Aller au contenu

Aller à la table des matières

Autrefois et aujourd’hui : les jouets

Autrefois et aujourd’hui : les jouets

 Autrefois et aujourd’hui : les jouets

RAVIS, Philippe * et ses petits camarades regardent rebondir la balle en bouts de ficelle qu’ils viennent de confectionner. Et une partie de foot très animée s’engage. Mike est fasciné par la docilité de sa voiture miniature, qui répond au doigt et à l’œil aux ordres de la télécommande qu’il tient en main. Il la fait avancer et reculer comme il veut. Andrea et ses copines jouent dans la chambre ; tout en enfilant des habits et des chaussures à leurs poupées, ces fillettes ont des discussions à n’en plus finir sur les vêtements qu’elles porteront quand elles seront plus grandes.

Quel est le point commun entre ces enfants ? Des jouets, qui peuvent les occuper des heures durant. Il arrive que le jouet préféré d’un enfant, par exemple son ours en peluche, reste pendant des années son compagnon inséparable. Parfois, il a même droit à sa photo dans l’album de famille ! Mais quelle est l’histoire des jouets ? Et pourquoi sont-​ils si importants pour les enfants ?

Aux origines du jouet

On lit dans une encyclopédie : “ Un jouet est, fondamentalement, un objet dont les enfants se servent pour s’amuser. L’existence des jouets et des jeux est attestée dans des civilisations très diverses dès les temps les plus anciens. Le jouet revêt différents aspects, des plus simples aux plus complexes, depuis ce bâton tout ordinaire  qu’un enfant ramasse et qui devient dans son imaginaire son dada, son petit cheval, jusqu’à des engins mécaniques sophistiqués. ” De fait, tout objet dont l’usage peut être détourné en vue d’une distraction ou d’un jeu quelconque peut devenir un jouet. Et puisque, par nature, l’homme cherche à se divertir, il est fort probable que les jouets soient, à peu de chose près, aussi anciens que l’humanité.

On a, par exemple, retrouvé des poupées, ou du moins certaines des pièces qui les composaient, dans des contrées qui correspondent à la Babylonie et à l’Égypte antiques. Il se pourrait bien que la poupée ait été le premier de tous les jouets. La balle est un autre jouet dont l’origine est lointaine. Même s’il n’est pas possible de dire à quand remonte la première balle, on a mis au jour dans la tombe d’un enfant égyptien des quilles en pierre contre lesquelles on faisait rouler une bille, en pierre également.

Il existait en Grèce, il y a plus de trois mille ans, des yoyos en pierre, et il semble qu’ils aient été connus aussi de la Chine antique. Les enfants romains s’amusaient avec des pantins, mais aussi avec des figures géométriques en ivoire qui s’emboîtaient. Les garçons grecs et romains jouaient avec des chariots miniatures, ce qui prouve que les miniatures de moyens de transport sont en vogue depuis des temps immémoriaux. Un musée expose une figurine animale en argile, munie de roues, que l’on suppose être un jouet appartenant à une civilisation mexicaine antique. Ce qui est frappant, c’est que l’on n’a jamais découvert d’autres roues qui aient pu être attribuées à cette civilisation ! Au Moyen Âge, on confectionnait des ballons ovales ou ronds en gonflant des vessies animales. Et un peu à la manière des sports de ballons actuels, le but du jeu consistait à envoyer la balle vers les buts, à la main ou à coups de pied.

Plus tard, dans l’Angleterre du XVIIIsiècle, furent inventés les puzzles éducatifs, qui devinrent très populaires au début du XXsiècle. C’est aussi à cette époque que commença la grande aventure des crayons de couleur. Pour ne citer que le cas des États-Unis, un seul fabricant en a produit plus de cent milliards ! Il apparaît donc que certains de nos jouets actuels tirent leur origine d’un passé lointain, et qu’ils ont joué un rôle non négligeable dans la vie des humains.

À quoi servent le jeu et les jouets ?

“ Jouer est une activité naturelle pour tous les jeunes enfants. Le jeu offre à l’enfant de multiples occasions d’apprendre et de se développer, sur les plans physique, mental et social. Si on part du principe que le jeu constitue le travail des enfants, on dira que les jouets sont leurs outils, et que des jouets appropriés peuvent les aider à effectuer un bon travail. ” C’est ainsi qu’un guide d’achats publié par un organisme officiel définissait l’importance des jouets.

Naturellement, si les jouets sont appréciés à un tel point, c’est avant tout parce que l’enfant s’amuse à les utiliser. Mais cela n’enlève rien au fait qu’ils contribuent à l’évolution personnelle de l’enfant. Considérez les exemples suivants : quand un enfant pousse une voiture miniature, il tonifie ses capacités motrices. Quand il saute à la corde, il améliore la coordination de ses mouvements. Quand il se tient sur un pied pour taper dans un ballon ou quand il fait du vélo, il acquiert l’équilibre. Et quand il s’amuse avec un jeu de construction ou qu’il dessine, il apprend à maîtriser ses gestes.

 En quoi le jeu influe-​t-​il sur ses capacités intellectuelles ? Les facultés du langage se développent quand les jeux de l’enfant (saut à la corde ou chat perché) s’appuient sur des chants ou sur des comptines. Quand l’enfant s’amuse avec un jeu de construction, respecte les règles d’un jeu, assemble les pièces d’un puzzle, s’invente des histoires ou se déguise, ce sont ses capacités de réflexion et sa créativité qui s’en trouvent stimulées. Il en va de même s’il joue d’un instrument de musique ou s’il se livre à des travaux manuels.

Autre aspect, non moins important : le jeu initie les enfants, qui par exemple composent des équipes pour jouer au ballon, aux relations sociales. Le docteur Bruce Perry explique : “ L’enfant apprend à comprendre ceux qui sont autour de lui ; cela peut le rendre plus conciliant et moins égocentrique. Quand il joue avec d’autres, l’enfant acquiert un ensemble de règles sociales, dont des moyens de se maîtriser et d’accepter ses frustrations quand il est en présence d’autres individus. ”

Les enfants se servent aussi des jouets pour imiter ce qu’ils voient faire aux adultes. Comme le disait le philosophe grec Aristote, “ imiter est naturel aux hommes et se manifeste dès leur enfance ”. En effet, par leurs jeux, les enfants imitent — et donc apprennent — bien des activités de la vie quotidienne. Spontanément, on se représente la petite fille qui berce sa poupée pour l’endormir, tout comme elle le fera peut-être bien plus tard avec un vrai bébé. Ou encore, elle prépare des plats imaginaires et partage ce repas virtuel avec ses copines. De même, les garçons poussent leurs “ voitures ” tout en reproduisant le vrombissement du moteur ; ils s’entraînent ainsi pour plus tard à la conduite automobile ! Ceci dit, il y a des facteurs à prendre en compte pour bien choisir les jouets de ses enfants. Pourquoi cela ?

 Faire de bons choix

“ Les jouets diffusent actuellement la vision d’une société violente et anarchique ”, affirme le Daily Telegraph de Londres. Même si ce n’est pas le cas de tous les jouets, on constate que les jouets classiques se font de plus en plus rares et que se multiplient les “ figurines difformes tout en muscles [...] à l’allure agressive ”, pour reprendre les termes d’un article paru dans La Jornada, un journal mexicain. Ce même article citait Patricia Ehrlich, professeur et chercheuse à l’université autonome Xochimilco, qui affirme que bon nombre des jouets présents sur le marché font la part belle à une idéologie de domination, idéologie qui met l’accent sur la force, l’agression, le pouvoir, la soumission et la peur.

L’Association américaine des psychologues scolaires affirme que la mise en contact de l’enfant avec des jouets qui incitent à la violence “ peut entraver son apprentissage et son évolution personnelle, et avoir en définitive des conséquences néfastes ”. Des études donnent à penser que les jeux vidéo et les jeux électroniques violents peuvent susciter des comportements agressifs et mener à la délinquance. C’est pourquoi tout adulte qui a la charge d’un enfant devrait veiller soigneusement à choisir des jouets qui conviennent. — Voir l’encadré page 26.

Les progrès accomplis par les techniques de fabrication permettent de produire aujourd’hui des jouets très variés et avec des fonctions sophistiquées. Mais ces merveilles ne sont pas toujours à la portée de toutes les bourses, et il arrive aussi que les enfants s’en lassent rapidement. Et puis, certains jouets ne sont tout simplement pas profitables aux enfants. Voilà ce qu’a constaté Leanne, une Australienne qui élève seule cinq enfants : “ Mes grands garçons sont influencés par la publicité et me demandent souvent de leur acheter des jeux électroniques très chers. Mais en fin de compte, je constate qu’ils s’amusent beaucoup plus longtemps et qu’ils font plus d’exercice quand ils jouent dans la cour avec une batte de base-ball qui coûte trois fois rien et une balle en caoutchouc. Les jouets tout simples sont pour moi ceux qui durent le plus et qui offrent à mes enfants les plus grandes possibilités de faire travailler leur imagination. ”

Pourquoi ne pas les fabriquer toi-​même ?

Tu es jeune ? Tu ne peux pas te payer les jouets à la mode ? Cela ne t’empêche pas d’être heureux ! Il te suffit de faire appel à tes talents de créateur et à ton imagination. Dans bien des régions du globe, les enfants comme toi confectionnent eux-​mêmes leurs jouets.

Regarde les photos sur ces pages. Est-​ce que ces enfants n’ont pas l’air de bien s’amuser ? Assembler une “ voiture ” comme celle-là, ce n’est pas si facile ! Il faut récupérer des bouts de fil électrique et les tordre pour leur donner la forme voulue. Pour les roues, du caoutchouc ou du plastique découpé en rondelles fera l’affaire. Et que penses-​tu de ce petit train en cartons de lait et de jus de fruits ? Ne le trouves-​tu pas sympathique, ce camion en bois ? Sur certains de ces jouets, il est même possible de rouler pour de bon, comme sur ce scooter africain. Ces enfants ont compris qu’un jouet amusant ne coûte pas forcément cher. Et que fabriquer soi-​même un jouet est très amusant aussi. Pourquoi ne pas essayer ?

[Note]

^ § 2 Par souci d’anonymat, les prénoms ont été changés.

[Encadré/Illustration, page 26]

Un bon jouet...

● Est adapté à l’âge, aux capacités intellectuelles et physiques de l’enfant, et ne présente aucun danger.

● Est de fabrication soignée et il est solide (les enfants ont la manie de démonter les choses).

● Est suffisamment attrayant pour capter l’attention de l’enfant et le passionner.

● Stimule la créativité et l’imagination de l’enfant.

● Est d’un prix abordable.

● N’est pas toxique.

[Encadré/Illustration, page 27]

Pour éviter tout accident...

● Ne laissez pas les jouets des grands à la portée des petits.

● Lisez attentivement toutes les étiquettes et notices de sécurité, si possible en compagnie de votre enfant.

● Apprenez à votre enfant et à ses camarades de jeu comment utiliser et ranger les jouets convenablement.

● Évitez les jouets bruyants qui pourraient provoquer des nuisances excessives.

● Vérifiez régulièrement les jouets. Dans la plupart des cas, si un jouet endommagé ne peut être réparé, il vaut mieux le jeter tout de suite.

● Les jouets qui présentent un risque de par leur nature, comme les jeux de tir à la cible, les outils tranchants et les jouets électriques, ne devraient être utilisés que par des enfants suffisamment âgés, et sous la surveillance d’un adulte.

● Les jouets comportant de petits éléments doivent être tenus hors de portée des petits, qui risqueraient de les avaler.

[Illustration, page 24]

Lion et hérisson sur des chariots, deuxième millénaire avant notre ère, Iran.

[Indication d’origine]

Lion et hérisson : Erich Lessing/Art Resource, NY

[Illustration, page 25]

Poupée d’argile, vers 600 avant notre ère, Italie.

[Illustration, page 25]

Toupie, vers 480 avant notre ère, Grèce classique.

[Illustration, page 25]

Poupée en feuilles de maïs, Amérique coloniale.

[Illustration, page 25]

Crayons de couleur, début du XXsiècle, États-Unis.

[Illustrations, page 26]

Enfants s’amusant avec des jouets de leur fabrication.

[Crédits photographiques, page 25]

Poupée d’argile : Erich Lessing/Art Resource, NY ; toupie : Réunion des Musées Nationaux/ Art Resource, NY ; poupée en feuilles de maïs : Art Resource, NY