“ Veillez donc, parce que vous ne savez ni le jour ni l’heure. ” — MAT. 25:13.

1-3. a) Quelles situations fictives nous permettent de comprendre la leçon à tirer de deux paraboles de Jésus ? b) À quelles questions nous faut-​il répondre ?

IMAGINEZ qu’un haut fonctionnaire vous demande de le conduire à un rendez-vous important. Quelques minutes avant de passer le prendre, vous vous apercevez que vous n’aurez pas assez d’essence pour le trajet. Vous vous dépêchez d’aller faire le plein. Mais pendant ce temps, le fonctionnaire arrive, et ne pouvant attendre, il demande à quelqu’un d’autre de l’emmener. À votre retour, vous vous rendez compte qu’il est parti sans vous...

2 Imaginez à présent que vous êtes vous-​même un personnage haut placé. Vous avez choisi trois hommes compétents pour qu’ils se chargent d’une affaire qui vous tient à cœur. Une fois que vous leur avez donné des explications, les trois acceptent volontiers la mission. Pourtant, lorsque plus tard vous venez aux nouvelles, vous constatez que seuls deux d’entre eux se sont acquittés de leurs tâches. De surcroît, celui qui n’a rien entrepris se cherche des excuses. À vrai dire, il n’a même pas fait l’effort d’essayer... Dans chacune de ces situations, quel serait votre sentiment ?

3 Dans les paraboles des dix vierges et des talents, Jésus s’est servi de situations semblables pour montrer pourquoi, durant le temps de la fin, certains chrétiens oints se révéleraient fidèles et avisés, et d’autres non * (Mat. 25:1-30). Soulignant la leçon à tirer, il a dit : “ Veillez donc, parce que vous ne savez ni le jour ni l’heure ”, c’est-à-dire le moment précis où il viendrait exécuter le jugement divin sur le monde de Satan (Mat. 25:13). Cet avertissement nous concerne directement. Quels avantages y a-​t-​il à veiller, comme Jésus nous y a encouragés ? Quels chrétiens se montrent prêts ? Et que nous faut-​il faire pour rester vigilants ?

 QUELS AVANTAGES Y A-​T-​IL À VEILLER ?

4. Pour rester vigilant, faut-​il forcément connaître le jour et l’heure de la fin ? Expliquez.

4 Lorsqu’on travaille dans une usine, qu’on vient consulter un médecin ou qu’on prend les transports en commun, il est nécessaire de respecter un horaire convenu. Par contre, dans d’autres circonstances, quand on combat un incendie ou qu’on participe à une opération de secours après une catastrophe, surveiller sa montre risque d’être source de distraction, voire dangereux. Dans ce genre de situations, il est de loin préférable de se concentrer sur l’activité en cours plutôt que de s’attacher à respecter un certain horaire. Alors que le système actuel touche à sa fin, il n’a jamais été aussi urgent de parler des dispositions que Jéhovah a mises en place en vue du salut. Pour un chrétien, rester vigilant ne veut pas dire avoir les yeux rivés sur le calendrier. D’ailleurs, ne connaître ni le jour ni l’heure de la fin présente au moins cinq avantages.

5. Qu’est-​ce que le fait d’ignorer le jour et l’heure nous permet de révéler ?

5 Premier avantage, ne pas savoir quand la fin viendra nous permet de révéler ce que nous avons réellement dans le cœur. Cette ignorance nous honore, car elle nous permet d’exercer notre libre arbitre et de choisir d’être fidèles à Jéhovah. Même si nous espérons fortement survivre à la fin du système actuel, nous servons Dieu par amour pour lui, pas juste pour obtenir la vie. (Lire Psaume 37:4.) Nous prenons plaisir à faire sa volonté, et nous sommes conscients qu’il nous enseigne pour notre profit (Is. 48:17). Nous ne trouvons en aucun cas ses commandements pesants. — 1 Jean 5:3.

6. Quand nous servons Dieu par amour, que ressent-​il, et pourquoi ?

6 Deuxièmement, ne connaître ni le jour ni l’heure nous offre la possibilité de réjouir Jéhovah. Quand nous servons Dieu par amour, et non parce que la fin est en vue ou par désir d’obtenir une récompense, nous lui donnons des arguments pour répondre aux critiques infondées de Satan, son ennemi. (Job 2:4, 5 ; lire Proverbes 27:11.) Compte tenu de toute la souffrance dont ce dernier est responsable, nous sommes heureux de prendre parti pour la souveraineté de Jéhovah et de rejeter la domination malveillante de Satan.

7. Selon vous, pourquoi est-​il souhaitable de ne pas vivre pour soi-​même ?

7 Troisièmement, servir Dieu sans avoir de date précise à l’esprit nous encourage à mener une vie de sacrifice. Certains de nos contemporains qui ne connaissent pas Dieu pensent eux aussi que ce monde n’en a plus pour longtemps. Craignant une catastrophe qui pourrait se produire d’un moment à l’autre, ils adoptent cette ligne de conduite : “ Mangeons et buvons, car demain il nous faudra mourir. ” (1 Cor. 15:32). En ce qui nous concerne, nous ne vivons pas dans la crainte, pas plus que nous ne cherchons à satisfaire nos désirs égoïstes (Prov. 18:1). Au contraire, nous nous renions nous-​mêmes et employons généreusement notre temps, notre énergie et nos autres ressources pour prêcher la bonne nouvelle du Royaume. (Lire Matthieu 16:24.) Nous trouvons du plaisir à servir Dieu, notamment lorsqu’il s’agit d’aider autrui à le connaître.

8. Quel épisode biblique montre qu’il nous faut développer notre confiance en Jéhovah et en sa Parole ?

8 Ignorer le jour et l’heure de l’intervention divine comporte un quatrième avantage : cela nous incite à compter davantage sur Jéhovah et à faire de notre mieux pour mettre en pratique sa Parole. La tendance à compter sur nous-​mêmes est un trait dominant de notre nature pécheresse. Paul a adressé cette mise en garde à tous les chrétiens : “ Que celui qui pense être debout prenne garde de ne pas tomber. ” Il venait d’évoquer les 23 000 Israélites qui avaient perdu la faveur de Jéhovah très peu de temps avant que Josué  ne fasse entrer la nation en Terre promise. “ Ces choses leur arrivaient comme exemples, a-​t-​il ajouté, et elles ont été écrites pour nous avertir, nous sur qui les fins des systèmes de choses sont arrivées. ” — 1 Cor. 10:8, 11, 12.

9. Comment les épreuves peuvent-​elles nous affiner et nous rapprocher de Dieu ?

9 Il existe enfin un cinquième avantage à ne pas savoir quand la fin viendra : nous pouvons ainsi nous laisser affiner par les épreuves que nous traversons. (Lire Psaume 119:71.) Les derniers jours du système actuel sont vraiment “ des temps critiques, difficiles à supporter ”. (2 Tim. 3:1-5.) Dans le monde de Satan, bien des gens nous haïssent. Notre foi peut donc nous valoir des persécutions (Jean 15:19 ; 16:2). Si nous demeurons humbles et demandons à Dieu sa direction lorsque nous rencontrons des difficultés, notre foi en ressortira affinée, purifiée comme du métal passé par le feu. Nous ne renoncerons pas, et nous deviendrons plus proches de Jéhovah, proches comme nous ne l’avons jamais imaginé. — Jacq. 1:2-4 ; 4:8.

10. Comment faire pour que le temps passe vite ?

10 La vitesse à laquelle le temps passe est relative. Quand on est bien occupé, on ne regarde pas sa montre et le temps semble filer à toute allure. Si nous nous absorbons dans l’activité exaltante que Jéhovah nous a confiée, la fin pourrait bien arriver plus vite que nous ne le pensons. Sous ce rapport, les chrétiens oints dans leur grande majorité nous ont laissé un exemple remarquable. Rappelons brièvement les évènements qui ont suivi l’intronisation de Jésus en 1914, et voyons pourquoi certains se sont montrés prêts et d’autres non.

LES CHRÉTIENS OINTS SE MONTRENT PRÊTS

11. Après 1914, pourquoi certains chrétiens oints ont-​ils conclu que l’Époux tardait ?

11 Revenons aux deux paraboles de Jésus mentionnées plus haut. Si les esclaves ou les vierges avaient su quand le Maître ou l’Époux allait arriver, ils n’auraient pas eu besoin de veiller. Mais comme ils n’en savaient rien, il leur fallait être prêts. Même si cela faisait des décennies que les chrétiens oints voyaient en 1914 une année pas comme les autres, ils ne saisissaient pas clairement ce qui se produirait. Lorsque les choses ont pris une tournure différente de celle à laquelle ils s’attendaient, ils ont pu avoir l’impression que l’Époux tardait. Un frère a d’ailleurs reconnu : “ Quelques-uns d’entre nous pensaient sérieusement que nous irions au ciel au cours de la première semaine d’octobre [1914]. ”

12. Comment des chrétiens oints se sont-​ils montrés fidèles et avisés ?

12 Songez combien la déception pouvait être grande : les chrétiens de l’époque avaient attendu la fin et elle n’était pas au rendez-vous... Qui plus est, ils devaient affronter l’opposition liée à la Première Guerre mondiale. Ils ont sombré dans une période de quasi-inactivité, comparable à un sommeil. Mais en 1919, le réveil a sonné ! Jésus était venu au temple spirituel de Dieu afin de procéder à une inspection. Toutefois, certains chrétiens ne satisfaisaient pas à ses critères ; ils ont perdu le privilège de continuer à s’occuper des “ affaires ” du Roi (Mat. 25:16). Coupables de la même négligence que les vierges sottes, ils ne s’étaient pas souciés de faire le plein d’huile spirituelle. Et de même que l’esclave paresseux, ils ne voulaient pas faire de sacrifices pour le Royaume. Cependant, la plupart des oints ont manifesté une fidélité indéfectible à leur Maître et un vif désir de le servir, même pendant les dures années de guerre.

13. Quel état d’esprit les chrétiens oints ont-​ils eu après 1914, et qu’en est-​il aujourd’hui ?

13 Après 1914, cette déclaration digne d’intérêt a figuré dans La Tour de Garde : “ Frères, ceux d’entre nous qui ont le bon point de vue vis-à-vis de Dieu ne sont déçus par aucune des dispositions qu’il  prend. Ce n’est pas notre volonté que nous souhaitions voir s’accomplir ; aussi, quand nous avons constaté que nous n’attendions pas ce qu’il fallait en octobre 1914, nous avons été contents que le Seigneur ne modifie pas son Plan pour nous faire plaisir. Nous ne souhaitions pas cela de sa part. Nous souhaitons uniquement comprendre ses plans et ses desseins. ” La même humilité et le même attachement à Dieu caractérisent encore les chrétiens oints. Ils n’affirment pas être inspirés, mais ils sont résolus à gérer les “ affaires ” terrestres du Seigneur. Aujourd’hui, “ une grande foule ” d’“ autres brebis ” — les chrétiens qui espèrent vivre sur la terre — imite leur vigilance et leur zèle. — Rév. 7:9 ; Jean 10:16.

COMMENT NOUS MONTRER PRÊTS

Même dans l’épreuve, faites tout pour vous nourrir spirituellement.

14. Pourquoi nous est-​il salutaire de suivre la direction transmise par l’esclave fidèle et avisé ?

14 Comme les chrétiens oints, les membres de la grande foule suivent scrupuleusement la direction transmise par l’esclave fidèle et avisé, que Dieu a établi pour dispenser la nourriture spirituelle. C’est un peu comme s’ils se réapprovisionnaient en huile spirituelle, qui provient de la Parole de Dieu et de l’esprit saint. (Lire Psaume 119:130 ; Jean 16:13.) Ainsi affermis, ils se montrent eux aussi prêts pour le retour de Christ. Ils restent actifs, même en butte à de cruelles épreuves. Par exemple, sous le régime nazi, des frères internés dans un camp ne disposaient que d’un exemplaire de la Bible. Ils ont alors prié pour avoir plus de nourriture spirituelle. Peu après, ils ont appris qu’un frère qui venait de se faire incarcérer avait réussi à introduire clandestinement quelques numéros récents de La Tour de Garde en les cachant dans sa jambe de bois. Parmi les survivants se trouvait un frère oint, Ernst Wauer, qui a écrit par la suite : “ Il est extraordinaire de voir comment Jéhovah nous a aidés à nous rappeler des pensées édifiantes contenues dans les articles. ” Il a conclu : “ Il est tellement facile, de nos jours, de se procurer cette nourriture spirituelle, mais en apprécions-​nous toujours la grande valeur ? Je suis convaincu que Jéhovah a en réserve d’abondantes bénédictions pour ceux qui se confient en lui, qui restent fidèles et qui se nourrissent à sa table. ”

15, 16. Comment le zèle d’un couple a-​t-​il été récompensé, et que pouvez-​vous apprendre de ce genre de faits ?

15 Apportant leur concours aux frères du Christ, les membres des autres brebis s’investissent dans l’œuvre du Maître  (Mat. 25:40). À l’inverse de l’esclave méchant et paresseux de la parabole de Jésus, ils sont disposés à faire des sacrifices et à se dépenser pour soutenir les intérêts du Royaume avant toute chose. Prenons le cas de Jon et Masako. On les a invités à aller prêcher à la communauté chinoise du Kenya. Au départ, ils se sont demandé si c’était vraiment judicieux. Mais après avoir réfléchi et prié à ce sujet, ils ont décidé de déménager.

16 Leurs efforts ont été largement récompensés. “ C’est un vrai bonheur de prêcher ici ”, déclarent les deux expatriés. Ils enseignent la Bible à sept personnes et ont de nombreuses anecdotes à raconter. Ils résument leur sentiment en ces termes : “ Chaque jour, nous remercions Jéhovah de nous permettre d’être là. ” Bien entendu, quantité d’autres frères et sœurs font des choix prouvant qu’ils sont déterminés à être pleinement occupés au service de Dieu, peu importe quand la fin viendra. Citons les milliers de diplômés de l’École de Guiléad devenus missionnaires. Pour savoir à quoi ressemble leur ministère, lisez l’article “ Nous faisons de notre mieux ! ” paru dans La Tour de Garde du 15 octobre 2001. Tout en découvrant ce qu’est une journée type pour un missionnaire, tâchez de voir comment vous pouvez faire plus au service de Dieu, à sa louange et pour votre joie.

VEILLEZ

Le temps passe vite quand on s’investit dans les activités chrétiennes.

17. Pourquoi est-​il avantageux d’ignorer le jour et l’heure de la fin ?

17 Manifestement donc, il est avantageux d’ignorer le jour et l’heure de la fin. Plutôt que d’en être contrariés ou déçus, nous axons totalement notre vie sur l’accomplissement de la volonté de notre Père aimant, ce qui nous rapproche encore plus de lui. En gardant, figurément parlant, les mains cramponnées à la charrue, nous continuons à servir le Maître sans distraction, et ce pour notre bonheur. — Luc 9:62.

18. Pourquoi voulons-​nous rester fidèles ?

18 Le jour de jugement de Dieu approche à grands pas. Aucun de nous ne veut décevoir Jéhovah et Jésus. Ils nous ont attribué une mission de la plus haute importance en ces derniers jours. Leur confiance nous touche profondément. — Lire 1 Timothée 1:12.

19. Comment nous montrer prêts ?

19 Que nous espérions vivre au ciel ou sur une terre transformée en paradis, soyons résolus à nous acquitter scrupuleusement de la tâche que Dieu nous a confiée : prêcher et faire des disciples. Nous ne connaissons toujours pas précisément quand le jour de Jéhovah surviendra, mais est-​ce vraiment nécessaire ? Montrons-​nous prêts (Mat. 24:36, 44). Soyons convaincus que, tant que nous compterons entièrement sur Jéhovah et mettrons son Royaume à la première place, nous ne serons jamais déçus. — Rom. 10:11.

^ § 3 Voir La Tour de Garde du 1er mars 2004, pages 14-18.