Dix questions sur la sexualité

1 Le péché originel d’Adam et Ève était-il le péché de la chair ?

▪ Réponse : De nombreuses personnes sont persuadées que le fruit défendu du jardin d’Éden symbolisait les relations sexuelles. Toutefois, ce n’est pas ce qu’enseigne la Bible.

Indice intéressant : Dieu a interdit à Adam de manger le fruit de “ l’arbre de la connaissance du bon et du mauvais ” avant même qu’Ève soit créée (Genèse 2:15-18). Adam étant seul à ce moment-là, l’interdit ne pouvait pas porter sur les relations sexuelles. De plus, Dieu a plus tard demandé expressément à Adam et Ève : “ Soyez féconds et devenez nombreux, remplissez la terre. ” (Genèse 1:28). Dieu aurait-il fait preuve d’amour en demandant au premier couple de ‘ remplir la terre ’, ce qui supposait des relations sexuelles, pour ensuite le condamner à mort pour avoir obéi à cette instruction ? — 1 Jean 4:8.

Par ailleurs, au moment où Ève a pris du fruit défendu et en a mangé, son mari n’était pas là. Le récit précise : “ Puis elle en donna aussi à son mari, quand il fut avec elle, et il en mangea. ” — Genèse 3:6.

Enfin, ce n’est pas quand Adam et Ève ont eu des relations et qu’Ève a conçu des enfants que Dieu les a réprimandés (Genèse 4:1, 2). Il apparaît donc évident que le fruit qu’ils ont mangé ne symbolisait pas les relations sexuelles ; c’était un fruit bien réel qui poussait sur un arbre.

2 La Bible condamne-t-elle le plaisir sexuel ?

▪ Réponse : Le premier livre de la Bible établit que c’est Dieu qui a créé les humains “ homme et femme ”. Dieu a ensuite estimé que tout ce qu’il avait fait était “ très bon ”. (Genèse 1:27, 31, Bible de Maredsous.) Des siècles plus tard, Dieu a inspiré un écrivain de la Bible d’adresser cette recommandation aux maris : “ Réjouis-toi avec la femme de ta jeunesse [...]. Que ses seins t’enivrent en tout temps. ” (Proverbes 5:18, 19). À supposer que la Bible condamne le plaisir sexuel, de telles paroles auraient-elles un sens ?

 Dieu n’a pas prévu que les humains aient des relations sexuelles simplement en vue de la reproduction ; il a manifestement créé les organes sexuels de façon à permettre aux conjoints de s’exprimer leur affection d’une manière qui soit pour tous deux un moment de plaisir. Ces relations intimes répondent aux besoins physiques et affectifs d’un homme et d’une femme mariés qui ont tissé entre eux des liens chaleureux et intimes.

3 La Bible autorise-t-elle un homme et une femme à vivre ensemble sans être mariés légalement ?

▪ Réponse : La Bible dit formellement que “ Dieu jugera [les] fornicateurs ”. (Hébreux 13:4.) Le mot grec pornéïa *, traduit par “ fornication ”, a un sens large. Il désigne toutes les formes de relations sexuelles hors mariage. Il n’est donc pas convenable du point de vue de Dieu qu’un homme et une femme vivent ensemble sans être mariés, quand bien même ils auraient le projet de se marier un jour.

Même si un homme et une femme sont épris l’un de l’autre, Dieu pose aujourd’hui encore le mariage comme préalable aux relations sexuelles. C’est lui qui, en nous créant, nous a dotés de la capacité d’aimer. L’amour est sa vertu première. C’est donc sans nul doute à raison qu’il a décrété que les relations sexuelles sont réservées à des couples mariés. L’article qui suit reviendra d’ailleurs sur cette idée.

4 La polygamie est-elle tolérée ?

▪ Réponse : À une certaine époque, Dieu a permis aux hommes d’avoir plus d’une femme (Genèse 4:19 ; 16:1-4 ; 29:18–30:24). Mais ce n’est pas lui qui a institué cette coutume. Il n’avait donné à Adam qu’une seule femme.

Dieu a autorisé Jésus Christ à rétablir la norme originelle en matière de mariage, à savoir la monogamie (Jean 8:28). Interrogé sur cette question, Jésus a répondu : “ Le Créateur, au commencement, les fit homme et femme, et dit : ‘ C’est pourquoi, l’homme quittera son père et sa mère pour s’attacher à sa femme ; et les deux ne feront qu’une seule chair. ’ ” — Matthieu 19:4, 5, Bible de Maredsous.

Un disciple de Jésus a plus tard écrit sous l’inspiration divine : “ Que chaque homme ait sa propre femme et que chaque femme  ait son mari à elle. ” (1 Corinthiens 7:2). La Bible établit également qu’un homme marié ne peut accéder à des responsabilités au sein de la congrégation chrétienne qu’à la condition d’être “ mari d’une seule femme ”. — 1 Timothée 3:2, 12.

5 Un couple peut-il recourir à la contraception ?

▪ Réponse : Jésus n’a pas exigé de ses disciples qu’ils aient des enfants. Aucun de ses disciples non plus n’a formulé une telle exigence. Nulle part la Bible ne condamne de façon explicite le contrôle des naissances.

Mari et femme sont donc libres d’avoir ou non des enfants. C’est aussi à eux qu’il appartient de décider combien d’enfants ils auront et quand. Recourir à une forme de contraception non abortive pour éviter une grossesse est du domaine de la vie privée. Ce sont les conjoints qui en endossent la responsabilité et personne n’est fondé à les critiquer *. — Romains 14:4, 10-13.

6 L’avortement est-il condamné ?

▪ Réponse : Dieu tient la vie pour sacrée, et il considère que même un embryon est un être vivant à part entière (Psaume 139:16). Dieu a décrété qu’une personne qui blesse un enfant dans le ventre de sa mère aura des comptes à rendre. Donc, de son point de vue, tuer un fœtus est un meurtre. — Exode 20:13 ; 21:22, 23.

Que faire cependant si au moment de l’accouchement des complications obligent le couple à choisir entre la survie de la mère et celle de l’enfant ? Dans ce cas, c’est au couple qu’il appartient de décider quelle vie il veut essayer de sauver *.

7 La Bible autorise-t-elle le divorce ?

▪ Réponse : La Bible autorise bel et bien le divorce. Toutefois, Jésus a précisé qu’il n’existe qu’une seule raison légitime de mettre fin au mariage : “ Quiconque divorce d’avec sa femme — sauf pour motif de fornication [des relations sexuelles hors mariage] — et se marie avec une autre, commet l’adultère. ” — Matthieu 19:9.

Dieu hait le divorce quand il constitue un acte de trahison. Il demandera personnellement des comptes à celui qui quitte son conjoint pour un motif futile, en particulier s’il le fait dans l’intention de refaire sa vie avec quelqu’un d’autre. — Malaki 2:13-16 ; Marc 10:9.

8 Dieu approuve-t-il l’homosexualité ?

  ▪ Réponse : La Bible interdit expressément la fornication, terme qui englobe les relations homosexuelles (Romains 1:26, 27 ; Galates 5:19-21). Si elle affirme que Dieu désapprouve ce choix de vie, elle rappelle également qu’il “ a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique-engendré, afin que tout homme qui exerce la foi en lui ne soit pas détruit mais ait la vie éternelle ”. — Jean 3:16.

Bien qu’il ne puisse cautionner les relations homosexuelles, le chrétien fait preuve de bienveillance envers tous les humains (Matthieu 7:12). Dieu nous demande d’honorer “ des hommes de toutes sortes ”. Un chrétien authentique n’est donc pas homophobe. — 1 Pierre 2:17.

9 Que faut-il penser du téléphone rose, de l’échange de sextos ou du cybersexe ?

▪ Réponse : L’expression “ téléphone rose ” désigne des réseaux téléphoniques proposant des conversations érotiques ou l’écoute de messages suggestifs. Les sextos sont des messages envoyés par téléphone portable qui comportent des images érotiques et des messages suggestifs. Par cybersexe on entend des échanges érotiques sur Internet.

La Bible ne parle pas de ces pratiques des temps modernes. Par contre, on y lit cette mise en garde sans équivoque : “ Que fornication et impureté sous toutes ses formes ou avidité ne soient même pas mentionnées parmi vous, comme il convient à des saints ; ni conduite honteuse, ni propos stupides, ni plaisanteries obscènes — choses qui ne sont pas convenables. ” (Éphésiens 5:3, 4). Des phénomènes comme le téléphone rose, les sextos ou le cybersexe entretiennent une conception faussée de la sexualité et encouragent les gens à rechercher des plaisirs sexuels en dehors du mariage. Bien loin de favoriser la maîtrise de ses pulsions sexuelles, ils prônent l’assouvissement égoïste de ses envies.

10 Que dit la Bible de la masturbation ?

▪ Réponse : La Bible n’aborde pas directement le sujet de la masturbation, c’est-à-dire la stimulation délibérée de ses parties génitales en vue de provoquer une excitation sexuelle et l’orgasme. Notons cependant l’exhortation qu’elle lance aux chrétiens : “ Faites [...] mourir les membres de votre corps qui sont sur la terre, pour ce qui est de la fornication, de l’impureté, des désirs sexuels [inconvenants]. ” — Colossiens 3:5.

Quelqu’un qui prend l’habitude de se masturber acquiert une vision déformée et égocentrique de la sexualité. La Bible nous assure que Dieu peut communiquer la “ puissance qui passe la normale ” à une personne qui lutte pour se défaire de cette habitude. — 2 Corinthiens 4:7 ; Philippiens 4:13.

[Notes]

^ § 11 Le terme pornéïa désigne également d’autres actes contraires à l’usage auquel Dieu a destiné les organes sexuels, tels que l’adultère, l’homosexualité et la bestialité.

^ § 19 Le point de vue biblique sur la stérilisation a été abordé dans la rubrique “ Questions des lecteurs ” de La Tour de Garde du 15 juin 1999, pages 27-28.

^ § 22 La victime d’un viol est-elle autorisée à recourir à l’avortement ? Cette question a été abordée dans Réveillez-vous ! du 22 mai 1993 (pages 10-11), publié par les Témoins de Jéhovah.