Aller au contenu

Aller au sommaire

Le mythe : tous les bons vont au ciel

Le mythe : tous les bons vont au ciel

Origine :

Après la mort des apôtres de Jésus, au début du IIsiècle, vint la période dite des Pères de l’Église. À leur sujet, un ouvrage déclare : “ Tous sont unanimes à affirmer l’existence d’une vie ultra-terrestre commune à tous les bienheureux, dans un séjour particulier qui est le ciel. ” — Dictionnaire de théologie catholique, Paris, Letouzey et Ané, 1923, tome II, 2partie, col. 2483.

Ce que dit la Bible :

“ Heureux ceux qui sont doux de caractère, puisqu’ils hériteront de la terre. ” — Matthieu 5:5.

Certes, Jésus a promis à ses disciples de leur “ préparer une place ” au ciel ; mais il a aussi montré que cette destination n’est pas automatique pour tous les justes (Jean 3:13 ; 14:2, 3). N’a-t-il pas d’ailleurs prié pour que la volonté de Dieu se fasse “ sur la terre comme au ciel ” ? (Matthieu 6:9, 10, Version synodale.) En réalité, deux destinées s’offrent aux justes. Une minorité régnera au ciel avec Christ, tandis qu’une vaste majorité vivra éternellement sur terre. — Révélation 5:10.

Avec le temps s’est modifiée la façon dont l’Église primitive envisageait son propre rôle sur terre. Pour reprendre un mot fameux, “ Jésus annonçait le royaume et c’est l’Église qui est venue ”, une église institutionnalisée et déterminée à asseoir son pouvoir. Elle se mêla alors de politique, ignorant délibérément le commandement de Jésus de ‘ ne pas faire partie du monde ’. (Jean 15:19 ; 17:14-16 ; 18:36.) Sous la tutelle de l’empereur Constantin de Rome, elle transigea sur certaines autres croyances, dont l’une portait sur la nature même de Dieu...

Versets bibliques à examiner : Psaume 37:10, 11, 29 ; Jean 17:3 ; 2 Timothée 2:11, 12.

LA RÉALITÉ :

La plupart des bons vivront éternellement, non au ciel, mais sur la terre.