Jenny * : La mère de Ryan ne se gênait pas pour montrer qu’elle ne m’appréciait pas. Mais mes parents ne se comportaient pas mieux avec Ryan. À vrai dire, je ne les avais jamais vus aussi désagréables avec qui que ce soit ! Rendre visite à nos familles respectives est vite devenu un vrai calvaire, pour l’un comme pour l’autre.

Ryan : Pour ma mère, personne n’était assez bien pour ses enfants. Dès le début, elle a trouvé des choses qui n’allaient pas chez Jenny. Et c’était pareil pour les parents de Jenny. Ils me rabaissaient constamment. Le problème, c’est qu’ensuite chacun défendait ses parents et s’en prenait à l’autre.

LES conflits avec les beaux-parents font peut-être le bonheur des comiques, mais ils n’ont rien de drôle pour ceux qui les vivent. “ Pendant des années, ma belle-mère s’est ingérée dans notre couple ”, raconte Reena, qui vit en Inde. “ Comme je ne pouvais pas lui répondre, c’était souvent sur mon mari que je passais ma colère. J’avais l’impression que, pour lui, il fallait toujours choisir entre être un bon mari et être un bon fils. ”

Pourquoi certains parents s’immiscent-ils dans la vie de couple de leurs enfants ? Jenny suggère une explication : “ Ils ont peut-être du mal à accepter que quelqu’un de jeune et d’inexpérimenté s’occupe à présent de leur fils ou de leur fille. ” Le mari de Reena, Dilip, va plus loin : “ Les parents qui ont éduqué un enfant et se sont sacrifiés pour lui peuvent avoir le sentiment d’être mis de côté. Ils peuvent aussi avoir peur que leur enfant n’ait pas la sagesse suffisante pour réussir son mariage. ”

Reconnaissons cependant que, si les beaux-parents interviennent, c’est parfois parce qu’on les invite à le faire. Arrêtons-nous sur l’exemple de Michael et de Leanne, un couple d’Australiens. “ Leanne est issue d’une famille soudée où chacun s’exprime librement, explique Michael. Du coup, après notre mariage, elle a continué de consulter son père à propos de décisions que nous aurions dû prendre tous les deux. Son père avait une grande expérience, mais ça me faisait mal qu’elle se tourne vers lui plutôt que vers moi. ”

 De toute évidence, les relations avec les beaux-parents peuvent être une source de tension dans un couple. Est-ce le cas en ce qui vous concerne ? Comment vous entendez-vous personnellement avec vos beaux-parents ? Et votre conjoint, avec vos propres parents ? Examinons deux difficultés courantes et la façon dont il est possible de les surmonter.

DIFFICULTÉ N1 :

Votre conjoint vous semble beaucoup trop attaché à ses parents. “ Ma femme avait l’impression que vivre loin de ses parents, ce serait les trahir, raconte Luis, un Espagnol. Mais, quand notre fils est né, ce sont mes parents qui sont venus à la maison presque tous les jours. Ça a stressé ma femme et a causé de nombreuses disputes entre nous. ”

Les principes en jeu :

À propos du mariage, la Bible dit qu’avec le temps “ l’homme quittera son père et sa mère et devra s’attacher à sa femme, et [qu’]ils devront devenir une seule chair ”. (Genèse 2:24.) Être “ une seule chair ” signifie davantage que simplement vivre ensemble. Le mari et la femme forment désormais une nouvelle famille, qui est prioritaire sur leurs familles respectives (1 Corinthiens 11:3). Bien entendu, le mari et la femme doivent toujours honorer leurs parents, ce qui implique souvent d’écouter leurs conseils (Éphésiens 6:2). Mais que faire si la manière dont votre conjoint assume cette responsabilité vous donne le sentiment d’être laissé pour compte ?

Ce que vous pouvez faire :

Analysez la situation objectivement. Votre conjoint est-il vraiment trop attaché à ses parents ? Ou se pourrait-il simplement que vous n’ayez pas le même genre de relations avec vos parents, et que cela influe sur votre perception des choses ? Serait-ce une pointe de jalousie ? — Proverbes 14:30 ; 1 Corinthiens 13:4 ; Galates 5:26.

Répondre à ce genre de questions réclame un examen honnête. Mais il est important de le faire. Dites-vous bien que, si la belle-famille est une source perpétuelle de conflits dans votre couple, c’est que vous avez un problème d’ordre conjugal, et non familial.

Nombre de problèmes conjugaux naissent du fait que les conjoints n’ont pas exactement la même opinion sur une question. Pourriez-vous essayer de voir les choses avec les mêmes yeux que votre conjoint (Philippiens 2:4 ; 4:5) ? C’est ce qu’a fait Adrián, qui vit au Mexique. “ Ma femme a grandi dans un environnement familial destructeur, explique-t-il. J’ai donc fait en sorte qu’on ne côtoie pas trop sa famille. Puis j’ai complètement coupé les ponts — pendant des années. Ça a créé des conflits dans notre couple, parce que ma femme souhaitait quand même voir sa famille, et surtout sa mère. ”

Avec le temps, Adrián est revenu à une position plus mesurée. “ Même si je sais que des relations trop étroites avec ses parents ont un effet déstabilisant sur ma femme, j’ai compris que l’absence de relations est aussi une source de problèmes, déclare-t-il. J’ai donc essayé de rétablir, autant que possible, de bonnes relations avec ma belle-famille *. ”

FAITES L’ESSAI : Écrivez tous deux sur une feuille ce qui vous semble être le problème principal concernant la belle-famille. Essayez de commencer par : “ J’ai l’impression que... ” Puis, après avoir échangé vos feuilles, et animés d’un esprit d’équipe, réfléchissez ensemble à ce qui vous préoccupe l’un et l’autre et aux mesures que vous pourriez prendre.

DIFFICULTÉ N2 :

Vos beaux-parents s’ingèrent dans votre vie et vous dictent constamment ce que vous devez faire, alors que vous ne leur avez rien demandé. “ Nous avons passé nos sept premières années de mariage avec ma belle-famille, raconte Nelya, du Kazakhstan. C’étaient des reproches à n’en plus finir à propos de notre manière d’éduquer nos enfants,  de ma façon de cuisiner, de faire le ménage, ou d’autres choses de ce genre. J’ai abordé le problème avec mon mari et avec ma belle-mère, mais ça n’a fait qu’envenimer la situation. ”

Les principes en jeu :

Une fois marié, on n’est plus sous l’autorité de ses parents. Selon la Bible, “ le chef de tout homme, c’est le Christ ; et le chef de la femme, c’est l’homme ” —, c’est-à-dire son mari (1 Corinthiens 11:3). Cependant, comme nous l’avons déjà indiqué, tant l’homme que la femme devraient honorer leurs parents. Proverbes 23:22 déclare d’ailleurs : “ Écoute ton père, qui t’a engendré, et ne méprise pas ta mère simplement parce qu’elle a vieilli. ” Mais que faire si vos parents — ou vos beaux-parents — dépassent les limites et cherchent à vous imposer leurs idées ?

Ce que vous pouvez faire :

Essayez de vous mettre à leur place et de comprendre la raison de ce que vous percevez comme une intrusion. “ Les parents ont parfois simplement besoin de savoir qu’ils comptent encore pour leurs enfants ”, dit Ryan. Une telle ingérence n’est pas forcément consciente et, dans certains cas, il suffira d’appliquer ce conseil biblique : “ Continuez à vous supporter les uns les autres et à vous pardonner volontiers les uns aux autres, si quelqu’un a un sujet de plainte contre un autre. ” (Colossiens 3:13). Mais comment réagir si la situation s’envenime au point de provoquer des conflits dans votre couple ?

Certains couples ont appris à fixer des limites raisonnables à leurs parents. Cela ne signifie pas que vous deviez leur imposer votre loi *. Vous n’aurez bien souvent qu’à montrer clairement par votre comportement que votre conjoint passe en premier. “ Quand vos parents vous donnent un conseil, ne soyez pas automatiquement d’accord. Souvenez-vous que vous êtes en train de construire une nouvelle famille. Demandez donc d’abord à votre conjoint ce qu’il en pense ”, recommande Masayuki, un mari japonais.

FAITES L’ESSAI : Essayez de déterminer avec votre conjoint ce qui, dans l’ingérence de vos parents, affecte votre couple. Ensemble, mettez par écrit les limites que vous pourriez établir et la façon dont vous pourriez les faire respecter, tout en honorant vos parents.

Discerner les mobiles réels des beaux-parents, et refuser de laisser la situation créer des tensions dans le couple, voilà qui peut réduire l’importance de bien des conflits. “ Les discussions que nous avions à propos de nos parents étaient souvent dominées par les émotions, témoigne Jenny. On était bien conscients de tout le mal qu’on pouvait se faire en se jetant à la tête les défauts de nos parents. Mais finalement, on a arrêté d’utiliser les travers de nos beaux-parents respectifs comme une arme, et on s’est attaqué au problème lui-même. Nous sommes maintenant beaucoup plus proches l’un de l’autre. ”

^ § 3 Par souci d’anonymat, les prénoms ont été changés.

^ § 14 Bien entendu, si des parents se rendent coupables de fautes graves — surtout de façon répétée et sans le moindre repentir —, les relations familiales seront sans doute sérieusement altérées et, par conséquent, limitées à juste titre. — 1 Corinthiens 5:11.

^ § 19 Peut-être vous faudra-t-il avoir une conversation à cœur ouvert avec vos parents ou vos beaux-parents. Dans ce cas, faites-le avec respect et douceur. — Proverbes 15:1 ; Éphésiens 4:2 ; Colossiens 3:12.

DEMANDEZ-VOUS...

  • Quelles sont les qualités de mes beaux-parents ?

  • Comment honorer mes parents sans pour autant négliger mon conjoint ?