Aller au contenu

Aller à la table des matières

“ Il provient de ce qu’il y a de plus pur ”

“ Il provient de ce qu’il y a de plus pur ”

 “ Il provient de ce qu’il y a de plus pur ”

DE L’UN DE NOS RÉDACTEURS AU BRÉSIL

ON A dit du sel qu’“ il provient de ce qu’il y a de plus pur, le soleil et la mer ”. C’est effectivement le cas du sel produit par l’évaporation solaire de l’eau de mer.

L’État de Rio Grande do Norte, sur la côte nord-est du Brésil, est célèbre pour ses marais salants. Le climat chaud, les précipitations faibles et les vents secs continuels rendent cette région idéale pour la production de sel marin. Elle fournit 95 % du sel brut et du sel raffiné du pays. À Areia Branca, une petite ville côtière, se trouve un de ces marais salants.

Visite d’un marais salant

La plupart des marais salants sont immenses, et celui d’Areia Branca ne fait pas exception. En approchant de la ville par la route nationale, les visiteurs sont généralement stupéfaits de la taille de l’exploitation. Le soleil matinal se reflète sur l’eau des bassins qui s’étendent à perte de vue. Près de 90 % de ces bassins servent à l’évaporation, et le reste, à ce qu’on appelle la cristallisation, c’est-à-dire la transformation du sel en cristaux.

 Le port des lunettes de soleil s’impose : tout est recouvert d’un manteau blanc de sel qui réfléchit la lumière éblouissante. On obtient une première concentration de sel en faisant passer de l’eau de mer par une succession de bassins peu profonds, au nombre de 67, cloisonnés par des digues et par des vannes en bois. Sous l’action du soleil tropical et du vent, l’eau s’évapore à raison de 650 litres d’eau par seconde ! Cependant, le processus complet demande 90 à 100 jours.

L’évaporation laisse apparaître du chlorure de sodium, mais l’eau de mer contient aussi des traces de carbonate de calcium, de sulfate de calcium, de sulfate de magnésium et d’autres sels. Ces sels se précipitent, autrement dit se séparent de l’eau de mer, à différents stades de l’évaporation, formant des couches dans le fond des bassins.

Depuis ces premiers bassins, la saumure est dirigée vers 20 bassins de cristallisation, les œillets. Dans certains de ces œillets, l’eau de mer a presque totalement disparu, laissant place à une masse compacte de sel. Un énorme récolteur mécanique recueille le sel et le charge dans des camions. Les camions l’acheminent vers ce qui ressemble à un silo à grains, où il est lavé puis rincé à l’eau douce.

Enfin, le sel arrive par bateau au port d’Areia Branca, une île artificielle construite dans la mer à une quinzaine de kilomètres du continent. C’est une île rectangulaire (92 mètres sur 166), qui peut stocker 100 000 tonnes de sel en vrac. Le sel est transporté par convoyeur jusqu’à un terminal situé plus au large, puis chargé sur des cargos qui le livrent dans différentes régions du Brésil.

Une substance essentielle à usages multiples

Bien qu’il en faille peu à l’organisme, le sel est essentiel à la vie et à la santé des humains comme des animaux. Qui dit “ sel ” ne dit pas seulement substance blanche qui rehausse le goût des aliments. Le sel a de nombreux autres usages, dans les industries chimique, textile et métallurgique, par exemple. Il est utilisé pour la fabrication de produits chimiques et entre dans la composition du savon, des vernis et de l’émail. Il aurait aujourd’hui plus de 14 000 emplois connus !

Les réserves de sel sont pour ainsi dire inépuisables. Rien qu’un kilomètre cube d’eau de mer contient 25 millions de tonnes de chlorure de sodium, c’est-à-dire de sel ordinaire ! Pourtant, jadis, c’était plutôt une denrée rare. Dans la Chine antique, seul l’or le dépassait en valeur. La Bible mentionne fréquemment le sel et en indique différents usages.

Parfois, on frottait les bébés avec du sel après leur naissance, peut-être parce qu’on lui attribuait des vertus médicinales ou antiseptiques (Ézékiel 16:4). La Bible parle du sel également au sens figuré. Ainsi, Jésus a dit que ses disciples étaient “ le sel de la terre ” pour illustrer l’influence protectrice qu’ils avaient sur autrui en raison du message de vie qu’ils portaient (Matthieu 5:13). Le sel était aussi symbole de stabilité et de permanence. C’est pourquoi “ une alliance de sel ” était considérée comme un contrat irrévocable. — Nombres 18:19.

Grâce à notre visite du salin d’Areia Branca, nous saisissons un peu mieux ce qui fait la valeur du sel et pourquoi il a joué un rôle de premier ordre tout au long de l’Histoire. Sans nul doute, nous apprécions que notre existence ne manque pas de sel, cet ingrédient issu de “ ce qu’il y a de plus pur, le soleil et la mer ” !

[Illustration, page 16]

Le récolteur de sel sur un bassin de cristallisation.

[Illustration, page 16]

Le sel avant affinage.

[Illustration, pages 16, 17]

Aire de lavage, de rinçage et de stockage du sel.