“ Ne rejette pas [...] la discipline de Jéhovah. ” — PROVERBES 3:11.

1. Pourquoi accepter la discipline venant de Dieu ?

SALOMON, roi de l’Israël antique, donne à chacun de nous une bonne raison d’accepter la discipline venant de Dieu. “ Ne rejette pas, ô mon fils, la discipline de Jéhovah, écrit-il, et n’aie pas son blâme en aversion, car celui que Jéhovah aime, il le reprend, comme un père reprend le fils en qui il prend plaisir. ” (Proverbes 3:11, 12). En effet, votre Père céleste vous discipline parce qu’il vous aime.

2. Que signifie le mot “ discipline ” et comment est-on discipliné ?

2 Le mot “ discipline ” englobe les notions de châtiment, de correction, d’instruction et d’éducation. “ Toute discipline, a écrit l’apôtre Paul, ne semble pas, pour le présent, être une joie, mais une peine ; plus tard cependant elle rapporte à ceux qu’elle a formés un fruit de paix, c’est-à-dire la justice. ” (Hébreux 12:11). En acceptant la discipline et en agissant en conséquence, vous parviendrez plus facilement à mener une vie droite, et vous vous rapprocherez ainsi du Dieu saint, Jéhovah (Psaume 99:5). Nous sommes parfois corrigés par nos compagnons, ou bien par ce que nous apprenons aux réunions chrétiennes, ou encore par notre étude de la Parole de Dieu et des publications de “ l’intendant fidèle ”. (Luc 12:42-44.) Vous avez tout lieu d’être reconnaissant quand on vous signale ainsi quelque chose à rectifier. Mais quel genre de discipline est nécessaire en cas de péché grave ?

Pourquoi certains sont excommuniés

3. Dans quel cas l’excommunication s’applique-t-elle ?

3 Les serviteurs de Dieu étudient la Bible et les publications chrétiennes. Leurs réunions et leurs assemblées exposent les normes de Jéhovah.  Les chrétiens savent donc clairement ce que Dieu attend d’eux. L’excommunication ne s’applique qu’aux membres de la congrégation qui pratiquent un péché grave sans se repentir.

4, 5. Quel exemple biblique d’excommunication est donné ici, et pourquoi Paul a-t-il demandé à la congrégation de réintégrer cet homme ?

4 Considérons un exemple biblique d’excommunication. Au Ier siècle, la congrégation de Corinthe tolère “ une fornication telle qu’il n’y en a pas même chez les nations : ainsi, un certain homme a la femme de son père ”. Paul demande instamment aux Corinthiens de “ livr[er] un tel homme à Satan pour la destruction de la chair, afin que l’esprit soit sauvé au jour du Seigneur ”. (1 Corinthiens 5:1-5.) Une fois excommunié, et donc livré à Satan, le pécheur fait de nouveau partie du monde du Diable (1 Jean 5:19). En renvoyant cet homme, la congrégation a ôté du milieu d’elle un élément mauvais et charnel, et a gardé son “ esprit ”, ou disposition d’esprit dominante, conforme à la volonté de Dieu. — 2 Timothée 4:22 ; 1 Corinthiens 5:11-13.

5 Quelque temps plus tard, Paul presse les chrétiens de Corinthe de réintégrer le coupable. Pour quelle raison ? Pour qu’ils ne soient “ pas dupes de Satan ”, explique l’apôtre. Apparemment, le pécheur s’était repenti et avait purifié sa vie (2 Corinthiens 2:8-11). Si les Corinthiens refusaient de réintégrer cet homme repentant, ils seraient alors dupes de Satan en ce sens qu’ils se montreraient aussi durs et impitoyables que le Diable le souhaitait. Très probablement, ils ne tardèrent pas à ‘ lui pardonner et à le consoler ’. — 2 Corinthiens 2:5-7.

6. Quel rôle joue l’excommunication ?

6 À quoi sert l’excommunication ? Elle préserve de l’opprobre le saint nom de Jéhovah et protège la belle réputation de son peuple (1 Pierre 1:14-16). Ôter de la congrégation un pécheur non repentant permet de soutenir les normes divines et de préserver la pureté spirituelle de la congrégation. Cette mesure peut aussi ramener le coupable à la raison.

Pourquoi l’apôtre Paul a-t-il envoyé aux Corinthiens des instructions relatives à l’excommunication ?

La repentance : un facteur déterminant

7. Que ressentait David tant qu’il n’avait pas confessé ses transgressions ?

7 La plupart de ceux qui commettent un péché grave se repentent sincèrement et ne sont pas excommuniés. Bien entendu, le repentir sincère ne naît pas toujours instantanément. Considérez le cas du roi David, qui a composé le Psaume 32. Ce chant révèle que, pendant un certain temps, David n’a pas confessé ses péchés graves, sans doute ceux en rapport avec Bath-Shéba. En conséquence, l’angoisse que lui causaient ses péchés consumait sa vigueur, tout comme la chaleur sèche de l’été pompe la sève d’un arbre. David souffrait physiquement et moralement. Mais quand il a finalement ‘ confessé ses transgressions, Jéhovah lui a pardonné ’. (Psaume 32:3-5.) David a alors chanté : “ Heureux l’homme au compte de qui Jéhovah ne porte pas la faute. ” (Psaume 32:1, 2). Quelle joie immense que de bénéficier de la miséricorde divine !

8, 9. Comment manifeste-t-on la repentance, et de quelle importance est-elle dans la réintégration d’une personne excommuniée ?

8 Il apparaît clairement que le pécheur ne bénéficie de la miséricorde qu’à la condition de se repentir. Toutefois, la repentance n’est ni la honte ni la peur que tout se sache. Se repentir, c’est changer le regard que l’on porte sur une mauvaise conduite en raison du regret que l’on éprouve. Une personne repentante a le “ cœur brisé et broyé ”, et souhaite la “ réparation du tort ” dans la mesure du possible. — Psaume 51:17 ; 2 Corinthiens 7:11.

9 La repentance est un facteur déterminant pour qui veut être réintégré dans la congrégation chrétienne. Une personne excommuniée n’est pas automatiquement acceptée dans la congrégation après un certain laps de temps. Avant qu’elle ne soit réintégrée, sa condition de cœur doit changer foncièrement. Le pécheur doit prendre conscience de la gravité de son péché et de l’opprobre qu’il a jeté sur Jéhovah et sur la congrégation. Il doit se repentir, prier Dieu pour implorer son pardon et se  conformer aux exigences divines. Au moment où il demande sa réintégration, il devrait pouvoir donner la preuve qu’il s’est repenti et qu’il produit “ des œuvres qui conviennent à la repentance ”. — Actes 26:20.

Pourquoi confesser ses péchés ?

10, 11. Pourquoi ne faut-il pas essayer de cacher son péché ?

10 Un pécheur pourrait se dire : ‘ Si je révèle mon péché, il faudra que je réponde à des questions embarrassantes et je serai peut-être excommunié. Mais si je ne dis rien, je m’épargne tous ces ennuis et personne dans la congrégation ne le saura jamais. ’ Ce raisonnement ne tient pas compte d’éléments importants. Lesquels ?

11 Jéhovah est un “ Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère et abondant en bonté de cœur et en vérité, conservant la bonté de cœur à des milliers, pardonnant la faute et la transgression et le péché ”. Cependant, il ne manque pas de corriger son peuple “ dans une juste mesure ”. (Exode 34:6, 7 ; Jérémie 30:11.) Si vous commettiez un péché grave et que vous tentiez de le cacher, comment pourriez-vous bénéficier de la miséricorde divine ? Jéhovah sait tout et il ne ferme pas les yeux sur les transgressions. — Proverbes 15:3 ; Habaqouq 1:13.

12, 13. Que s’attire-t-on à vouloir cacher une transgression ?

12 Si vous avez commis un péché grave, le confesser vous permettra de retrouver une bonne conscience (1 Timothée 1:18-20). En revanche, si vous ne dites rien, votre conscience restera souillée et pourrait vous amener à pécher davantage. N’oubliez pas que vous n’avez pas péché simplement contre un humain ou contre la congrégation, mais contre Dieu lui-même. David a chanté : “ Jéhovah — dans les cieux est son trône. Ses yeux regardent, ses yeux rayonnants examinent les fils des hommes. Jéhovah lui-même examine le juste comme le méchant. ” — Psaume 11:4, 5.

13 Jéhovah ne bénira pas celui qui cache un péché grave et qui essaie de rester dans la congrégation chrétienne, qui est pure (Jacques 4:6). Par conséquent, si vous avez péché et que vous souhaitiez agir avec justice, n’hésitez pas à vous confesser ouvertement. Sinon, vous aurez mauvaise conscience, notamment quand vous lirez ou entendrez des conseils ayant trait à la nature de votre faute. Et si Jéhovah vous retirait son esprit, comme il l’a fait avec Saül (1 Samuel 16:14) ? Privé de l’esprit de Dieu, vous risqueriez de tomber dans des péchés plus graves.

Ayez confiance en vos frères

14. Pourquoi un pécheur devrait-il suivre le conseil de Jacques 5:14, 15 ?

14 Que devrait donc faire un pécheur repentant ? “ Qu’il appelle à lui les anciens de la congrégation, et qu’ils prient sur lui, l’enduisant d’huile au nom de Jéhovah. Et la prière de la foi rétablira celui qui est souffrant, et Jéhovah le relèvera. ” (Jacques 5:14, 15). Aller trouver les anciens est une façon de produire “ du fruit qui convienne à la repentance ”. (Matthieu 3:8.) Ces hommes fidèles et bienveillants ‘ prieront sur lui et l’enduiront d’huile au nom de Jéhovah ’. Telle une huile apaisante, leurs conseils basés sur la Bible réconforteront quiconque se repent avec sincérité. — Jérémie 8:22.

15, 16. Comment les anciens suivent-ils l’exemple laissé par Dieu en Ézékiel 34:15, 16 ?

15 Jéhovah, notre Berger, a laissé un exemple d’amour remarquable quand il a libéré les Juifs de Babylone en 537 avant notre ère et quand il a libéré l’Israël spirituel de “ Babylone la Grande ” en 1919 (Révélation 17:3-5 ; Galates 6:16). Il a ainsi réalisé cette promesse : “ Moi-même je ferai paître mes brebis, et moi-même je les ferai coucher [...]. Celle qui est perdue, je la rechercherai ; celle qui est dispersée, je la ramènerai ; celle qui est brisée, je la banderai ; celle qui est souffrante, je la fortifierai. ” — Ézékiel 34:15, 16.

16 Jéhovah a fait paître ses brebis symboliques, il les a fait coucher en sécurité et il a  recherché celles qui étaient perdues. Pareillement, les bergers chrétiens veillent à ce que le troupeau de Dieu soit spirituellement bien nourri et en sécurité. De plus, les anciens recherchent les brebis qui se sont égarées loin de la congrégation. De même que Dieu ‘ a bandé celle qui était brisée ’, ainsi les surveillants ‘ bandent ’ les brebis blessées par les propos d’autrui ou par leurs propres actes. Et tout comme Dieu ‘ a fortifié celle qui était souffrante ’, les anciens aident ceux qui sont tombés malades sur le plan spirituel, peut-être à cause d’un péché qu’ils ont commis.

L’aide apportée par les bergers

17. Pourquoi ne devrions-nous jamais hésiter à solliciter l’aide spirituelle des anciens ?

17 Les anciens se conforment avec joie à cette recommandation : “ Continuez à faire miséricorde [...], le faisant avec crainte. ” (Jude 23). En tombant dans l’immoralité sexuelle, certains chrétiens ont péché gravement. Mais s’ils sont vraiment repentants, ils peuvent espérer être traités avec miséricorde et amour par les anciens, qui sont désireux de leur apporter une aide spirituelle. Lui-même berger, Paul a dit à propos de ces hommes : “ Non que nous dominions sur votre foi, mais nous sommes des compagnons de travail pour votre joie. ” (2 Corinthiens 1:24). Par conséquent, n’hésitez jamais à solliciter leur aide.

18. Comment les anciens traitent-ils des compagnons égarés ?

18 Si vous avez commis un péché grave, pourquoi pouvez-vous avoir confiance dans les anciens ? Parce qu’ils sont avant tout les bergers du troupeau de Dieu (1 Pierre 5:1-4). Quel berger aimant, attiré par les bêlements d’un agneau docile, le battrait parce qu’il s’est blessé ? Aussi, quand des anciens s’occupent d’un compagnon égaré, ils ne traitent pas d’un crime et de sa punition, mais d’un péché et, si possible, d’un rétablissement spirituel (Jacques 5:13-20). Les anciens doivent juger avec droiture et ‘ traiter le troupeau avec tendresse ’. (Actes 20:29, 30 ; Isaïe 32:1, 2.) Comme tous les autres chrétiens, ils doivent ‘ pratiquer la justice, aimer la bonté et marcher modestement avec Dieu ’. (Mika 6:8.) De telles qualités sont indispensables pour prendre des décisions où sont en jeu la vie et le service sacré des “ brebis [du] pâturage [de Jéhovah] ”. — Psaume 100:3.

Comme les bergers d’autrefois, les anciens de la congrégation chrétienne ‘ bandent ’ les brebis blessées de Dieu.

19. Avec quel état d’esprit les anciens devraient-ils essayer de redresser quelqu’un ?

19 Les bergers chrétiens sont nommés par l’esprit saint et se laissent diriger par lui. Si “ un homme fait un faux pas avant de s’en rendre compte ” — comme pris au dépourvu —,  des hommes spirituellement capables essaient de “ redresser un tel homme dans un esprit de douceur ”. (Galates 6:1 ; Actes 20:28.) Tout en étant fermes sur les normes divines, les anciens essaient avec douceur de redresser ses pensées, à la manière d’un médecin attentionné qui remet un membre cassé avec précaution, de façon à soigner sans causer de douleur inutile (Colossiens 3:12). Puisque la décision éventuelle des anciens de faire preuve de miséricorde est prise dans la prière et sur la base des Écritures, elle est le reflet de la façon dont Dieu voit les choses. — Matthieu 18:18.

20. Dans quelles circonstances est-il nécessaire d’annoncer à la congrégation qu’une personne a été réprimandée ?

20 Si le péché est notoire, ou qu’il ne manquera pas d’éclater au grand jour, il est approprié de faire une brève communication à la congrégation afin de protéger sa réputation. On fera également une communication si la congrégation doit être informée. Le pécheur qui a fait l’objet d’une mesure disciplinaire est, pendant la période où il se rétablit, dans la même situation qu’un malade en convalescence qui doit provisoirement limiter ses activités. Durant quelque temps, il est bien qu’il écoute lors des réunions, plutôt que d’y donner des commentaires. Les anciens prendront peut-être des dispositions pour que quelqu’un étudie avec lui afin qu’il consolide son point faible et redevienne ainsi ‘ robuste dans la foi ’. (Tite 2:2.) Tout cela se fera dans l’amour et non dans l’intention de punir le coupable.

21. Comment certains cas de transgressions seront-ils traités ?

21 L’aide spirituelle apportée par les anciens peut revêtir plusieurs formes. Imaginons par exemple qu’un frère, qui a eu autrefois des problèmes avec l’alcool, boive trop une fois ou deux tandis qu’il est seul chez lui. Ou bien supposons qu’un frère, qui a arrêté depuis très longtemps, fume de nouveau une ou deux fois en cachette dans un moment de faiblesse. Même si ces frères ont prié et qu’ils pensent que Dieu leur a pardonné, ils devraient solliciter l’aide d’un ancien afin que leur péché ne devienne pas une habitude. Un ou deux anciens suffisent généralement pour traiter la question. Cependant, le surveillant-président devra être informé, car d’autres éléments peuvent entrer en ligne de compte.

Continuez d’accepter la discipline de Dieu

22, 23. Pourquoi ne devriez-vous jamais cesser d’accepter la discipline de Jéhovah ?

22 Pour conserver l’approbation divine, chaque chrétien doit prêter attention à la discipline de Jéhovah (1 Timothée 5:20). Aussi, prenez à cœur toute correction que vous recevez en étudiant les Écritures et les publications chrétiennes, ou en entendant un conseil donné à l’un des rassemblements du peuple de Jéhovah. Restez vigilant pour ce qui est de faire la volonté de Jéhovah. La discipline divine vous permettra alors de bâtir un véritable rempart contre le péché.

23 Accepter la discipline divine vous permettra de demeurer dans l’amour de Dieu. Il est vrai que certains ont été excommuniés, mais vous n’êtes pas voué au même sort si vous ‘ préservez votre cœur ’ et si vous ‘ marchez comme des sages ’. (Proverbes 4:23 ; Éphésiens 5:15.) Si vous êtes excommunié, pourquoi ne pas prendre des mesures en vue de votre réintégration ? Dieu souhaite que tous ceux qui se sont voués à lui le servent avec fidélité et “ allégresse de cœur ”. (Deutéronome 28:47.) Vous pourrez le faire éternellement si vous acceptez toujours la discipline de Jéhovah. — Psaume 100:2.