« J’étais un joueur invétéré. Je priais pour faire fortune, mais ça n’est jamais arrivé » (Samuel *, Kenya).

« À l’école, on se contentait de réciter les prières qu’on avait apprises par cœur » (Teresa, Philippines).

« Je prie quand j’ai des problèmes. Je prie pour le pardon de mes péchés et pour devenir une meilleure chrétienne » (Magdalene, Ghana).

Les témoignages de Samuel, de Teresa et de Magdalene montrent que les gens prient pour des raisons très diverses, et plus ou moins nobles. Certaines prières viennent du cœur, tandis que d’autres sont quasiment dénuées de sincérité. Mais que ce soit pour réussir un examen, pour que leur équipe favorite gagne, pour que Dieu les guide dans leur vie de famille ou pour une multitude d’autres raisons, des centaines de millions de personnes ressentent le besoin de prier. D’ailleurs, des sondages révèlent que même des personnes sans appartenance religieuse prient régulièrement.

Priez-vous ? Si oui, à propos de quoi ? Que vous ayez ou non l’habitude de prier, vous vous demandez peut-être : « Est-ce vraiment utile ? Y a-t-il quelqu’un qui écoute ? » Un auteur a émis l’idée que la prière n’est qu’« une forme de thérapie [...] comme on parlerait à son poisson rouge ». Des professionnels de la santé ont une opinion similaire ; pour eux, la prière est une sorte de « médecine douce ». Les personnes qui prient se livrent-elles à une pratique vide de sens ? En retirent-elles, au mieux, un quelconque bienfait thérapeutique ?

La Bible, quant à elle, explique que la prière est bien plus qu’une forme de thérapie. Elle dit que quelqu’un écoute les prières faites de la bonne façon et pour les bonnes choses. Est-ce réellement le cas ? Voyons ce qu’il en est.

^ § 3 Certains prénoms ont été changés.