remarquez l’espoir contenu dans les paroles de Job rapportées en Job 14:13-15.

Considérons le contexte. Job, un homme d’une foi extraordinaire, subit de dures épreuves — dont la perte de ses biens, la mort de tous ses enfants bien-aimés et une maladie douloureuse. En proie à la détresse, il crie vers Dieu : “ Ah ! si tu me cachais dans le shéol [la tombe commune aux humains] ! ” (Verset 13). Job voit dans le shéol un soulagement bienvenu. Là, comme s’il était un trésor caché par Dieu, il sera libéré des épreuves et de la douleur *.

Le shéol sera-​t-​il l’abri permanent de Job ? Ce n’est pas ce qu’il pense. Il poursuit sa prière ainsi : “ Ah ! si tu [...] me fixais un délai, pour te souvenir de moi ! ” Job croit fermement que son séjour au shéol sera temporaire et que Jéhovah ne l’oubliera pas. Il compare le temps qu’il y passera à une “ corvée ” — une période d’attente imposée. Pour combien de temps ? “ Jusqu’à ce que vienne ma relève ”, dit-​il (verset 14). Cette relève signifiera sa libération du shéol ; en d’autres termes, la résurrection d’entre les morts !

Pourquoi Job est-​il convaincu que sa relève viendra ? Parce qu’il sait ce que notre Créateur aimant ressent pour ses adorateurs fidèles qui sont morts. “ Tu appelleras, et moi je te répondrai. Tu languiras après l’œuvre de tes mains ”, ajoute Job (verset 15). Il reconnaît qu’il est l’œuvre des mains de Dieu. L’Auteur de la vie qui a formé Job “ dans la matrice ” peut assurément le ramener à la vie. — Job 10:8, 9 ; 31:15.

Les paroles de Job nous enseignent une leçon touchante sur Jéhovah : Il est particulièrement attaché à ceux qui, comme Job, se placent entre ses mains, lui permettant de les modeler et de les façonner en des personnes désirables à ses yeux (Isaïe 64:8). Jéhovah tient beaucoup à ses adorateurs fidèles. Il “ langui[t] ” après ceux d’entre eux qui sont morts. Le mot hébreu rendu ainsi est “ sans conteste l’un des mots les plus forts pour exprimer l’émotion du désir impatient ”, déclare un bibliste. En effet, non seulement Jéhovah se souvient de ses adorateurs, mais il languit de les ramener à la vie.

Nous pouvons être reconnaissants à Jéhovah d’avoir jugé bon de révéler, dans le livre de Job — l’un des premiers de la Bible à avoir été écrit —, son dessein de ressusciter les morts *. Il veut que vous retrouviez vos proches qui sont décédés. Cette pensée peut adoucir une perte. Que diriez-​vous d’en apprendre davantage sur ce Dieu plein d’amour et sur la façon dont vous pouvez le laisser vous modeler en une personne qui verra Son dessein devenir réalité ?

Lecture de la Bible proposée pour mars :

Esther 1-10Job 1-15

^ § 2 Un ouvrage de référence explique que les paroles de Job “ me cachais ” peuvent signifier “ [me] mettais en sécurité comme un dépôt précieux ”. Selon une autre source, ces mots équivalent à “ me cachais comme un trésor ”.

^ § 6 Pour en apprendre davantage sur la promesse biblique d’une résurrection dans un monde nouveau de justice, voir le chapitre 7 du livre Qu’enseigne réellement la Bible ? publié par les Témoins de Jéhovah.