« Obéissez à ceux qui vous dirigent et soyez soumis, car ils veillent constamment sur vos âmes » (HÉB. 13:17).

1, 2. Pourquoi est-il approprié que Jéhovah se compare à un berger ?

JÉHOVAH se compare à un berger (Ézék. 34:11-14). Cette image nous est précieuse car elle nous enseigne le genre de Dieu qu’il est. Un berger humain bienveillant prend très à cœur la survie et le bien-être de ses brebis. Il les conduit vers des pâturages et des sources d’eau (Ps. 23:1, 2) ; les surveille jour et nuit (Luc 2:8) ; les protège des prédateurs (1 Sam. 17:34, 35) ; porte les nouveau-nés (Is. 40:11) ; cherche les bêtes qui s’égarent et soigne celles qui se blessent (Ézék. 34:16).

2 Pour les serviteurs de Jéhovah de l’Antiquité, qui vivaient dans une société essentiellement agricole et pastorale, l’image du berger bienveillant était très parlante. Ils savaient que, pour être en bonne santé, une brebis a besoin de soins et d’attention. De même, pour être en bonne santé spirituelle, les humains ont besoin de soins et d’une direction spirituels de qualité (Marc 6:34). Sinon ils souffrent. Ils deviennent vulnérables et s’égarent moralement, tout comme se dispersent « des brebis qui n’ont pas de berger » (1 Rois 22:17). Jéhovah, quant à lui, pourvoit avec amour aux besoins de ses serviteurs.

3. De quoi allons-nous parler dans cet article ?

3 La comparaison de Jéhovah à un berger garde tout son sens aujourd’hui. Jéhovah prend toujours soin de ses serviteurs, comparables à des brebis. Voyons comment il les dirige et pourvoit à leurs besoins. Voyons aussi comment les brebis doivent réagir à l’intérêt bienveillant qu’il leur porte.

L’EXCELLENT BERGER ÉTABLIT DES SOUS-BERGERS

4. Comment Jésus pourvoit-il aux besoins des brebis de Jéhovah ?

4 Jéhovah a nommé Jésus Chef de la congrégation chrétienne (Éph. 1:22, 23). Jésus étant « l’excellent berger », ses intérêts, ses desseins et ses qualités  reflètent ceux de son Père. Il a même « livr[é] [s]on âme pour les brebis » (Jean 10:11, 15). Son sacrifice rédempteur est une extraordinaire bénédiction pour l’humanité (Mat. 20:28). N’entre-t-il pas dans le dessein de Jéhovah que « tout homme qui exerce la foi en [Jésus] ne soit pas détruit mais ait la vie éternelle » ? (Jean 3:16).

5, 6. a) À qui Jésus a-t-il confié la garde de ses brebis et à quelle condition bénéficient-elles de cette disposition ? b) Qu’est-ce qui, avant tout, nous pousse à obéir aux anciens de la congrégation ?

5 Comment les brebis réagissent-elles à la direction de l’excellent Berger ? « Mes brebis écoutent ma voix, a dit Jésus, et je les connais, et elles me suivent » (Jean 10:27). Écouter la voix de l’excellent Berger signifie suivre sa direction en toutes choses. C’est par exemple coopérer avec les sous-bergers qu’il a établis. Jésus a dit que ses apôtres et ses disciples devraient poursuivre l’œuvre qu’il avait commencée. Ils devraient « enseign[er] » et « fai[re] paître [s]es petites brebis » (Mat. 28:20 ; lire Jean 21:15-17). À mesure que la bonne nouvelle se répandait et que le nombre des disciples augmentait, Jésus désignait des chrétiens mûrs pour « mener paître » les congrégations (Éph. 4:11, 12).

6 L’apôtre Paul a dit aux surveillants de la congrégation d’Éphèse qu’ils avaient été établis par l’esprit saint « pour faire paître la congrégation de Dieu » (Actes 20:28). On peut en dire autant des surveillants chrétiens aujourd’hui, parce qu’ils sont eux aussi nommés selon des critères bibliques inspirés par l’esprit saint. Obéir aux surveillants chrétiens est donc une preuve de respect envers Jéhovah et Jésus, les deux plus grands Bergers (Luc 10:16). Et cela devrait certainement être notre principal motif de nous soumettre aux anciens. Cependant, il est sage d’agir ainsi pour d’autres raisons.

7. Comment les anciens t’aident-ils à garder de bonnes relations avec Jéhovah ?

7 La direction que les anciens donnent à leurs compagnons consiste en encouragements et en conseils fondés soit sur la Bible elle-même, soit sur les principes bibliques. Leur objectif n’est pas de régenter la vie de leurs frères et sœurs (2 Cor. 1:24). Ils cherchent plutôt à leur donner une orientation qui les aidera à prendre de bonnes décisions, ce qui favorise l’ordre et la paix dans la congrégation (1 Cor. 14:33, 40). Les anciens « veillent [...] sur [de]s âmes » en ce sens qu’ils désirent aider chaque membre de la congrégation à garder de bonnes relations avec Jéhovah. Ainsi, quand ils discernent qu’un frère ou une sœur est sur le point de faire, ou a fait, un « faux pas », ils viennent rapidement à son secours (Gal. 6:1, 2 ; Jude 22). N’y a-t-il pas là de bonnes raisons d’« obéi[r] à ceux qui [n]ous dirigent » ? (lire Hébreux 13:17).

8. Comment les anciens protègent-ils le troupeau de Dieu ?

8 L’apôtre Paul, lui-même « berger », a écrit à ses frères de Colosses : « Soyez sur vos gardes : il se peut qu’il y ait quelqu’un qui vous entraînera comme sa proie au moyen de la philosophie et d’une vaine tromperie selon la tradition des hommes, selon les choses élémentaires du monde et non selon Christ » (Col. 2:8). Cet avertissement attire notre attention sur une autre bonne raison de tenir compte des conseils bibliques venant des anciens : Ils protègent le troupeau en mettant leurs frères en garde contre tout individu qui chercherait à ébranler leur foi. L’apôtre Pierre a mis les chrétiens en garde contre de « faux prophètes » et de « faux enseignants » qui essaieraient de « sédui[re] les âmes instables » pour les inciter au  mal (2 Pierre 2:1, 14). Les anciens d’aujourd’hui doivent parfois adresser des avertissements semblables. Étant des chrétiens mûrs, ils ont de l’expérience. De plus, avant d’être nommés anciens, ils ont prouvé qu’ils avaient une claire compréhension des Écritures et qu’ils étaient capables de dispenser un enseignement salutaire (1 Tim. 3:2 ; Tite 1:9). Leur maturité, leur équilibre et leur sagesse fondée sur la Bible leur permettent de diriger habilement le troupeau.

Tel un berger qui protège son troupeau, les anciens protègent les brebis sous leur garde (voir paragraphe 8).

L’EXCELLENT BERGER NOURRIT ET PROTÈGE LES BREBIS

9. Comment Jésus dirige-t-il et nourrit-il la congrégation chrétienne aujourd’hui ?

9 Par son organisation, Jéhovah fournit une nourriture spirituelle abondante à la famille internationale des frères. Nos publications contiennent de nombreux conseils bibliques. De plus, l’organisation guide parfois directement les anciens des congrégations au moyen soit de lettres, soit d’instructions transmises par les surveillants itinérants. Ainsi, les brebis reçoivent une direction claire.

10. Quelle responsabilité un berger spirituel a-t-il envers la brebis qui s’est égarée loin du troupeau ?

10 Spirituellement parlant, les surveillants ont la responsabilité de protéger, de nourrir et de maintenir en bonne santé les membres de la congrégation, surtout ceux qui se blessent ou tombent malades (lire Jacques 5:14, 15). Certains se sont peut-être égarés loin  du troupeau et ont délaissé les activités chrétiennes. Un ancien bienveillant ne fera-t-il pas tout ce qui est en son pouvoir pour retrouver chaque brebis perdue et la presser de regagner l’enclos, la congrégation ? Certainement ! « Ce n’est pas chose désirable chez mon Père qui est dans le ciel que périsse un seul de ces petits », a expliqué Jésus (Mat. 18:12-14).

COMMENT CONSIDÉRER LES DÉFAUTS DES SOUS-BERGERS ?

11. Pourquoi certains ont-ils du mal à suivre la direction des anciens ?

11 Jéhovah et Jésus sont des Bergers parfaits. Les sous-bergers humains, à qui sont confiées les congrégations, ne le sont pas. C’est pourquoi certaines brebis pourraient avoir du mal à suivre leur direction. Elles pourraient tenir ce raisonnement : « Ce sont des humains imparfaits, comme nous tous. Alors pourquoi écouter leurs conseils ? » C’est une réalité : les anciens ne sont pas parfaits. Mais il nous faut avoir le bon point de vue sur leurs défauts et leurs erreurs.

12, 13. a) Que peut-on dire au sujet des erreurs d’hommes que Jéhovah avait investis d’une autorité ? b) Pourquoi les fautes d’hommes ayant une autorité ont-elles été rapportées dans la Bible ?

12 La Bible est franche sur les faiblesses d’humains dont Jéhovah s’est autrefois servi pour diriger son peuple. Par exemple, David a été oint roi sur Israël. Pourtant, il a cédé à une tentation et s’est rendu coupable d’adultère et de meurtre (2 Sam. 12:7-9). Que dire de l’apôtre Pierre ? Bien qu’ayant reçu une importante responsabilité dans la congrégation chrétienne du Ier siècle, il a commis de graves erreurs (Mat. 16:18, 19 ; Jean 13:38 ; 18:27 ; Gal. 2:11-14). Depuis Adam et Ève, aucun humain excepté Jésus n’a été parfait.

13 Pourquoi Jéhovah a-t-il veillé à ce que les rédacteurs bibliques rapportent les erreurs d’hommes qu’il avait investis d’une autorité ? Pour montrer, entre autres choses, qu’il est capable de guider son peuple au moyen d’humains imparfaits. Il a d’ailleurs toujours procédé de cette manière. Par conséquent, les imperfections de ceux qui nous dirigent aujourd’hui ne nous donnent pas le droit de murmurer contre eux ou de refuser de nous soumettre à leur autorité. Jéhovah nous demande de les respecter et de leur obéir (lire Exode 16:2, 8).

14, 15. Que pouvons-nous apprendre de la façon dont Jéhovah communiquait jadis avec son peuple ?

14 L’obéissance à ceux qui nous dirigent est capitale. Songe à la façon dont Jéhovah a autrefois communiqué avec ses serviteurs lorsqu’ils vivaient des situations critiques. Quand les Israélites ont quitté l’Égypte, les ordres de Dieu leur parvenaient par l’intermédiaire de Moïse et d’Aaron. Pour survivre à la dixième plaie, ils ont dû obéir à cette instruction : prendre un repas spécifique et appliquer une partie du sang d’un mouton égorgé sur les montants et le haut de la porte de leur maison. Ce n’est pas une voix venue du ciel qui leur a donné cet ordre. Non, ils ont dû écouter les anciens d’Israël, qui, pour leur part, avaient reçu des instructions précises de Moïse (Ex. 12:1-7, 21-23, 29). En la circonstance, Moïse et les anciens ont été porteurs des directives de Jéhovah. Les surveillants chrétiens remplissent une fonction comparable.

15 Tu te souviens probablement de quantité d’autres évènements bibliques lors desquels Jéhovah a donné des instructions salvatrices par la bouche de représentants humains ou angéliques.  À chaque fois, il a jugé bon de déléguer son autorité. Des messagers ont parlé en son nom pour dire à son peuple comment réchapper d’une situation critique. Pourquoi ne procéderait-il pas de manière semblable à Har-Maguédôn ? Cela dit, tout ancien à qui Jéhovah délègue la responsabilité de le représenter lui, ou son organisation, se gardera scrupuleusement d’abuser de son autorité.

« UN SEUL TROUPEAU, UN SEUL BERGER »

16. À quelle « parole » nous faut-il rester attentifs ?

16 Les serviteurs de Jéhovah forment « un seul troupeau » sous la direction d’« un seul berger », Jésus Christ (Jean 10:16). Jésus a dit qu’il serait avec ses disciples « tous les jours jusqu’à l’achèvement du système de choses » (Mat. 28:20). En sa qualité de Roi céleste, il maîtrise parfaitement les évènements qui mèneront à l’exécution du jugement contre le monde de Satan. Pour rester unis et en sécurité au sein du troupeau de Dieu, nous devons écouter « une parole derrière [nous] » qui nous indique dans quelle direction aller. Cette « parole », c’est ce que l’esprit saint de Jéhovah exprime dans les pages de la Bible et ce que Jéhovah et Jésus disent par l’intermédiaire des sous-bergers qu’ils ont établis (lire Isaïe 30:21 ; Révélation 3:22).

Les anciens cherchent à protéger les familles monoparentales des fréquentations nuisibles (voir paragraphes 17, 18).

17, 18. a) Quelle menace plane sur le troupeau, mais quelle assurance avons-nous ? b) De quoi parle l’article qui suit ?

17 Satan, dit la Bible, circule « comme un lion rugissant, cherchant à dévorer quelqu’un » (1 Pierre 5:8). Tel un prédateur vorace et féroce, il traque le troupeau, prêt à bondir sur les moins vigilants ou ceux qui s’égarent. Raison de plus pour rester très proches du troupeau et de Jéhovah, le « berger et surveillant de [n]os âmes » (1 Pierre 2:25). Concernant les survivants de la grande tribulation, Révélation 7:17 dit : « L’Agneau [Jésus] [...] les fera paître et les guidera vers des sources d’eaux de la vie. Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux. » Existe-t-il plus belle promesse ?

18 Maintenant que nous avons parlé du rôle essentiel de sous-bergers que jouent les surveillants chrétiens, chacun d’eux devrait se demander : « Comment être sûr que je traite les brebis de Jésus de la bonne façon ? » L’article qui suit répond à cette question.