Aller au contenu

Aller au sous-menu

Les Témoins de Jéhovah

Français

Les Témoins de Jéhovah sont-ils pour le dialogue interreligieux ?

Nous aimons parler de questions religieuses avec des personnes de toutes confessions. Cela dit, nous ne travaillons pas au dialogue interreligieux dans le sens où nous ne nous joignons pas à des personnes dont les croyances sont différentes des nôtres pour rendre un culte à Dieu. La Bible souligne que les vrais chrétiens sont « harmonieusement assemblé[s] », et un aspect capital de cette harmonie est l’unité de croyance (Éphésiens 4:16 ; 1 Corinthiens 1:10 ; Philippiens 2:2). Cela implique davantage que d’être d’accord sur la valeur de qualités comme l’amour, la compassion et la capacité à pardonner. Nos croyances sont fondées sur une connaissance exacte de la Bible, sans laquelle notre culte serait inutile (Romains 10:2, 3).

Dans la Bible, s’associer au culte pratiqué par des personnes d’autres religions revient à former un « attelage disparate », une association inappropriée qui serait néfaste à la foi d’un chrétien (2 Corinthiens 6:14-17). Par conséquent, Jésus n’a pas permis à ses disciples de favoriser le dialogue interreligieux (Matthieu 12:30 ; Jean 14:6). La loi que Dieu avait donnée par l’intermédiaire de Moïse interdisait également aux Israélites de s’associer au culte des nations voisines (Exode 34:11-14). Les Israélites fidèles ont plus tard repoussé une proposition d’aide qui les aurait amenés à former une alliance religieuse avec des pratiquants d’autres cultes (Ezra 4:1-3).

Les Témoins de Jéhovah engagent-ils le dialogue avec ceux qui ont une religion différente de la leur ?

Oui. En 2016, nous avons passé 1 983 763 754 heures à aller au-devant de personnes qui ne partagent pas notre foi. Comme l’apôtre Paul, lorsque nous participons à l’œuvre d’évangélisation, nous essayons de comprendre les raisonnements et les croyances du « plus de gens possible » (1 Corinthiens 9:19-22). Dans nos conversations, nous nous efforçons sincèrement d’avoir un « profond respect » pour notre interlocuteur, ce que la Bible recommande (1 Pierre 3:15).