EN 49 de n. è., Pierre, Jacques et Jean, “ qui paraissaient être des colonnes ”, ont confié une mission à l’apôtre Paul et à Barnabas, son compagnon. Tout en prêchant la bonne nouvelle aux nations, ils devaient penser aux chrétiens pauvres (Gal. 2:9, 10). Comment se sont-​ils acquittés de cette responsabilité ?

Les lettres de Paul témoignent de l’attention qu’il a apportée à cette question. Par exemple, il a écrit aux chrétiens de Corinthe : “ En ce qui concerne la collecte qui est pour les saints, faites, vous aussi, comme je l’ai ordonné aux congrégations de Galatie. Que chaque premier jour de la semaine chacun de vous, dans sa propre maison, mette quelque chose de côté selon qu’il prospérera, de sorte que, lorsque j’arriverai, il n’y aura pas de collectes à ce moment-​là. Mais quand je serai là, les hommes que vous approuverez par des lettres — quels qu’ils soient —, ceux-là je les enverrai porter à Jérusalem votre don fait de bon cœur. ” — 1 Cor. 16:1-3.

Dans la deuxième lettre divinement inspirée qu’il a adressée aux Corinthiens, Paul a rappelé l’objectif de cette collecte : “ Que par une égalisation votre superflu compense en ce moment ce qui leur manque. ” — 2 Cor. 8:12-15.

Vers 56 de n. è., lorsque Paul a écrit aux chrétiens de Rome, la collecte était presque terminée. “ Je vais me rendre à Jérusalem pour servir les saints, leur a-​t-​il expliqué. Car ceux de Macédoine et d’Achaïe ont bien voulu partager leurs ressources par une contribution pour les pauvres des saints de Jérusalem. ” (Rom. 15:25, 26). Paul a terminé sa mission peu après puisque, suite à son retour et à son arrestation à Jérusalem, il a été traduit devant le gouverneur romain Félix à qui il a dit : “ Je suis arrivé pour apporter des dons de miséricorde à ma nation, et des offrandes. ” — Actes 24:17.

L’état d’esprit des chrétiens du Ier siècle ressort nettement de ce que Paul a déclaré au sujet des Macédoniens : “ Ils [...] demandaient avec beaucoup d’insistance le privilège de donner de bon cœur. ” L’apôtre a exhorté les Corinthiens à suivre cet exemple. “ Que chacun fasse comme il l’a résolu dans son cœur, non pas à regret ou par contrainte, car Dieu aime celui qui donne avec joie ”, leur a-​t-​il écrit. Qu’est-​ce qui a poussé les congrégations à faire preuve d’une telle générosité ? Leur désir n’était “ pas seulement de pourvoir amplement aux besoins des saints, mais aussi d’abonder par beaucoup de remerciements envers Dieu ”. (2 Cor. 8:4 ; 9:7, 12.) C’est aussi ce qui peut motiver notre générosité. Jéhovah Dieu ne manquera pas de bénir un tel altruisme. Et, c’est indéniable, sa bénédiction enrichit. — Prov. 10:22.

OFFRANDES DE SOUTIEN À L’ŒUVRE D’ENSEIGNEMENT

Nombreux sont ceux qui mettent de côté ou prévoient dans leur budget une certaine somme d’argent qu’ils déposent dans les boîtes à offrandes destinées à l’œuvre d’enseignement.

Il est également possible d’adresser directement un chèque d’offrande au Béthel *. Une brève lettre doit accompagner ces offrandes pour indiquer qu’il s’agit bien de dons.

CONTRATS DE PRÊT

Il est possible de consentir un prêt sans intérêt à une association utilisée sur le plan national. Par exemple, en ce qui concerne la France métropolitaine et les départements d’outre-mer, l’Association pour la construction et le Développement des Lieux de Culte des Témoins de Jéhovah peut recevoir des prêts sans intérêt.

AUTRES FORMES DE SOUTIEN DU CULTE

Il existe d’autres façons de donner au profit de l’œuvre du Royaume.

Contrats d’assurance vie : Une association cultuelle peut être désignée comme bénéficiaire d’un contrat d’assurance vie.

Prélèvements bancaires à l’initiative d’un donateur : Des offrandes peuvent être adressées au moyen de prélèvements effectués à l’initiative d’un donateur et limités à des offrandes cultuelles modiques.

Donations : Dans certains pays, comme en France métropolitaine et dans les départements d’outre-mer, il est possible de faire des donations devant notaire de biens immobiliers ou de sommes d’argent en faveur d’associations régulièrement habilitées. Prenez contact avec le Béthel avant de faire don de tout bien immobilier.

Testaments : Des biens immobiliers ou de l’argent peuvent être légués à une association cultuelle au moyen d’un testament régulièrement établi. Il est possible de léguer une fraction de ses biens ou leur totalité.

L’Association Cultuelle Les Témoins de Jéhovah de France peut bénéficier de donations ou de legs. Avant de rédiger un testament, le testateur doit s’assurer de la portion de ses biens dont il peut disposer librement. Lorsqu’il s’agit d’un testament olographe (établi de façon manuscrite directement par le testateur), il est recommandé de le déposer chez un notaire.

Réduction d’impôt : Sous certaines conditions, il est possible de faire des dons ouvrant droit à des réductions d’impôt. Par exemple, en ce qui concerne la France métropolitaine et les départements d’outre-mer, l’Association Cultuelle Les Témoins de Jéhovah de France peut recevoir des dons et legs et émettre des reçus fiscaux permettant à ses donateurs de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Ces différentes façons de soutenir financièrement l’œuvre du Royaume requièrent une réflexion de la part du donateur. Chaque situation étant différente, il peut être nécessaire de se renseigner auprès d’un notaire ou d’un conseil habilité. Il est également possible de prendre contact avec le Béthel par courrier ou en téléphonant au +33 (0)2 32 25 55 55. Le Béthel pourra fournir des renseignements utiles sur les questions de succession et sur toute question se rapportant aux donations et aux dons de bienfaisance.

^ § 10 Des offrandes modiques peuvent être réalisées en ligne à l’adresse suivante : https://tjf.fr