JÉSUS a souvent parlé de la prière. À son époque, les chefs religieux juifs priaient “ aux coins des grandes rues ”. Pourquoi ? “ Afin d’être vus des hommes. ” Ils voulaient manifestement qu’on les admire pour leur dévotion. Beaucoup prononçaient des prières longues et répétitives, comme s’il fallait “ parle[r] beaucoup ” pour être entendu de Dieu (Matthieu 6:5-8). Jésus a dévoilé l’inutilité de telles habitudes, aidant ainsi les personnes sincères à savoir ce qu’elles devaient éviter quand elles priaient. Il ne s’est toutefois pas contenté d’enseigner ce qu’il ne faut pas faire.

Jésus a indiqué que nous devrions exprimer dans nos prières notre désir que le nom de Dieu soit sanctifié, que son Royaume vienne et que sa volonté se fasse. Il a précisé qu’il convient également de demander l’aide de Dieu pour des questions personnelles (Matthieu 6:9-13 ; Luc 11:2-4). Au moyen d’illustrations, il a montré que la persistance, la foi et l’humilité sont essentielles pour que nos prières soient écoutées (Luc 11:5-13 ; 18:1-14). En outre, son exemple a donné davantage de poids encore à son enseignement. — Matthieu 14:23 ; Marc 1:35.

L’enseignement de Jésus a sans nul doute permis à ses disciples d’améliorer la qualité de leurs prières. Cependant, Jésus a attendu sa dernière nuit sur la terre pour leur donner la plus importante des leçons concernant la prière.

 “ Un tournant majeur dans l’histoire de la prière ”

Jésus a passé la plus grande partie de sa dernière nuit à encourager ses apôtres fidèles. Le moment était venu de leur révéler un point nouveau. “ Je suis le chemin, et la vérité, et la vie, a-t-il expliqué. Personne ne vient vers le Père sinon par moi. ” Il leur a ensuite fait cette promesse rassurante : “ Tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié au sujet du Fils. Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai. ” Puis, vers la fin de la nuit, il a ajouté : “ Jusqu’à présent, vous n’avez rien demandé en mon nom. Demandez et vous recevrez, pour que votre joie devienne complète. ” — Jean 14:6, 13, 14 ; 16:24.

Ces paroles ont été marquantes. Un ouvrage de référence les qualifie de “ tournant majeur dans l’histoire de la prière ”. Jésus ne voulait pas dire que les prières devaient désormais lui être adressées à lui, et non plus à Dieu. Il ouvrait simplement une nouvelle voie d’accès auprès de Jéhovah Dieu.

Dieu, il est vrai, a toujours écouté les prières de ses fidèles serviteurs (1 Samuel 1:9-19 ; Psaume 65:2). Toutefois, à compter du moment où Israël est devenu le peuple de l’alliance de Dieu, quiconque voulait que ses prières soient entendues devait reconnaître qu’Israël était la nation choisie par Dieu. Par la suite, à partir de Salomon, il fallait accepter le temple comme le lieu choisi par Dieu où lui sacrifier (Deutéronome 9:29 ; 2 Chroniques 6:32, 33). Cependant, ces dispositions en matière de culte n’étaient que temporaires. Ainsi que l’apôtre Paul l’a écrit, la Loi donnée à Israël et les sacrifices offerts dans le temple étaient “ une ombre des bonnes choses à venir, mais non la substance même des choses ”. (Hébreux 10:1, 2.) L’ombre devait laisser place à la réalité (Colossiens 2:17). Depuis l’an 33 de notre ère, les relations d’une personne avec Jéhovah ne dépendent plus de son attachement à la Loi mosaïque. Elles sont plutôt basées sur l’obéissance à celui que la Loi annonçait : Christ Jésus. — Jean 15:14-16 ; Galates 3:24, 25.

Un nom “ au-dessus de tout autre nom ”

Jésus a fourni une base supérieure pour avoir accès auprès de Jéhovah lorsqu’il s’est décrit comme un ami puissant, un ami qui ouvre la voie pour que Dieu entende nos prières et y réponde. Qu’est-ce qui permet à Jésus d’agir en notre faveur de cette façon ?

Puisque nous sommes tous nés dans le péché, aucune de nos œuvres, aucun de nos sacrifices ne peut nous purifier de cette souillure  ni nous valoir le droit d’entretenir des relations avec notre Dieu saint, Jéhovah (Romains 3:20, 24 ; Hébreux 1:3, 4). Mais Jésus a offert sa vie humaine parfaite, payant pour les péchés des humains rachetables (Romains 5:12, 18, 19). Désormais, tous ceux qui le souhaitent peuvent être purs devant Jéhovah et avoir de la “ franchise ” envers lui, à condition toutefois d’exercer la foi dans le sacrifice de Jésus et de prier en son nom. — Éphésiens 3:11, 12.

Quand nous prions au nom de Jésus, nous exprimons notre foi dans trois aspects au moins de son rôle dans la réalisation du dessein divin : 1) Il est “ l’Agneau de Dieu ”, dont le sacrifice constitue la base pour le pardon des péchés. 2) Il a été ressuscité par Jéhovah, et il agit à présent en tant que “ grand prêtre ” en dispensant les bienfaits de la rançon. 3) Lui seul est “ le chemin ” par lequel nous pouvons nous adresser à Dieu dans la prière. — Jean 1:29 ; 14:6 ; Hébreux 4:14, 15.

En priant au nom de Jésus, nous l’honorons. Lui rendre un tel honneur est approprié, car Jéhovah veut qu’“ au nom de Jésus plie tout genou [...], et que toute langue reconnaisse ouvertement que Jésus Christ est Seigneur à la gloire de Dieu le Père ”. (Philippiens 2:10, 11.) Plus important, en priant au nom de Jésus, nous glorifions Jéhovah, Celui qui a donné son Fils pour nous. — Jean 3:16.

Nous devrions prier de “ tout [notre] cœur ”, et non mécaniquement.

Afin que nous puissions saisir toute l’importance de la position de Jésus, la Bible lui attribue différents titres et noms. Ceux-ci nous aident à comprendre que de nombreux bienfaits découlent de ce que Jésus a fait, de ce qu’il fait et de ce qu’il fera encore en notre faveur. (Voir l’encadré  “ Le rôle capital de Jésus ”.) Sans conteste, Jésus a reçu “ le nom qui est au-dessus de tout autre nom ” *. Tout pouvoir lui a été donné dans le ciel et sur la terre. — Philippiens 2:9 ; Matthieu 28:18.

Plus qu’une simple habitude

Nous l’avons vu, nous devons prier au nom de Jésus si nous souhaitons être entendus de Jéhovah (Jean 14:13, 14). Cependant, nous ne voudrons jamais répéter la formule “ au nom  de Jésus ” simplement par habitude. Pourquoi ?

Prenons un exemple. Si un attaché commercial vous adresse une lettre, il la conclura probablement par cette formule habituelle : “ Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’assurance de ma considération distinguée. ” À votre avis, ces mots reflètent-ils réellement ses sentiments, ou bien sont-ils juste conformes aux usages ? Assurément, l’utilisation du nom de Jésus dans nos prières doit signifier pour nous bien plus qu’une formule de politesse à la fin d’une lettre d’affaires. S’il est vrai qu’il nous faut “ prie[r] constamment ”, nous devons néanmoins le faire de “ tout [notre] cœur ”, et non mécaniquement. — 1 Thessaloniciens 5:17 ; Psaume 119:145.

Comment pouvez-vous éviter d’utiliser la formule “ au nom de Jésus ” de façon routinière ? Eh bien, pourquoi ne méditeriez-vous pas sur les qualités réconfortantes de Jésus ? Songez à ce qu’il a déjà fait pour vous, et à ce qu’il est prêt à faire. Dans vos prières, remerciez Jéhovah et louez-le pour le rôle magnifique qu’il a assigné à son Fils. Ce faisant, vous aurez davantage confiance dans cette promesse de Jésus : “ Si vous demandez quelque chose au Père, il vous le donnera en mon nom. ” — Jean 16:23.

^ § 14 Selon un dictionnaire (Expository Dictionary of New Testament Words, de W. Vine), le mot grec rendu par “ nom ” peut désigner “ tout ce qu’un nom implique : le pouvoir, la personnalité, le rang, la majesté, la puissance [et] l’excellence ”.