Aller au contenu

Aller au sommaire

 Trésors d’archives

« Inoubliable » et juste à temps

« Inoubliable » et juste à temps

« INOUBLIABLE ! » Voilà comment beaucoup ont qualifié le « Drame de la Création ». Il est sorti juste à temps et a marqué ses spectateurs de façon indélébile. Il a vraiment rendu un grand témoignage, à la louange de Jéhovah, peu avant que la fureur nazie ne se déchaîne contre son peuple en Europe. Mais qu’est-ce que le « Drame de la Création » ?

Le livre Schöpfung (Création) qui a donné son nom au nouveau Drame.

En 1914, le siège mondial du peuple de Jéhovah, situé à Brooklyn, dans l’État de New-York, a produit le « Photo-Drame de la Création ». C’était une projection d’images fixes et animées en couleurs et sonorisées, d’une durée de huit heures. Des millions de personnes des quatre coins du monde l’ont vue. En 1914, une version courte appelée l’« Eurêka-Drame » a également été produite. Mais, dans les années 20, les images et le matériel de projection étaient bien usés. Or, on réclamait d’autres projections. En Allemagne, par exemple, les habitants de Ludwigsburg demandaient : « Quand le “Photo-Drame” reviendra-t-il à l’écran ? » Il fallait trouver une solution...

Pour répondre à cette attente, des représentants de la famille du Béthel d’Allemagne, situé à Magdebourg, ont acheté des films en France à une agence de presse parisienne, et des diapositives à des sociétés artistiques de Leipzig et de Dresde. Ils les ont ensuite assemblés avec les images réutilisables du « Photo-Drame ».

Frère Erich Frost, musicien talentueux, a composé une mélodie pour accompagner les images. Une partie des commentaires a été tirée du livre Création, raison pour laquelle cette version révisée du « Photo-Drame » a été appelée « Drame de la Création ».

D’une durée de huit heures comme son ancêtre, la nouvelle projection était répartie sur plusieurs soirs d’affilée. Elle présentait des détails captivants au sujet des jours de création et, dressant un bilan de l’Histoire profane et biblique, montrait que la fausse religion a déçu les attentes de l’humanité. Le « Drame de la Création » a été diffusé en Allemagne, en Autriche, au Luxembourg et en Suisse ainsi qu’à des germanophones d’autres régions du monde.

Erich Frost et ses partitions pour le « Drame de la Création ».

« Lors de la présentation du Drame, a expliqué Erich Frost, j’encourageais mes compagnons, en particulier les musiciens, à profiter de l’entracte pour aller de rangée en rangée proposer  aux assistants nos magnifiques livres et brochures. Nous avons ainsi distribué plus de publications qu’il n’aurait été possible de maison en maison. » Johannes Rauthe qui a organisé des présentations en Pologne et dans ce qui est aujourd’hui la République Tchèque, se souvient que beaucoup de spectateurs donnaient leur adresse, ce qui a donné lieu à de nombreuses nouvelles visites fructueuses.

Dans les années 30, le « Drame de la Création » faisait salles combles et, dans les villes où il était passé, on ne parlait que des Témoins de Jéhovah. En 1933, les projections organisées par le Béthel d’Allemagne avaient rassemblé près d’un million de spectateurs. « Chacun des cinq jours de présentation, raconte Käthe Krauss, nous avons fait 20 kilomètres à pied aller-retour à travers bois et collines rien que pour aller voir le Drame. » Else Billharz confie quant à elle : « C’est grâce au “Drame de la Création” que j’ai commencé à aimer la vérité. »

Alfred Almendinger raconte que quand sa mère a vu le Drame, elle « a été si touchée qu’elle a acheté une bible et y a cherché le mot “purgatoire” ». Comme elle ne le trouvait pas, elle a cessé d’aller à l’église et s’est fait baptiser. Erich Frost a commenté : « Énormément de gens sont venus à la vérité grâce au “Drame de la Création” » (3 Jean 1-3).

Alors que la projection du « Drame de la Création » battait des records d’affluence, la tempête du nazisme s’est abattue sur l’Europe. À partir de 1933, les activités des Témoins ont été interdites en Allemagne. À compter de ce jour et jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1945, les serviteurs de Jéhovah d’Europe ont subi des persécutions intenses. Erich Frost a passé huit ans derrière les barreaux. Mais il a survécu et s’est plus tard dépensé au Béthel d’Allemagne, à Wiesbaden. Vraiment, l’inoubliable « Drame de la Création » est arrivé juste à temps pour affermir le courage de tous ces chrétiens dont la foi allait être éprouvée pendant la Seconde Guerre mondiale ! (De nos archives en Allemagne).