« Souviens-toi [...] de ton Grand Créateur » (ECCL. 12:1).

1, 2. a) Quel conseil Jéhovah a-t-il poussé Salomon à adresser aux jeunes ? b) Pourquoi le conseil de Salomon concerne-t-il aussi les chrétiens qui ont passé la cinquantaine ?

INSPIRÉ par Dieu, le roi Salomon a adressé ces paroles aux jeunes : « Souviens-toi [...] de ton Grand Créateur aux jours de ton adolescence, avant que commencent à venir les jours funestes. » Que sont « les jours funestes » ? Avec une poésie qui ne manque pas d’originalité, Salomon a décrit les maux de la vieillesse, lorsque les mains tremblent, les jambes vacillent, les dents tombent, la vue et l’ouïe baissent, les cheveux blanchissent et le corps se voûte. Personne ne devrait attendre ce stade de sa vie pour se mettre à servir Jéhovah (lire Ecclésiaste 12:1-5).

2 De nombreux chrétiens qui ont passé la cinquantaine ont encore beaucoup d’énergie. Ils grisonnent sans doute mais leur santé n’est probablement pas aussi défaillante que celle que décrit Salomon. Alors, le conseil divin « Souviens-toi [...] de ton Grand Créateur », formulé à l’intention des jeunes, pourrait-il également les concerner ? Comment comprendre ce conseil ?

3. Que signifie se souvenir de son Grand Créateur ?

 3 Même quand on sert Jéhovah depuis des années, il est bon, de temps à autre, de réfléchir avec gratitude à la grandeur du Créateur. La vie ne nous émerveille-t-elle pas ? La façon dont elle est conçue dépasse l’entendement humain. Les œuvres de Jéhovah sont si variées qu’on peut jouir de la vie d’une infinité de manières. Méditer sur la création stimule notre reconnaissance pour l’amour, la sagesse et la puissance de Jéhovah (Ps. 143:5). Mais nous souvenir de notre Grand Créateur signifie également réfléchir à nos obligations envers lui. Pendant ces instants de méditation, nous nous sentons certainement déterminés à lui exprimer notre gratitude en le servant aussi pleinement que possible et aussi longtemps que nous sommes en vie (Eccl. 12:13).

L’AVANTAGE DE L’ÂGE

4. Que devrait se demander un chrétien de longue date, et pourquoi ?

4 Si tu as des décennies d’expérience, pose-toi cette question essentielle : « Que vais-je faire de ma vie à présent, alors que j’ai encore de l’énergie et de la force ? » Tes années d’expérience t’offrent des possibilités que d’autres n’ont pas. Tu peux transmettre aux jeunes ce que tu as appris de Jéhovah. Tu peux raconter des moments encourageants que tu as vécus à son service. C’est ce que voulait faire le roi David. Il a prié : « Ô Dieu, tu m’as enseigné dès ma jeunesse [...]. Et même jusqu’à la vieillesse et aux cheveux gris, ô Dieu, ne me quitte pas, jusqu’à ce que je révèle ton bras à la génération, à tous ceux qui viendront, ta puissance » (Ps. 71:17, 18).

5. Comment des chrétiens entre deux âges peuvent-ils transmettre aux autres ce qu’ils ont appris ?

5 Comment peux-tu transmettre la sagesse que tu as acquise au fil des ans ? Pourrais-tu inviter chez toi de jeunes serviteurs de Dieu et passer avec eux des moments encourageants ? Ou leur proposer de t’accompagner dans le ministère afin qu’ils voient la joie que tu éprouves à servir Jéhovah ? Jadis, Élihou a déclaré : « Les jours parleront, et c’est la multitude des années qui fera connaître la sagesse » (Job 32:7). L’apôtre Paul a exhorté les chrétiennes d’âge mûr à encourager les plus jeunes par leurs paroles et leur exemple. Il a écrit : « Que les femmes âgées [...] enseignent ce qui est bon » (Tite 2:3).

QU’AS-TU À APPORTER ?

6. Pourquoi les chrétiens qui ont des décennies d’expérience ne devraient-ils pas sous-estimer ce qu’ils peuvent apporter ?

6 Si tu es un chrétien d’expérience, tu as beaucoup à apporter aux autres. Réfléchis à ce que tu sais maintenant, que tu ignorais il y a 30 ou 40 ans. Tu sais bien appliquer les principes bibliques dans ta vie. Tu es sûrement capable de toucher les cœurs au moyen des vérités bibliques. Si tu es ancien, tu sais comment aider un frère qui fait un faux pas (Gal. 6:1). Tu as peut-être appris à diriger les activités d’une congrégation, un service d’assemblée ou la construction d’une Salle du Royaume. Ou bien tu es capable d’encourager des médecins à recourir à des thérapeutiques qui ne font pas appel au sang. Même si tu es baptisé depuis peu, tu possèdes une précieuse expérience de la vie. Par exemple, si tu as élevé des enfants, tu as dû acquérir une grande sagesse pratique. Les chrétiens d’âge mûr peuvent être une source d’encouragement quand ils enseignent, guident et fortifient leurs frères et sœurs (lire Job 12:12).

7. Quel genre de formation les chrétiens d’âge mûr peuvent-ils donner aux jeunes ?

7 Que pourrais-tu apporter d’autre ? Peut-être montrer aux jeunes comment  commencer puis conduire une étude biblique. Ou, si tu es une sœur, faire des suggestions aux jeunes mères sur la façon de garder de bonnes habitudes spirituelles tout en s’occupant des enfants. Ou encore, si tu es un frère, apprendre aux jeunes frères à présenter des discours enthousiastes et à prêcher plus efficacement. Et pourquoi ne pas leur montrer comment tu t’y prends pour encourager spirituellement les frères et sœurs âgés à qui tu rends visite ? Même si tu n’as plus autant d’énergie qu’avant, tu as de formidables occasions de former les jeunes. La Parole de Dieu dit : « La beauté des jeunes gens, c’est leur force, et la splendeur des vieillards, ce sont leurs cheveux gris » (Prov. 20:29).

PARTIR LÀ OÙ IL Y A BEAUCOUP À FAIRE ?

8. Qu’a fait l’apôtre Paul alors qu’il prenait de l’âge ?

8 Même s’il prenait de l’âge, l’apôtre Paul mettait toutes ses capacités au service de Dieu. Quand il a été libéré de sa détention à Rome, vers 61 de n. è., il avait déjà derrière lui de rudes années de service missionnaire. Il aurait pu s’installer dans cette grande ville pour y prêcher (2 Cor. 11:23-27). Les frères auraient certainement aimé le garder près d’eux. Mais sachant que d’autres régions avaient encore plus besoin d’aide, l’apôtre a repris son activité missionnaire avec Tite et Timothée. Il s’est rendu à Éphèse, puis en Crète et probablement en Macédoine (1 Tim. 1:3 ; Tite 1:5). On ignore s’il est allé en Espagne, mais il en avait l’intention (Rom. 15:24, 28).

9. Quel âge Pierre devait-il avoir quand il s’est installé dans une région où il y avait beaucoup à faire ? (voir illustration du titre).

9 L’apôtre Pierre devait avoir plus de 50 ans quand il s’est installé dans une région où il y avait beaucoup à faire. Qu’est-ce qui permet de le penser ? S’il avait le même âge que Jésus, ou un peu plus, il avait la cinquantaine quand, en 49 de n. è., il s’est réuni avec les autres apôtres à Jérusalem (Actes 15:7). Quelque temps après, il est parti vivre à Babylone, sans doute pour prêcher aux nombreux Juifs de la région (Gal. 2:9). Il y habitait lorsque, vers 62 de n. è., il a écrit sous inspiration sa première lettre (1 Pierre 5:13). S’installer dans un pays étranger n’est pas toujours facile. Pierre l’a pourtant fait. Le poids des ans ne l’a pas privé de la joie de servir pleinement Jéhovah.

10, 11. Raconte l’histoire d’un couple de quinquagénaires qui s’est installé dans un territoire pauvre en proclamateurs.

10 Aujourd’hui, de nombreux chrétiens de plus de 50 ans constatent que, leur situation ayant changé, de nouvelles formes de service s’offrent à eux. Ainsi, certains sont partis vivre là où l’on manque de proclamateurs. Robert écrit : « Vers 55 ans, ma femme et moi nous sommes rendu compte que de nouvelles portes s’ouvraient à nous. Notre fils unique avait quitté la maison, nous n’avions plus de parents âgés à charge et nous avions fait un petit héritage. J’ai calculé qu’en vendant la maison, nous aurions assez d’argent pour rembourser notre emprunt immobilier et vivre jusqu’à ce que je touche ma retraite. Nous avions appris qu’en Bolivie, beaucoup de gens acceptent d’étudier la Bible, et que la vie n’est pas chère. Nous avons donc décidé de nous y installer. Il a quand même fallu s’adapter. Tout était si différent de ce à quoi nous étions habitués, en Amérique du Nord. Mais nos efforts ont été largement récompensés. »

11 Robert ajoute : « Notre vie entière est maintenant centrée sur les activités de la congrégation. Certains de ceux qui ont étudié la Bible avec nous se sont fait baptiser. Nous avons enseigné la Bible à  une famille modeste habitant un village reculé. Pour assister aux réunions, tous ses membres parcourent chaque semaine le difficile trajet qui les sépare de la ville. Imaginez notre joie de voir leurs progrès ! Le fils aîné est même devenu pionnier ! »

PRÊCHER AUX ÉTRANGERS ?

12, 13. Raconte ce qu’a vécu un chrétien qui, à la retraite, a entrepris une nouvelle forme de service.

12 Les congrégations et groupes d’expression étrangère peuvent tirer un grand profit de l’exemple des frères et sœurs d’âge mûr. De plus, prêcher aux étrangers est en général très agréable. Brian écrit : « Quand j’ai eu 65 ans, l’âge de la retraite en Grande-Bretagne, ma femme et moi nous sommes sentis un peu désœuvrés. Nos enfants avaient quitté la maison, et nous ne trouvions pas beaucoup de personnes qui voulaient étudier la Bible. C’est alors que j’ai rencontré un jeune Chinois qui faisait de la recherche à l’université. Je l’ai invité à une réunion, et il est venu. Puis j’ai commencé à lui enseigner la Bible. Au bout de quelques semaines, il a amené avec lui un de ses collègues chinois. Deux semaines après, il en a amené un troisième, puis un quatrième.

13 « Quand un cinquième chercheur chinois a réclamé une étude biblique, j’ai pensé : “Ce n’est pas parce que j’ai 65 ans que je dois prendre ma retraite au service de Jéhovah.” Alors j’ai demandé à ma femme, qui a deux ans de moins que moi, si elle voulait apprendre le chinois. Elle était partante. Nous nous sommes donc procuré des cassettes de cours de langue. Dix ans ont passé depuis. Prêcher aux étrangers nous a rajeunis. À ce jour, nous avons étudié la Bible avec 112 Chinois ! La plupart ont assisté à des réunions et l’un d’eux se dépense à nos côtés comme pionnier. »

Tu n’es peut-être pas trop âgé pour étendre ton ministère (voir paragraphes 12, 13).

FAIS AVEC JOIE CE QUI EST À TA PORTÉE

14. Que ne doit pas oublier un chrétien qui prend de l’âge, et quel encouragement puisera-t-il dans l’exemple de Paul ?

14 Mais tous les chrétiens de cette tranche d’âge ne peuvent pas goûter à  de nouvelles formes de service. Certains ont une petite santé, d’autres ont à charge des parents âgés ou des enfants. Si c’est ton cas, n’oublie pas que Jéhovah apprécie tout ce que tu fais pour le louer. Alors ne t’attriste pas au sujet de ce que tu ne peux pas faire ; fais avec joie ce qui est à ta portée. Pense à l’apôtre Paul. Durant les années qu’il a passées en résidence surveillée, il ne pouvait pas poursuivre ses voyages missionnaires. Mais à chaque fois que des gens lui rendaient visite, il leur parlait des Écritures et fortifiait leur foi (Actes 28:16, 30, 31).

15. Pourquoi les chrétiens âgés sont-ils d’une grande valeur ?

15 Jéhovah accorde aussi de la valeur à ce que les plus âgés peuvent lui offrir. Bien que « les jours funestes » qu’a décrits Salomon ne soient pas la meilleure période de la vie, Jéhovah attache du prix à ce que les chrétiens âgés peuvent faire pour le louer (Luc 21:2-4). Les congrégations apprécient beaucoup l’exemple de fidélité des chrétiens de longue date.

16. À quoi Anne n’a-t-elle probablement pas pu goûter, mais quelles facettes du culte étaient à sa portée ?

16 La Bible parle d’une femme âgée, Anne, qui louait toujours Jéhovah dans ses vieux jours. Quand Jésus est né, elle était veuve et avait 84 ans. Elle n’a probablement pas vécu assez longtemps pour faire partie de ses disciples, être ointe de l’esprit ou prêcher la bonne nouvelle du Royaume. Pourtant, elle faisait avec joie ce qui était à sa portée. Elle « n’était jamais absente du temple, offrant un service sacré nuit et jour » (Luc 2:36, 37). Matin et soir, quand le prêtre offrait de l’encens dans le temple, elle était dans la cour avec la foule qui priait silencieusement pendant peut-être une demi-heure. Le jour où elle a vu Jésus bébé, elle s’est mise « à parler de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem » (Luc 2:38).

17. Comment pourrions-nous aider les chrétiens âgés ou handicapés à participer au vrai culte ?

17 Aujourd’hui, nous devrions être à l’affût des besoins des chrétiens âgés ou handicapés. Certains qui aimeraient tant venir aux réunions de la congrégation et aux assemblées ne le peuvent que rarement. Dans certaines régions, les congrégations font en sorte qu’ils suivent les réunions par téléphone. Dans d’autres, ce n’est peut-être pas possible. Mais ces chrétiens peuvent quand même soutenir le vrai culte. Leurs prières, par exemple, contribuent à la prospérité de la congrégation chrétienne (lire Psaume 92:13, 14).

18, 19. a) Pourquoi les chrétiens âgés ne voient-ils pas toujours à quel point ils encouragent les autres ? b) Qui l’exhortation à se souvenir de son Grand Créateur peut-elle concerner ?

18 Les chrétiens âgés ne se rendent pas forcément compte des encouragements qu’ils apportent. Anne, qui a été assidue au temple des années, ne se doutait pas qu’elle serait toujours une source d’encouragement des siècles plus tard. Les Écritures ont conservé la mémoire de son amour pour Jéhovah. De même, nul doute que tes compagnons gardent en mémoire ton amour pour Jéhovah. Sa Parole déclare à juste titre : « Les cheveux gris sont une couronne de beauté quand ils se trouvent dans la voie de la justice » (Prov. 16:31).

19 Nous avons tous des limites dans ce que nous pouvons faire pour Jéhovah. Mais que ceux d’entre nous qui ont encore des forces et de l’énergie se sentent concernés par l’exhortation inspirée : « Souviens-toi [...] de ton Grand Créateur [...] avant que commencent à venir les jours funestes » (Eccl. 12:1).