Aller au contenu

Aller au sommaire

« Tiens ferme dans la foi »

« Tiens ferme dans la foi »

« Tenez ferme dans la foi, [...] devenez forts » (1 COR. 16:13).

CANTIQUES : 60, 64

1. a) Qu’a vécu Pierre lors d’une tempête sur la mer de Galilée ? (voir illustration du titre). b) Pourquoi Pierre a-t-il commencé à couler ?

IL FAIT nuit. Une tempête souffle sur la mer de Galilée. L’apôtre Pierre et d’autres disciples luttent pour faire avancer le bateau. Soudain, ils voient Jésus, qui marche sur l’eau. Pierre l’appelle et lui demande s’il peut le rejoindre. Jésus l’invite à venir. L’apôtre descend alors du bateau et marche sur la mer agitée en direction de son Maître. Mais, rapidement, il se met à couler. Pourquoi ? Parce qu’il a regardé la tempête et a pris peur. Il appelle à l’aide Jésus, qui aussitôt le saisit et lui dit : « Homme de peu de foi, pourquoi t’es-tu laissé envahir par le doute ? » (Mat. 14:24-32).

2. À quoi allons-nous réfléchir ?

2 Étudions trois aspects de l’aventure de Pierre qui ont trait à la foi : 1) la foi dont Pierre a tout d’abord fait preuve dans le soutien de Dieu, 2) la raison pour laquelle il a commencé à perdre la foi, et 3) ce qui l’a aidé à retrouver la foi. Cette étude peut nous permettre de comprendre comment « ten[ir] ferme dans la foi » (1 Cor. 16:13).

 LA FOI DANS LE SOUTIEN DE DIEU

3. Pourquoi Pierre a-t-il sauté par-dessus bord, et qu’avons-nous fait de semblable ?

3 C’est la foi qui a poussé Pierre à sauter par-dessus bord pour marcher sur l’eau. Jésus l’ayant appelé, il était convaincu que la puissance divine le soutiendrait, tout comme elle soutenait Jésus. De manière semblable, c’est la foi qui nous a poussés à nous vouer à Jéhovah et à nous faire baptiser. Jésus nous a invités à devenir ses disciples, à marcher sur ses traces. Pour cela, il nous a fallu exercer la foi en Dieu et en Jésus, convaincus qu’ils nous soutiendraient de diverses manières (Jean 14:1 ; lire 1 Pierre 2:21).

4, 5. Pourquoi la foi est-elle un bien précieux ?

4 La foi est un bien des plus précieux. Tout comme elle a permis à Pierre de marcher sur l’eau, elle nous permet de faire des choses qui peuvent sembler impossibles d’un point de vue humain (Mat. 21:21, 22). Par exemple, beaucoup d’entre nous ont si radicalement changé de mentalité ou renoncé à certaines pratiques que leur entourage les reconnaît à peine. Ces efforts étant guidés par la foi, Jéhovah les a soutenus (lire Colossiens 3:5-10). Quand, poussés par la foi, nous nous sommes voués à Jéhovah, nous sommes devenus ses amis, un honneur inaccessible par nos propres capacités (Éph. 2:8).

5 Et notre foi continue de nous rendre forts. Elle nous donne la capacité de résister aux attaques du Diable, un ennemi surhumain (Éph. 6:16). Elle nous retient également de nous inquiéter à l’excès dans les moments difficiles. Jéhovah nous dit que, si notre foi nous pousse à donner la priorité aux intérêts du Royaume, il subviendra à nos besoins matériels (Mat. 6:30-34). Mais ce n’est pas tout. En raison de notre foi, nous recevrons un don qu’aucun humain ne peut obtenir par ses propres efforts : la vie éternelle (Jean 3:16).

QUITTER JÉSUS DES YEUX : UN DANGER POUR LA FOI

6, 7. a) À quoi pourrions-nous comparer la tempête et les vagues qui cernaient Pierre ? b) Pourquoi ne devrions-nous pas minimiser le risque que notre foi se relâche ?

6 Le vent et les vagues qui cernaient Pierre marchant sur l’eau pourraient être comparés aux épreuves et aux tentations que rencontre un chrétien voué à Dieu. Même quand elles sont rudes, nous pouvons tenir ferme grâce au soutien de Jéhovah. Souviens-toi que ce n’est pas une bourrasque ou une grosse vague qui a fait couler Pierre. Rappelons ce qui s’est passé : « Regardant le vent de tempête, il prit peur » (Mat. 14:30). Quand il a quitté Jésus des yeux, sa foi a vacillé. Si nous « regard[ions] le vent de tempête » en nous focalisant sur sa violence et en doutant que Jéhovah nous soutiendra, nous pourrions nous mettre à couler.

7 Nous ne devrions pas minimiser le risque que notre foi se relâche, car la Bible parle de l’affaiblissement ou de la perte de la foi comme du « péché qui nous entrave facilement » (Héb. 12:1). Comme le montre l’aventure de Pierre, lorsqu’on regarde dans la mauvaise direction, la foi peut rapidement faiblir. La nôtre est-elle en train de faiblir ? Comment le savoir ? Servons-nous des questions qui suivent pour nous examiner personnellement.

8. À cause de quoi les promesses de Dieu pourraient-elles nous sembler moins réelles qu’autrefois ?

8 Les promesses de Dieu me semblent-elles moins réelles qu’autrefois ? Par exemple, Dieu a promis de détruire le présent système de choses. Pourtant, l’immense choix de divertissements que le monde nous met sous les yeux détourne-t-il notre attention des choses importantes, ce qui affaiblit notre foi dans les promesses de Dieu ? Nous pourrions commencer à douter que la fin est réellement proche  (Hab. 2:3). Voici un autre exemple : Dieu promet de nous pardonner grâce à la rançon. Mais si la culpabilité due à des fautes passées nous ronge, nous risquerions de douter que Jéhovah ait réellement « effac[é] » tous nos péchés (Actes 3:19). Nous pourrions alors perdre notre joie de servir Dieu et devenir inactifs.

9. Que pourrait-il se passer si nous nous concentrions sur la satisfaction d’intérêts personnels ?

9 Suis-je toujours aussi assidu au service de Dieu ? L’apôtre Paul a montré que travailler dur pour Jéhovah procure « la pleine certitude de l’espérance jusqu’à la fin ». Pourtant, qu’est-ce qui pourrait se passer si nous commencions à nous concentrer sur la satisfaction d’intérêts personnels, en choisissant par exemple un emploi bien rémunéré, mais qui entrave notre culte ? Notre foi pourrait faiblir et nous pourrions devenir « paresseux », faire pour Jéhovah moins que notre situation ne nous le permet (Héb. 6:10-12).

10. Pourquoi pardonner est-il une manifestation de foi ?

10 Est-ce que je fais mon possible pour pardonner les offenses ? Quand une personne nous offense, nous pourrions nous concentrer sur nos sentiments, puis être tentés de lui faire des reproches ou de prendre nos distances en ne lui adressant plus la parole. Par contre, si nous pardonnons, nous montrons notre foi en Jéhovah. En effet, celui qui pèche contre nous a une dette envers nous, tout comme nos péchés nous rendent débiteurs de Dieu (Luc 11:4). Alors pour pardonner, il nous faut être convaincus d’une chose : la faveur que Jéhovah nous accorde quand nous pardonnons a bien plus de valeur que le remboursement de la dette que nous pourrions exiger d’un offenseur. Les disciples de Jésus avaient compris qu’il faut  de la foi pour pardonner. Quand Jésus leur a dit de pardonner même à ceux qui avaient péché contre eux, ils l’ont supplié : « Donne-nous davantage de foi » (Luc 17:1-5).

11. Qu’est-ce qui pourrait nous empêcher de tirer profit d’un conseil biblique ?

11 Suis-je irrité quand on me donne un conseil biblique ? Plutôt que de chercher comment tirer profit d’un conseil, nous pourrions nous concentrer sur un défaut du conseil ou du conseiller (Prov. 19:20). Peut-être passerions-nous alors à côté d’une occasion de régler notre pensée sur celle de Jéhovah.

12. De quoi l’habitude de murmurer contre les frères nommés est-elle le signe ?

12 Est-ce que je murmure contre les frères nommés à des fonctions dans la congrégation ? Se focalisant sur le rapport des espions qui manquaient de foi, les Israélites ont murmuré contre Moïse et Aaron. Jéhovah a alors demandé à Moïse : « Jusqu’à quand n’auront-ils pas foi en moi ? » (Nomb. 14:2-4, 11). Les murmures des Israélites étaient en fait l’indice d’un manque de confiance en Dieu, qui avait nommé Moïse et Aaron à certaines fonctions. Pareillement, si nous nous plaignons constamment de ceux que Jéhovah utilise pour guider ses serviteurs, n’est-ce pas l’indice que notre foi en lui faiblit ?

13. Pourquoi ne devrions-nous pas nous décourager si nous constatons des failles dans notre foi ?

13 Si cet examen personnel révèle des failles dans ta foi, ne te décourage pas. Même Pierre, un apôtre, a cédé à la peur et au doute. En fait, Jésus a parfois reproché à tous ses apôtres d’avoir « peu de foi » (Mat. 16:8). Mais un enseignement important se dégage de l’aventure de Pierre. Note ce qu’il a fait après que sa foi a vacillé et qu’il a commencé à couler.

RENFORCE TA FOI EN GARDANT LES YEUX FIXÉS SUR JÉSUS

14, 15. a) Qu’a fait Pierre quand il a commencé à couler ? b) Bien que nous ne puissions pas voir Jésus, comment pouvons-nous avoir « les yeux fixés » sur lui ?

14 Quand Pierre a regardé la tempête et a commencé à couler, il aurait pu essayer de retourner au bateau par ses propres forces. Étant un bon nageur, c’est même le premier réflexe qu’il aurait pu avoir (Jean 21:7). Mais au lieu de s’appuyer sur ses propres capacités, il a de nouveau regardé Jésus et a accepté son aide. Si nous sentons notre foi faiblir, imitons Pierre. Mais comment ?

15 Tout comme Pierre a recentré son attention sur Jésus, ayons nous aussi « les yeux fixés sur l’Agent principal de notre foi et Celui qui la porte à la perfection : Jésus » (lire Hébreux 12:2, 3). Bien sûr, pour notre part, nous ne voyons pas Jésus littéralement. Mais quand nous étudions ses enseignements et ses actes et que nous les laissons guider notre vie, nous « avons les yeux fixés » sur lui. Si nous suivons fidèlement ses traces, nous recevrons l’aide dont nous avons besoin pour conserver une foi ferme. Étudions donc son modèle.

Nous concentrer sur l’exemple de Jésus et suivre ses traces de près nous rendra fermes dans la foi (voir paragraphe 15).

16. Comment étudier la Bible de manière à renforcer notre foi ?

16 Renforce ta confiance en la Bible. Jésus était convaincu que les Écritures sont la Parole de Dieu et qu’elles fournissent les meilleurs conseils qui soient (Jean 17:17). Pour l’imiter, nous devons lire la Bible tous les jours, l’étudier et méditer sur ce que nous y apprenons. Parallèlement à ton étude habituelle de la Bible, fouille les sujets sur lesquels tu te poses des questions. Par exemple, tu pourrais nourrir ta conviction que la fin de ce système est réellement proche en étudiant en détail les preuves bibliques que nous vivons bien les derniers jours. Renforce ta confiance dans les promesses concernant l’avenir en approfondissant les nombreuses prophéties  déjà réalisées. Renforce ta confiance dans la valeur pratique de la Bible en examinant des faits montrant comment elle améliore des vies * (1 Thess. 2:13).

17. Pourquoi Jésus a-t-il pu rester fidèle malgré des épreuves extrêmes, et comment peux-tu l’imiter ?

17 Concentre-toi sur les bienfaits promis par Jéhovah. En fixant du regard « la joie qui était placée devant lui », Jésus a été capable de rester fidèle malgré des épreuves extrêmes (Héb. 12:2). Son attention n’a jamais été détournée par ce que le monde pouvait offrir (Mat. 4:8-10). À son exemple, médite sur les merveilleuses promesses que Jéhovah t’a faites. Transporte-toi dans l’avenir en écrivant ou en dessinant ce que tu espères faire après la destruction de ce système mauvais. Dresse une liste des ressuscités que tu as hâte de rencontrer et des sujets dont tu aimerais parler avec eux. Considère que Dieu a fait ces promesses non seulement aux humains en général, mais à toi en particulier.

18. Comment la prière peut-elle t’aider à fortifier ta foi ?

18 Prie Dieu de te donner davantage de foi. Jésus a enseigné à ses disciples à demander de l’esprit saint à Jéhovah (Luc 11:9, 13). Quand tu le fais, demande davantage de foi ; c’est une facette du fruit de l’esprit. Demande à Dieu en termes précis de t’aider à surmonter toute tendance, telle que l’incapacité à pardonner, indiquant que ta foi faiblit.

19. Que devrions-nous chercher chez un ami ?

19 Fréquente des personnes de foi. Jésus a soigneusement choisi ses amis, surtout ceux qu’il a accueillis parmi ses intimes. Les apôtres, ses plus proches compagnons, avaient démontré leur foi et leur fidélité en obéissant à ses commandements (lire Jean 15:14, 15). Toi aussi, choisis tes amis parmi les gens qui montrent leur foi en obéissant à Jésus. Et souviens-toi qu’une communication franche est l’indice d’une amitié de qualité, même quand elle amène à donner ou à accepter un conseil (Prov. 27:9).

20. Quand nous aidons notre prochain à affermir sa foi, quels bienfaits recevons-nous ?

20 Aide ton prochain à affermir sa foi. Jésus a affermi la foi de ses disciples par ses paroles et ses actes (Marc 11:20-24). Suivons son exemple parce que, lorsque nous aidons notre prochain à affermir sa foi, nous renforçons la nôtre (Prov. 11:25). Quand tu prêches ou que tu enseignes, mets l’accent sur les preuves que Dieu existe, qu’il se soucie de nous et que la Bible est sa Parole inspirée. Aide également tes frères et sœurs à renforcer leur foi. Si l’un d’entre eux donne des signes de doute, peut-être en murmurant contre les frères ayant des responsabilités, ne sois pas prompt à le fuir. Viens-lui en aide avec tact, afin qu’il fasse le nécessaire pour rétablir sa foi (Jude 22, 23). Si, en classe, on enseigne la théorie de l’évolution, défends courageusement ta foi en la création ; tu seras peut-être surpris de l’effet que produiront tes paroles *.

21. Que nous promet Jéhovah concernant notre propre foi ?

21 Grâce à l’aide que Jéhovah lui a apportée par l’intermédiaire de Jésus, Pierre a vaincu ses peurs et ses doutes et est devenu un modèle de foi. De la même manière, Jéhovah aide chacun de nous à tenir ferme dans la foi (lire 1 Pierre 5:9, 10). Nos efforts pour consolider notre foi en valent vraiment la peine, car les bienfaits qui en découlent sont incomparables.

^ § 16 Voir par exemple la rubrique « La Bible transforme des vies » dans l’édition publique de La Tour de Garde.

^ § 20 Dans certains pays, la loi interdit de propager ses opinions religieuses dans les écoles publiques. Les vrais chrétiens sont connus pour leur respect des lois (Mat. 22:21). Il revient à chacun de décider comment agir dans des situations particulières, par exemple quand un enseignant ou un élève pose une question.