Dans le monde, près de deux milliards de personnes fêtent Noël le 25 décembre, tandis qu’au moins 200 millions d’autres célèbrent l’anniversaire de Jésus Christ le 7 janvier. Mais des millions d’autres encore choisissent de ne pas fêter Noël du tout. Pourquoi ?

Peut-être sont-​ils membres d’une religion qui ne fait pas partie de la chrétienté, comme le judaïsme, l’hindouisme ou le shintoïsme. Ou bien ils sont athées, agnostiques, libres penseurs, humanistes séculiers, etc. et considèrent l’histoire de Noël comme un mythe.

Toutefois, chose étonnante, un assez grand nombre de gens croient en Jésus mais rejettent les traditions de Noël. Pour quelles raisons ? Citons-​en quatre.

Premièrement, ils ne croient pas que Jésus soit né en décembre ni en janvier. La Bible ne précise pas de date. Elle relate simplement : “ Il y avait aussi dans ce même pays des bergers qui vivaient en plein air et qui, la nuit, passaient les veilles à surveiller leurs troupeaux. Et soudain l’ange de Jéhovah se tint près d’eux, et [...] leur dit : ‘ [...] il vous est né aujourd’hui un Sauveur, qui est Christ le Seigneur. ’ ” — Luc 2:8-11.

Des éléments indiquent que Jésus est né vers le début du mois d’octobre, alors que, comme le précise le passage précité, les bergers et leurs troupeaux pouvaient encore passer la nuit dans les champs. Décembre et janvier sont en revanche les mois les plus froids dans la campagne de Bethléhem ; on rentre donc les troupeaux dans des abris pour qu’ils passent la nuit au chaud.

Deuxième raison : Le seul évènement que Jésus a expressément demandé à ses disciples de commémorer, c’est sa mort, pas sa naissance, et ils devaient le faire par un repas de communion simple (Luc 22:19, 20). On note du reste que les Évangiles de Marc et de Jean sont muets sur la naissance de Jésus.

Le seul évènement que Jésus a expressément demandé à ses disciples de commémorer, c’est sa mort, pas sa naissance.

Troisième raison : Il n’y a aucune preuve historique que les premiers chrétiens célébraient la naissance du Christ. Par contre, ils commémoraient sa mort (1 Corinthiens 11:23-26). C’est seulement plus de 300 ans après la naissance de Jésus que la chrétienté a officiellement commencé à observer Noël le 25 décembre. Fait intéressant, au milieu du XVIIsiècle, en Angleterre, le Parlement a interdit les festivités de Noël. Aux États-Unis, la Cour générale du Massachusetts a fait de même. Pourquoi ? Le livre Bataille pour Noël (angl.) explique : “ Il n’y a aucune raison biblique ou historique de situer la naissance de Jésus le 25 décembre. ” Et d’ajouter que pour les puritains “ Noël n’était rien d’autre qu’une fête païenne sous un vernis de christianisme ”.

Cela nous amène à la quatrième raison : L’origine douteuse de la célébration elle-​même. Noël plonge ses racines dans la Rome païenne avec son mélange de fêtes en l’honneur de Saturne, dieu de l’agriculture, et du Sol Invictus, ou Mithra, dieu-soleil. “ Comme bien des coutumes et croyances préchrétiennes, la fête antique commémorant le retour annuel du soleil a été redédiée à la naissance de Christ ”, signalent les anthropologues Christian Rätsch et Claudia Müller-Ebeling, coauteurs de Weihnachtsbaum und Blütenwunder (Arbre de Noël et magie des fleurs).

Au vu de tout ce qui précède, comprenez-​vous pourquoi les véritables chrétiens ne fêtent pas Noël ?