« Par la foi, Moïse, devenu grand, a refusé d’être appelé fils de la fille de Pharaon » (HÉB. 11:24).

1, 2. a) À 40 ans, quelle décision Moïse a-t-il prise ? (voir illustration du titre). b) Pourquoi Moïse a-t-il choisi d’être maltraité avec le peuple de Dieu ?

MOÏSE savait ce que l’Égypte avait à offrir. Il voyait les spacieuses villas des riches. Lui-même appartenait à la maisonnée royale. Il était « instruit dans toute la sagesse des Égyptiens », sagesse qui englobait sans doute les arts, l’astronomie, les mathématiques et d’autres sciences (Actes 7:22). Il avait accès à la richesse, au pouvoir et à des privilèges dont le commun des Égyptiens ne pouvait que rêver !

2 Pourtant, à 40 ans, il a pris une décision qui a dû déconcerter la famille royale égyptienne qui l’avait adopté. Pire que la vie « normale » d’un Égyptien moyen, il a choisi une vie au milieu d’esclaves ! Pourquoi ? Parce qu’il avait foi (lire Hébreux 11:24-26). Par la foi, il voyait bien au-delà du monde matériel qui l’entourait. Étant un homme spirituel, il avait foi en « Celui qui est invisible », Jéhovah, et en la réalisation de ses promesses (Héb. 11:27).

3. Le présent article va répondre à trois questions. Lesquelles ?

3 Il nous faut, nous aussi, voir au-delà de ce que perçoivent nos yeux physiques. Nous devons être « de ceux qui ont foi » (Héb. 10:38, 39). Alors, fortifions à présent notre foi en étudiant ce qu’Hébreux 11:24-26 dit au sujet de Moïse. Dans le même temps, cherchons les réponses à ces questions : Comment la foi a-t-elle incité Moïse à rejeter les désirs charnels ? Quand  il subissait le mépris, comment la foi lui a-t-elle permis de rester attaché à son honorable mission ? Et pourquoi avait-il « les yeux fixés sur la récompense » ?

IL A REJETÉ LES DÉSIRS CHARNELS

4. Que comprenait Moïse au sujet de « la jouissance [...] du péché » ?

4 Grâce aux yeux de la foi, Moïse comprenait que la « jouissance [...] du péché » était temporaire. Un autre que lui aurait pu se dire que, même si elle baignait dans l’idolâtrie et le spiritisme, l’Égypte s’était hissée au rang de puissance mondiale, alors que le peuple de Jéhovah était esclave ! Toutefois, Moïse savait que Dieu pouvait changer la situation. Les jouisseurs prospéraient peut-être, mais il avait foi que les méchants flétriraient. Alors « la jouissance temporaire du péché » ne l’attirait pas.

5. Qu’est-ce qui nous aidera à fuir « la jouissance temporaire du péché » ?

5 Comment fuir « la jouissance temporaire du péché » ? N’oublie jamais que les plaisirs immoraux sont éphémères. Avec les yeux de la foi, vois que « le monde est en train de passer, et son désir aussi » (1 Jean 2:15-17). Réfléchis à l’avenir des pécheurs non repentants. Ils se trouvent « sur un sol glissant », car ils s’acheminent vers « leur fin », leur suppression « par des terreurs soudaines ! » (Ps. 73:18, 19). Quand tu es tenté de céder au péché, demande-toi : « Quel est l’avenir auquel j’aspire ? »

6. a) Pourquoi Moïse n’a-t-il pas voulu « être appelé fils de la fille de Pharaon » ? b) À ton avis, pourquoi Moïse a-t-il fait le bon choix ?

6 La foi de Moïse a également influencé son choix de carrière. « Par la foi, Moïse, devenu grand, a refusé d’être appelé fils de la fille de Pharaon » (Héb. 11:24). Il ne s’est pas dit que, s’il servait Dieu en tant que membre de la cour royale, sa richesse et son influence pourraient être utiles à ses frères israélites. Il était plutôt déterminé à aimer Jéhovah de tout son cœur, de toute son âme et de toute sa force (Deut. 6:5). Un choix qui lui a épargné bien des douleurs. Peu de temps après, en effet, une bonne partie des richesses d’Égypte auxquelles il avait renoncé ont été pillées. Et par qui ? Par les Israélites ! (Ex. 12:35, 36). Pharaon a été humilié et a péri (Ps. 136:15). Par contre, Moïse est resté en vie et Dieu s’est servi de lui pour conduire en lieu sûr toute la nation. Moïse a réussi sa vie.

7. a) Selon Matthieu 6:19-21, pourquoi devrions-nous regarder au-delà de l’avenir immédiat ? b) Raconte un fait soulignant la différence entre les richesses matérielles et les richesses spirituelles.

7 Si tu es un jeune adorateur de Jéhovah, comment la foi peut-elle guider ton choix de carrière ? C’est bien de faire des projets d’avenir. Mais la foi dans les promesses de Dieu t’incite-t-elle à amasser pour un avenir immédiat ou éternel ? (lire Matthieu 6:19-21). Cette question s’est posée à Sophie, une danseuse classique talentueuse. On lui proposait des bourses d’études et des rôles, très convoités, dans des compagnies de ballet qui se produisaient dans tous les États-Unis. « C’était exaltant d’être adulée. En fait, je me sentais supérieure aux autres danseuses, reconnaît-elle. Mais j’étais malheureuse. » Puis Sophie a regardé la vidéo Les jeunes s’interrogent... Que vais-je faire de ma vie ?. « J’ai compris que le monde m’avait donné la gloire et l’admiration du public au prix de mon adoration entière pour Jéhovah, dit-elle. Je l’ai prié avec ferveur. Puis j’ai abandonné ma carrière de danseuse. » Comment juge-t-elle cette décision ? « Mon ancienne vie ne me manque pas. Aujourd’hui, je suis heureuse à cent pour cent. Mon mari et moi sommes pionniers. Nous ne sommes pas célèbres, et nous ne possédons pas grand-chose. Mais nous avons Jéhovah, des étudiants de la Bible et des objectifs spirituels. Je n’ai pas de regrets. »

8. Quel conseil biblique peut aider un jeune à décider ce qu’il fera de sa vie ?

 8 Jéhovah sait ce qui est le mieux pour toi. Moïse a dit : « Qu’est-ce que Jéhovah ton Dieu demande de toi, sinon de craindre Jéhovah ton Dieu, de manière à marcher dans toutes ses voies, et de manière à l’aimer, à servir Jéhovah ton Dieu de tout ton cœur et de toute ton âme ; de façon à garder les commandements de Jéhovah et ses ordonnances que je t’ordonne aujourd’hui pour ton bien ? » (Deut. 10:12, 13). Tant que tu es jeune, choisis une carrière qui te permettra d’aimer Jéhovah et de le servir « de tout ton cœur et de toute ton âme ». Tu peux être sûr qu’un tel choix sera « pour ton bien ».

IL ACCORDAIT DE LA VALEUR À SA MISSION

9. Explique pourquoi Moïse a pu avoir du mal à s’acquitter de sa mission.

9 Moïse « considér[ait] l’opprobre du Christ comme une richesse plus grande que les trésors de l’Égypte » (Héb. 11:26). Il était mandaté comme le « Christ », ou l’« Oint », en ce que Jéhovah l’avait choisi pour mener Israël hors d’Égypte. Il savait que s’acquitter de cette mission serait difficile, et serait même un « opprobre ». Un Israélite lui avait précédemment demandé avec mépris : « Qui t’a établi prince et juge sur nous ? » (Ex. 2:13, 14). Plus tard, Moïse lui-même a demandé à Jéhovah : « Comment Pharaon m’écoutera-t-il ? » (Ex. 6:12). Pour se préparer et faire face à cet opprobre, Moïse a exprimé à Jéhovah ses peurs et ses préoccupations. Comment Jéhovah l’a-t-il aidé à remplir sa difficile mission ?

10. De quelles façons Jéhovah a-t-il aidé Moïse à remplir sa mission ?

10 Premièrement, Jéhovah a promis à Moïse : « Je serai avec toi » (Ex. 3:12). Deuxièmement, il lui a donné confiance en lui expliquant ainsi un aspect de la signification de son nom : « Je deviendrai ce qu’il me plaît de devenir * » (Ex. 3:14, note). Troisièmement, il lui a donné le pouvoir de faire des miracles, ce qui prouverait qu’il était son envoyé (Ex. 4:2-5). Quatrièmement, il lui a fourni un aide et porte-parole, Aaron (Ex. 4:14-16). À la fin de sa vie, Moïse était tellement convaincu que Jéhovah donne à ses serviteurs les moyens d’accomplir toute mission qu’il leur confie, qu’il a pu dire avec assurance à Josué, son successeur : « C’est Jéhovah qui marche devant toi. Il restera lui-même avec toi. Il ne te délaissera ni ne t’abandonnera complètement. N’aie pas peur et ne sois pas terrifié » (Deut. 31:8).

11. Pourquoi Moïse tenait-il sa mission en haute estime ?

11 Bénéficiant du soutien de Jéhovah, Moïse tenait sa lourde mission en haute estime. À ses yeux, elle était « plus grande que les trésors de l’Égypte ». Car qu’était le service offert à Pharaon comparé au service offert au Dieu Tout-Puissant ? Qu’était le rang de prince d’Égypte comparé au rôle de « Christ », ou d’oint, de Jéhovah ? Moïse a été récompensé pour la valeur qu’il accordait à sa mission. Il avait une intimité particulière avec Jéhovah et, pour qu’il mène les Israélites vers la Terre promise, Jéhovah lui a permis de déployer une « grande et redoutable puissance » (Deut. 34:10-12).

12. À quelles missions venant de Jéhovah devrions-nous attacher du prix ?

12 Nous avons, nous aussi, une mission. Par l’intermédiaire de son Fils, Jéhovah nous a désignés pour un ministère, comme il avait désigné l’apôtre Paul et d’autres chrétiens (lire 1 Timothée 1:12-14). Chacun de nous a l’honneur de proclamer la bonne nouvelle (Mat. 24:14 ; 28:19, 20). Certains sont serviteurs à plein  temps. Des frères mûrs servent leurs compagnons dans la congrégation en qualité d’assistants ministériels ou d’anciens. Toutefois, des parents ou des connaissances non Témoins pourraient mettre en doute la valeur de ces attributions, voire te reprocher ton esprit de sacrifice (Mat. 10:34-37). S’ils parvenaient à te décourager, tu pourrais en venir à te demander si tes sacrifices en valent la peine ou si tu es vraiment capable de remplir ta mission. Dans ce cas, comment la foi t’aidera-t-elle à persévérer ?

13. De quelles façons Jéhovah nous aide-t-il à nous acquitter de nos attributions ?

13 Avec foi, supplie Jéhovah de te soutenir. Parle-lui de tes peurs et de tes préoccupations. C’est lui qui t’a confié ta mission et il t’aidera à la remplir. Comment ? Comme il a aidé Moïse. Premièrement, il te rassure : « Je t’affermirai. Oui, je t’aiderai. Oui, vraiment, je te tiendrai ferme par ma droite de justice » (Is. 41:10). Deuxièmement, il te rappelle que ses promesses sont dignes de foi : « Je l’ai dit ; je le ferai aussi arriver. Je l’ai formé, je vais aussi le faire » (Is. 46:11). Troisièmement, il te donne la « puissance qui passe la normale » pour que tu accomplisses ton ministère (2 Cor. 4:7). Quatrièmement, pour t’aider à persévérer dans ton affectation, notre Père bienveillant te donne une famille internationale de véritables adorateurs qui « continu[ent] à [se] consoler mutuellement et à [se] bâtir l’un l’autre » (1 Thess. 5:11). Tandis que Jéhovah te donnera les moyens de t’acquitter de tes attributions, ta foi en lui augmentera et tu te rendras compte que toute mission à son service est une richesse plus grande que n’importe quel trésor terrestre.

« IL AVAIT LES YEUX FIXÉS SUR LA RÉCOMPENSE »

14. Pourquoi Moïse était-il convaincu qu’il serait récompensé ?

14 Moïse « avait les yeux fixés sur la récompense » (Héb. 11:26). Oui, il laissait sa connaissance, quoique limitée, de l’avenir influencer son point de vue. Comme son ancêtre Abraham, il était convaincu que Jéhovah peut ressusciter les morts (Luc 20:37, 38 ; Héb. 11:17-19). Ayant en vue des bénédictions futures, il n’a pas estimé qu’il avait gâché sa vie pour avoir vécu 40 ans comme fugitif puis 40 ans dans le désert. Bien qu’il n’ait pas eu tous les détails sur la réalisation des promesses divines, il voyait la récompense invisible avec les yeux de la foi.

15, 16. a) Pourquoi devons-nous nous concentrer sur notre récompense ? b) Quels bienfaits découlant de la domination du Royaume as-tu hâte de connaître ?

 15 As-tu les « yeux fixés sur » ta récompense ? Comme Moïse, nous n’avons pas encore tous les détails sur les promesses divines. Par exemple, nous « ne sav[ons] pas quand [...] sera le temps fixé » de la grande tribulation (Marc 13:32, 33). Pourtant, nous en savons beaucoup plus que Moïse sur le Paradis à venir. Même si nous n’avons pas tous les détails, nous disposons de suffisamment de promesses relatives à la vie sous le Royaume de Dieu pour avoir les yeux « fixés sur » cette espérance. Une image mentale claire du monde nouveau nous poussera à chercher d’abord ce Royaume. Comment ? Réfléchis à ceci : achèterais-tu une maison sur laquelle tu ne sais presque rien ? Non, bien sûr ! Pareillement, nous n’allons pas consacrer nos vies à poursuivre des choses en lesquelles nous n’espérons que vaguement. Par la foi, nous devons nous représenter très nettement la vie sous la domination du Royaume.

Quelle joie ce sera de parler à des serviteurs fidèles comme Moïse ! (voir paragraphe 16).

16 Pour que ton image mentale du Royaume de Dieu soit plus nette, fixe les yeux sur ta propre vie dans le Paradis. Sers-toi de ton imagination. Par exemple, lorsque tu étudies la vie de personnages bibliques préchrétiens, réfléchis à ce que tu pourrais leur demander à la résurrection. Imagine ce qu’ils pourraient te demander quant à eux sur ta vie durant les derniers jours. Anticipe ton bonheur de rencontrer tes ancêtres lointains et de leur enseigner tout ce que Dieu a fait pour eux. Savoure à l’avance le plaisir d’étudier quantité d’animaux sauvages dans un cadre paisible. Songe à ton intimité avec Jéhovah, qui croîtra à mesure que tu avanceras vers la perfection.

17. À quoi une image nette de notre récompense invisible nous aide-t-elle ?

17 Une image nette de notre récompense invisible nous aide à persévérer, à être joyeux et à prendre des décisions en fonction de notre espoir de vivre éternellement. Paul a écrit à des chrétiens oints : « Si nous espérons ce que nous ne voyons pas, nous continuons à l’attendre avec endurance » (Rom. 8:25). En fait, ces paroles s’appliquent à tous les chrétiens qui espèrent vivre éternellement. Bien que nous n’ayons pas encore reçu notre « récompense », notre foi est si forte que nous continuons à l’attendre patiemment. Comme Moïse, nous ne considérons aucune année passée à servir Jéhovah comme du temps perdu. Nous sommes plutôt convaincus que « les choses qui se voient sont temporaires, mais [que] celles qui ne se voient pas sont éternelles » (lire 2 Corinthiens 4:16-18).

18, 19. a) Pourquoi nous faut-il lutter pour garder la foi ? b) Qu’étudierons-nous dans l’article qui suit ?

18 La foi permet de discerner des « réalités que pourtant on ne voit pas » (Héb. 11:1). L’homme physique ne voit pas que le service pour Jéhovah est d’une grande valeur. Pour lui, les richesses spirituelles « sont une sottise » (1 Cor. 2:14). Pour notre part, nous espérons vivre éternellement et assister à la résurrection, des choses que le monde ne voit pas. Comme les philosophes de l’époque de Paul qui le traitaient de « bavard » inculte, la plupart des gens aujourd’hui pensent que l’espérance que nous prêchons est pure sottise (Actes 17:18).

19 Vivant dans un monde sans foi, nous devons lutter pour entretenir la nôtre. Supplie Jéhovah pour que « ta foi ne défaille pas » (Luc 22:32). Aie une claire vision des conséquences du péché, de la valeur éminente du service pour Jéhovah et de la vie éternelle. Ceci dit, grâce à la foi, Moïse a vu beaucoup plus loin encore. Dans l’article qui suit, nous étudierons comment la foi l’a aidé à voir « Celui qui est invisible » (Héb. 11:27).

^ § 10 Un bibliste a écrit au sujet des paroles de Dieu consignées en Exode 3:14 : « Rien ne peut l’empêcher d’accomplir sa volonté [...]. Ce nom [Jéhovah] était la forteresse d’Israël, une mine inépuisable d’espoirs et de consolations. »