Comment les Juifs du Ier siècle préparaient-​ils un mort avant de l’enterrer ?

Les Juifs enterraient les morts sans tarder, généralement le jour même du décès. Il y avait deux raisons à cela. D’abord, les cadavres se décomposent rapidement sous le climat chaud du Moyen-Orient. Et puis à l’époque, si quelqu’un était enterré plusieurs jours après sa mort, c’était un déshonneur pour lui et pour sa famille.

Les Évangiles et le livre des Actes rapportent au moins quatre enterrements qui ont eu lieu le jour même du décès (Matthieu 27:57-60 ; Actes 5:5-10 ; 7:60–8:2). Des siècles plus tôt, Rachel, la femme bien-aimée de Jacob, est morte alors qu’elle effectuait un voyage en famille. Au lieu de faire la route jusqu’au tombeau familial pour y déposer le corps, Jacob l’a placé dans une tombe sur le chemin de Bethléhem (Genèse 35:19, 20, 27-29).

Les récits bibliques de funérailles indiquent que les Juifs préparaient soigneusement un corps avant de l’enterrer. La famille et les amis le lavaient, le frottaient avec des aromates et de l’huile de qualité, et l’enveloppaient dans du tissu (Jean 19:39, 40 ; Actes 9:36-41). Les voisins et d’autres personnes pouvaient venir exprimer leur tristesse et consoler la famille (Marc 5:38, 39).

Jésus a-​t-​il été enterré selon les coutumes funéraires juives ?

Beaucoup de familles juives enterraient leurs morts dans des grottes ou des tombes creusées dans la roche tendre, très commune en Israël. Ils suivaient l’exemple des patriarches. Abraham, Sara, Isaac, Jacob et d’autres ont été enterrés dans la grotte de Makpéla, près de Hébrôn (Genèse 23:19 ; 25:8, 9 ; 49:29-31 ; 50:13).

Jésus a été enterré dans une tombe taillée dans le roc (Marc 15:46). En général, ce type de tombe avait une entrée étroite. À l’intérieur, on y creusait des cavités en forme d’étagères, où la famille déposait ses morts. Une fois la chair décomposée, on rassemblait les ossements dans un coffre en pierre appelé ossuaire. Ainsi, la famille libérait de la place pour de prochains enterrements.

La Loi donnée à Moïse interdisait aux Juifs d’organiser des funérailles le jour du sabbat. Étant donné que Jésus est mort trois heures avant le début du sabbat, Joseph d’Arimathée, accompagné d’autres personnes, l’a enterré sans avoir pu achever la préparation du corps (Luc 23:50-56). C’est pourquoi quelques amis de Jésus sont retournés à sa tombe après le sabbat, espérant pouvoir finir la préparation (Marc 16:1 ; Luc 24:1).