« Les choses que tu as entendues de moi [...] confie-les à des hommes fidèles » (2 TIM. 2:2).

1. a) Qu’ont compris depuis longtemps les serviteurs de Dieu au sujet de la formation, et comment cela s’applique-t-il aujourd’hui ? b) Qu’allons-nous étudier dans cet article ?

LES serviteurs de Dieu ont compris depuis longtemps que la formation est facteur de réussite. Pour délivrer Lot, le patriarche Abram a « pass[é] en revue ses hommes bien entraînés » et ils ont mené à bien leur mission (Gen. 14:14-16). Aux jours du roi David, les chanteurs pour la maison de Dieu étaient « exercés au chant pour Jéhovah » et ils ont loué Dieu (1 Chron. 25:7). Aujourd’hui, nous menons contre Satan et ses partisans une guerre spirituelle (Éph. 6:11-13). Par ailleurs, nous fournissons de vigoureux efforts pour louer Jéhovah (Héb. 13:15, 16). Comme les serviteurs de Dieu d’autrefois, pour être efficaces, nous avons besoin d’être formés. Dans la congrégation, Jéhovah confie la responsabilité de former les autres aux anciens (2 Tim. 2:2). Quelles méthodes des anciens expérimentés emploient-ils pour enseigner aux frères comment s’occuper du troupeau ?

FORTIFIEZ SPIRITUELLEMENT LES APPRENANTS

2. Avant de transmettre des aptitudes à un apprenant, que peut juger nécessaire de faire un ancien, et pourquoi ?

2 On pourrait comparer l’ancien à un jardinier. Avant de  semer des graines, un jardinier peut juger nécessaire d’apporter des éléments nutritifs à la terre pour la rendre plus fertile. De manière semblable, avant de transmettre des aptitudes à un frère, un ancien jugera peut-être nécessaire de lui communiquer quelques pensées bibliques nourrissantes pour rendre son cœur plus réceptif à l’enseignement (1 Tim. 4:6).

3. a) Comment un ancien pourrait-il se servir de Marc 12:29, 30 lors d’une conversation avec un apprenant ? b) Quel effet la prière de l’enseignant peut-elle avoir sur l’apprenant ?

3 Pour découvrir dans quelle mesure les pensées et les actions de l’apprenant sont influencées par la vérité du Royaume, tu pourrais lui demander : « Quelle influence ton vœu de servir Jéhovah a-t-il eue sur tes choix de vie ? » Cette question peut donner lieu à une conversation profonde sur ce que signifie offrir à Dieu un service sacré de toute son âme (lire Marc 12:29, 30). Au terme de cette conversation, tu pourrais faire une prière dans laquelle tu demanderais à Jéhovah de donner à l’apprenant l’esprit saint dont il a besoin pour que sa formation atteigne son but. Comme il sera encourageant pour ce frère de t’entendre prier ainsi en sa faveur !

4. a) Donne des exemples de récits bibliques qui peuvent stimuler la croissance spirituelle d’un apprenant. b) Quand ils forment les frères, quel objectif les anciens visent-ils ?

4 Dans la phase initiale de formation, examine avec l’apprenant certains récits bibliques qui pourraient l’aider à voir la nécessité d’être humble, digne de confiance et plein de bonne volonté (1 Rois 19:19-21 ; Neh. 7:2 ; 13:13 ; Actes 18:24-26). Ces qualités sont aussi indispensables à l’apprenant que les éléments nutritifs le sont à la terre. Elles accélèrent sa croissance spirituelle. Jean-Claude, un surveillant chrétien français, déclare : « Quand je forme un frère, mon objectif principal est de l’aider à s’attacher aux valeurs spirituelles. Je cherche des occasions de lire avec lui un verset bien choisi afin de “découvr[ir] [s]es yeux”, pour qu’il “regarde les choses merveilleuses” que renferme la Parole de Dieu » (Ps. 119:18). De quelles autres manières peut-on fortifier un apprenant ?

PROPOSE DES OBJECTIFS, DONNE DES RAISONS

5. a) Pourquoi est-il important de parler d’objectifs spirituels avec un apprenant ? b) Pourquoi les anciens doivent-ils commencer à former un jeune de bonne heure ? (voir la note).

5 Demande à l’apprenant quels sont ses objectifs spirituels. S’il n’a pas d’objectif clair à l’esprit, aide-le à s’en fixer un qui soit raisonnable et accessible. Parle-lui d’un objectif que tu t’es toi-même un jour fixé, et raconte-lui avec enthousiasme la joie que tu as éprouvée quand tu l’as atteint. La méthode paraît sans doute simple, mais elle est efficace. Victor, un Africain pionnier et ancien, se rappelle : « Quand j’étais jeune, un ancien m’a posé quelques questions bien choisies sur mes objectifs. Ces questions m’ont poussé à réfléchir sérieusement à mon ministère. » Des anciens expérimentés soulignent également l’importance de former les frères quand ils sont jeunes, au début de l’adolescence, en leur confiant dans la congrégation des tâches adaptées à leur âge. Une formation dispensée de bonne heure aidera les jeunes à garder les yeux fixés sur des objectifs spirituels quand, vers la fin de l’adolescence, les sources de distractions se multiplieront * (lire Psaume 71:5, 17).

Explique à l’apprenant pourquoi la tâche qui lui est confiée doit être effectuée et félicite-le pour les efforts qu’il fournit pour l’accomplir (voir paragraphes 5-8).

6. Cite un aspect important de la manière dont Jésus formait ses disciples.

 6 Tu stimuleras également chez l’apprenant l’envie de se dévouer en lui expliquant non seulement quoi faire, mais aussi pourquoi le faire. En donnant des raisons, tu imites le Grand Enseignant, Jésus. Par exemple, avant de confier à ses apôtres la mission de faire des disciples, il leur a dit pourquoi ils devaient lui obéir. Il a déclaré : « Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. » Puis il a dit : « Allez donc et faites des disciples de gens d’entre toutes les nations » (Mat. 28:18, 19). Comment peux-tu imiter la manière dont Jésus formait ses disciples ?

7, 8. a) Comment les anciens peuvent-ils imiter la façon dont Jésus formait ses disciples ? b) Pourquoi est-il important de féliciter un apprenant ? c) Quelles suggestions peuvent aider les anciens à former les frères ? (voir l’encadré «  Des méthodes qui marchent »).

7 Donne à l’apprenant la raison biblique de ce qu’il lui est demandé de faire. De cette manière, tu lui apprends à se laisser guider par les principes bibliques plutôt que par des règles. Suppose que tu demandes à un frère de veiller à ce que l’entrée de la Salle du Royaume soit propre, accueillante et sûre. Tu pourrais lui montrer Tite 2:10 et lui expliquer comment ce qu’il fera pour mettre en valeur la Salle du Royaume contribuera à « parer l’enseignement de notre Sauveur, Dieu ». Demande-lui également de penser aux bienfaits que les personnes âgées de la congrégation tireront de son travail. Dans le cadre d’une formation, ce genre de conversations aidera l’apprenant à se concentrer davantage sur l’être humain que sur la règle. Il éprouvera ainsi la joie de voir les frères et sœurs de la congrégation tirer profit du service dont il s’acquitte.

8 Par ailleurs, veille à féliciter l’apprenant pour les efforts qu’il fait afin de mettre tes suggestions en pratique. Pourquoi est-ce important ? Parce que les félicitations sincères sont à l’apprenant ce que l’eau est à la plante : elles favorisent sa croissance (cf. Matthieu 3:17).

UNE AUTRE DIFFICULTÉ

9. a) Dans les pays riches, à quelle difficulté les anciens souhaitant former leurs frères se heurtent-ils ? b) Pourquoi la vérité n’a-t-elle pas la première place dans la vie de certains jeunes frères ?

9 Dans les pays riches, les anciens se heurtent parfois à une autre difficulté : donner envie aux frères ayant entre 20 et un peu plus de 30 ans de participer aux activités de la congrégation. Nous avons demandé à des anciens expérimentés issus d’une vingtaine de pays occidentaux pourquoi, à leur avis, certains jeunes frères hésitent à en faire plus dans  la congrégation. Voici, parmi leurs réponses, celle qui ressort : tous n’ont pas été, en grandissant, encouragés à poursuivre des objectifs spirituels. En fait, certains avaient envie de se fixer ce genre d’objectifs, mais leurs parents les ont encouragés à poursuivre plutôt des objectifs propres à ce monde ! La vérité n’a jamais occupé la première place dans leur vie (Mat. 10:24).

10, 11. a) Comment un ancien peut-il progressivement aider un frère à modifier son état d’esprit ? b) Sur quelles pensées bibliques un ancien pourrait-il réfléchir avec un tel frère, et pourquoi ? (voir la note).

10 Si un frère semble peu disposé à accepter des responsabilités, il faudra beaucoup d’efforts et de patience pour modifier son état d’esprit. Mais c’est faisable. Tout comme un jardinier peut, en redressant progressivement leurs tiges, guider la croissance de certaines plantes, tu peux aider progressivement un tel frère à comprendre la nécessité de modifier sa vision des choses. Mais comment ?

11 Développe avec lui une relation amicale. Fais-lui savoir qu’on a besoin de lui dans la congrégation. Ensuite, au fil de la formation, prends le temps de raisonner avec lui sur des versets bien choisis et fais-le réfléchir à son vœu de servir Jéhovah (Eccl. 5:4 ; Is. 6:8 ; Mat. 6:24, 33 ; Luc 9:57-62 ; 1 Cor. 15:58 ; 2 Cor. 5:15 ; 13:5). Tu pourrais lui demander : « Qu’as-tu promis à Jéhovah quand tu t’es voué à lui ? » Tente de faire appel à ses sentiments en lui demandant : « D’après toi, qu’a ressenti Jéhovah quand tu t’es fait baptiser ? » (Prov. 27:11). « Et Satan ? » (1 Pierre 5:8). Ne sous-estime pas l’influence que la lecture de versets bien choisis peut avoir sur un frère * (lire Hébreux 4:12).

APPRENANTS, MONTREZ-VOUS FIDÈLES

12, 13. a) Dans sa position d’apprenant, quel état d’esprit Élisha a-t-il manifesté ? b) Comment Jéhovah a-t-il récompensé la fidélité d’Élisha ?

12 Et vous, jeunes gens ? La congrégation ayant besoin de votre aide, quel état d’esprit vous permettra de l’apporter ? Pour répondre, intéressons-nous à quelques faits survenus il y a des siècles dans la vie d’un apprenant.

13 Il y a près de 3 000 ans, le prophète Éliya a invité le jeune Élisha à être son serviteur. Élisha a immédiatement accepté et a servi fidèlement le vieil homme en s’acquittant de tâches humbles (2 Rois 3:11). Après six années de formation, il a appris que l’œuvre d’Éliya en Israël touchait à sa fin. C’est alors qu’Éliya a insisté pour que son compagnon, bien formé, arrête de le suivre. Mais Élisha lui a dit à trois reprises : « Je ne te quitterai pas. » Il était déterminé à rester auprès de son mentor aussi longtemps que possible. Jéhovah l’a récompensé pour sa loyauté et sa fidélité en lui permettant d’assister au départ, très impressionnant, d’Éliya (2 Rois 2:1-12).

14. a) Comment les apprenants d’aujourd’hui peuvent-ils imiter Élisha ? b) Pourquoi est-il important qu’un apprenant soit fidèle ?

14 Comment peux-tu imiter Élisha ? En acceptant immédiatement les attributions qu’on te confie, y compris les tâches humbles. Considère ton enseignant comme un ami, et fais-lui savoir combien tu apprécies ce qu’il fait pour toi. La manière dont tu réagis peut revenir à lui dire : « Je ne te quitterai pas. » Par-dessus tout, acquitte-toi de toute attribution avec fidélité. Pourquoi est-ce important ? Parce que c’est seulement après avoir vu que tu es fidèle et digne de confiance que les anciens seront convaincus que Jéhovah veut que tu reçoives davantage de  responsabilités (Ps. 101:6 ; lire 2 Timothée 2:2).

LE RESPECT QUI CONVIENT

15, 16. a) De quelles manières Élisha a-t-il fait preuve de respect envers son enseignant ? (voir illustration du titre). b) Qu’est-ce qui, dans l’attitude d’Élisha, a rassuré les autres prophètes ?

15 L’histoire d’Élisha, le successeur d’Éliya, montre également la façon dont aujourd’hui les frères peuvent témoigner aux anciens d’expérience le respect qui convient. Éliya et Élisha ont rendu visite à un groupe de prophètes à Jéricho, puis se sont dirigés vers le Jourdain. Arrivés aux berges, « Éliya prit son vêtement officiel, le roula et frappa les eaux, et elles se partageaient ». Après avoir traversé le lit du fleuve asséché, les deux hommes ont continué à « parl[er] tout en marchant ». Manifestement, Élisha n’estimait pas désormais tout savoir. Jusqu’au départ de son enseignant, il a été attentif à chacun de ses mots. Puis Éliya est monté aux cieux dans une tempête de vent. Plus tard, de retour au Jourdain, Élisha a frappé les eaux avec le vêtement d’Éliya en s’écriant : « Où est Jéhovah le Dieu d’Éliya ? » De nouveau, les eaux se sont partagées (2 Rois 2:8-14).

16 As-tu remarqué que le premier miracle d’Élisha a été exactement le même que le dernier d’Éliya ? Pourquoi est-ce intéressant ? Parce que, de toute évidence, Élisha n’a pas pensé que, maintenant qu’il était, lui, à la barre, il devait immédiatement changer de cap. En adoptant la manière dont Éliya avait accompli son ministère, il a eu le respect qui convenait envers son enseignant, et cela a rassuré les autres prophètes (2 Rois 2:15). Mais ensuite, au cours de ses 60 années de ministère, Jéhovah lui a permis d’opérer beaucoup plus de miracles qu’Éliya. Toi qui reçois une formation, qu’est-ce que ce récit t’apprend ?

17. a) Comment les apprenants d’aujourd’hui peuvent-ils imiter l’état d’esprit d’Élisha ? b) Comment, avec le temps, Jéhovah peut-il utiliser les apprenants fidèles ?

17 Dès que tu reçois une responsabilité dans la congrégation, ne t’estime pas obligé de changer de cap, de faire les choses d’une manière complètement nouvelle. Ce n’est pas ton désir de changer qui détermine la nécessité de changer, mais les besoins de la congrégation et la direction donnée par l’organisation de Jéhovah. Élisha a rassuré les autres prophètes et a manifesté du respect envers son prédécesseur en continuant à employer ses méthodes. Comme lui, rassure tes compagnons chrétiens et manifeste du respect envers les anciens d’expérience en continuant à employer leurs méthodes fondées sur la Bible (lire 1 Corinthiens 4:17). Toutefois, à mesure que tu acquerras de l’expérience, tu contribueras sans aucun doute à faire appliquer des changements qui aideront la congrégation à rester en phase avec l’organisation divine en perpétuel progrès. En réalité, apprenants fidèles, comme dans le cas d’Élisha, Jéhovah peut vous permettre en temps voulu d’accomplir des œuvres plus grandes que celles qu’ont accomplies vos enseignants (Jean 14:12).

18. Pourquoi la formation des frères dans les congrégations est-elle aujourd’hui une priorité ?

18 Nous espérons que les suggestions de cet article et du précédent inciteront davantage d’anciens à réserver du temps à la formation. Nous espérons également que les frères aptes à recevoir cette formation l’accepteront avec empressement et s’en serviront avec sagesse pour prendre soin des brebis de Jéhovah. Cette belle œuvre fortifiera les congrégations du monde entier et aidera chacun à rester fidèle durant les évènements décisifs à venir.

^ § 5 Si un jeune homme fait preuve de maturité chrétienne, est humble et remplit les autres conditions bibliques requises, les anciens peuvent le recommander pour qu’il soit nommé assistant ministériel, même s’il n’a pas encore 20 ans (1 Tim. 3:8-10, 12 ; voir notre édition du 1er juillet 1989, page 29).

^ § 11 Au cours de ces discussions, tu pourrais te servir des paragraphes 8-13 de La Tour de Garde du 15 avril 2012 pages 14-16, et des paragraphes 1-3 du chapitre 16 de « Gardez-vous dans l’amour de Dieu ».