“ Voyez ! Qu’il est bon et qu’il est agréable pour des frères d’habiter unis ensemble ! ” — PSAUME 133:1.

Une raison de fêter Noël.

Les Israélites descendaient tous d’un seul homme, Jacob (ou Israël) ; ils étaient donc “ frères ”, membres d’une même famille. Quand ils se rassemblaient lors de fêtes à Jérusalem, c’était “ bon ” et “ agréable ”. Comme eux, de nombreuses familles aujourd’hui attendent avec impatience de se retrouver à Noël pour passer un moment “ bon ” et “ agréable ”.

La difficulté d’atteindre cet objectif.

“ Très souvent, les tensions familiales qui couvent le reste de l’année éclatent lorsque la famille se réunit pour les fêtes ”, observe un ouvrage. — Encyclopedia of Christmas and New Year’s Celebrations.

Des principes bibliques utiles.

“ Acquitt[ez-vous] fidèlement envers [vos] parents et grands-parents de ce [que vous leur devez] en compensation. ” (1 Timothée 5:4). Dans la mesure du possible, rendez régulièrement visite à votre famille. Si une grande distance vous sépare, vous pouvez malgré tout avoir des contacts fréquents : par courrier, téléphone, e-mail, chat, etc. Une communication régulière évite bien des malentendus.

“ Vous êtes à l’étroit dans vos propres tendres affections. [...] élargissez-vous. ” (2 Corinthiens 6:12, 13). Les proches qu’on ne voit qu’une fois par an peuvent vite devenir des étrangers, surtout pour les enfants. Certains enfants se trouvent peu de points communs avec leurs grands-parents ou des membres de la famille éloignée. Aussi, encouragez les vôtres à ‘ s’élargir ’ dans leurs affections en incluant les proches âgés *. Les enfants qui passent régulièrement du temps avec des personnes âgées éprouvent en général plus d’empathie et de considération pour leurs aînés.

“ Une parole dite au bon moment fait du bien. ” (Proverbes 15:23, Parole de Vie). Comment empêcher un malentendu ou un désaccord de tendre les relations familiales ? En choisissant le “ bon moment ” pour parler d’une inquiétude légitime. Si vous avez l’habitude de communiquer, il vous sera plus facile d’aborder un proche en privé en cas de problème. Ainsi, quand vous vous retrouverez en famille, vous passerez un moment “ bon ” et “ agréable ”.

^ § 9 Voir les articles “ Pourquoi devrais-​je apprendre à connaître mes grands-parents ? ” et “ Comment me lier d’amitié avec mes grands-parents ? ” dans Réveillez-vous ! du 22 avril et du 22 mai 2001 (publié par les Témoins de Jéhovah).