Aller au contenu

Aller au sommaire

 CONVERSATION AVEC UN TÉMOIN DE JÉHOVAH

Pourquoi Dieu permet-il les souffrances ?

Pourquoi Dieu permet-il les souffrances ?

Ce qui suit est une conversation type qu’un Témoin de Jéhovah pourrait avoir avec une personne à qui il rend visite. Imaginons qu’une femme Témoin prénommée Michèle s’entretienne avec une certaine Sophie.

QUE RESSENT DIEU EN NOUS VOYANT SOUFFRIR ?

Michèle : Bonjour, Sophie ! Je suis contente de vous revoir.

Sophie : Moi aussi.

Michèle : La dernière fois *, nous avons parlé de ce que Dieu ressent quand il nous voit souffrir. Vous m’avez dit que la question vous préoccupait depuis longtemps, surtout depuis que votre mère a été blessée dans un accident de la route. Au fait, comment va-t-elle ?

Sophie : Il y a des jours avec et des jours sans. Aujourd’hui, ça ne va pas trop mal.

Michèle : Tant mieux, ça me fait plaisir. Ça ne doit pas être toujours facile pour vous de garder le moral.

Sophie : C’est sûr ! Parfois, je me demande combien de temps encore elle va devoir souffrir.

Michèle : C’est normal de se faire du souci. Vous vous rappelez peut-être que la semaine dernière, nous nous sommes quittées sur cette question : Si Dieu a le pouvoir de soulager nos souffrances, pourquoi ne l’a-t-il pas déjà fait ?

Sophie : Oui, je m’en souviens.

Michèle : Avant de voir la réponse de la Bible, nous pourrions revoir quelques idées que nous avons abordées la dernière fois.

Sophie : D’accord.

Michèle : Pour commencer, nous avons vu que même un homme fidèle du passé s’était demandé pourquoi Dieu permet les souffrances. Mais Dieu ne lui a pas reproché de lui poser la question, et il ne lui a pas non plus dit qu’il manquait de foi.

Sophie : Oui, c’était une découverte pour moi.

Michèle : Nous avons appris aussi que Jéhovah déteste nous voir souffrir. La Bible dit par exemple que quand son peuple était dans la détresse, c’était « pour lui une détresse * ». C’est réconfortant de savoir que Dieu est sensible à nos souffrances, non ?

Sophie : C’est vrai.

Michèle : Et finalement, il nous a semblé logique de dire que, puisque notre Créateur a une puissance extraordinaire, il peut à tout moment intervenir et soulager nos souffrances.

Sophie : C’est ça que je ne comprends pas ! Pourquoi Dieu laisse-t-il tous ces malheurs arriver s’il a le pouvoir de les empêcher ?

QUI DISAIT VRAI ?

Michèle : Pour répondre à cette question, commençons par consulter le premier livre de la  Bible : la Genèse. Vous connaissez probablement l’histoire d’Adam et Ève, et du fruit défendu.

Sophie : Oui, on me l’a apprise au catéchisme. Dieu avait dit à Adam et Ève de ne pas manger du fruit d’un certain arbre, mais ils ont désobéi.

Michèle : Exactement. Mais arrêtons-nous sur ce qui a amené Adam et Ève à pécher. Ce qui s’est passé a un lien direct avec la question « pourquoi nous souffrons ? ». Vous voulez bien lire Genèse chapitre 3, versets 1 à 5 ?

Sophie : Oui. « Or le serpent était la plus prudente de toutes les bêtes sauvages des champs qu’avait faites Jéhovah Dieu. Et il se mit à dire à la femme : “Est-ce vrai que Dieu a dit que vous ne devez pas manger de tout arbre du jardin ?” Mais la femme dit au serpent : “Du fruit des arbres du jardin nous pouvons manger. Mais quant à manger du fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : ‘Vous ne devez pas en manger, non, vous ne devez pas y toucher, afin que vous ne mouriez pas.’” Cependant le serpent dit à la femme : “Vous ne mourrez pas du tout. Car Dieu sait que, le jour même où vous en mangerez, vos yeux ne manqueront pas de s’ouvrir et, à coup sûr, vous serez comme Dieu, connaissant le bon et le mauvais.” »

Michèle : Merci. Maintenant, analysons ces versets. On a lu qu’un serpent a parlé à la femme, Ève. Un autre passage de la Bible explique que c’était en réalité Satan le Diable qui parlait par la bouche du serpent *. Satan a interrogé Ève sur le commandement que Dieu avait donné au sujet d’un certain arbre. Avez-vous noté quelle peine Adam et Ève risquaient à manger du fruit défendu ?

Sophie : La mort.

Michèle : Tout à fait. Pourtant, regardez ce que Satan a dit ensuite : « Vous ne mourrez pas du tout. » En fait, il lançait contre Dieu une accusation très grave : il le traitait de menteur !

Sophie : Je ne connaissais pas cette partie de l’histoire.

Michèle : Et en traitant Dieu de menteur, Satan a posé un problème qui mettrait du temps à se résoudre. Voyez-vous pourquoi ?

Sophie : Hum ! Pas trop, non.

Michèle : Eh bien, pour le comprendre, prenons un exemple. Imaginez qu’un jour, je prétende que je suis plus forte que vous. Comment pourriez-vous prouver le contraire ?

Sophie : Peut-être grâce à une épreuve de force ?

Michèle : Oui, pourquoi pas ? Nous pourrions choisir un objet lourd et voir laquelle de nous deux est capable de le soulever. En fait, savoir qui est la plus forte, c’est assez simple.

Sophie : Je crois voir où vous voulez en venir.

Michèle : Maintenant, si au lieu de dire que je suis plus forte, je prétends que je suis plus honnête que vous ? Ce n’est pas la même chose !

Sophie : Effectivement.

Michèle : L’honnêteté, on ne peut pas la tester avec une simple épreuve de force.

Sophie : C’est sûr.

Michèle : La seule façon de régler la question, ce serait de laisser passer du temps pour que les autres puissent nous observer et dire laquelle de nous deux est la plus honnête.

Sophie : Ça me paraît logique, en effet.

Michèle : Maintenant, revenons au récit de la Genèse. Est-ce que Satan a prétendu qu’il était plus fort que Dieu ?

Sophie : Non.

Michèle : Dieu aurait pu rapidement prouver qu’il était le plus fort. Mais Satan a prétendu qu’il était plus honnête que Dieu. Il a dit en quelque sorte à Ève : « Dieu te ment, mais moi, je te dis la vérité. »

Sophie : Intéressant...

Michèle : Dieu, qui est quelqu’un d’intelligent, savait que la meilleure façon de régler la question serait de laisser passer du temps. À un moment donné, on saurait avec certitude lequel des deux disait la vérité.

 UNE QUESTION IMPORTANTE

Sophie : Mais quand Ève est morte, ça a prouvé que Dieu disait la vérité, non ?

Michèle : En un sens, oui. Mais l’accusation de Satan allait plus loin. Regardez le verset 5. Qu’est-ce que Satan a encore dit à Ève ?

Sophie : Il lui a dit que si elle mangeait du fruit, ses yeux s’ouvriraient.

Michèle : C’est ça, et qu’elle serait « comme Dieu, connaissant le bon et le mauvais ». Donc Satan a accusé Dieu de priver les humains de quelque chose de bon.

Sophie : D’accord...

Michèle : Et là aussi, c’était une accusation très grave !

Sophie : Que voulez-vous dire ?

Michèle : En fait, Satan sous-entendait qu’Ève, et par extension tous les humains, se porterait bien mieux sans la domination de Dieu. Là encore, Jéhovah savait que la meilleure façon de régler la question serait de laisser Satan essayer de prouver son accusation. Dieu a donc décidé de permettre à Satan de diriger le monde pendant un certain temps. Si nous voyons tant de souffrances aujourd’hui, c’est parce que Satan est le véritable maître du monde, et pas Dieu *. Mais rassurez-vous, il y a une bonne nouvelle.

Sophie : Ah bon ? Laquelle ?

Michèle : La Bible révèle deux choses merveilleuses au sujet de Dieu. La première, c’est qu’il est à nos côtés quand nous souffrons. Le roi David, par exemple, a beaucoup souffert au cours de sa vie, mais regardez ce qu’il a pu dire à Dieu dans une prière, en Psaume 31:7. Vous voulez lire ce verset, s’il vous plaît ?

Sophie : Oui. Alors... « Je veux être joyeux et me réjouir en ta bonté de cœur, puisque tu as vu mon affliction ; tu as su les détresses de mon âme. »

Michèle : Merci. Ainsi, même s’il souffrait, David savait que Jéhovah voyait les épreuves qu’il traversait, et ça le réconfortait. Est-ce que ça vous réconforte, vous aussi, de savoir que Jéhovah voit tout, même les souffrances affectives que les autres ne peuvent pas vraiment comprendre ?

Sophie : Oui, ça aide !

Michèle : La deuxième chose merveilleuse, c’est que Dieu ne nous laissera pas souffrir indéfiniment. La Bible explique qu’il va bientôt mettre fin au règne catastrophique de Satan. Et il réparera tout le mal causé, y compris à vous et à votre mère. Est-ce que je peux revenir la semaine prochaine et vous montrer pourquoi nous pouvons être sûres que Dieu éliminera bientôt toutes les souffrances * ?

Sophie : Pourquoi pas ?

Y a-t-il une question biblique en particulier que vous vous posez ? Souhaitez-vous en savoir plus sur les croyances ou les pratiques religieuses des Témoins de Jéhovah ? Si oui, n’hésitez pas à poser vos questions à un Témoin. Il se fera un plaisir d’en discuter avec vous.