Aller au contenu

Aller au sommaire

 Clés du bonheur familial

Témoignez du respect à votre conjoint

Témoignez du respect à votre conjoint

Will * : “ Quand Rachel est contrariée, elle n’arrête pas de pleurer. Et quand on essaie de parler, elle s’énerve ou alors elle boude. Je ne sais jamais quoi faire. Parfois j’ai envie de laisser tomber. ”

Rachel : “ Quand Will est rentré, j’étais en train de pleurer. J’ai essayé de lui expliquer pourquoi j’étais contrariée, mais il m’a coupé la parole. Il m’a dit que ce n’était pas si grave que ça, qu’il ne fallait pas que je m’en fasse. Ça m’a encore plus contrariée. ”

VOUS reconnaissez-​vous en Will ou en Rachel ? Tous les deux cherchent à communiquer, mais bien souvent, ils n’y arrivent pas. Pourquoi donc ?

Homme et femme communiquent selon des modes différents et ont des besoins différents. Une femme éprouvera le besoin de parler et de reparler de ses sentiments. Les hommes, quant à eux, essaient de préserver la paix en cherchant de suite à régler le problème et à éviter les situations de conflit. Comment concilier ces différences de manière à mieux communiquer avec son conjoint ? En lui témoignant du respect.

Respecter l’autre, c’est lui accorder de l’importance et chercher à comprendre ses sentiments. On vous a peut-être appris à respecter les personnes qui ont plus d’autorité ou d’expérience que vous. Dans le couple, c’est différent ; vous devez manifester du respect à une personne avec laquelle vous êtes plutôt sur un pied d’égalité. “ Avec tous les autres, Phil était à l’écoute et faisait preuve de compréhension, se rappelle Linda, mariée depuis huit ans. Ce que je voulais, c’était juste qu’il se montre aussi compréhensif avec moi. ” Vous écoutez sans aucun doute patiemment vos amis, et même de parfaits inconnus ; vous leur parlez avec respect. Mais avez-​vous la même attitude envers votre conjoint ?

Le manque de respect engendre des tensions, voire des conflits. Or, à choisir, disent avec sagesse les Proverbes, “ un morceau de pain sec et la tranquillité valent mieux qu’un bon repas dans une maison pleine de disputes ”. (Proverbes 17:1, Parole de Vie.) Le mari doit, selon la Bible, témoigner à sa femme de l’honneur, du respect (1 Pierre 3:7). “ La femme ” doit  elle aussi “ avoir un profond respect pour son mari ”. — Éphésiens 5:33.

Comment communiquer avec respect ? Arrêtons-​nous sur quelques conseils pratiques que donne la Bible.

Quand votre conjoint a quelque chose à vous dire

La difficulté :

Beaucoup parlent plus qu’ils n’écoutent. Et vous, avez-​vous cette tendance ? La Bible qualifie de sot celui qui “ répond sur une affaire avant de l’entendre ”. (Proverbes 18:13.) Donc, avant de parler, il faut écouter. “ Ce que j’apprécie, raconte Kara, mariée depuis 26 ans, c’est quand mon mari ne cherche pas tout de suite à régler mes problèmes. Je ne lui demande pas d’être d’accord avec moi ni de chercher à savoir d’où vient le problème. Je veux juste qu’il m’écoute et qu’il me montre qu’il comprend ce que je ressens. ”

À l’inverse, certains hommes et certaines femmes hésitent à s’exprimer et sont mal à l’aise quand leur conjoint insiste pour qu’ils disent ce qu’ils ressentent. Lorrie, jeune mariée, s’est rendu compte que c’est le cas de son mari : “ Il faut que je sois patiente ; il lui faut du temps pour s’ouvrir. ”

Une solution :

Si vous devez aborder un sujet délicat, attendez un moment où vous êtes tous les deux calmes et détendus. Et si votre conjoint n’a pas envie de s’exprimer ? Comprenez bien que “ les pensées dans le cœur humain sont des eaux profondes ”. Qui réussira à y puiser ? “ L’homme raisonnable. ” (Proverbes 20:5, Traduction œcuménique de la Bible). Quand on tire de l’eau d’un puits, il ne faut pas remonter le seau brusquement, sinon on perd beaucoup d’eau. De même, si vous lui parlez brusquement, votre conjoint risque de se mettre sur la défensive, et vous perdrez l’occasion de recueillir ses sentiments. Il vaut mieux lui poser des questions avec douceur et respect. S’il ne vous livre pas ses sentiments aussi vite que vous le voudriez, montrez-​vous patient.

Maintenant, lorsqu’il s’exprime, soyez “ prompt à entendre, lent à parler, lent à la colère ”. (Jacques 1:19.) Savoir écouter, c’est écouter avec l’oreille de son cœur. Efforcez-​vous de comprendre les sentiments de votre conjoint. Votre façon de l’écouter lui montrera dans quelle mesure vous le respectez.

Jésus savait écouter. Un jour, par exemple, un homme malade lui a demandé de le guérir. Jésus ne s’est pas de suite attaqué au problème. Il a d’abord écouté. Et ce que l’homme lui a dit l’a beaucoup touché. Ce n’est qu’ensuite qu’il l’a guéri (Marc 1:40-42). Faites de même quand votre conjoint vous parle. Souvenez-​vous : ce qu’il attend de vous, c’est certainement que vous compreniez ce qu’il ressent, pas que vous lui offriez une solution toute faite. Écoutez-​le attentivement. Impliquez-​vous affectivement. Ce n’est qu’ensuite que vous pourrez répondre à son attente. Il percevra dans votre attitude à quel point vous le respectez.

FAITES L’ESSAI : La prochaine fois que votre conjoint souhaitera vous parler, résistez à l’envie de lui répondre dès le départ. Laissez-​le s’exprimer jusqu’au bout et attendez d’avoir compris ce qu’il ressent. Par la suite, demandez-​lui s’il a eu le sentiment que vous l’écoutiez vraiment.

Quand vous avez quelque chose à dire à votre conjoint

La difficulté :

Comme le fait remarquer Linda, déjà citée, “ les séries télévisées donnent l’impression qu’il est normal de dire du mal de son conjoint, de l’insulter et de se moquer de lui ”. Certains ont grandi dans un foyer où le manque de respect était monnaie courante. Une fois mariés, ils ont du mal à ne pas reproduire les mêmes schémas. Ivy, une Canadienne, confie : “ J’ai grandi dans une famille où on n’arrêtait pas de s’envoyer des piques, de se crier dessus et de se traiter de tous les noms. ”

Une solution :

Quand vous parlez de votre conjoint, ayez toujours “ des paroles empreintes de bonté [qui font] du bien à ceux qui vous  entendent ”. (Éphésiens 4:29, Bible du Semeur.) Vos propos devraient donner une belle image de lui.

Même en tête-à-tête avec votre conjoint, interdisez-​vous toute raillerie et toute insulte. Mikal, la femme du roi David, s’est un jour emportée contre lui. Avec une ironie mordante, elle lui a reproché de s’être comporté comme un homme sans cervelle. Il s’en est offusqué, mais Dieu a lui aussi jugé ces propos déplacés (2 Samuel 6:20-23). La leçon ? Quand vous parlez à votre conjoint, pesez soigneusement vos mots (Colossiens 4:6, note). Même après huit ans de mariage, Phil n’est pas toujours du même avis que Linda. Il admet cependant qu’il lui arrive de jeter de l’huile sur le feu : “ J’ai fini par comprendre que sortir vainqueur d’une dispute est en réalité une défaite. Il est bien plus utile de chercher à renforcer nos liens. ”

Il y a bien longtemps, une veuve âgée a souhaité à ses belles-filles de trouver “ un lieu de repos, chacune dans la maison de son mari ”. (Ruth 1:9.) Quand mari et femme se traitent avec respect, leur foyer est “ un lieu de repos ”.

FAITES L’ESSAI : Prenez le temps de discuter avec votre conjoint des suggestions données dans cet intertitre. Demandez-​lui : “ Quand je parle de toi devant les autres, est-​ce que tu te sens mis(e) en valeur ou rabaissé(e) ? Qu’est-​ce que je peux faire pour m’améliorer ? ” Écoutez attentivement votre conjoint exprimer ses sentiments. Efforcez-​vous de mettre en pratique les idées qu’il vous suggérera.

Acceptez la différence

La difficulté :

Mari et femme sont “ une seule chair ”, dit la Bible (Matthieu 19:5). Certains jeunes mariés en concluent à tort qu’ils devraient avoir la même opinion, avoir les mêmes réactions. Mais bien vite, la réalité les rattrape : ils sont différents et cela peut mener à des disputes. C’est ce que confirme Linda : “ Phil est très différent de moi ; il n’est pas du style à s’inquiéter. Parfois, une situation m’angoisse, alors que lui, il reste parfaitement calme. Et ça a le chic de m’énerver, parce que j’ai l’impression qu’il prend mes soucis à la légère. ”

Une solution :

Acceptez l’autre tel qu’il est, et admettez qu’il soit différent. Illustrons cette idée : Vos yeux ne fonctionnent pas de la même façon que vos oreilles, mais c’est grâce à leur collaboration que vous êtes en mesure de traverser la rue sans vous faire écraser. Adrienne, qui est mariée depuis une trentaine d’années, explique : “ Tant que nos points de vue ne sont pas en porte-à-faux avec les principes de la Bible, mon mari et moi, nous considérons comme normal d’avoir des opinions différentes. Après tout, je suis sa femme, pas son clone ! ”

Quand votre conjoint n’est pas du même avis que vous ou qu’il réagit différemment, faites abstraction de votre avantage personnel. Pensez avant tout à ses sentiments (Philippiens 2:4). Kyle, le mari d’Adrienne, reconnaît : “ Je ne comprends pas toujours le point de vue de ma femme sur telle ou telle question ; et des fois je ne suis pas d’accord avec elle. Mais je me dis alors que c’est à ma femme que je tiens le plus, pas à mes idées. Si elle est heureuse, je le suis aussi. ”

FAITES L’ESSAI : Dressez la liste des raisons pour lesquelles vous pouvez estimer que le point de vue de votre conjoint est plus juste que le vôtre, ou que sa façon de procéder est meilleure que la vôtre. — Philippiens 2:3.

Le respect est l’une des clés d’une union longue et heureuse. “ Le respect apporte dans le mariage contentement et sécurité, a constaté Linda. C’est une qualité qui mérite tous les efforts. ”

^ § 3 Les prénoms ont été changés.

DEMANDEZ-​VOUS...

  • Comment nos différences ont-​elles enrichi notre couple ?

  • Quand aucun principe biblique n’est en jeu, pourquoi est-​il préférable de tenir compte des préférences de mon conjoint ?