Giannis * : “ Mon affaire a coulé pendant la crise financière grecque. Nous ne pouvions plus payer nos crédits — maison et autres. Le stress m’empêchait de dormir. ”

Katerina : “ On avait construit notre maison amoureusement ; je n’acceptais pas l’idée de la perdre. Avec Giannis, on se disputait souvent au sujet de la solution à nos dettes. ”

LES dettes peuvent éprouver durement, voire détruire, une famille. Comme l’a observé le chercheur Jeffrey Dew, les couples surendettés passent moins de temps ensemble, se querellent davantage et sont moins heureux. Comparativement aux autres disputes, les disputes sur les dettes et l’argent sont plus longues, déclenchent plus de cris et de coups, et risquent davantage d’entraîner de nouveaux désaccords. Pas étonnant qu’elles soient la principale cause de divorce aux États-Unis !

De plus, le surendettement est mauvais pour la santé, provoquant insomnies, maux de tête ou d’estomac, crises cardiaques, dépression. Marta confie à propos de son mari : “ Luís était si déprimé par nos dettes qu’il dormait à longueur de journée. L’homme sur qui je m’étais toujours appuyée s’effondrait. ” Parfois le stress devient insupportable. Ainsi, selon BBC News, une femme du sud-est de l’Inde s’est suicidée pour un retard dans le remboursement d’un emprunt équivalant à 660 euros, emprunt contracté pour payer le traitement médical de ses enfants.

Que faire si les dettes créent des tensions dans votre famille ? Voyons quelques difficultés  typiques des couples surendettés et quelques principes bibliques utiles pour les surmonter.

DIFFICULTÉ N1 : On s’accuse l’un l’autre.

“ J’accusais ma femme de dépenser à tort et à travers, avoue Lukasz, tandis qu’elle disait que l’argent n’aurait pas manqué si j’avais eu un emploi m’assurant du travail toute l’année. ” Comment empêcher les dettes de vous désunir ?

Clé de la réussite : Liguez-​vous contre vos dettes.

Même si l’on n’a pas contribué au surendettement, ça ne sert à rien de passer sa colère sur son conjoint. C’est plus que jamais le moment de suivre ce conseil : “ Que toute amertume malveillante, et fureur, et colère, et cri, et injure, soient enlevés de chez vous, ainsi que toute méchanceté. ” — Éphésiens 4:31.

Attaquez-​vous aux dettes, pas l’un à l’autre. Stephanos raconte comment sa femme et lui s’y sont pris : “ Nous considérions nos dettes comme un ennemi commun. ” Une telle coopération cadre avec Proverbes 13:10, qui dit : “ Par la présomption on ne fait que provoquer une lutte, mais la sagesse est chez ceux qui délibèrent. ” Ce serait présomptueux d’essayer de régler les choses tout(e) seul(e) : mieux vaut dialoguer franchement de vos soucis financiers et faire front ensemble.

Vos enfants peuvent faire leur part. Edgardo, qui vit en Argentine, se souvient : “ Mon jeune fils voulait un nouveau vélo. Nous lui avons expliqué que nous n’avions pas les moyens de le lui acheter. Nous lui avons plutôt donné un vélo qui avait appartenu à son grand-père, et il s’est bien amusé avec. J’ai compris qu’il est important que toute la famille coopère. ”

FAITES L’ESSAI : Prenez un moment pour discuter franchement et calmement de vos dettes. Reconnaissez vos éventuelles erreurs. Mais ne ruminez pas le passé : mieux vaut vous mettre d’accord sur les principes qui guideront désormais vos décisions en matière de dépenses. — Psaume 37:21 ; Luc 12:15.

DIFFICULTÉ N2 : Un désendettement semble impossible.

“ Mon affaire m’avait énormément endetté, et la crise en Argentine a fini de m’enfoncer, se rappelle Enrique. Puis ma femme a dû se faire opérer. J’ai cru que je ne pourrais jamais m’en sortir ; j’étais comme pris dans une toile d’araignée. ” Roberto, qui habite au Brésil, a perdu toutes ses économies dans une entreprise hasardeuse et s’est retrouvé débiteur de 12 banques : “ Je ne pouvais plus regarder mes amis en face. Je me sentais minable. ”

Que faire si, à cause de votre endettement, vous êtes rongé par le découragement, la culpabilité ou la honte ?

Clé de la réussite : Reprenez vos comptes en main *.

 

1. Examinez votre budget actuel. Notez toutes les entrées et sorties d’argent de votre foyer pendant deux semaines, ou un mois si c’est plus pratique. Notez aussi les dépenses beaucoup moins fréquentes telles que les impôts, les assurances et les vêtements, et ramenez-​les à des moyennes mensuelles.

2. Augmentez votre revenu. Quelques idées : heures supplémentaires, emploi saisonnier, soutien scolaire, recyclage, loisir converti en travail à domicile. Attention ! Ne laissez pas le travail empiéter sur des activités plus importantes, comme vos activités religieuses.

Trouvez des moyens pratiques de faire face à vos dettes en famille.

3. Réduisez vos dépenses. N’achetez une chose que si vous en avez vraiment besoin et non juste parce qu’elle est en solde (Proverbes 21:5). “ C’est bien d’attendre avant d’acheter un article : ça permet de voir si c’est un réel besoin ou juste une envie ”, dit encore Enrique. Voici d’autres suggestions :

  • Logement : Si possible, déménagez pour un logement au loyer moins élevé. Réduisez  vos factures domestiques en économisant l’électricité, l’eau et le chauffage.
  • Nourriture : Emportez des casse-croûte au lieu de manger au restaurant régulièrement. Exploitez les coupons de réduction et autres offres spéciales. Astuce de Joelma (Brésil) : “ Je paie moins cher mes fruits et légumes en les achetant au marché juste avant la fermeture. ”
  • Transport : Vendez tout véhicule non indispensable. Entretenez bien celui que vous avez au lieu de racheter rapidement un modèle plus récent. Recourez aux transports en commun ou, autant que possible, à la marche.

Maintenant que vous avez réduit vos dépenses, vous voici prêts à utiliser au mieux l’argent restant.

4. Analysez vos dettes et passez à l’action. D’abord, évaluez pour chaque dette les intérêts, les taxes, les pénalités de retard ou de défaut de paiement ; vérifiez aussi que vous n’avez pas déjà un arriéré. Lisez bien les clauses du prêt ou de la facture, car les créanciers ne sont pas toujours honnêtes. Par exemple, une agence américaine de crédit à court terme affirmait appliquer un taux d’intérêt de 24 %, alors que celui-ci dépassait 400 % !

Ensuite, décidez dans quel ordre vous allez vous attaquer à vos dettes. Vous pourriez rembourser d’abord celles dont les intérêts sont les plus élevés. Ou, inversement, d’abord les petites dettes, sachant que ça redonne le moral de voir le nombre de ses factures diminuer chaque mois. Si vous avez des crédits à fort intérêt, la solution peut être de les racheter en contractant auprès d’un établissement habilité un nouvel emprunt à un taux inférieur.

Enfin, si vous n’arrivez pas à honorer vos engagements, tentez de négocier un rééchelonnement de vos remboursements. Demandez par exemple un délai, ou une réduction du taux d’intérêt. Certains créanciers seront peut-être disposés à réduire vos dettes si vous leur proposez un remboursement intégral et immédiat de la plus petite d’entre elles. Soyez franc et courtois en expliquant votre situation financière (Colossiens 4:6 ; Hébreux 13:18). Mettez par écrit tout accord. Même après un premier refus, n’hésitez pas si nécessaire à insister pour obtenir un réaménagement. — Proverbes 6:1-5.

Bien sûr, vous devrez être réaliste dans la gestion de vos comptes. Même le meilleur plan peut échouer pour des raisons indépendantes de votre volonté, car souvent l’argent “ se fait des ailes comme celles d’un aigle et s’envole vers les cieux ”. — Proverbes 23:4, 5.

FAITES L’ESSAI : Une fois votre budget de départ établi, cherchez en famille comment chacun peut réduire les dépenses ou augmenter le revenu du foyer. En voyant les   sacrifices les uns des autres, vous vous serrerez les coudes pour résorber vos dettes.

DIFFICULTÉ N3 : Nos dettes nous obsèdent.

Votre lutte pour vous désendetter risque d’étouffer des aspects plus importants de la vie. Georgios témoigne : “ Le plus gros problème, c’est que toute notre vie tournait autour de nos dettes. On reléguait au second plan les sujets qui auraient dû être prioritaires. ”

Clé de la réussite : Dites-​vous que l’argent n’est pas tout.

Vous aurez beau faire, vous paierez peut-être vos créanciers pendant des années. À vous de voir avec quel état d’esprit vous vivrez la situation. Au lieu d’être obsédé par l’argent ou le manque d’argent, adoptez donc cette maxime biblique : “ Ayant nourriture et vêtement, nous nous contenterons de ces choses. ” — 1 Timothée 6:8.

Le contentement apporte une joie que les biens n’apportent pas.

Vous satisfaire de votre situation financière vous permettra de “ discerner ce qui est important ”. (Philippiens 1:10, Bible du Semeur.) “ Ce qui est important ”, ce sont notamment votre amitié avec Dieu et vos liens avec votre famille. Georgios, déjà cité, explique : “ Même si nous n’avons pas tout à fait fini de les rembourser, nos dettes ne sont plus une idée fixe chez nous. Notre couple va mieux depuis que nous passons plus de temps l’un avec l’autre, avec nos enfants, et dans les activités spirituelles. ”

FAITES L’ESSAI : Listez les choses qui ne s’achètent pas mais qui comptent vraiment pour vous. Puis cherchez comment augmenter le temps et l’énergie que vous consacrez à chacune d’elles.

L’endettement engendre du stress. Le désendettement exige des sacrifices, mais les efforts en valent la peine. “ Quand j’ai appris que ma femme s’était portée garante pour un gros emprunt d’une collègue qui ensuite a disparu sans rembourser, ça a chauffé à la maison ”, reconnaît Andrzej, un Polonais. Mais il commente ainsi la façon dont ils ont fait face : “ En fait, ça nous a unis davantage : pas le problème lui-​même, mais notre coopération pour le résoudre. ”

^ § 3 Certains prénoms ont été changés.

^ § 17 Pour plus de suggestions, voir le dossier “ Comment gérer votre argent ”, dans Réveillez-vous ! de septembre 2011, publié par les Témoins de Jéhovah.

DEMANDEZ-​VOUS...

  • Que puis-​je faire pour aider ma famille à se désendetter ?
  • Comment ne pas laisser nos dettes nous obséder ou nous désunir ?