Il arrive de temps en temps qu’une découverte archéologique confirme de façon directe ou indirecte l’existence d’un personnage biblique. En 2011, des spécialistes israéliens ont publié des articles relatifs à une telle trouvaille. Il s’agit d’un ossuaire, un coffre dans lequel ont été recueillis les os d’un défunt après décomposition de sa chair.

Ce coffre de calcaire ouvragé, vieux de 2 000 ans, porte l’inscription : « Miriam fille de Yeshua fils de Caïphe, prêtre de Maazia de Beth Imri. » Le grand prêtre juif qui a joué un rôle dans le procès et l’exécution de Jésus était Caïphe (Jean 11:48-50). L’historien Flavius Josèphe le désigne ainsi : « Joseph, qui était appelé Caïphe. » Cet ossuaire appartenait de toute évidence à une parente de ce Caïphe. Or, sur un ossuaire découvert précédemment et supposé appartenir au grand prêtre lui-même, figure l’inscription « Yehosef bar Caiapha », c’est-à-dire Joseph, fils de Caïphe *. Miriam avait donc un lien de parenté avec Caïphe.

Selon des renseignements fournis par l’Autorité des antiquités d’Israël (IAA), l’ossuaire de Miriam a été confisqué à des voleurs qui avaient pillé une tombe antique. L’analyse du coffre et de ses inscriptions confirme son authenticité.

Cet ossuaire nous apprend quelque chose. Il mentionne « Maazia », le nom d’une des 24 divisions, ou classes, de prêtres qui servaient à tour de rôle au temple de Jérusalem (1 Chron. 24:18). L’inscription révèle donc que « la famille de Caïphe était apparentée à la classe de Maazia », indique l’IAA.

La mention « Beth Imri » peut être interprétée de deux façons. Toujours selon l’IAA, « la première possibilité est que Beth Imri soit le nom d’une famille sacerdotale, celle des fils d’Immer (Ezra 2:36, 37 ; Neh. 7:39-42), dont les descendants comprennent les membres de la classe de Maazia. La seconde possibilité est que [Beth Imri] soit le lieu d’origine de la défunte ou de toute sa famille. » Dans tous les cas, l’ossuaire de Miriam apporte la preuve que la Bible parle de personnages réels, qui ont appartenu à des familles réelles.

^ § 3 Au sujet de l’ossuaire de Caïphe, voir l’article « Le grand prêtre qui a condamné Jésus », dans notre numéro du 15 janvier 2006, pages 10-13.