Aller au contenu

Aller au sommaire

Maintenant, je connais le Dieu que je sers

Maintenant, je connais le Dieu que je sers

Ce prédicateur pentecôtiste était connu pour avoir le pouvoir de guérir. Il m’a touchée et je me suis écroulée inconsciente, “ mise à mort dans l’esprit ”. Quand j’ai repris connaissance, j’avais apparemment ce que je voulais : le pouvoir de guérir. Qu’est-​ce qui m’a amenée là, et quelle influence cet évènement a-​t-​il eu sur ma vie ? Laissez-​moi d’abord me présenter.

SEPTIÈME de dix enfants, je suis née le 10 décembre 1968 aux Philippines, dans l’Ilocos Norte. Comme la plupart des Philippins, nous étions catholiques. J’ai obtenu mon diplôme de fin d’études secondaires en 1986. Je voulais devenir infirmière, mais je n’ai pas pu réaliser mon rêve, car je suis tombée gravement malade. J’ai cru que j’allais mourir. De désespoir, j’ai supplié Dieu de m’aider, et je lui ai promis que, si je guérissais, je le servirais toute ma vie.

Après une longue convalescence, je me suis souvenue de cette promesse. En juin 1991, je me suis donc inscrite dans une école biblique pentecôtiste. Au programme se trouvait l’acquisition du “ don gratuit de l’esprit saint ”. Je souhaitais posséder le pouvoir de guérir. L’école enseignait que le jeûne et la prière permettaient de l’obtenir. Un jour, pour faire croire que j’avais un “ don ”, j’ai discrètement écouté une de mes camarades qui priait à voix haute dans un coin lors d’une séance de prière. À la fin, je suis vite revenue m’agenouiller à ma place. Plus tard, je lui ai répété mot pour mot ce qu’elle avait demandé, et elle a cru que j’avais obtenu le “ don gratuit ” !

Je me posais beaucoup de questions à l’époque. Par exemple, Matthieu 6:9 parle du “ Père ” et de son “ nom ”. Qui est le Père dont parle Jésus ? Quel est ce nom qui doit être sanctifié ? Les réponses de mes professeurs étaient souvent vagues. Ils parlaient de la Trinité, disant que c’est un mystère. Même si je trouvais cela assez déconcertant, j’ai poursuivi ma formation pour devenir pasteur.

Mon opinion sur les Témoins de Jéhovah

À l’école pentecôtiste, on nous parlait des Témoins de Jéhovah comme de la pire forme de fausse religion. Ils étaient aussi qualifiés d’antéchrist. Ils m’inspiraient de la répugnance.

Au cours de ma deuxième année d’études, j’ai profité de vacances pour aller voir mes parents. L’une de mes sœurs aînées, Carmen, a appris que j’étais à la maison et elle nous a rejoints. Elle était devenue Témoin de Jéhovah et se consacrait à plein temps à son ministère. Quand elle a  essayé de me parler de Dieu, je lui ai répondu, furieuse : “ Je connais déjà le Dieu que je sers ! ” L’ayant insultée vertement, je l’ai mise dehors sans lui laisser d’autre occasion de me parler.

Alors que j’avais repris les cours, Carmen m’a envoyé la brochure Doit-on croire à la Trinité ? * Je l’ai immédiatement chiffonnée et jetée au feu. Je lui en voulais toujours.

Je deviens pasteur

Quand j’ai reçu mon diplôme de pasteur.

Au cours de mes études, j’ai réussi à faire quelques convertis. J’ai été particulièrement fière de voir ma mère et mon frère me rejoindre dans la religion pentecôtiste.

En mars 1994, le jour de la remise des diplômes, le prédicateur dont je parlais en introduction était en visite. Nous voulions tous l’approcher parce que nous savions qu’il avait le pouvoir de guérir. Nous l’avons rejoint sur l’estrade, tapant des mains et sautant avec lui au rythme d’un orchestre. Ensuite, chacun de ceux qu’il a touchés s’est écroulé, “ mis à mort dans l’esprit ” *. Quand il m’a touchée, je suis tombée moi aussi et j’ai perdu connaissance. À mon réveil, je tremblais de peur, mais, comme je sentais que je possédais maintenant le pouvoir de guérir, j’étais heureuse.

Je n’ai pas tardé à utiliser mon pouvoir : j’ai guéri un enfant atteint d’une forte fièvre. Quand j’ai prié, il s’est mis à transpirer et sa fièvre est tombée. J’avais enfin le sentiment de pouvoir tenir la promesse que j’avais faite à Dieu. Pourtant, bizarrement, j’éprouvais un sentiment de vide. Au plus profond de moi, j’étais certaine qu’il n’y a qu’un seul vrai Dieu, mais je ne le connaissais pas vraiment. Et j’avais de sérieux doutes au sujet de nombreuses doctrines de l’Église.

J’ai guéri un enfant atteint d’une forte fièvre.

Ce qui m’a fait changer d’opinion

À la suite de ces évènements, mon hostilité envers les Témoins de Jéhovah s’est intensifiée. À chaque fois que je trouvais une de leurs publications, je la brûlais. Puis il s’est produit quelque chose d’inattendu : j’ai découvert que ma mère ne voulait plus de notre religion. Carmen étudiait la Bible avec elle ! J’étais furieuse !

C’est alors que j’ai trouvé un numéro de Réveillez-vous ! chez ma mère. En temps normal, je l’aurais brûlé. Mais, comme j’étais curieuse de savoir ce qu’elle lisait, je l’ai feuilleté. Mes yeux sont tombés sur un article qui parlait d’un pentecôtiste fervent qui, en lisant les publications des Témoins et en vérifiant dans sa bible, était parvenu à la conclusion que les dogmes de la Trinité, de l’enfer de feu et de l’immortalité de l’âme ne sont pas bibliques. Mon cœur était touché. C’était justement ce que j’avais du mal à comprendre ! À partir de  ce moment-​là, j’ai voulu savoir ce que dit exactement la Bible.

Après avoir lu dans Réveillez-vous ! la biographie d’un alcoolique toxicomane qui avait réformé sa vie parce qu’il étudiait la Bible, je me suis mise à lire davantage de publications des Témoins de Jéhovah. J’ai trouvé la brochure Le nom divin qui demeure à jamais *. En la lisant, j’ai découvert que le nom de Dieu est Jéhovah. Quelle joie d’apprendre la vérité au sujet du seul vrai Dieu ! — Deutéronome 4:39 ; Jérémie 10:10.

Quelle joie d’apprendre la vérité au sujet du seul vrai Dieu !

J’ai continué à lire en cachette et j’ai compris bien des choses. Par exemple, l’école pentecôtiste enseignait que Jésus est Dieu, mais je savais maintenant que, d’après la Bible, il est “ le Fils du Dieu vivant ”. — Matthieu 16:15, 16.

Un long chemin

Quelle surprise pour Carmen quand je l’ai revue : je lui ai demandé la brochure Le nom divin qui demeure à jamais, et d’autres publications ! Même si j’avais passé plusieurs années dans une école biblique, j’étais restée aveugle. À mesure que je découvrais ce que dit vraiment la Bible, la joie inondait mon cœur. J’ai pleinement vécu ce que Jésus a annoncé : “ Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous libérera. ” (Jean 8:32). Effectivement, la vérité transformait ma vie.

La vérité transformait ma vie.

Pendant un moment, j’ai cru que je pourrais rester pasteur et adorer Jéhovah en secret. Mais j’ai réalisé que je ne pourrais plus enseigner bon nombre des dogmes de l’Église. Il me fallait donc démissionner de ma charge. Comment allais-​je alors gagner ma vie ? Et puis, quelle contrariété pour l’Église de voir un de ses pasteurs devenir Témoin de Jéhovah ! J’ai donc continué à enseigner tout en évitant les fausses doctrines.

Précieuse a étudié la Bible avec moi.

Carmen m’a alors suggéré d’assister à une réunion des Témoins de Jéhovah. Comme je me rendais régulièrement dans une église de Laoag City, je me suis débrouillée pour trouver un lieu de culte des Témoins, une Salle du Royaume, dans cette ville. J’ai rencontré Alma Preciosa Villarin, surnommée “ Précieuse ”, qui était ministre à plein temps. Elle m’a proposé d’étudier la Bible en sa compagnie. J’avais peur de m’engager, mais j’ai accepté quand même.

Ma sœur avait été très patiente pour me faire part des vérités bibliques. J’ai vu la même patience à l’œuvre chez Précieuse : quand je m’énervais, quand je cherchais la confrontation, et quand, quelquefois, j’élevais  le ton, cherchant à défendre ce qu’on m’avait appris. Son intérêt sincère, son humilité et sa douceur, ainsi que la gentillesse des autres Témoins, ont touché mon cœur. Je voulais maintenant servir Jéhovah.

En juillet 1995, j’ai décidé de démissionner. Pourquoi ? Révélation 18:4 déclare : “ Sortez [de la fausse religion], mon peuple, si vous ne voulez pas participer avec elle à ses péchés, et si vous ne voulez pas recevoir votre part de ses plaies. ” Comment allais-​je gagner ma vie ? En Hébreux 13:5, Dieu promet à ceux qui font sa volonté : “ Je ne te quitterai en aucune façon ni ne t’abandonnerai en aucune façon. ”

Avec ma mère, le jour de notre baptême.

Mon frère et mon père s’opposaient maintenant fortement à moi. Deux semaines avant mon baptême comme Témoin de Jéhovah, j’ai pris mon courage à deux mains et je suis allée à la maison pour brûler tout ce que j’avais utilisé en tant que pasteur. Après, je me suis rendu compte que je ne possédais plus aucun des pouvoirs que j’avais reçus. Auparavant, quand je dormais, j’avais l’impression d’être constamment oppressée. Ce sentiment avait disparu. Les ombres que je voyais à la fenêtre de ma chambre ne sont plus jamais réapparues. Mon étude de la Bible m’avait appris qu’aujourd’hui tous les soi-disant dons, comme le pouvoir de guérir, ne viennent pas de Dieu mais des esprits méchants. Je me suis affranchie de leur influence, tout comme la servante qui a été libérée d’“ un démon de divination ” par Paul (Actes 16:16-18). Quel soulagement !

Ministre à plein temps Témoin de Jéhovah.

J’ai eu la joie de me faire baptiser en même temps que ma mère en septembre 1996. Ensuite, j’ai été ministre à plein temps pendant de nombreuses années.

Aujourd’hui, avec mon mari Silver, nous nous efforçons d’enseigner les vérités bibliques à notre fille. Certaines de mes sœurs se sont jointes à nous pour servir Jéhovah. Même si je regrette d’être restée de nombreuses années sans connaître Dieu, je suis très heureuse parce que maintenant je connais le Dieu que je sers !

Avec mon mari, notre fille et des membres de ma famille qui se sont joints à nous dans le vrai culte.

^ § 10 Publiée par les Témoins de Jéhovah, mais aujourd’hui épuisée.

^ § 13 “ Mis à mort dans l’esprit ” fait référence à un phénomène qui se produit dans certaines religions où l’on croit que l’“ esprit ” vient sur les fidèles avec une telle force qu’ils en tombent à terre.

^ § 18 Publiée par les Témoins de Jéhovah.