Quelles étaient les fonctions d’un centurion dans l’armée romaine ?

Stèle du centurion Marcus Favonius Facilis

Les Écritures grecques chrétiennes parlent à plusieurs reprises de centurions romains. L’officier qui a surveillé l’exécution de Jésus avait ce grade, de même que Corneille, le premier Gentil à s’être converti au christianisme. L’officier qui devait surveiller la flagellation de l’apôtre Paul et Julius, qui a escorté celui-ci jusqu’à Rome, étaient eux aussi centurions (Marc 15:39 ; Actes 10:1, note ; 22:25 ; 27:1).

Un centurion commandait généralement une centurie, qui comptait entre 50 et 100 fantassins. Il entraînait ses hommes, les sanctionnait si nécessaire, inspectait leurs vêtements et leur équipement, et commandait les manœuvres de déploiement.

Le grade de centurion était le plus haut grade auquel un soldat ordinaire pouvait accéder. Les centurions étaient des soldats de carrière et de bons meneurs d’hommes. La discipline et l’efficacité de la machine militaire romaine dépendaient d’eux. Selon un ouvrage, les centurions « étaient souvent les hommes les plus expérimentés et les mieux informés de l’armée ».

Quelle différence y a-t-il entre les miroirs des temps bibliques et ceux d’aujourd’hui ?

Miroir de l’Égypte antique

Contrairement aux miroirs actuels, ceux des temps bibliques étaient en général fabriqués en métal finement poli — bronze, mais aussi parfois cuivre, argent, or ou électrum. La première fois que la Bible parle de miroirs, c’est en rapport avec la construction du tabernacle, premier lieu de culte de la nation d’Israël. Des miroirs ont été offerts par des femmes pour la fabrication d’un bassin sacré en cuivre et de son support (Exode 38:8). À cette fin, il a probablement fallu les fondre.

La plupart des miroirs issus de fouilles archéologiques en Israël et dans les environs ont été retrouvés avec des bijoux et d’autres ornements féminins. Ils étaient d’ordinaire arrondis et dotés d’un manche ouvragé en bois, en métal ou en ivoire, souvent de la forme d’une silhouette de femme. La face non polie du miroir n’était généralement pas travaillée.

En comparaison des miroirs actuels, ceux de l’Antiquité avaient un pouvoir réfléchissant limité. C’est sans doute pour cela que l’apôtre Paul a dit : « À présent, [...] nous voyons, les contours étant indécis, au moyen d’un miroir de métal » (1 Corinthiens 13:12).