Origine :

“ Somme toute, il reste loisible de penser que les structures religieuses à l’œuvre dans les cultes antiques se sont maintenues dans la dévotion chrétienne, en particulier en ce qui concerne l’hommage rendu de part et d’autre à ‘ la Vierge céleste ’ et à la ‘ Sainte Vierge ’, à la ‘ Mère des dieux ’ et à la ‘ Mère de Dieu ’. ” — Dominique Cerbelaud, Marie, un parcours dogmatique, Cerf, coll. Cogitatio Fidei, Paris, 2003, page 288.

Ce que dit la Bible :

“ Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut. [...] c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu. ” — Luc 1:31-35, Traduction officielle de la liturgie (c’est nous qui soulignons).

Ce passage de la Bible établit que Marie était la mère, non de Dieu lui-même, mais du “ Fils de Dieu ”. Jamais d’ailleurs Marie ne prétendit porter dans son ventre Celui que ‘ les cieux eux-mêmes ne peuvent contenir ’. (1 Rois 8:27.) C’est l’enseignement de la Trinité qui sema la confusion sur l’identité de Marie. En la proclamant Théotokos (mot grec signifiant “ qui enfante Dieu ”), ou “ Mère de Dieu ”, le concile d’Éphèse de 431 institua le culte marial. Or, la ville d’Éphèse était précisément depuis des siècles le centre du culte célébrant Artémis, déesse de la fertilité.

De fil en aiguille, de nombreux emprunts au culte de l’image d’Artémis “ tombée du ciel ”, notamment les processions, furent incorporés à l’adoration de Marie (Actes 19:35). La voie était alors ouverte pour le recours aux images de Marie et des Saints dans le culte chrétien...

Versets bibliques à examiner : Matthieu 13:53-56 ; Marc 3:31-35 ; Luc 11:27, 28.

LA RÉALITÉ :

Marie était la mère, non de Dieu lui-même, mais du Fils de Dieu. Le dogme de la Trinité a donné naissance au culte de Marie Mère de Dieu.