SI LA réponse est oui, alors une autre question se pose : Notre conduite a-​t-​elle une incidence sur les sentiments de Dieu ? Autrement dit, peut-​on, par nos actions, le réjouir ou le peiner ? Certains philosophes de l’Antiquité affirmaient que non. Ils soutenaient que personne ne peut influencer Dieu et qu’il ne peut donc pas éprouver de sentiments. Mais la Bible dresse un tableau différent : Jéhovah est affectueux et s’intéresse sincèrement à ce que nous faisons. Examinons les paroles contenues en Psaume 78:40, 41.

Le Psaume 78 raconte comment Dieu a agi avec l’Israël antique. Après avoir délivré la nation de l’esclavage en Égypte, Jéhovah lui a proposé d’entrer dans une relation spéciale avec elle. Il lui a promis que si elle continuait d’obéir à ses lois elle deviendrait son “ bien particulier ” et jouerait un rôle extraordinaire dans l’accomplissement de son dessein. Les Israélites ont accepté et sont entrés dans l’alliance de la Loi. Ont-​ils rempli leur part du contrat ? — Exode 19:3-8.

Le plus beau cadeau que nous puissions offrir à Jéhovah est de vivre de manière à réjouir son cœur.

Ce psaume déclare : “ Que de fois ils se rebellèrent contre lui dans le désert ! ” (Verset 40). Le verset suivant ajoute : “ Maintes et maintes fois ils mirent Dieu à l’épreuve. ” (Verset 41). Remarquez que la rébellion dont il est question est récurrente. Cette mentalité détestable s’est manifestée très tôt : dans le désert, peu après leur sortie d’Égypte. La nation a commencé à murmurer contre Dieu, mettant en doute sa capacité et son désir de prendre soin d’elle (Nombres 14:1-4). D’après un manuel de traduction biblique, l’expression “ ils se rebellèrent contre lui ” peut être “ rendue de façon idiomatique par ‘ ils ont endurci leurs cœurs contre Dieu ’ ou ‘ ils ont dit “ non ” à Dieu ’ ”. Pourtant, dans sa miséricorde, Jéhovah pardonnait à son peuple lorsque celui-ci se repentait. Mais ensuite Israël retombait dans ses pratiques et se rebellait de nouveau, persistant dans son attitude. — Psaume 78:10-19, 38.

Que ressentait Jéhovah à chaque fois que son peuple inconstant se rebellait ? “ Ils le peinèrent ”, déclare le verset 40. Une autre version dit qu’ils “ lui causèrent du chagrin ”. Un ouvrage de référence commente : “ Cette expression signifie que la conduite des Hébreux était de nature à susciter de la douleur, tout comme la conduite d’un enfant désobéissant et rebelle. ” De même qu’un enfant indiscipliné peut causer une grande douleur affective à ses parents, pareillement les Israélites récalcitrants “ attristèrent le Saint d’Israël ”. — Verset 41.

Que nous enseigne ce psaume ? Il est rassurant de constater que Jéhovah est profondément attaché à ses adorateurs et qu’il ne les abandonne pas facilement. D’un autre côté, il est intéressant de savoir qu’il a des sentiments et que notre conduite peut avoir une incidence sur eux. Cette pensée vous touche-​t-​elle ? Vous pousse-​t-​elle à vouloir faire le bien ?

Au lieu de pratiquer le mal et de causer de la douleur à Jéhovah, nous pouvons choisir de mener une vie droite et ainsi lui faire plaisir. D’ailleurs, c’est exactement ce qu’il demande à ses adorateurs : “ Sois sage, mon fils, et réjouis mon cœur. ” (Proverbes 27:11). Le plus beau cadeau que nous puissions offrir à Jéhovah est de vivre de manière à réjouir son cœur.

Lecture de la Bible proposée pour juillet :