Aller au contenu

Des bibles produites au Japon

Pour répondre à la demande de bibles à couverture rigide et de bibles de luxe, les Témoins de Jéhovah ont installé de nouvelles machines de reliure dans leur imprimerie d’Ebina, au Japon.

Ils ont tout d’abord eu quelques craintes, car en raison du séisme et du tsunami qui ont frappé le Japon le 11 mars 2011, des coupures de courant leur étaient imposées.

Malgré tout, en septembre 2011, le projet a été lancé. Moins de trois mois plus tard, les premiers exemplaires de la Traduction du monde nouveau en chinois sortaient de la nouvelle chaîne de reliure.

Entièrement automatisée, cette chaîne de reliure fait 400 mètres de long. Tandis que les feuillets imprimés avancent sur la chaîne, ils sont reliés puis assemblés à une couverture ; les livres ainsi obtenus sont mis sous presse, empilés, puis placés dans des cartons qui sont scotchés avant d’être palettisés.

Une coopération productive

Une planification et une coordination efficaces ont contribué à la réussite de ce projet. Par exemple, les machines de reliure ont dû être soigneusement emballées et mises dans des caisses, qui ont été chargées dans des conteneurs. Au total, 34 conteneurs ont été expédiés au Japon depuis l’Europe.

Dix membres du siège des Témoins de Jéhovah des États-Unis ont fait le déplacement jusqu’au Japon pour apporter leur aide. Certains sont restés six mois, afin de montrer aux opérateurs japonais comment faire fonctionner les machines et en assurer la maintenance.

La nouvelle chaîne n’est pas passée inaperçue pour les professionnels japonais de l’industrie de la reliure, de l’impression et de l’édition. Le 19 mars 2012, une centaine d’entre eux ont visité les installations des Témoins. Une visite qui les a laissés admiratifs.

Avant de partir, chacun d’eux a reçu un exemplaire de la Traduction du monde nouveau produit sur la nouvelle chaîne.

Les Témoins de Jéhovah ont donc désormais trois imprimeries qui produisent pour leur usage des bibles à couverture rigide : aux États-Unis, au Brésil et... au Japon.

« Ma prochaine mission va vraiment être très difficile ! »

Les Témoins et les employés des entreprises qui les ont aidés à réaliser ce projet ont apprécié de collaborer ensemble. Un intervenant qui n’est pas Témoin a d’ailleurs déclaré : « C’est comme si vous étiez de ma famille. »

Le dernier jour du projet, un autre professionnel s’est exclamé : « Ma prochaine mission va vraiment être très difficile ! Ça ne sera jamais aussi bien qu’à la Watchtower... »