LES catastrophes en tout genre ne cessent d’alimenter l’actualité. Elles font de plus en plus de victimes. Le Centre de recherche sur l’épidémiologie des désastres, un organisme belge, signale que pour la seule année 2010 on a recensé 373 catastrophes qui ont fait au moins 296 000 victimes.

Le nombre de catastrophes répertoriées a lui aussi augmenté notablement ces dernières décennies. Par exemple, entre 1975 et 1999, il était largement inférieur à 300 chaque année. Par contre, entre 2000 et 2010, la moyenne approchait les 400 par an. Peut-être vous demandez-​vous : “ Pourquoi y a-​t-​il tellement de catastrophes en ce moment ? ”

Même si dans certaines langues on parle d’“ actes de Dieu ”, Dieu n’est en réalité pour rien dans ces tragédies qui touchent tant d’humains actuellement. Cela dit, la Bible a bel et bien annoncé que notre époque serait marquée par des catastrophes. C’est le cas en Matthieu 24:7, 8, passage qui cite les paroles de Jésus : “ Il y aura des disettes et des tremblements de terre dans un lieu après l’autre. Toutes ces choses sont un commencement de douleurs. ” Pourquoi a-​t-​il prédit de tels événements, et que signifient-​ils pour nous ?

Jésus, le Fils de Dieu, répondait à une question qui lui avait été posée : “ Quel sera le signe [...] de l’achèvement du système de choses ? ” (Matthieu 24:3). Il a mentionné plusieurs situations qui se produiraient, dont les tragédies citées plus haut. Puis il a prononcé cette déclaration lourde de sens : “ Quand vous verrez ces choses arriver, sachez que le royaume de Dieu est proche. ” (Luc 21:31). Ces catastrophes naturelles sont donc très significatives : elles annoncent des changements considérables qui vont se produire sous peu.

Des facteurs aggravants

D’accord, diront certains, mais en admettant que Dieu n’est pour rien dans ces catastrophes, est-​ce quelqu’un d’autre ou quelque chose d’autre qui les provoque ? Pour comprendre la situation, il faut tenir compte d’une réalité essentielle que nous rappelle la Bible : “ Le monde entier se trouve au pouvoir du méchant. ” (1 Jean 5:19). Ce passage révèle que ce n’est pas Dieu qui est responsable des conditions  affligeantes qui règnent dans le monde. Dans bien des cas, c’est son ennemi, le “ méchant ”, autrement dit celui que la Bible appelle “ le Diable ”. — Révélation 12:9, 12.

Animé par son ambition égoïste, cet ennemi de Dieu considère les humains comme des fournitures jetables. Et puisque le monde entier se trouve en son pouvoir, il a instillé à l’humanité la même mentalité. C’est d’ailleurs ce que souligne la Bible quand elle annonce que “ dans les derniers jours [...] les hommes seront amis d’eux-​mêmes, amis de l’argent, arrogants, orgueilleux ”. (2 Timothée 3:1, 2.) Il n’est pas surprenant que l’on retrouve ces caractéristiques, qui sont celles du Diable, ainsi que d’autres comportements impies dans le système mondial qu’il a créé. L’ennemi de Dieu pousse les gens à se comporter en égoïstes et à exploiter avidement les ressources naturelles de la terre, quitte à mettre en danger la vie des autres.

Quelle incidence l’avidité du système actuel a-​t-​elle sur les catastrophes naturelles ? “ Les populations se concentrent bien trop souvent dans des zones à risque, comme les plaines inondables, explique un rapport des Nations unies. Par ailleurs, la destruction des forêts et des zones humides limite la capacité de l’environnement à résister aux caprices de la nature. À tous ces facteurs s’ajoute la menace d’un changement climatique planétaire combiné à une élévation du niveau de la mer en raison des concentrations de gaz à effet de serre [...] produits par l’activité humaine. ” Même si en grande partie cette “ activité humaine ” contribue prétendument au progrès économique, elle n’est autre que le fruit de la mentalité égoïste et avide qui imprègne l’humanité.

De nombreux spécialistes estiment par conséquent que cette activité humaine inconsidérée a accentué les effets dévastateurs des catastrophes. Les humains ont en réalité servi d’instruments au Diable en soutenant un système qui les rend plus vulnérables aux catastrophes.

Il s’avère donc que de nombreux désastres sont imputables à une activité humaine irréfléchie : certaines catastrophes auraient eu des conséquences bien moins tragiques si le contexte local avait été différent. En effet, en bien des régions, les effets des catastrophes ont été considérablement accentués par les agissements d’individus sans scrupules, ou parce que les inégalités économiques ou sociales inhérentes au système actuel ont poussé des populations à s’installer dans des zones à risque. Naturellement, il est des cas où les souffrances ne peuvent être imputées au manquement ou à la négligence d’autrui ; ne l’oublions pas, “ chacun peut avoir de la malchance ”. — Ecclésiaste 9:11, Bible en français courant.

Mais que pouvez-​vous faire pour anticiper une catastrophe ? Évoquons à présent diverses mesures de précaution.