Aller au contenu

Aller à la table des matières

Nos lecteurs nous écrivent

Nos lecteurs nous écrivent

 Nos lecteurs nous écrivent

Qu’est devenu l’amour (mars 2006) ? Dans la société actuelle, l’amour est dénaturé et Satan veut le détruire complètement. Ce genre d’articles nous aide à exprimer l’amour de façon active et désintéressée. Merci de m’avoir permis de mieux comprendre comment Jéhovah veut que nous utilisions cette force extraordinaire.

Y. B., États-Unis

Lorsque deux très bonnes amies à moi sont parties soutenir une congrégation de langue étrangère, je me suis sentie très seule. Au moment où ma solitude était à son paroxysme, j’ai reçu ce périodique. Merci pour le rappel : “ Si vous voulez être aimé, commencez par aimer. ” À partir de maintenant, je compte ‘ m’élargir ’ ; je veux manifester un amour sincère afin de nouer de nouvelles amitiés. — 2 Corinthiens 6:12, 13.

M. T., Japon

Affronter la vieillesse (février 2006). J’ai parfois l’impression que les personnes âgées sont laissées-pour-compte. Voilà onze ans que je m’occupe de mon mari malade. Mais il m’arrive quand même de me sentir seule. J’ai lu et écouté sur cassette ce dossier plusieurs fois. C’était tout à fait ce qu’il me fallait. Merci infiniment.

S. T., Japon

Membres artificiels (février 2006). Merci beaucoup pour votre article sur les membres artificiels. À mon quatrième mois de grossesse, on a diagnostiqué que notre bébé naîtrait sans bras ni jambes mais qu’il pourrait être appareillé vers l’âge de un an. L’article est tombé pile le mois où Daryl a eu un an. Il est à présent en plein apprentissage de la station debout et de la marche. Mon mari et moi attendons avec impatience le jour où Daryl “ grimpera comme le cerf ”. — Isaïe 35:6.

Y. A., France

Il vaut la peine de vivre (22 octobre 2001). Je lis et je relis le dossier du 22 octobre 2001, surtout quand je suis découragée. Pour moi, son contenu est comme un médicament, à la différence qu’il ne se périme pas. Les conseils et les solutions qu’il propose sont vraiment judicieux. Réveillez-vous ! me remonte le moral, car je ressens l’intérêt que vous portez à des personnes comme moi. Je suis extrêmement heureuse et reconnaissante que vous soyez là pour me rappeler qu’“ il vaut la peine de vivre ” !

P. T., Madagascar

Pèlerins et puritains : qui étaient-​ils (février 2006) ? La façon dont vous déformez les faits dans cet article m’a atterré. Vous passez sous silence la raison fondamentale pour laquelle les Indiens d’Amérique ne fêtent pas Thanksgiving.

Préfère garder l’anonymat, États-Unis

Notre réponse : Notez bien que le but de cet article n’était pas de s’étendre sur l’historique de Thanksgiving [nom qui signifie “ action de grâces ”]. Plusieurs ouvrages de référence, dont l’“ Encyclopædia Britannica ”, rapportent qu’en automne 1621 les pèlerins firent la fête pendant trois jours avec leurs amis indiens. C’est ce qu’Edward Winslow raconte dans une lettre datée du 11 décembre 1621. Toutefois, au cours des années qui ont suivi, des fêtes d’actions de grâces ont servi à célébrer toutes sortes d’événements autres que la moisson. Le “ thanksgiving ” le plus tristement célèbre a été proclamé en 1637 par John Winthrop, gouverneur de la colonie de la baie du Massachusetts, après le massacre de centaines d’Indiens péquots. Nous comprenons donc pourquoi Thanksgiving heurte certains lecteurs.