“ Puisqu’il [Dieu] ne pouvait pas jurer par quelqu’un de plus grand, il a juré par lui-​même. ” — HÉB. 6:13.

1. Quelle différence y a-​t-​il entre les promesses de Jéhovah et celles des humains ?

JÉHOVAH est “ le Dieu de vérité ”. (Ps. 31:5.) On ne peut pas toujours faire confiance aux humains, qui sont pécheurs. En revanche, “ il est impossible que Dieu mente ”. (Héb. 6:18 ; lire Nombres 23:19.) Ce qu’il projette de faire pour les humains, il le réalise toujours. Par exemple, au début de chaque période de création, Dieu a exposé ce qu’il comptait faire et, à chaque fois, il l’a accompli. À la fin du sixième jour de création, “ Dieu vit tout ce qu’il avait fait et, voyez, c’était très bon ”. — Gen. 1:6, 7, 30, 31.

2. Qu’est-​ce que le jour de repos de Dieu, et pourquoi l’a-​t-​il ‘ rendu sacré ’ ?

2 Après avoir examiné ce qu’il avait créé, Jéhovah Dieu a annoncé le début d’un septième jour — non pas un jour de 24 heures, mais une longue période durant laquelle il se reposerait de son activité créatrice en rapport avec la terre (Gen. 2:2). Ce jour de repos n’a pas encore pris fin (Héb. 4:9, 10). La Bible ne révèle pas quand exactement il a commencé. Nous savons cependant que c’était quelque temps après la création d’Ève, il y a environ 6 000 ans. Sous le Règne millénaire de Jésus Christ, maintenant proche, s’accomplira le dessein de Dieu : la terre deviendra un paradis éternel peuplé d’humains parfaits (Gen. 1:27, 28 ; Rév. 20:6). Qu’est-​ce qui nous permet de croire fermement en cet avenir heureux ? Le fait que “ Dieu s’est mis à bénir le septième jour et à le rendre sacré ”. C’était là la garantie que, quels que soient les problèmes qui pourraient surgir, son dessein se réaliserait à coup sûr au terme de son jour de repos. — Gen. 2:3.

3. a) Après le début du jour de repos de Dieu, quelle rébellion a éclaté ? b) En quels termes Jéhovah a-​t-​il fait connaître son intention d’écraser la rébellion ?

 3 Malheureusement, après le début du jour de repos de Dieu, un malheur est survenu. L’ange qui allait devenir Satan s’est posé en rival du Créateur. Au moyen d’un mensonge — le tout premier —, il a trompé Ève et l’a incitée à désobéir à Jéhovah (1 Tim. 2:14). À son tour, Ève a persuadé son mari de se joindre à la rébellion (Gen. 3:1-6). Même à ce moment sombre de l’Histoire où sa véracité était mise en doute, Jéhovah n’a pas jugé nécessaire de confirmer par un serment que son dessein s’accomplirait. En des termes qui seraient compris lorsque lui-​même le déciderait, il a simplement annoncé comment la rébellion serait réprimée : “ Je mettrai une inimitié entre toi [Satan] et la femme, entre ta semence et sa semence. Il [la Semence promise] te meurtrira à la tête et tu le meurtriras au talon. ” — Gen. 3:15 ; Rév. 12:9.

LE SERMENT : UN ACTE AYANT FORCE DE LOI

4, 5. Quel acte ayant force de loi Abraham a-​t-​il accompli à plusieurs reprises ?

4 Il est peu probable qu’à l’origine Dieu ait doté Adam et Ève du vocabulaire leur permettant de jurer qu’une chose est vraie. Des créatures parfaites qui aiment Dieu et l’imitent n’ont pas besoin de faire de serment ; elles disent toujours la vérité et s’accordent mutuellement une entière confiance. Mais les choses ont changé avec l’apparition du péché et de l’imperfection. Quand le mensonge et la tromperie sont devenus monnaie courante, les humains ont ressenti le besoin de jurer qu’ils disaient la vérité dès lors qu’ils traitaient des questions importantes.

5 Du temps d’Abraham, le serment était un acte qui avait acquis force de loi, acte que ce serviteur de Dieu a accompli à au moins trois reprises (Gen. 21:22-24 ; 24:2-4, 9). Attardons-​nous sur l’un de ces épisodes. Après qu’Abraham eut vaincu le roi d’Élam et ses alliés, les rois de Salem et de Sodome sont venus à sa rencontre. Melkisédec, le roi de Salem, était aussi “ prêtre du Dieu Très-Haut ”. En tant que tel, il a béni Abraham et a loué Dieu, qui avait accordé au patriarche la victoire sur ses ennemis (Gen. 14:17-20). Quand le roi de Sodome a voulu récompenser Abraham pour avoir délivré son peuple des armées ennemies, ce dernier a juré : “ Oui, je lève ma main en faisant serment vers Jéhovah le Dieu Très-Haut, Celui qui a produit le ciel et la terre, que, d’un fil à une lanière de sandale, non, je ne prendrai rien de tout ce qui est à toi, pour que tu ne dises pas : ‘ C’est moi qui ai enrichi Abram. ’ ” — Gen. 14:21-23.

LE SERMENT DE JÉHOVAH À ABRAHAM

6. a) Quel exemple Abraham nous a-​t-​il laissé ? b) Quels bienfaits pourrons-​nous recevoir grâce à l’obéissance d’Abraham ?

6 Jéhovah s’est également engagé par des serments auprès d’humains pécheurs en employant des expressions comme : “ ‘ Aussi vrai que je suis vivant ’, c’est là ce que déclare le Souverain Seigneur Jéhovah. ” (Ézék. 17:16). La Bible rapporte qu’il s’est engagé de la sorte plus de 40 fois. L’exemple le plus connu concerne peut-être ses rapports avec Abraham. Il a fait au patriarche plusieurs promesses liées à l’alliance qu’il avait conclue avec lui. Selon ces promesses, la Semence descendrait d’Abraham par son fils Isaac (Gen. 12:1-3, 7 ; 13:14-17 ; 15:5, 18 ; 21:12). Puis Jéhovah a soumis Abraham à une épreuve difficile, lui ordonnant d’offrir son fils bien-aimé. Abraham a obéi sans tarder. Il était sur le point de sacrifier Isaac  quand un ange l’a arrêté. Dieu a alors fait ce serment : “ ‘ Oui, je jure par moi-​même [...] que, puisque tu as fait cette chose et que tu n’as pas refusé ton fils, ton unique, je te bénirai à coup sûr et je multiplierai à coup sûr ta semence comme les étoiles des cieux et comme les grains de sable qui sont sur le bord de la mer ; et ta semence prendra possession de la porte de ses ennemis. Et par le moyen de ta semence se béniront à coup sûr toutes les nations de la terre, parce que tu as écouté ma voix. ’ ” — Gen. 22:1-3, 9-12, 15-18.

7, 8. a) Pourquoi Dieu a-​t-​il juré à Abraham qu’il tiendrait ses promesses ? b) À quelle condition les “ autres brebis ” de Jésus retireront-​elles des bienfaits du serment de Dieu ?

7 Pourquoi Dieu a-​t-​il juré à Abraham qu’il tiendrait ses promesses ? Pour renforcer l’espérance et la foi de ceux qui deviendraient cohéritiers de Christ et qui composeraient la partie secondaire de la “ semence ” promise. (Lire Hébreux 6:13-18 ; Gal. 3:29.) Comme Paul l’a expliqué, Jéhovah “ est intervenu par un serment, afin que, par deux choses immuables [sa promesse et son serment] dans lesquelles il est impossible que Dieu mente, [...] nous ayons un puissant encouragement à saisir l’espérance qui est placée devant nous ”.

Abraham verra bientôt se réaliser les promesses de Jéhovah.

8 Les chrétiens oints ne sont pas les seuls à retirer des bienfaits de ce serment. Jéhovah a juré que, par le moyen de la “ semence ” d’Abraham, des gens de “ toutes les nations ” se béniraient (Gen. 22:18). Citons notamment les “ autres brebis ” de Christ qui, en raison de leur obéissance, entretiennent l’espérance de vivre éternellement sur une terre transformée en paradis (Jean 10:16). Que vous soyez appelé à vivre au ciel ou sur la terre, ‘ saisissez ’ cette espérance en continuant d’obéir à Dieu dans tous les domaines de votre vie. — Lire Hébreux 6:11, 12.

DES SERMENTS DIVINS INTIMEMENT LIÉS

9. Quel serment Dieu a-​t-​il fait aux descendants d’Abraham qui étaient esclaves des Égyptiens ?

9 Des siècles plus tard, Jéhovah a confirmé la validité des promesses qu’il avait faites à Abraham en s’engageant de nouveau par un serment. Il a envoyé Moïse parler aux descendants du patriarche, qui étaient alors esclaves des Égyptiens (Ex. 6:6-8). À propos de cet épisode, Jéhovah dira par la suite : “ Le jour où j’ai choisi Israël, [...] j’ai levé ma main en faisant serment vers eux de les faire sortir du pays d’Égypte vers un pays que j’avais exploré pour eux, pays ruisselant de lait et de miel. ” — Ézék. 20:5, 6.

10. Quel serment Dieu a-​t-​il fait aux Israélites après les avoir libérés du joug égyptien ?

 10 Après avoir délivré les Israélites, Jéhovah leur a fait un autre serment : “ Si vous obéissez strictement à ma voix et si vous gardez vraiment mon alliance, alors, à coup sûr, vous deviendrez mon bien particulier parmi tous les autres peuples, car toute la terre m’appartient. Et vous, vous deviendrez pour moi un royaume de prêtres et une nation sainte. ” (Ex. 19:5, 6). Quel statut privilégié Dieu offrait ainsi à Israël ! Cela signifiait que, si les membres de cette nation se montraient obéissants, ils pourraient cultiver l’espérance de devenir un “ royaume de prêtres ” dont Dieu se servirait pour bénir le reste des humains. Plus tard, Jéhovah a expliqué en termes imagés ce qu’il avait fait pour Israël en cette occasion : “ Je t’ai fait un serment et je suis entré dans une alliance avec toi. ” — Ézék. 16:8.

11. Qu’ont répondu les Israélites quand Dieu les a invités à entrer dans une relation d’alliance avec lui et à devenir son peuple ?

11 Jéhovah n’a pas forcé les Israélites à lui jurer obéissance ni à entrer dans cette relation privilégiée. Ils ont déclaré de leur plein gré : “ Tout ce qu’a dit Jéhovah, nous sommes prêts à le faire. ” (Ex. 19:8). Trois jours plus tard, Dieu leur a indiqué ce qu’il exigeait de la nation qu’il s’était choisie. Ils ont tout d’abord entendu les Dix Commandements, puis Moïse leur a rapporté d’autres commandements que l’on retrouve d’Exode 20:22 à Exode 23:33. Comment ont-​ils réagi ? “ Tout le peuple répondit d’une seule voix et dit : ‘ Toutes les paroles qu’a dites Jéhovah, nous sommes prêts à les exécuter. ’ ” (Ex. 24:3). Moïse a ensuite écrit ces lois dans “ le livre de l’alliance ” et les a lues à haute voix afin que toute la nation puisse les réentendre. Finalement, pour la troisième fois, les Israélites ont fait ce vœu : “ Tout ce qu’a dit Jéhovah, nous sommes prêts à le faire et à obéir. ” — Ex. 24:4, 7, 8.

12. Quelles attitudes différentes Jéhovah et son peuple ont-​ils eues à l’égard de l’alliance qu’ils avaient contractée ?

12 Jéhovah a aussitôt tenu les engagements qu’il venait de contracter par l’alliance de la Loi : il a mis en place un tabernacle et une prêtrise qui permettraient à des pécheurs de s’approcher de lui. Les Israélites, en revanche, ont vite oublié qu’ils s’étaient voués à lui et ont ‘ attristé le Saint d’Israël ’. (Ps. 78:41.) Alors que Moïse était sur le mont Sinaï en train de recevoir des instructions supplémentaires, ils se sont impatientés et ont cru que leur guide les avait abandonnés. Leur foi en Dieu a faibli, à tel point qu’ils se sont fabriqué un veau d’or et ont proclamé : “ Voici ton Dieu, ô Israël, qui t’a fait monter du pays d’Égypte. ” (Ex. 32:1, 4). Ils ont alors organisé ce qu’ils ont appelé “ une fête pour Jéhovah ”, au cours de laquelle ils se sont prosternés devant leur image et lui ont offert des sacrifices. Voyant cela, Jéhovah a dit à Moïse : “ Ils se sont écartés bien vite de la voie que je leur avais ordonné de suivre. ” (Ex. 32:5, 6, 8). Hélas ! l’histoire d’Israël sera dès lors jalonnée de vœux non respectés. — Nomb. 30:2.

DEUX AUTRES SERMENTS

13. Quel serment Dieu a-​t-​il fait au roi David, et qu’en découlerait-​il pour la Semence promise ?

13 Durant le règne de David, Jéhovah a formulé deux autres serments pour le bien de tous ceux qui lui obéiraient. Premièrement, il a juré à David que son trône durerait éternellement et que la Semence promise en hériterait (Ps. 89:35, 36 ; 132:11, 12). La Semence serait donc appelée “ Fils de David ”. (Mat. 1:1 ; 21:9.) David a parlé  humblement de ce futur descendant comme de son “ Seigneur ” parce que le Christ occuperait une position bien supérieure à la sienne. — Mat. 22:42-44.

14. Quel serment Jéhovah a-​t-​il fait à propos de la Semence promise, et quels bienfaits en retirons-​nous ?

14 Deuxièmement, par l’intermédiaire de David, Jéhovah a prédit que la Semence exercerait non seulement la fonction de Roi, mais aussi celle de Grand Prêtre pour l’humanité. En Israël, la royauté et la prêtrise étaient totalement séparées. Les prêtres étaient de la tribu de Lévi, tandis que les rois appartenaient à la tribu de Juda. Mais au sujet de son illustre héritier, David a annoncé : “ Voici ce que Jéhovah déclare à mon Seigneur : ‘ Assieds-​toi à ma droite jusqu’à ce que je place tes ennemis comme un escabeau pour tes pieds. ’ Jéhovah a juré (et il n’aura pas de regret) : ‘ Tu es prêtre pour des temps indéfinis à la manière de Melkisédec ! ’ ” (Ps. 110:1, 4). Cette prophétie s’est accomplie : Jésus Christ, la Semence promise, règne aujourd’hui au ciel. De plus, en sa qualité de Grand Prêtre, il aide les humains repentants à entretenir avec Dieu des relations qu’Il agrée. — Lire Hébreux 7:21, 25, 26.

LE NOUVEL ISRAËL DE DIEU

15, 16. a) De combien de nations d’Israël est-​il question dans la Bible, et laquelle a aujourd’hui la bénédiction de Dieu ? b) Quel ordre Jésus a-​t-​il donné à ses disciples en ce qui concerne les serments ?

15 Pour avoir rejeté Jésus Christ, la nation d’Israël a finalement perdu le statut privilégié que Dieu lui avait accordé, ainsi que la perspective de devenir “ un royaume de prêtres ”. Jésus a averti les chefs religieux juifs : “ Le royaume de Dieu vous sera enlevé et sera donné à une nation qui en produira les fruits. ” (Mat. 21:43). Cette nouvelle nation, appelée “ l’Israël de Dieu ”, est née à la Pentecôte 33 lorsque l’esprit de Dieu a été répandu sur environ 120 disciples de Jésus réunis à Jérusalem (Gal. 6:16). Plusieurs milliers de personnes issues de toutes les nations du monde connu d’alors n’ont pas tardé à se joindre à eux.

16 Contrairement à l’Israël selon la chair, la nation spirituelle choisie par Dieu a continué à porter de beaux fruits en lui restant obéissante. L’un des commandements auxquels ses membres obéissent concerne la formulation de serments. Quand Jésus était sur la terre, les gens abusaient du serment ; ils juraient mensongèrement ou à propos de questions anodines (Mat. 23:16-22). Jésus a donc ordonné à ses disciples de ne pas jurer du tout et a précisé : “ Que votre mot Oui signifie simplement Oui, votre Non, Non ; car ce qui est en plus vient du méchant. ” — Mat. 5:34, 37.

Jéhovah tient toujours ses promesses.

17. Quelles questions seront abordées dans l’article qui suit ?

17 Faut-​il comprendre par là qu’il ne convient jamais de faire un serment ? Et plus important encore, que faut-​il entendre par l’expression : ‘ Que votre oui signifie oui. ’ Ces questions seront abordées dans l’article qui suit. Continuons à méditer sur la Parole de Dieu afin de renforcer notre détermination à obéir à Jéhovah. Alors, il prendra plaisir à nous bénir éternellement, conformément à ses promesses.