« Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renie lui-même » (MAT. 16:24).

1. Quel modèle parfait d’abnégation Jésus a-t-il laissé ?

QUAND il était sur terre, Jésus a été un modèle parfait d’abnégation, ou esprit de sacrifice. Pour faire la volonté de Dieu, il mettait ses désirs et son confort de côté (Jean 5:30). En restant fidèle jusqu’à la mort sur un poteau de supplice, il a prouvé que son abnégation était sans limites (Phil. 2:8).

2. Comment manifester l’esprit de sacrifice, et pourquoi le devrions-nous ?

2 Étant disciples de Jésus, nous devons nous aussi manifester l’esprit de sacrifice. Qu’est-ce que l’esprit de sacrifice ? C’est la disposition à renoncer à ses propres intérêts au bénéfice d’autrui. C’est en quelque sorte le contraire de l’égoïsme (lire Matthieu 16:24). Cet état d’esprit pousse à faire passer ses propres sentiments et préférences après ceux des autres (Phil. 2:3, 4). En fait, Jésus a enseigné que l’abnégation est à la base de notre culte. En effet, l’amour chrétien, un des moteurs de l’esprit de sacrifice, est la marque distinctive des véritables disciples de Jésus (Jean 13:34, 35). Et pense aux bienfaits qu’on éprouve à appartenir à une famille internationale de frères et sœurs désintéressés !

3. Qu’est-ce qui pourrait miner notre esprit de sacrifice ?

3 Mais un ennemi sournois cherche à miner notre esprit  de sacrifice. Cet ennemi est notre tendance à l’égoïsme. Souviens-toi de l’égoïsme dont Adam et Ève ont fait preuve. Ève a obéi au désir égoïste d’être comme Dieu, Adam au désir égoïste de faire plaisir à sa femme (Gen. 3:5, 6). Après avoir détourné Adam et Ève du vrai culte, le Diable a continué à inciter les humains à l’égoïsme. Il a même essayé avec Jésus (Mat. 4:1-9). De nos jours, il trompe la majorité des humains et les pousse à manifester l’égoïsme de différentes façons. Cela mérite notre attention parce que l’égoïsme ambiant pourrait nous gagner (Éph. 2:2).

4. a) Pour le moment, pouvons-nous éliminer notre tendance à l’égoïsme ? Explique. b) À quelles questions allons-nous répondre ?

4 L’égoïsme est comparable à la rouille. Placé en milieu humide, un objet en fer risque de rouiller. Quand la rouille attaque une construction ou un appareil, le véritable danger c’est de ne pas y prêter attention et de la laisser s’étendre au point qu’elle cause de gros dégâts ou une panne. Pareillement, même si, pour le moment, nous ne pouvons éliminer notre imperfection, dont la tendance à l’égoïsme, nous devons avoir conscience du danger qu’il y a à céder à cette tendance et la combattre en permanence (1 Cor. 9:26, 27). Comment déceler chez nous des signes d’égoïsme ? Et comment cultiver davantage l’esprit de sacrifice ?

REPÈRE LES TACHES D’ÉGOÏSME GRÂCE À LA BIBLE

5. a) Pourquoi peut-on comparer la Bible à un miroir ? (voir illustration du titre). b) Quand nous évaluons notre tendance à l’égoïsme, que ne faut-il pas faire ?

5 Tout comme nous nous servons d’un miroir pour vérifier notre apparence, nous pouvons nous servir de la Bible pour examiner notre personne intérieure et corriger tout défaut détecté (lire Jacques 1:22-25). Cependant, un miroir ne nous sera utile que si nous nous en servons correctement. Si nous n’y jetons qu’un coup d’œil, nous risquons de ne pas voir un défaut petit, mais grave. Si nous ne nous mettons pas en face, nous y verrons peut-être le reflet d’un autre. De même, pour que la Bible nous aide à déceler chez nous un défaut, tel que l’égoïsme, nous devons faire plus que la parcourir ou nous en servir pour voir les défauts d’un autre.

6. Comment « persister » dans la loi parfaite ?

6 Par exemple, nous pourrions lire la Parole de Dieu régulièrement, voire quotidiennement, et pourtant ne pas repérer les taches d’égoïsme qui apparaissent en nous. Comment cela ? Réfléchis : Dans l’exemple du miroir, le problème n’est pas que l’homme se regarde négligemment. Non, Jacques dit bien qu’il « se regarde ». Or le disciple emploie ici un terme grec qui dénote un regard scrutateur ou un examen minutieux. Alors, quel est le problème de cet homme ? Jacques ajoute : « Il s’en va et oublie aussitôt quel genre d’homme il est. » Le problème, c’est donc qu’il se détourne du miroir sans corriger ce qu’il a vu. Par contre, l’homme qui réussit ne se contente pas de « plonge[r] les regards dans la loi parfaite », il « y persiste ». Au lieu de détourner sa pensée de la loi parfaite de la Parole de Dieu, il continue à appliquer ses enseignements. Dans le même ordre d’idées, Jésus a dit : « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples » (Jean 8:31).

7. Comment se servir de la Bible pour détecter en nous des taches d’égoïsme ?

7 Par conséquent, pour combattre efficacement les taches d’égoïsme, tu dois d’abord lire attentivement la Parole de Dieu. Cette lecture t’aidera à discerner les « endroits » de ta personnalité qui méritent une attention particulière. Mais il faut aller plus loin. Il faut  faire des recherches. Une fois que tu as une histoire biblique bien en tête, imagine que tu aies vécu les évènements et demande-toi : « Qu’aurais-je fait dans cette situation ? Aurais-je vraiment agi d’une bonne façon ? » Plus important, après avoir médité sur la portion lue, efforce-toi d’en appliquer les enseignements (Mat. 7:24, 25). Voyons comment nous servir des histoires du roi Saül et de l’apôtre Pierre pour entretenir notre esprit de sacrifice.

TIRE LEÇON DE L’HISTOIRE DE SAÜL

8. Quel état d’esprit Saül a-t-il manifesté au début de son règne ?

8 L’histoire de Saül, roi d’Israël, nous sert d’avertissement ; elle montre comment l’égoïsme peut ronger l’esprit de sacrifice. Au début de son règne, Saül avait de lui-même une opinion humble et modeste (1 Sam. 9:21). Il a refusé de punir des Israélites qui s’étaient dressés contre sa royauté, alors qu’il aurait pu s’estimer en droit de défendre l’autorité dont Jéhovah l’avait investi (1 Sam. 10:27). Acceptant la direction de l’esprit de Dieu, il a mené Israël au combat contre les Ammonites et les a vaincus. Ensuite il a humblement attribué le mérite de la victoire à Jéhovah (1 Sam. 11:6, 11-13).

9. Comment Saül en est-il venu à manifester un état d’esprit égoïste ?

9 Plus tard, Saül s’est laissé gagner par l’égoïsme et l’orgueil, cette rouille si destructrice. Un jour qu’il venait de vaincre les Amaléqites, il a fait passer ses désirs avant l’obéissance à Jéhovah. Il s’est avidement emparé du butin au lieu de le détruire comme Dieu l’avait ordonné. Et il a présomptueusement construit un monument à sa gloire (1 Sam. 15:3, 9, 12). Quand le prophète Samuel lui a dit que Jéhovah le désapprouvait, Saül a essayé de se justifier en attirant l’attention sur la partie de l’ordre de Dieu à laquelle il avait obéi et en rejetant la faute sur d’autres (1 Sam. 15:16-21). De plus, par orgueil, il s’est davantage soucié de sauver la face devant le peuple que de plaire à Dieu (1 Sam. 15:30). Comment nous servir de son histoire comme d’un miroir pour garder l’esprit de sacrifice ?

10, 11. a) Que nous enseigne l’histoire de Saül sur l’importance de garder l’esprit de sacrifice ? b) Qu’est-ce qui nous retiendra d’imiter le mauvais comportement de Saül ?

10 Premièrement, ce qu’a vécu Saül montre que nous ne devons pas être trop contents de nous et penser que, parce que nous avons déjà manifesté l’esprit de sacrifice, nous le manifesterons forcément toujours (1 Tim. 4:10). Souviens-toi que, pendant un temps, Saül a bien agi et a eu l’approbation divine. Mais il n’a pas déraciné la tendance à l’égoïsme qui s’est emparée de lui. Finalement, Jéhovah l’a rejeté en raison de sa désobéissance.

11 Deuxièmement, attention de ne pas nous concentrer sur ce que nous faisons bien et ne tenir aucun compte de ce que nous devrions améliorer. Ce serait comme nous servir d’un miroir pour admirer nos vêtements neufs, et ne pas remarquer des saletés sur notre visage. Même si nous ne sommes pas aussi contents de nous que Saül l’est devenu, nous devons absolument lutter contre toute tendance qui nous inciterait à l’imiter. Quand nous recevons des conseils, gardons-nous de nous justifier, de minimiser le problème ou de rejeter la faute sur d’autres. Au lieu d’imiter Saül, il est de loin préférable d’être réceptif aux conseils (lire Psaume 141:5).

12. Comment l’esprit de sacrifice peut-il nous aider si nous commettons un péché grave ?

12 Et si nous commettons un péché grave ? À vouloir préserver sa réputation,  Saül ne s’est pas rétabli spirituellement. À l’opposé, l’abnégation peut nous aider à surmonter la honte et à chercher de l’aide (Prov. 28:13 ; Jacq. 5:14-16). Prenons le cas de ce frère qui a commencé à regarder de la pornographie à 12 ans et l’a fait en secret pendant plus de 10 ans. Il raconte : « J’ai eu beaucoup de mal à avouer à ma femme et aux anciens ce que je faisais. Mais maintenant que j’en ai parlé, c’est comme si on m’avait retiré des épaules un poids énorme. Certains de mes amis ont été déçus que je perde ma charge d’assistant ministériel. Ils avaient l’impression que je les laissais tomber. Pourtant, je sais que maintenant mon culte plaît davantage à Jéhovah que lorsque je regardais de la pornographie, et c’est son point de vue qui compte. »

PIERRE A DOMINÉ SON ÉGOÏSME

13, 14. À quelles tendances égoïstes Pierre a-t-il cédé ?

13 Alors que Jésus le formait, l’apôtre Pierre manifestait l’esprit de sacrifice (Luc 5:3-11). Pourtant, il a dû combattre certaines tendances égoïstes. Par exemple, quand les apôtres Jacques et Jean ont essayé d’obtenir des places en vue auprès de Jésus dans le Royaume de Dieu, il s’est indigné. Jésus lui ayant dit qu’il remplirait une fonction particulière, peut-être pensait-il qu’une de ces places lui revenait (Mat. 16:18, 19). Quoi qu’il en soit, Jésus a mis en garde aussi bien Jacques et Jean que Pierre et les autres apôtres contre la tendance égoïste à essayer de « commande[r] en maîtres » leurs frères (Marc 10:35-45).

14 Bien que Jésus se soit efforcé de corriger sa mentalité, Pierre avait encore des progrès à faire. Quand Jésus a dit aux apôtres que tous l’abandonneraient un temps, Pierre a dénigré les autres et s’est prétendu meilleur qu’eux, déclarant que lui seul se montrerait fidèle (Mat. 26:31-33). Mais cette confiance en soi n’était pas fondée : la nuit même, il a manqué d’abnégation. Craignant apparemment pour sa vie, il a renié Jésus trois fois (Mat. 26:69-75).

15. Pourquoi globalement l’exemple de Pierre est-il encourageant ?

15 Malgré ses combats et ses faux pas, Pierre nous laisse un exemple encourageant.  Grâce à ses efforts et au soutien de l’esprit saint de Dieu, il est parvenu à dominer ses mauvaises tendances et à manifester maîtrise de soi et amour désintéressé (Gal. 5:22, 23). Il a enduré des épreuves qu’on pourrait juger plus pénibles que celles qui, par le passé, l’avaient fait trébucher. Il a réagi humblement à une réprimande publique de l’apôtre Paul (Gal. 2:11-14). Ensuite, il n’en a pas voulu à Paul, se disant que la réprimande avait pu ternir son image. Il a continué à exprimer son amour pour lui (2 Pierre 3:15). Son exemple peut nous aider à cultiver l’esprit de sacrifice.

Comment Pierre a-t-il réagi à la réprimande ? Réagirons-nous comme lui ? (voir paragraphe 15).

16. Comment manifester l’esprit de sacrifice dans les situations difficiles ?

16 Réfléchis à ta façon de réagir aux situations difficiles. Quand Pierre et les autres apôtres ont été emprisonnés puis flagellés parce qu’ils prêchaient, ils se sont réjouis d’avoir « été jugés dignes d’être déshonorés pour [le] nom [de Jésus] » (Actes 5:41). Tu peux, toi aussi, considérer la persécution comme une occasion d’imiter Pierre et de suivre les traces de Jésus en manifestant l’esprit de sacrifice (lire 1 Pierre 2:20, 21). Cette vision des choses peut même t’aider si un jour tu fais un faux pas et que les anciens te reprennent. Au lieu de te vexer, imite Pierre (Eccl. 7:9).

17, 18. a) Que pourrions-nous nous demander concernant nos objectifs spirituels ? b) Que faire si nous détectons en nous une dose d’égoïsme ?

17 L’exemple de Pierre te sera également utile en rapport avec tes objectifs spirituels. Poursuis-les d’une façon qui reflète l’esprit de sacrifice. Veille toutefois à ce que cette poursuite ne se transforme pas en une quête de prestige. Songe aux aspirations qui ont sans doute poussé Jacques et Jean à réclamer une faveur à Jésus et demande-toi : « Se pourrait-il que mon désir de progresser ou de faire plus pour Jéhovah soit pollué par l’envie d’être considéré ou d’avoir davantage d’autorité ? »

18 Si tu détectes en toi une dose d’égoïsme, demande à Jéhovah de t’aider à corriger ce que tu penses et ressens. Redouble ensuite d’efforts pour te concentrer sur la gloire de Dieu plutôt que sur la tienne (Ps. 86:11). Tu peux aussi poursuivre des objectifs qui ne te placent pas sous les projecteurs. Par exemple, cultive plus pleinement tel aspect du fruit de l’esprit que tu as particulièrement du mal à manifester. Ou encore, si tu prépares soigneusement tes attributions aux réunions mais que le nettoyage de la Salle du Royaume t’intéresse peu, fixe-toi l’objectif d’appliquer le conseil de Romains 12:16 (lire).

19. Que faire pour ne pas être découragés par l’image que la Bible reflète de nous ?

19 Quand nous nous regardons attentivement dans le miroir qu’est la Parole de Dieu et que nous voyons des défauts, dont des signes d’égoïsme, nous pourrions nous décourager. Si cela t’arrive, réfléchis à l’exemple du miroir. Jacques n’a pas insisté sur la rapidité avec laquelle l’homme qui réussit corrige les défauts qu’il détecte, ni sur sa capacité à tous les corriger ; il a plutôt dit qu’il « persiste » « dans la loi parfaite » (Jacq. 1:25). L’homme se souvient de ce qu’il voit dans le miroir et poursuit ses progrès. Ainsi, garde un point de vue positif sur toi-même et un point de vue équilibré sur tes imperfections (lire Ecclésiaste 7:20). Plonge sans cesse tes regards dans la loi parfaite et entretiens soigneusement ton esprit de sacrifice. Jéhovah est prêt à t’aider, comme il a aidé tant de tes frères qui, bien qu’imparfaits, peuvent avoir — et ont — sa faveur et sa bénédiction.