Aller au contenu

Aller au sommaire

 SECTION 14

Pourquoi avons-nous besoin d’un meilleur sacrifice ?

Pourquoi avons-nous besoin d’un meilleur sacrifice ?

« Aucun d’eux ne peut jamais racheter un frère [...] pour qu’il vive encore, pour toujours » (PSAUME 49:7, 9 [49:8, 10, ZK]).

Quelqu’un pourrait-il offrir aujourd’hui les sacrifices exigés par la Torah ?

Puisque le temple et la prêtrise n’existent plus, il n’est pas possible d’offrir les sacrifices exigés par la Torah pour le pardon des péchés. Mais Dieu ne nous laisse pas sans espoir. Sa Parole mentionne une solution définitive, « une alliance nouvelle » qui permettra la réalisation de cette promesse : « Je pardonnerai leur faute, et de leur péché je ne me souviendrai plus ». Grâce à cette « alliance nouvelle », Dieu fournit le fondement permettant le pardon de tous nos péchés pour toujours (Jérémie 31:31-34).

Quel effet le péché d’Adam a-t-il sur nous ?

Lorsqu’Adam s’est rebellé contre Dieu, il a perdu la perspective de vivre éternellement (Genèse 3:17-19). Étant notre ancêtre à tous, il ne pouvait que nous transmettre l’imperfection et la mort. En fait, il est responsable de la mort de tous ses enfants.

Si un criminel assassinait quelqu’un que vous aimez, pourrait-il satisfaire la justice en sacrifiant un taureau ?

La Torah ne permettait pas d’offrir un animal en sacrifice en cas d’homicide volontaire (Nombres 35:31). Aucune vie animale ne vaut celle d’un humain. Le pécheur devait payer son crime de sa propre vie.

Quel genre de sacrifice pourrait couvrir le péché hérité d’Adam et donc permettre à Dieu de pardonner définitivement aux humains ?

Un sacrifice équivalent, selon le principe « âme pour âme », ou vie pour vie (Deutéronome 19:21). Pour équilibrer la balance de la justice, il faudrait une vie humaine parfaite, comme celle d’Adam avant qu’il pèche. Seul quelqu’un n’ayant pas hérité du péché d’Adam pourrait fournir le sacrifice qui convenait (Psaume 49:7-9 [49:8-10, ZK]). Seul Dieu pourrait produire une telle vie, sans faire intervenir un père humain, comme lorsqu’il a créé Adam (Genèse 2:7).

Qui seul pourrait offrir sa vie en sacrifice pour le pardon des péchés ?

Le Messie. Il viendrait certes en tant que Libérateur (Genèse 3:15 ; Psaume 2:2, 8). Mais d’abord, il devrait fournir un « sacrifice de culpabilité » parfait, qui couvre complètement tant nos péchés que l’imperfection dont nous avons hérité (Lévitique 7:1 ; Isaïe 53:6, 10).

Que dit encore la Parole de Dieu sur le Messie et sur son rôle ?