Aller au contenu

Aller au sommaire

Apprends d’une prière bien préparée

Apprends d’une prière bien préparée

« Qu’ils bénissent ton nom glorieux » (NEH. 9:5).

1. Quel rassemblement historique allons-nous analyser, et quelles questions cette analyse soulève-t-elle ?

« LEVEZ-VOUS, bénissez Jéhovah votre Dieu depuis des temps indéfinis et pour des temps indéfinis. » C’est par cette déclaration vibrante qu’autrefois des adorateurs de Dieu se sont unis dans une prière, l’une des plus longues que rapporte la Bible (Neh. 9:4, 5). Ce rassemblement s’est tenu à Jérusalem en 455 av. n. è., le 24 Tishri (septième mois juif). Tandis que nous analyserons les évènements qui ont mené à ce jour particulier, demande-toi : « Quelle bonne habitude a contribué à sa réussite ? Quels autres enseignements puis-je tirer de cette prière bien préparée ? » (Ps. 141:2).

UN MOIS PARTICULIER

2. Quel exemple les Israélites nous ont-ils laissé lors du rassemblement qui a suivi la reconstruction des murailles de Jérusalem ?

2 Un mois plus tôt, les Juifs avaient achevé la reconstruction des murailles de Jérusalem (Neh. 6:15). Ils avaient réalisé les travaux en à peine 52 jours, et ils accordaient à présent une attention particulière à leurs besoins spirituels. C’est ainsi que le premier jour du mois suivant, le mois de Tishri, ils se sont réunis sur la place publique pour écouter Ezra et d’autres Lévites lire à haute voix et expliquer la Loi de Dieu. Les familles au grand complet, plus précisément « tous ceux qui avaient assez d’intelligence pour écouter », sont restées debout et attentives « depuis l’aube jusqu’à midi ». Quel bel exemple pour ceux qui parmi nous aujourd’hui assistent aux réunions dans de confortables Salles du Royaume ! T’arrive-t-il pourtant, lors de ces réunions, d’avoir l’esprit ailleurs et de te mettre à réfléchir à des choses moins importantes ? Si c’est le cas, souviens-toi des Israélites qui ont non seulement écouté mais aussi pris au sérieux ce qu’ils entendaient au point de  pleurer en raison de leur désobéissance à la Loi de Dieu (Neh. 8:1-9).

3. À quelles directives les Israélites ont-ils volontiers obéi ?

3 Cependant, l’heure n’était pas à la confession publique. C’était un jour de fête et, les jours de fête, les Israélites devaient adorer Jéhovah dans la joie (Nomb. 29:1). Nehémia a donc dit au peuple : « Allez, mangez les mets gras et buvez les boissons douces, et envoyez des portions à celui pour qui on n’a rien préparé ; car ce jour est saint pour notre Seigneur ; ne soyez pas peinés, car la joie de Jéhovah est votre forteresse. » Le peuple a obéi, et cette journée s’est transformée en « une grande réjouissance » (Neh. 8:10-12).

4. Qu’ont fait les chefs de famille israélites, et quel aspect important de cette fête des Huttes ont-ils découvert ?

4 Le lendemain même, les chefs de famille se sont réunis pour voir comment la nation pouvait mieux se conformer à la Loi de Dieu. En étudiant les Écritures, ils ont découvert qu’au cours du septième mois (Tishri), du 15 au 22, il fallait célébrer la fête des Huttes, qui s’achevait par une assemblée solennelle. Tous se sont donc mis aux préparatifs. Ce fut la fête des Huttes la plus réussie depuis les jours de Josué ; elle a suscité « une très grande réjouissance ». Pendant cette fête, et c’est un aspect important, on lisait publiquement la Loi de Dieu « jour après jour, depuis le premier jour jusqu’au dernier jour » (Neh. 8:13-18).

UNE JOURNÉE DE CONFESSION

5. Qu’ont fait les Israélites juste avant que les Lévites prient au nom de tout le peuple ?

5 Deux jours après la fête, le moment était venu pour le peuple de confesser publiquement sa désobéissance à la Loi. Ce n’était pas un jour de réjouissance ni de banquet. Les Israélites ont plutôt jeûné et revêtu des toiles de sac en signe de deuil. Le matin, durant environ trois heures, ils ont de nouveau écouté la lecture de la Loi. L’après-midi, « ils firent confession et se prosternèrent devant Jéhovah leur Dieu ». C’est après cela que, se faisant le porte-parole du peuple, les Lévites ont adressé à Jéhovah leur prière bien préparée (Neh. 9:1-4).

6. Qu’est-ce qui a contribué à la profondeur de la prière des Lévites, et qu’est-ce que cela nous enseigne ?

6 Nul doute que leur lecture assidue de la Loi a aidé les Lévites à préparer cette prière profonde. Le début de la prière (les dix premiers versets) met exclusivement l’accent sur les œuvres et les qualités de Jéhovah. Le reste souligne à maintes reprises l’« abondante miséricorde » de Dieu tout en reconnaissant explicitement que les Israélites ne méritaient pas une telle bonté (Neh. 9:19, 27, 28, 31). Comme ces Lévites, méditons chaque jour sur la Bible. C’est une façon d’écouter Jéhovah  nous parler. Nous aurons alors, nous aussi, beaucoup de choses nouvelles et profondes à exprimer à notre Dieu (Ps. 1:1, 2).

7. Qu’ont demandé les Lévites à Dieu, et en quoi sont-ils pour nous un exemple ?

7 La prière ne contient qu’une modeste demande. Elle figure dans la deuxième partie du verset 32 : « Maintenant, ô notre Dieu, le Dieu grand, fort et redoutable, qui gardes l’alliance et la bonté de cœur, que n’apparaissent pas comme peu de chose devant toi toutes les tribulations qui nous ont trouvés, nous, nos rois, nos princes, nos prêtres, nos prophètes, nos ancêtres et tout ton peuple, depuis les jours des rois d’Assyrie jusqu’à ce jour. » Ainsi, les Lévites ont loué et remercié Jéhovah avant de lui adresser une demande personnelle. Ils nous laissent en cela un excellent exemple.

LOUANGES AU GLORIEUX NOM DIVIN

8, 9. a) De quelle humilité les Lévites font-ils preuve dès les premières paroles ? b) Que sont vraisemblablement les deux armées dont parlent les Lévites ?

8 Leur prière avait beau être bien préparée, ces Lévites humbles reconnaissaient manquer de mots pour exprimer pleinement à Jéhovah la louange qu’il méritait. C’est pourquoi ils ont d’abord adressé cette supplication modeste en faveur du peuple : « Qu’ils bénissent ton nom glorieux qui est élevé au-dessus de toute bénédiction et louange » (Neh. 9:5).

9 « Tu es Jéhovah, toi seul », poursuit la prière, « c’est toi qui as fait les cieux, oui le ciel des cieux, et toute leur armée, la terre et tout ce qui est sur elle, les mers et tout ce qui s’y trouve ; et tu les gardes tous en vie ; et l’armée des cieux se prosterne devant toi » (Neh. 9:6). Jéhovah Dieu a en effet créé l’univers entier et ses innombrables galaxies. Avec le même talent, il a créé tout ce qui se trouve sur notre magnifique planète. Il a de plus doté la terre de l’extraordinaire capacité d’entretenir une stupéfiante variété de formes de vie, des vies qui continuent ainsi à se reproduire, selon leurs espèces. Aux premières loges se trouvaient les saints anges de Dieu, qui eux aussi sont parfois appelés « l’armée des cieux » (1 Rois 22:19 ; Job 38:4, 7). Les anges font par ailleurs humblement la volonté de Dieu en servant les humains pécheurs « qui vont hériter du salut » (Héb. 1:14). Quel exemple magistral pour nous qui, telle une armée aguerrie, servons Jéhovah dans l’unité ! (1 Cor. 14:33, 40).

10. Qu’apprenons-nous de la relation que Jéhovah a entretenue avec Abraham ?

10 Ensuite, les Lévites ont rappelé la relation que Dieu avait entretenue avec Abram qui, à 99 ans, n’avait pas encore eu d’enfants de sa femme, Saraï, car elle était stérile. C’est à cette époque que Jéhovah avait changé son nom en Abraham, qui signifie « père d’une foule » (Gen. 17:1-6, 15, 16). Il lui avait également promis que sa  semence hériterait du pays de Canaan. Si l’humain oublie souvent ses promesses, ce n’est pas le cas de Jéhovah. La prière relate : « Tu es Jéhovah le vrai Dieu, qui as choisi Abram, qui l’as fait sortir d’Our des Chaldéens et qui as constitué son nom en Abraham. Tu as trouvé son cœur fidèle devant toi ; de sorte que fut contractée avec lui l’alliance pour lui donner le pays des Cananéens, [...] pour le donner à sa semence ; et tu as entrepris de réaliser tes paroles, parce que tu es juste » (Neh. 9:7, 8). Imitons notre Dieu juste : efforçons-nous de toujours être fidèles à notre parole (Mat. 5:37).

RÉCIT DES HAUTS FAITS DE JÉHOVAH

11, 12. Que signifie le nom Jéhovah ? Comment les actions de Jéhovah en faveur des descendants d’Abraham ont-elles démontré qu’il porte bien son nom ?

11 Le nom Jéhovah signifie « Il fait devenir », ce qui veut dire que, par une action en cours, Dieu fait devenir réalité, ou réalise, ses promesses. Ses actes en faveur des descendants d’Abraham durant leur esclavage en Égypte l’ont admirablement démontré. Il paraissait alors impossible que la nation tout entière soit un jour libérée et s’installe en Terre promise. Toutefois, par une suite d’actes, Dieu a réalisé sa promesse, preuve qu’il porte bien son nom incomparable et glorieux : Jéhovah.

12 La prière consignée par Nehémia dit au sujet de Jéhovah : « Tu as vu l’affliction de nos ancêtres en Égypte ; et leur clameur, tu l’as entendue près de la mer Rouge. Alors tu as donné signes et miracles contre Pharaon, contre tous ses serviteurs et tout le peuple de son pays, car tu savais qu’ils s’étaient montrés présomptueux contre eux ; et tu as entrepris de te faire un nom comme en ce jour. Et tu as fendu la mer devant eux, si bien qu’ils ont traversé au milieu de la mer, sur la terre ferme ; mais ceux qui les poursuivaient, tu les as précipités dans les profondeurs, comme une pierre dans les eaux puissantes. » La prière enchaîne sur d’autres actes de Jéhovah en faveur de son peuple : « Tu as entrepris de soumettre devant eux les habitants du pays, les Cananéens [...]. Ils se sont alors emparés de villes fortifiées et d’un sol gras, ils ont pris possession de maisons pleines de toutes bonnes choses, de citernes déjà creusées, de vignes, d’oliveraies et d’arbres pour la nourriture, en abondance ; alors ils ont mangé, se sont rassasiés, ont engraissé et joui de la vie dans ta grande bonté » (Neh. 9:9-11, 24, 25).

13. Comment Jéhovah a-t-il pourvu aux besoins spirituels des Israélites, mais comment ont-ils réagi ?

13 Pour réaliser son dessein, Jéhovah avait accompli de nombreux autres actes successifs. Par exemple, peu de temps après leur sortie d’Égypte, il avait pourvu aux besoins spirituels des Israélites. « Tu es descendu sur le mont Sinaï, lui disent les Lévites, et du ciel tu as parlé avec eux, puis tu leur as donné des décisions judiciaires droites et des lois de vérité, des prescriptions et des commandements qui sont bons » (Neh. 9:13). Jéhovah avait entrepris d’enseigner ses serviteurs afin que, en qualité d’héritiers de la Terre promise, ils soient les dignes porteurs de son saint nom. Mais ils avaient délaissé les bonnes choses qu’ils avaient apprises (lire Nehémia 9:16-18).

LA CORRECTION DIVINE : INDISPENSABLE

14, 15. a) Dans sa miséricorde, comment Jéhovah a-t-il pris soin de son peuple pécheur ? b) Qu’apprenons-nous de la façon dont Jéhovah a traité sa nation choisie ?

14 La prière des Lévites mentionne deux péchés spécifiques commis par les Israélites peu de temps après avoir, au mont Sinaï, promis de garder la Loi de Dieu. En raison de ces péchés, ils méritaient que Jéhovah les laisse mourir. Mais la prière loue ainsi Jéhovah : « Dans ton abondante miséricorde, tu ne les as pas quittés dans le désert [...]. Pendant  quarante ans tu les as ravitaillés dans le désert [...]. Ils n’ont manqué de rien. Leurs vêtements ne se sont pas usés et même leurs pieds ne se sont pas enflés » (Neh. 9:19, 21). Aujourd’hui aussi, Jéhovah nous fournit tout ce dont nous avons besoin pour le servir fidèlement. Ne ressemblons jamais aux milliers d’Israélites qui sont morts dans le désert à cause de leur désobéissance et de leur manque de foi. En fait, ces histoires « ont été écrites pour nous avertir, nous sur qui les fins des systèmes de choses sont arrivées » (1 Cor. 10:1-11).

15 Malheureusement, après avoir hérité de la Terre promise, les Israélites avaient adopté le culte sensuel et cruel rendu aux dieux cananéens. Jéhovah avait donc permis que des nations voisines oppriment son peuple choisi. Puis celui-ci s’était repenti et Jéhovah, dans sa miséricorde, lui avait pardonné et l’avait sauvé des mains de ses ennemis. Et cela s’était produit « à de nombreuses reprises » (lire Nehémia 9:26-28, 31). « Tu as été indulgent avec eux pendant de longues années, reconnaissent les Lévites, et tu as continué à témoigner contre eux par ton esprit, par le moyen de tes prophètes, mais ils n’ont pas prêté l’oreille. Finalement, tu les as livrés en la main des peuples des pays » (Neh. 9:30).

16, 17. a) Après l’Exil, en quoi la situation des Israélites a-t-elle été différente de celle de leurs ancêtres qui avaient hérité de la Terre promise ? b) Qu’a reconnu la nation d’Israël, et à quoi s’est-elle engagée ?

16 Après leur retour d’exil, les Israélites étaient retombés dans la désobéissance. Mais cette fois-ci, quelle avait été leur punition ? La prière des Lévites poursuit : « Vois ! Nous sommes aujourd’hui des esclaves ; quant au pays que tu as donné à nos ancêtres pour en manger les fruits et les bonnes choses, vois ! sur lui nous sommes des esclaves ; ses produits abondent pour les rois que tu as établis sur nous, à cause de nos péchés ; [...] et nous sommes dans une grande détresse » (Neh. 9:36, 37).

17 Les Lévites sous-entendaient-ils que Dieu avait été injuste de permettre cette détresse ? Certainement pas, car ils ajoutent : « Tu es juste au sujet de tout ce qui nous est survenu, car tu as agi avec fidélité, mais nous, nous avons agi méchamment » (Neh. 9:33). Puis, cette prière désintéressée se termine par une promesse solennelle : dorénavant, la nation obéira à la Loi de Dieu (lire Nehémia 9:38 ; 10:29). Un document signifiant son engagement a été rédigé et 84 chefs juifs y ont apposé leur sceau (Neh. 10:1-27).

18, 19. a) Que devons-nous faire pour entrer dans le monde nouveau ? b) À propos de quoi ne faut-il pas cesser de prier, et pourquoi ?

18 Pour être aptes à entrer dans le monde nouveau et juste, nous avons besoin de la formation voire de la correction divines. « Quel est le fils que son père ne discipline pas ? » interroge l’apôtre Paul (Héb. 12:7). Quand nous endurons fidèlement dans son service et que nous laissons son esprit nous affiner, nous montrons que nous acceptons la direction de Dieu. Et en cas de péché grave, soyons sûrs que, si nous nous repentons sincèrement et que nous acceptons humblement sa correction, il nous pardonnera.

19 Bientôt, Jéhovah se fera un nom encore plus grand que lorsqu’il a libéré les Israélites d’Égypte (Ézék. 38:23). Et, aussi sûrement que son peuple a autrefois hérité de la Terre promise, tous les chrétiens qui l’adorent avec endurance hériteront de la vie dans le monde nouveau (2 Pierre 3:13). Ayant une aussi belle perspective d’avenir, ne cessons pas de prier pour la sanctification du glorieux nom divin. L’article qui suit analyse une autre prière dont nous devons appliquer les enseignements si nous voulons nous délecter de la bénédiction divine dès à présent et pour toujours.